Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

Dix ans de maison, des expériences préalables dans l’industrie, peu d’entrepreneuriat : voilà quelques-uns des traits caractéristiques du parcours type des partners des cabinets de conseil en stratégie. Avec quelques exceptions notables.

Découvrez les résultats de l’étude de Wit Associés pour Consultor.

Benjamin Polle
28 Juil. 2021 à 14:07
Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

Il faut en moyenne 158 mois après leur année de diplomation aux consultants pour parvenir au rang de partner, ressort-il des données LinkedIn analysées par Wit Associés (dont les associés sont actionnaires à titre personnel de Consultor). Soit treize années – un chiffre en ligne avec notre dernière étude sur le sujet.

Pour y arriver, ils sont un bon tiers du panel à avoir une première expérience dans l’opérationnel avant leur entrée dans le conseil en stratégie. Elle est souvent d’une très courte durée : à l’instar de Jérôme Salomon, partner chez Advancy, qui fut un an ingénieur chez Dassault sur le programme Falcon à sa sortie de CentraleSupelec ou de Céline Choain, senior partner chez Kea aujourd’hui et trading analyste deux ans durant chez Elf en Allemagne en début de carrière.

28 07 2021 infographie parcours partner V3

Des parcours majoritairement monocordes

Le gros de ce bataillon de partners est plutôt composé de babys consultants biberonnés aux slides qui font leurs classes jusqu’aux échelons les plus seniors.

Le secteur compte ainsi nombre de figures qui ont commencé le métier dans les années 1980 et ont frayé jusqu’à devenir patrons de bureaux, de practices… Parmi ceux-là (énormément d’hommes et quasi plus aucune femme à ce niveau d’expérience), citons Bruno Bousquié, le managing partner d’EY-Parthenon à Paris (relire notre article), Olivier Fainsilber (qui vient tout juste de quitter Oliver Wyman après trente-sept ans de conseil dans la firme), Michel Frédeau, consultant au BCG depuis 1985, aujourd’hui senior partner du bureau de Paris, dont il a été le directeur de 2000 à 2007, ou encore Olivier Marchal, le chairman de Bain en France (relire notre article).

Sans aller jusqu'à ces extrêmes-là, les partners de notre étude ont travaillé 224 mois en moyenne dans le conseil (dix-huit ans et demi). 

Certaines et certains ont beaucoup moins d'expérience : il s'agit d'un autre type de profils beaucoup moins fréquent quoique très recherché par les cabinets : les très seniors.

Les pépites qui viennent au conseil sur le tard

Ainsi, quand, Jean-Patrick Yanitch (49 ans), diplômé de Sciences Po (1993) et d’un DESS en droit international à Panthéon-Assas (1994), qui est arrivé en mars chez Oliver Wyman pour lancer la practice secteur public du cabinet, n’a lui que quelques mois de conseil en strat’ dans les pattes (relire notre article).

Idem, toujours chez Oliver Wyman, de Gwendoline Cazenave : l’ancienne CEO de TGV Atlantique se retrouvait courant 2020 catapultée partner de la practice transportation et services, sans expérience préalable de conseil (relire nos articles ici et ).

Dans la même catégorie, on trouve l’ancienne secrétaire d’État de François Hollande, Axelle Lemaire, passée au conseil en stratégie chez Roland Berger (relire notre article), Arun Arora, l’associé de McKinsey arrivé à Paris en 2019 et passé par Apple, 3M ou Groupon avant de venir au conseil ou Nathalie Lundqvist, un des experts-partners de Bain (relire notre article).Tous ne restent pas aussi longtemps. Car s’il faut dix ans au moins pour passer partner, la majorité n’occupe plus ces mêmes fonctions quinze ans après l'élection.

Une majorité de partners mono cabinet

Des partners qui, malgré la réputation de certaines et certains (relire notre article) sont plutôt très fidèles à leur cabinet et n’en changent pas comme de chemise : ils sont 46 % à n’avoir travaillé que pour un seul cabinet, 23 % pour deux cabinets et 14 % pour trois… À l’autre bout du panel, ils sont tout de même 8 à avoir fréquenté 6 cabinets !

Des moves qui peuvent également être motivés par des passages de grades auxquels les consultants ne parviennent pas dans leur cabinet actuel : ils sont 18% dans notre panel dont nous estimons qu’ils ont changé de cabinet pour devenir partner dans un nouveau cabinet.

