Experts partners : l’offensive de Bain sur les profils expérimentés

 

Ils sont une centaine dans le monde. Ils s’ajoutent aux plus de 800 partners que compte le cabinet aux quatre coins du globe. Objet d’une décision stratégique du cabinet en 2017, ils sont recrutés depuis 2018 au terme d’une longue expérience dans le privé avec l’objectif de fournir des expertises poussées clés en main.

Deux de ces profils de niveau comex sont arrivés à Paris au premier trimestre 2020. D’autres doivent suivre.

 

Benjamin Polle
27 mai. 2020 à 05:13
Experts partners : l’offensive de Bain sur les profils expérimentés

 

À Paris, leurs arrivées ont été annoncées coup sur coup fin février et début mars : Nathalie Lundqvist d’abord, puis Christine Removille. Au-delà de leur entrée simultanée dans les équipes du cabinet, deux caractéristiques les unissent.

Elles ont pour trait commun d’avoir eu une longue carrière avant de rejoindre Bain.

Nathalie Lundqvist a occupé différents postes de VP Strategy et a été chief transformation officer au sein du comité exécutif de plusieurs groupes internationaux (Europcar, Polyconcept, Korian, ISS, MNG...). Elle fut une première fois consultante chez Bain & Company en début de carrière, après un passage par Procter & Gamble et L’Oréal.

Même niveau d’expérience pour Christine Removille. Diplômée de l’EDHEC en 1994, elle était précédemment présidente de l’agence Carat, filiale d’Aegis Media, l’un des leaders des agences médias dans le monde. Elle est une ancienne partner d’Accenture Strategy et a collaboré chez Accenture de 1998 à 2018.

Autre point commun : leur grade d’entrée. Elles intègrent toutes les deux le cabinet en tant qu’expert partner, les deux seuls à ce jour au bureau de Paris. « Le terme a vu le jour chez Bain voilà quelques années aux États-Unis et au Royaume-Uni. Il s’agit pour le cabinet de recruter des partners qui ne sont pas des “babys Bain” », explique Christine Removille à Consultor.

Toujours plus d’expertise

« Notre démarche est plus récente que chez certains de nos concurrents. Elle va dans le sens de l’histoire du conseil, qui est marquée par un besoin accru d’expertise de la part de nos clients. Quand j’ai commence le conseil chez Bain, nous étions dans un univers de généralistes. Nous avions un mois pour comprendre le secteur et le client, avant d’être opérationnels. Puis des practices sectorielles et fonctionnelles ont été créées. Nous avions besoin de quelques jours pour être opérationnels. Aujourd’hui, nous avons besoin d’être opérationnels lors du premier rendez-vous client », dit aussi Olivier Marchal, partner et chairman de Bain en France.

En plus de Nathalie Lundqvist et Christine Removille, ils sont une centaine d’experts partners dans le monde chez Bain et s’ajoutent aux plus de 800 partners que compte le cabinet dans le monde. Ainsi de Ravi Srivatsav, arrivé de Bain à San Francisco en août : avant de rejoindre la case expert partner, il a été product manager chez IBM, chez Microsoft, chez Fox Interactive Media, a monté une entreprise d’IT revendue depuis, puis a également collaboré avec le géant des télécoms nippon NTT, sans oublier la création de sa propre société d’investissement.

C’est le cas aussi de Frank Lesmeister. Déjà expert du lean manufacturing au BCG, au grade de partner & associate director, un des grades que le BCG a récemment revalorisés, il a sauté le pas pour Bain. Il a rejoint le cabinet en tant qu’expertpartner à Düsseldorf en mars 2019.

Une majorité de ces experts partners est recrutée de l’extérieur. Elle est complétée d’une minorité de consultants qui viennent du sérail Bain au terme d’un parcours classique (recrutement à la sortie d’écoles, progression dans la pyramide hiérarchique en interne) et rejoignent le track expert du fait d’une hyper spécialisation sur un sujet.

Des super senior advisors

Les experts partners ont tout des partners classiques, avec des objectifs commerciaux équivalents à atteindre, hormis qu’ils ne sont pas associés au capital – comme au BCG – et sont assujettis à une grille de rémunération différente. Au-delà, pour Christine Removille et Olivier Marchal, il n’existe aucun traitement différencié en interne et zéro relation hiérarchique entre partners et experts partners. « Du point de vue du leadership, nous sommes à égalité avec les partners », pose Christine Removille. « Je sors d’un zoom avec tous les associés parisiens, Nathalie Lundqvist et Christine Removille étaient présentes évidemment », illustre Olivier Marchal.

« La différence notable est que les experts partners sont amenés à intervenir en tant qu’advisor auprès de plusieurs clients quand un partner classique, traditionnellement, suit un ou deux clients sur le long terme. Leur utilité est frappante en prospection et au démarrage des missions tout particulièrement. Quand Nathalie est face à un chief transformation officer, poste qu’elle a occupé à plusieurs reprises par le passé, elle peut dire à la personne qu’elle a aussi été dans son fauteuil. Cela apporte une crédibilité formidable. En interne, aux équipes projets, elle peut dire “voilà ce que le client pense en ce moment”, “voilà ce qu’il ne vous a pas dit, mais qui est aussi dans ses priorités”. Cela fait une différence énorme », détaille Olivier Marchal.

L’objectif est donc de poursuivre ces recrutements à Paris comme ailleurs. Encore faut-il mettre le grappin sur ces oiseaux rares.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Assemblée nationale : à gauche, la séparation de l’audit et du conseil dans le viseur
    02/12/22

    La Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (Nupes) cherchaient à inscrire la mesure dans la loi de finances. 49.3 oblige, elle n’a même pas pu être discutée. Une mesure, parmi d’autres de lutte contre l’évasion fiscale, que le groupe parlementaire voudrait à nouveau pousser au cours de la mandature. Charlotte Leduc, députée LFI/Nupes, qui est à l’origine de cette proposition, répond à Consultor.

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

Super Utilisateur
France
Bain, Nathalie Lundqvist, Christine Removille, Olivier Marchal, BCG, Ravi Srivatsav, Frank Lesmeister, partner, expert, carrière, parcours
3548
Bain & Company Boston Consulting Group
Olivier Marchal
2021-10-30 16:08:51
0
Non