Enquête - Roland Berger : pourquoi le management parisien a fondu

 

Roland Berger à Paris passera-t-il les 30 ans ? Après avoir fêté en 2012 ses deux décennies en forte croissance en France – avec un chiffre d’affaires que nous estimons à une centaine de millions d’euros, multiplié par trois par rapport à 2004 –, la question de l’avenir de Roland Berger made in France revient fortement dans le milieu du conseil en stratégie.

 

10 Oct. 2017 à 19:43
Enquête - Roland Berger : pourquoi le management parisien a fondu

 

Consultor a régulièrement alerté sur le sujet, et encore récemment. En effet, la question de l’indépendance de Roland Berger a souvent été posée. Le rapprochement avec Deloitte ? Avorté. La revente à d’autres acteurs de l’audit ? Écartée.

11 départs d'associés en un an

Depuis un an, un mouvement inédit de départs d’associés du cabinet interroge de plus belle. Selon les informations de Consultor, une dizaine d’entre eux ont récemment quitté le navire.

 

Parmi ces départs, certains sont déjà connus comme celui de Benjamin Entraygues ou de Michel Jacob. Ce dernier a été remercié par Charles-Édouard Bouée, le CEO monde, pour la baisse de l’activité à Paris qui, aux dires de nos sources, est en décroissance à deux chiffres depuis trois ans. La fuite des cerveaux est plus large encore : Max Blanchet, Sébastien Amichi (tous deux partis chez Accenture), Stéphane Blanchard (arrivé chez Advancy), Philippe Removille, qui est en congé sabbatique.

Même ceux élus il y a moins d’un an (en décembre 2016), comme Xavier Aymonod, Emmanuel Austruy et Ciril Faia ont également pris la porte de sortie. D’autres y réfléchissent.

Au total à Paris, selon les chiffres de Consultor, il y avait moins de 200 consultants à l’été 2017, et 220 à 230 en incluant 60 à 70 fonctions support. On est loin des 400 consultants visés en 2012.

« Il y a eu des départs, dont certains étaient voulus par le management »

Ce que la direction actuelle ne conteste pas. « Il y a eu des départs, dont certains étaient voulus par le management du cabinet, mais nous avons eu surtout de nombreuses arrivées », dit Anne Bioulac (44 ans, Télécom Paris, passée par Mercer), une associée promue en juillet à la tête du bureau au côté de Olivier de Panafieu.

Une tendance d’autant plus problématique que la pyramide s’est creusée par le milieu, avec les départs de consultants seniors et de chefs de projets. Et que des personnes dotées d’une ou deux décennies d’expertise sectorielle ne courent pas les rues et font l’objet d’une très forte concurrence, négociée à prix d’or.

A fortiori, les promotions internes, celles de décembre 2016, et les arrivées latérales à l’instar de Jean-Michel Cagin depuis OC&C, d’Eric Kirstetter depuis Arthur D. Little ou de Victor Marçais depuis Kurt Salmon, ne font que compenser les départs.

Chiffres d'affaires au ralenti, dette et organisation alimentent les départs

Voilà pour le constat : un rythme très (très) élevé de départs parmi les associés. Quelles en sont les raisons ? Primo : le chiffre d’affaires atteint environ 60 millions d’euros en 2016 – quoique sa consolidation avec le Canada, le Maroc et l’Espagne a varié au fil du temps. Parce que les départs de personnes expérimentées finissent par peser lourdement sur la capacité opérationnelle du cabinet. Par exemple quand toute l’équipe de Philippe Plouvier (practice Aéro) est partie en 2015.

No comment sur ces chiffres de la part d’Anne Bioulac qui préfère se concentrer « sur une hausse de 10 % de l’activité cette année ».

Secundo : une dette très lourde – récemment encore de plus de 200 millions d’euros – héritée du rachat, par le management du cabinet, des parts de la Deutsche Bank, la banque historique du fondateur éponyme Roland Berger. Quand bien même le sujet n’est pas neuf, les associés continuent chaque année de rembourser, réduisant d’autant leur rémunération vis-à-vis de la concurrence. Le sujet est devenu pressant à Paris. Avant la nomination de Charles-Édouard Bouée comme PDG en 2014, les rémunérations des associés parisiens étaient supérieures à celles des autres associés de Roland Berger dans le monde. Ce à quoi Charles-Édouard Bouée a mis un terme.

« On a découvert l’étendue des dégâts à ce moment-là. C’était travailler plus pour gagner moins », dit l’un. « Quand vous gagnez moins et qu’en plus vous ne vous amusez plus, vous partez », tance un autre. « Ce n’est pas vrai : lorsque vous êtes performant, vous pouvez gagner autant qu’ailleurs », tempère Anne Bioulac.