Ils sont par ailleurs 32 à avoir changé de cabinet pour une expérience extérieure au conseil avant d’y revenir ensuite. Et 22 à avoir posé leur plaque à un moment dans leur parcours (relire notre article).

Ils sont une poignée à faire état d’une expérience entrepreneuriale à l’instar de Jean-Stéphane Ardoin, un partner chez EY-Parthenon, qui a cofondé en 2011 une société spécialiste des solutions alimentaires ciblant le marché du bien-être et de la beauté, dont il a cessé de s’occuper quelques années après, ou Sophie Marchessou, une associée chez McKinsey qui a créé brièvement une plateforme de mise en lien entre stylistes et consommateurs.

Plus surprenant, seuls 10 % des partners du panel indiquent donner des cours dans les écoles dans lesquels les cabinets recrutent habituellement – ce qui paraît peu tant la pratique est répandue (relire notre article).

10 % encore déclarent, enfin, faire partie d’un conseil de surveillance : Olivier Marchal, encore lui, était par exemple devenu en 2019, président du conseil de surveillance du groupe bancaire franco-allemand ODDO BHF (relire notre article).

Chez Bain encore, en avril dernier, Bernard Birchler (expert des industries manufacturières et de process) rejoignait de son côté la gouvernance du groupe industriel français LISI (relire notre article).

Benjamin Polle pour Consultor.fr 

Retrouvez tous nos articles sur la vie de partner dans le conseil en stratégie : 

8
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (8)

Pauline
02 Aoû 2021 à 11:10
Citation en provenance du commentaire précédent de Vincent
"L'appartenance à des communautés" => lesquelles ? 

Je vous demande, parce que j'aimerais bien être partner un jour, je voudrais savoir à quelles communautés faudrait-il que je m'associe.


citer

signaler

Pauline
02 Aoû 2021 à 11:03
Citation en provenance du commentaire précédent de bernardo982


le nouveau congé paternité permet aux hommes de mettre leur carrière en stand-by désormais. les mentalités changent. Tout est une question de stock vs. flux

citer

signaler

bernardo982
30 Juil 2021 à 04:23
Citation en provenance du commentaire précédent de Pauline
Quelle est la pertinence de cette étude ? C'est encore une fois vouloir afficher des normes qui pénalisent beaucoup de femmes qui n'ont pas le choix que de mettre en stand-by leur carrière au moment d'avoir des enfants. Le message : n'ayez pas d'enfants avant 37-40 ans sinon faites une croix sur votre évolution.

le nouveau congé paternité permet aux hommes de mettre leur carrière en stand-by désormais. les mentalités changent. Tout est une question de stock vs. flux

citer

signaler

Vincent
30 Juil 2021 à 07:51
Citation en provenance du commentaire précédent de Arnaud
Il ne s'agit pas toujours des meilleurs qui atteignent le grade de partner. Cela reviendrait à considérer que les femmes n'ont aucune capacité à l'être puisqu'elles sont en nombre réduit ;-) Chacun fait ses choix de vie. J'admire ceux qui montent leur propre cabinet. Le carnet d'adresses, le réseau, l'appartenance à des communautés a aussi son importance dès le départ. Ce

citer

signaler

Pauline
29 Juil 2021 à 09:03
Quelle est la pertinence de cette étude ? C'est encore une fois vouloir afficher des normes qui pénalisent beaucoup de femmes qui n'ont pas le choix que de mettre en stand-by leur carrière au moment d'avoir des enfants. Le message : n'ayez pas d'enfants avant 37-40 ans sinon faites une croix sur votre évolution.

citer

signaler

Arnaud
29 Juil 2021 à 08:11
Citation en provenance du commentaire précédent de Eric T
Une carrière de consultant est passionnante et il est naturel que les meilleurs, augmentés et promus régulièrement, restent dans le même cabinet avant une promotion comme Partner. Pour savoir vendre des missions, puis les gérer il faut avoir vu de nombreux clients dans un secteur afin d'identifier tôt les risques, les concurrents,...c'est plus difficile à acquérir en opérationnel.

citer

signaler

Eric T
29 Juil 2021 à 09:15
Une carrière de consultant est passionnante et il est naturel que les meilleurs, augmentés et promus régulièrement, restent dans le même cabinet avant une promotion comme Partner. Pour savoir vendre des missions, puis les gérer il faut avoir vu de nombreux clients dans un secteur afin d'identifier tôt les risques, les concurrents,...c'est plus difficile à acquérir en opérationnel.

citer

signaler

Laurent C.
29 Juil 2021 à 08:46
L'article ne décrit pas "pourquoi" il en est ainsi. Pourquoi n'y a-t-il pas plus d'opérationnels, pourquoi une carrière dans un seul cabinet ? Et qu'est-ce qui a fait que certains partners ont été nommés si jeune ?

