Nouvelle acquisition pour Kea dans le conseil en stratégie

Les deux cabinets de conseil en stratégie Kea & Partners et Ylios annoncent leur rapprochement jeudi 14 octobre 2021. Ce rapprochement intervient dans le cadre de Darewin, le plan de développement annoncé par Kea en octobre 2019 que le cabinet entend financer par une levée de fonds de 23 millions d'euros. Celle-ci doit permettre de réaliser deux opérations de croissance externe par an jusqu’en 2023.

Benjamin Polle
14 Oct. 2021 à 02:10
Nouvelle acquisition pour Kea dans le conseil en stratégie

Le rapprochement avec Ylios est le second de 2021 après l’entrée du spécialiste de la conduite du changement Arkos dont le rapprochement avait été finalisé en juin 2021

à lire aussi

12/17/20
arnaud_gangloff_kea_partners2

Kea & Partners cabinet de conseil en stratégie, est entré en discussions exclusives avec Arkos, cabinet de conseil spécialisé dans le déploiement des grands projets de transformation, a fait savoir Kea dans un communiqué jeudi 17 décembre 2020. Les deux cabinets sont convenus de se rapprocher le 20 novembre. Cette opération intervient dans le cadre du plan de développement de Kea (relire notre article sur le plan Darewin de Kea ici) qui affiche la croissance externe comme l'une des deux priorités de sa feuille de route.
Pour consulter le suivi par Consultor des acquisitions opérées dans le domaine du conseil en stratégie en France, vous pouvez consulter ce lien.

Aucun montant de rachat n’a été donné : tout juste le communiqué indique-t-il que le chiffre d’affaires prévisionnel d’Ylios en 2021 est attendu à sept millions d’euros.

Cette fois, c’est la bonne pour Ylios !  Le cabinet créé en 1989 avait loupé de peu en 2012 un rapprochement avec Stratorg. À présent, Ylios rejoint Kea.

La trentaine de consultants et les six associés d’Ylios (Angelos Souriadakis, Karim Hatem, Yoram Bosc-Haddad, Fabrice Catala, Fabien Goeller et Gaëtan de Royer Dupré), « contribueront au développement de Kea sur la dérégulation des marchés, la prospective, les modèles économiques, la gouvernance et le M&A », écrivent les deux entreprises dans un communiqué de presse conjoint.

D’abord chacun de son côté

Ylios conservera, au moins dans un premier temps, sa marque et ses locaux du 105 de l'avenue Raymond Poincaré, dans le 16e arrondissement (relire notre article).

« Nous opérons des rapprochements, pas des rachats, c’est important. Nous nous donnons, Ylios et Kea, du temps pour faire fonctionner un projet commun en maintenant nos singularités. Nous travaillerons en multilieux, ce qui après le coup d’accélérateur du télétravail que nous venons de connaître, paraît pour le moins très gérable. Un processus de rapprochement et de synergies a été engagé et installé dans le cadre d’un comité dédié, avec des directeurs et managers », glisse Hervé Baculard, senior partner et un des cofondateurs de Kea.

Ylios devient par là même une nouvelle brique du groupe de conseil « multispécialiste » que veut être Kea, avec des marques sœurs plus ou moins intégrées capitalistiquement et opérationnellement : Tilt ideas, spécialiste de l’innovation et de la prospective ; KeaPrime sur les sujets de transformation des comportements et d’organisation apprenante ; Co, spécialiste du conseil au secteur non marchand fondée en 2014 aux côtés d’Algoé, Colombus Consulting et Weave ; Euclyd, spécialiste de l’accélération digitale, dont Kea s’est rapproché sous la forme d’une joint-venture, sous la marque Kea-Euclyd, avant de l’intégrer totalement à la rentrée 2019 ; Veltys, spécialiste de la data intelligence, avec qui Kea a noué un partenariat stratégique en mars 2018 ; Kea Executives, l’activité de coaching de dirigeant lancée en 2020 ; et, donc, Arkos.