Un cabinet allemand faussement international ?

Le positionnement de Roland Berger hors de la banque et de l’assurance, deux secteurs qui génèrent pourtant le gros des dépenses de conseil, est également mis en cause. Vient aussi l’organisation interne du cabinet en filiales : il est loin d’être le seul à le faire, mais cela constitue d’énormes freins au développement international.

L’Allemagne compte à elle seule trois quarts des associés. Ce qui représente un fort déséquilibre, alimenté par l’envoi fréquent d’associés allemands pour chaperonner des bureaux plus modestes.

« Chaque pays est une succursale à 100 % de la Gmbh allemande. Ce qui limite considérablement le rayon d’action de chaque consultant. Voyager, cela peut être exotique une ou deux fois, ensuite c’est vite une contrainte. Alors quand ce n’est pas encouragé parce que chaque bureau a un P&L différent, eh bien, personne ne fait de développement commercial international. On se retrouve à courir après les petits projets pour essayer de faire jeu égal avec les contrats mastodontes que McKinsey fait rentrer. C’est fatigant à force », explique-t-on.

Concrètement, le cœur de l’activité reste en Allemagne (six bureaux), et les bureaux paient une licence annuelle pour l’utilisation de la marque et pour une part de remboursement de la dette. « Nous payons des consultants pour leur capacité à vendre dans leur environnement. Ce qui n’empêche que la collaboration entre les bureaux va croissante », défend Anne Bioulac.

Du volontarisme certes, mais la crise de management gronde. « La société est en difficulté depuis trois ou quatre ans. Il y a des doutes persistants sur la capacité du top management à y répondre. Roland Berger a décroché par saupoudrage, par absence de choix et une vie de patnership très décevante », glisse une source.

Pas de revente avant des années

Roland Berger à Paris serait la première victime d’une bipolarisation du marché avec d’un côté McKinsey et le BCG, intouchables du fait de leur réseau d’experts, leur présence mondiale et les investissements qu’ils réalisent, et, par ailleurs, les Big Four de l’audit qui montent en puissance dans le conseil.

« Stuck in the middle », on trouve des marques historiques du conseil comme A.T. Kearney, Oliver Wyman… et Roland Berger. Au point d’ailleurs que certains voient poindre à l’horizon des rapprochements entre les highlanders du conseil en stratégie et les hydres de l’audit.

« Nous restons la seule alternative aux géants anglo-saxons et ne sous-estimons pas les obstacles au développement des auditeurs dans le conseil [réglementaires, ndlr]. Je ne suis pas naïve, mais notre différence de culture et notre agilité restent appréciées », assure Anne Bioulac.

Une revente ne serait plus d’actualité avant plusieurs années – « encore faudrait-il que 180 associés s’assoient sur leur equity ». Pour un autre bon connaisseur, « un cabinet met longtemps à décoller et longtemps à baisser ».

Une anecdote est éloquente : à son arrivée rue de Lisbonne (8e arrondissement), où le cabinet a déménagé depuis sa précédente location dans le 17e arrondissement, Roland Berger avait mis la main sur un bail de sept étages. La part des sous-locations, dit-on, est plutôt grandissante.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

33
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (33)

Effectivement...
28 Oct 2017 à 21:32
Beaucoup (trop?) de départs de Partners, et en parallèle des recrutements externes de Partners qui ne l'étaient pas au sein de leur précédent cabinet.

citer

signaler

Préoccupant ?
27 Oct 2017 à 21:17
Préoccupant, tu as un exemple en tête ou c'est gratuit ?#BalanceTonFauxPartnerOuTaisToi

citer

signaler

Préoccupant
27 Oct 2017 à 16:28
Le départ des partners nouvellement nommés est effectivement un signe de très mauvaise santé, à quoi il faudrait ajouter le recrutement de non-partners externes au niveau partner, ce qui ne se fait normalement pas dans les vrais grands cabinets.

citer

signaler

Vu de l’extérieur
24 Oct 2017 à 10:55
Bravo Consultor pour avoir le courage de faire un article sur la réalité-parfois dure- de la vie et des changements dans la vie du conseil. Ces changements sont sains et font partie de la transformation normale des entreprises.
Les profils des entreprises de stratégie sont des A+ et sont très volatiles sur le marché car travailleurs, rapides, analytiques, internationaux (parfois) et courageux. Les départs rapides et successifs sont généralement un bon indicateur de l’atmosphère d’un cabinet. La réaction d’un cabinet est également un bon indicateur de son intelligence et de sa capacité à comprendre un environnement qui change. Je suis certain que Roland Berger - qui est un grand cabinet- saura trouver des solutions à la hauteur des enjeux. Ce serait passionnant que Consultor puisse écrire un article dans un an sur les solutions trouvées par un cabinet face à ces départs. Ce serait un excellent “HR case” utile pour tout le marché.