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Manuel de survie

  • Dans le secret des sources des consultants

    Les consultants multiplient les canaux d’information : appels téléphoniques dans leur réseau ou au-delà, appels au débotté (alias cold call), appels masqués (alias blind calls), déjeuners ou cafés informels… Enquête. 

  • Consultant recherche infos à tout prix

    Depuis une dizaine d’années, des plateformes d’intermédiation agrègent des milliers d’experts. Les consultants y ont abondamment recours, en particulier dans le domaine du private equity. Enquête. 

  • Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

    Nommée en août dernier comme directrice générale de McKinsey France, Clarisse Magnin-Mallez, 45 ans, première femme à la tête du géant du conseil en France, fait du bien-être de ses salariés-parents l’une de ses priorités.

  • La vie de stratège en BD – Épisode 4 : classe affaires

    Avec la reprise de l’activité de conseil post-covid, quoique le télétravail restera une composante importante, les déplacements chez les clients vont reprendre de plus belle. Si les capitales du business font rêver, Paris, Londres ou New York, la réalité des missions chez les clients peut être un soupçon moins exotique. Nouvel épisode de notre BD sur le conseil en stratégie, Consultix.

  • 300 clients, 700 copils, 5 déménagements : 30 ans de consulting

     

    Quarante-quatre ans de carrière, trente-cinq de conseil en stratégie, dont vingt-cinq passés sous le label Kearney dont il est devenu un associé énergie et pricing : Laurent Dumarest a vu s’enchaîner les révolutions technologiques et s’est frotté aux clients et aux projets les plus inattendus. Jeune retraité, il n’en a pourtant pas fini avec le conseil, au contraire.

  • Avocat et consultant : la difficile équation

    Ce sont des profils plutôt atypiques au sein des cabinets de conseil en stratégie. Certains avocats choisissent la strat’ plutôt que le barreau. Ils y sont recherchés, non pas pour leur connaissance du droit, mais pour leurs qualités personnelles, d’éloquence ou de rigueur. Les avocats-consultants Rémi Philippe, senior consultant chez Kea & Partners, et Grégoire de Vogüé, ex du BCG et d’Ares & Co, avocat chez Taj, donnent leur point de vue.

  • La vie de stratège en BD — Épisode 2 : l'homme pressé

    À peine arrivé dans l’un des cabinets les plus réputés de la place, le partner caricaturé par notre dessinateur Léo est déjà démarché par un chasseur de têtes pour rejoindre un cabinet concurrent – une proposition qui ne se refuse pas. Même s’il arrive à certains consultants de cumuler trois, quatre ou cinq cabinets au cours de leur carrière, toute ressemblance avec des personnes réelles ne serait que fortuite !

  • Kearney : dans les coulisses de la philanthropie fait maison

    Pour permettre à ses consultant(e)s de combiner développement professionnel et personnel, Kearney a mis en place un programme diversifié de missions solidaires entrant dans le cadre de sa politique de développement durable.

    Sur la base du volontariat, les consultants mettent ainsi pendant quelques mois leurs compétences au service d’organisations à impact social, souvent des associations, avant de reprendre leur activité au sein du cabinet de conseil en stratégie.

  • Covéa, SNCF, Total : ces DG catapultés partners

     

    Pour répondre à des objectifs de croissance ou d’expertise, les cabinets n’hésitent pas à faire entrer des profils seniors directement en tant que partners, quand bien même ils n’ont aucune expérience antérieure dans le conseil.

    Attention aux conditions d’adaptation requises : toutes les greffes ne prennent pas.

Manuel de survie
partner, partners, cooptation, carrière
9735
Advancy Bain & Company Boston Consulting Group EY Parthenon Kea & Partners Kearney McKinsey Oliver Wyman Roland Berger
Axelle Lemaire Bruno Bousquié Céline Choain Gwendoline Cazenave Jean-Patrick Yanitch Jean-Stéphane Ardoin Michel Frédeau Olivier Marchal
2021-11-10 15:12:49
8
Non