230 consultants et 30 associés

Le groupe Kea, qui fête tout récemment ses 20 années d’existence, comptait au global 200 consultants en France avant cette opération. Un effectif qui passe à 230 après le rapprochement avec Ylios.

Quant aux partners, au côté de Pact, la holding préexistante qui porte l’ensemble des activités du groupe Kea et dont sont actionnaires les partners du cabinet ainsi que l’ensemble des consultants qui ont fait le choix d’acquérir des actions, une nouvelle holding est créée. Elle accueillera les nouveaux partners qui seront enrôlés dans le groupe Kea au terme de sa campagne de rapprochements – avec l’ambition que le nombre total des associés passe de vingt-cinq aujourd’hui, à quarante demain. Kea comptera trente associés avec l’arrivée des partners d’Ylios.

Pourquoi convoler en justes noces

Les deux cabinets notent plusieurs atomes crochus les ayant amenés à conclure positivement des discussions de rapprochement engagées depuis plusieurs mois. « Des modes d’intervention privilégiant le rapport humain rentrent en résonance parfaite avec celles de Kea depuis son origine », écrivent-ils.

Ils mettent aussi en avant qu’Ylios est « profondément investi dans la création de passerelles entre le monde des entreprises et l’entrepreneuriat social et solidaire », en ligne avec la mutation de Kea en société à mission (relire notre article) ou sa récente labellisation B Corp (relire notre article).

« Le rapprochement avec Kea & Partners permet de donner corps au projet de construction du cabinet référent de conseil de direction générale d’origine française, auquel, nous en sommes convaincus, le marché aspire », appuie Angelos Souriadakis.

En cela, le président et senior partner d’Ylios a fait évoluer sa position par rapport à 2019. Dans une interview à Consultor, il expliquait alors qu’ « après la fusion avortée avec Stratorg (…), nous avons alors opté pour la croissance organique et par addition progressive de partners. Une logique qui se poursuit encore aujourd’hui » (relire l’interview). Quand bien même il se disait souvent approché pour de possibles rachats d’Ylios, l’objectif était de porter organiquement à Ylios à quinze partners et 20 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Deux ans plus tard, Kea aura sûrement su faire entendre ses arguments. « Il y a un momentum pour construire un acteur français et européen du conseil en stratégie au service de la souveraineté économique française et européenne. Il passe par l’association des belles pépites du conseil en stratégie en France », se félicite de son côté Hervé Baculard.

Ylios intervient depuis plus de trente ans pour des clients des secteurs de l’énergie, du healthcare et life science, de l'assurance, du bâtiment et des infrastructures, de la santé et de la pharma, du tourisme, auprès d'entreprises et d'institutions publiques.

Selon les derniers chiffres publiés, l’activité du cabinet était passée de 5 millions d’euros en 2016 à 10 millions d’euros en 2018.

Le cabinet est très présent dans la santé. Le cabinet a par exemple travaillé, sur la e-santé à Monaco (relire notre article), sur le centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Ouen Grand Paris Nord, qui fusionnera les actuels CHU Bichat et Beaujon (relire notre article) ou auprès du directeur du centre hospitalier intercommunal d'Aulnay, Villepinte, Sevran, Tremblay, Le Blanc-Mesnil (relire notre article). Le partner dédié d’Ylios, Karim Hatem, chapeaute une équipe de douze consultants et une activité de 1,5 à 2 millions d’euros par an (relire notre article). 

Ylios a aussi pour particularité d’avoir une activité de lobbying, ce qui est un vrai point de différenciation (relire notre article), pour laquelle le cabinet vient en juin de recruter un partner dédié (relire notre article).

Enfin, une des diversifications récentes portait sur la formation des dirigeants – un peu comme Kea qui fait depuis peu de l’executive coaching (relire notre article). Et  le cabinet s'est doté d'un fonds d'investissement maison (entre 0,5 et 1 million d'euros) qui prend des participations dans de jeunes sociétés dont le cœur de métier est en lien direct avec les expertises du cabinet.