citer

signaler

PIOTR
16 Oct 2017 à 18:11
Ancien de RB, je ne peux que déplorer cet article qui est largement partial et ne traite que d'une partie du sujet. Dommage de ne pas donner plus la parole à ceux qui font le cabinet : ses consultants et ses clients!

Je suis moi même parti de ce cabinet, après une aventure exceptionnelle, autant liée à la qualité des missions qu'à l'ambiance qui règne au sein du bureau de Paris, et je regrette de constater ici que cet article ne mentionne pas ces aspects!

citer

signaler

Ex RB1
13 Oct 2017 à 13:50
Il est simple d'écrire un article avec des faits extrêmes. On pourrait prendre des points de vue extrêmes sur les autres cabinets (départ des consultants, burn-out, panne de croissance) mais vu le parti pris de départ il est peu probable que cela sorte. Et c'est bien normal, quel intérêt d'attaquer comme cela un cabinet? C'est en tous cas bien dommage pour Consultor.
Le travail du journaliste n'est-il pas au contraire de problématiser, nuancer, contre-balancer ce des faits bruts par d'autres aspects? Oui car il y a quand même j'imagine des aspects qui expliquent que le cabinet soit encore le 3-4 eme en france en CA.
Nous attendons donc un prochain article sur tout ce qu'il y a de bien chez RB et qui en fait une boite unique ; ambiance, entrepreneuriat, liberté, proximité.

citer

signaler

ex RB
12 Oct 2017 à 11:10
Chacun a son avis, et cela se respecte. Je trouve personnellement que l'article est d'une pauvreté en faits qui ne fait pas honneur à Consultor, et à l'opposé complet de ce que j'ai pu connaître et de ce que je sais de Berger. Idem quant aux discussions qu'il alimente. C'est mon avis, et cela se respecte.

citer

signaler

AV
12 Oct 2017 à 10:10
Quel dommage pour un journaliste de ne pas vérifier la véracité de certains propos recueillis avant d'en faire la restitution... Et nos arrivées? Et la toute récente constitution de notre practice data? Et la création de notre fonds de VC l'année dernière?...

Que diriez-vous de venir nous rencontrer (ce sera également l'occasion d'inaugurer nos nouveaux bureaux du 3ème flambants neufs!), afin de recueillir de vraies informations? Vous comprendrez alors que nous sommes loin d'une perte de vitesse et que, au contraire, nous préparons réellement l'avenir.

citer

signaler

EastPack
12 Oct 2017 à 10:10
Pour faire taire tout le monde faudrait simplement faire une petite slide ( spécialité des cabinets de consulting)
Evolution du CA France sur les 3 dernières année
Montant de la prise de commande sur les 3 dernières années
Nombre de Partner France en ETP sur les 3 dernières années
Nombre de consultants France sur les 3 dernières années
idem pour le staff
Evolution de la dette
Cela calmerait tout le monde

citer

signaler

AV
12 Oct 2017 à 10:07
Quel dommage pour un journaliste de ne pas vérifier la véracité de certains propos recueillis avant d'en faire la restitution... Et nos arrivées? Et la toute récente constitution de notre practice data? Et notre nouveau fonds de VC lancé l'année dernière?
Que diriez-vous de venir nous rencontrer (et inaugurer nos nouveaux bureaux du 3ème flambants neufs!) afin de recueillir de vraies informations? Vous comprendrez alors que nous sommes loin d'une perte de vitesse comme vous le décrivez, mais que, au contraire, nous préparons réellement l'avenir.

citer

signaler

Vue d Orient
12 Oct 2017 à 03:51
Si le jeune Benjamin Polle veut faire une "enquête" sur Roland Berger, alors il serait bon de collecter des faits, des chiffres, à partir de sources officielles, qui peuvent ensuite être croisées et vérifiées. Par exemple, le bilan de la société, les publications sur le nombre de partners sur le site internet, dans tous les pays, les nationalités apparentes de ces braves gens, ce qu'en disent les clients, etc. Bref, un bon travail de consultant...
Il est certain que c'est plus exigeant que de reprendre les discussions de café du commerce entre anciens frustrés et chasseurs de tête assoiffés, etc.

Après d'autres pays de Roland Berger, la France se métamorphose avec talent et vision. Il faut aussi de nouvelles têtes pour ça. Bon vent aux bashers, mais ce ne serait pas la première fois que Roland Berger est donné pour mort et gagne le marathon ...

citer

signaler

Inside_RB
11 Oct 2017 à 23:08
Bientôt sur le départ également, je confirme la quasi-totalité de l'article. L'ambiance dans le bureau parisien est exécrable et l'avenir n'est pas rose même pour le haut de la pyramide.

Cet article alimente pas mal de discussions rigolotes à la pause café.

citer

signaler

#RB Bashing
11 Oct 2017 à 21:51
Bravo pour cet article de fond particulièrement bien écrit et approfondi. On attend avec impatience la même analyse sur les autres cabinets !

citer

signaler

Stéphane99
11 Oct 2017 à 21:48
Beaucoup de défense dans les commentaires, complot, etc... Soyons honnête. La profession savait cela. C'est juste la première fois que c'est posé par écrit et de manière relativement structurée... Il reste des gens bien à embaucher :-) ?

citer

signaler

Un ancien...
11 Oct 2017 à 21:23
Malheureusement très bien renseigné, mais il semblerait que la vérité blesse… et ne sont-ce pas les "meilleurs" qui partent toujours en premier ? En tout cas, les membres de cette liste n’étaient, d’expérience, pas les plus mauvais ! Bonne chance à RB pour essayer de s’en sortir.

citer

signaler

o
11 Oct 2017 à 21:03
il y a eu un email à tout RB pour que tout le staff vienne commenter cet article d'un coup? vous avez pas de projets/propales à faire?

citer

signaler

PSY
11 Oct 2017 à 19:50
Cela relève désormais du pathologique, cette obsession du RB-bashing. Vous vous êtes fait larguer par une consultante de RB?

citer

signaler

StratConsultant
11 Oct 2017 à 17:41
"dit l'un", "tance un autre"... ce serait quand même plus crédible d'avoir des commentateurs non anonymes (au moins dire "un ancien partner", "un ancien consultant"... etc) vu les allégations qui sont quand même graves... et surtout celles qui sont fausses (et qui pourraient être prouvées avec un peu plus d'investigations...)... C'est vraiment des ragots, il manque plus que des photos !

citer

signaler

ZeroRigueur
11 Oct 2017 à 17:28
Ou sinon, autre point de vue
1/ départ de partners = renouveau, surtout quand il se fait en parallèle de recrutements pertinents
2/ CA : revoyez vos sources, croissance à deux chiffres en 2017...
3/ International et positionnement : pas de changement sur les points mentionnés depuis les années où étaient louées la croissance et l'ambition du bureau parisien. En revanche nouvelles practices et initiatives - non mentionnées elles.
4/ depuis quand la revente est-elle un objectif en soi?
Enfin, soyez professionnels, vos "dit-on" abîme clairement la pertinence d'un article déjà très partial

citer

signaler

Vilmin
11 Oct 2017 à 17:27
Vaste sujet que celui du positionnement stratégique pour un cabinet de conseil. Quel dommage que vous ayez préféré l'angle certes vendeur mais bien creu du "tout va mal" et non creusé le sujet plus avant en analysant proprement la réalité stratégique du changement.

citer

signaler

MaxB
11 Oct 2017 à 16:09
Le cabinet a terminé son turnaround. La dynamique est forte et certains senior partners qui ne vendaient pas beaucoup et qui sortaient les mêmes slides depuis les années 90 ont été priés de rejoindre Accenture. Personne ne voudra les suivre à part mon cousin qui suit une formation Java / PHP à l'université de Montluçon.
"Roland Berger is back, like they never left"

citer

signaler

Patrick Biecheler
11 Oct 2017 à 15:50
"Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose" (le Barbier de Séville, acte II, scène VIII) ...
La juxtaposition d'événements sans aucune mise en perspective n'est pas digne d'un travail d'analyse demandé au plus junior des consultants... Du coup au lieu d'offrir une information de qualité sur le cabinet l'article fait dans le "gossip"... décevant

citer

signaler

Pathétique ...
11 Oct 2017 à 15:19
Article assez pathétique !
Consultor ose appeler ça une "enquête" ?
Pour un site géré par un ancien du conseil, les canons de beauté analytiques sont bien loin.
L'Allemagne, trois quarts des associés ? N'importe quoi
Les bureaux tous affiliés à une GmBH ? N'importe quoi
Les associés allemands dirigeant les bureaux à l'étranger : de l'histoire très ancienne et marquée par ses inombrables échecs (Middle East, Singapour, Suisse, US, ...) Les plus belles success stories de Roland Berger à l'international ont été écrites par des locaux et des français, le seul allemand est arrivé de l'extérieur