À l’international, un temps établi en Grèce et dans les Balkans au début des années 2000, où l'activité avait ensuite été fermée, Ylios a rouvert en 2019 des bureaux au Maroc et au Sénégal (relire notre article).

Des localisations qui pourraient facilement se marier avec une des antennes internationales de Kea à Casablanca où le cabinet développe ses activités sous la marque Kea Africa (huit consultants).

En attendant, Kea mène de multiples discussions sur la place pour poursuivre son plan de développement externe. Deux opérations devraient être annoncées en 2022.

Retrouvez les acquisitions d'entreprises opérées par les cabinets de conseil en stratégie ces dernières années.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • McKinsey France : cinq nouveaux associés promus
    30/11/21

    Départs, arrivées, élections internes... : depuis quelques mois, le partnership de McKinsey France est en mouvement permanent.

  • Benjamin Griveaux, Vincent Desportes… : Circle présente ses VIP
    24/11/21

    C’est sous les arcades du café Lapérouse, fraîchement inauguré au sein de l’Hôtel de la Marine, situé place de la Concorde, que Circle devait présenter mercredi 24 novembre les personnalités (toutes masculines) qui constitueront dorénavant l’advisory board du cabinet. 

  • Élections 2022 : un jeune consultant d’EY-Parthenon s’engage pour la ruralité
    12/11/21

    Consultant chez EY-Parthenon depuis 2019, Sébastien Chapotard, 25 ans, a lancé une initiative visant à interpeller les candidats des prochaines échéances électorales 2022, présidentielle et législatives. Territoires d’avenir ambitionne ainsi de remettre la ruralité au cœur des débats politiques et d’entendre les candidats sur ce sujet trop négligé à ses yeux.

  • CMI Stratégies : arrivée groupée au pôle santé
    12/11/21

    Le cabinet de conseil en stratégie CMI annonce l’arrivée de trois consultants dédiés au pôle santé venus de PwC : un directeur, Benoît Caussignac, deux managers, Robin Seigneur et Yannick Huguenet.

  • Présidentielles 2022 : les consultants qui veulent peser
    11/11/21

    Impôt, dette, retraite, énergie… Le Syntec Conseil, l’organisation représentante du secteur du conseil en France à laquelle adhèrent 250 cabinets de tout type – dont 80 cabinets en management et stratégie, notamment Bain, Mars & Co et Roland Berger –, présentait mardi 2 novembre la 11e édition de son étude annuelle Accélérer.

  • Kearney signe pour trois ans avec la fondation de François Hollande
    09/11/21

    La France s’engage rend public lundi 8 novembre le nom des lauréats de son concours national 2021, l’une de ses actions de soutien à l’innovation sociale.

    L’occasion pour Kearney de dévoiler les raisons et les contours de son engagement aux côtés des entrepreneurs sociaux soutenus par la fondation.

  • Greentech : Bain investit aux côtés d’EDF
    05/11/21

    Bain compte parmi les investisseurs à être montés au capital de Persefoni, une plateforme SaaS de suivi des impacts carbone utilisée par des entreprises et des organisations, qui annonçait le 28 octobre avoir réalisé une levée de 101 millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs dont EDF via son fonds de corporate venture EDF Pulse.

  • Roland Berger dans des nouveaux locaux moitié moins grands
    03/11/21

    Le siège français de Roland Berger, actuellement rue de Lisbonne (8e arrondissement de Paris) aux abords du parc Monceau, va se relocaliser l’été prochain dans un immeuble de la rue Jean Goujon, à quelques pas des Champs-Élysées.

  • McKinsey renforce son pôle agro
    02/11/21

    Julien Revellat, ex-associé de CVA parti pour McKinsey en 2018 – comme associate partner –, vient d’être promu partner du bureau parisien ; il y coordonne le pôle agriculture en France.

France
Kea & Partners, levée de fonds, ylios, aneglos souriadakis, lobbying
9750
Kea & Partners
Hervé Baculard
2021-11-24 10:20:43
0
Non