Consultor : storyline et faits à revoir...

citer

signaler

Charles-Hubert Bidon
11 Oct 2017 à 15:03
Il est temps que ce RB-bashing cesse. En fait, RB va super bien, n'a aucune dette, aucun problème de management, n'a pas pas vu partir des dizaines et des dizaines de consultants et de partners à la concurrence, et la raison pour laquelle ses jeunes partners récemment promus sont déjà partis est qu'ils sont en fait déjà trop vieux, trop chers et sous-performants. Tout baigne, alles gut.

citer

signaler

MichelJ
11 Oct 2017 à 13:59
Le bureau de Paris avait besoin de rafraîchir sa pyramide, ce qu'il a fait. Des Partners vieux, fatigués et chers sont partis : good news! La croissance restait à l'international, elle est maintenant revenu en France pour Roland Berger.

citer

signaler

Thomas75
11 Oct 2017 à 12:54
C'est une enquête objective ? Roland Berger fait si peur à la concurrence pour qu'elle les harcèle de la sorte ? Les partants ne sont pas heureux dans leurs nouvelles fonctions ? Ils ne sont pas partis de leur plein gré après trois ans de sous-performance notoire ?

citer

signaler

Un observateur
11 Oct 2017 à 12:48
Il semblerait surtout que lesdits associés soient partis avec beaucoup de raage et de rancoeur, pour alimenter ainsi cette pseudo enquête. Quand on est mauvais on le reste. Bon vent à eux !

citer

signaler

PierreM
11 Oct 2017 à 12:47
Malgré un sujet qui ne manque pas d'intérêt, l'impartialité du contenu laisse penser à une entreprise de désinformation de la part d'un concurrent. Dommage !

citer

signaler

ED9
11 Oct 2017 à 12:12
On est pas loin du journalisme ragots et torchons sur les dernières phrases non ?

citer

signaler

Roche
11 Oct 2017 à 12:02
En outre d'être complètement subjectif, votre article laisse transparaitre une grande méconnaissance du bureau parisien. Vous citez les départs : quid des très nombreuses arrivées ? Et concernant l'anecdote croustillante que vous livrez sur les sous-location rue de Lisbonne, manque de chance, RB vient justement de "récupérer" une partie du troisième étage pour son CC digital. Eloquent non ?

citer

signaler

Michel4
11 Oct 2017 à 07:18
C'est triste mais c'est cela...
Un cabinet où le ménage n'a jamais été fait, et où seule la communication externe compte

citer

signaler

Bertrand Pierre
10 Oct 2017 à 22:11
Article intéressant, mais qui ne semble pas dénué d'une certaine partialité, ce qui aurait tendance à décrédibiliser quelque peu le propos. Il serait sans doute bon de connaître le point de vue de Roland Berger.

citer

signaler

Tardi
10 Oct 2017 à 21:38
Article tellement en charge qu'on le croirait commandé par la concurrence... à ce point-là, c'est un peu ridicule !

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • McKinsey : perquisition judiciaire au bureau de Paris
    24/05/22

    Mardi 24 mai, une perquisition judiciaire était en cours au siège du cabinet à Paris. 

  • Cinquième cabinet pour la nouvelle associée énergie de Bain
    23/05/22

    Safia Limousin, 49 ans, vient d’arriver chez Bain & Company en tant qu’associée rattachée à la practice énergie et ressources naturelles. Auparavant chez Kearney depuis 2018, la senior partner était aussi leader monde power & utilities du cabinet et était la 2e femme, après Delphine Bourrilly, à intégrer le partnership en France.

  • Conflit ouvert aux prud’hommes entre Bain et un partner
    20/05/22

    C’est une information de Bloomberg du 18 mai 2022 : Stéphane Charvériat, un partner du BCG arrivé en septembre 2019 de Bain, poursuit aux prud’hommes son ancien employeur. Une audience s’est tenue le mardi 17 mai. Une décision doit intervenir le 11 juillet.

  • Les réserves de la HATVP sur un pantouflage au cabinet d’Olivier Véran
    18/05/22

    Dans une délibération du 3 mai, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu un avis de compatibilité, avec des réserves visant à prévenir tout conflit d’intérêts, sur le recrutement par une entreprise de conseil d’un membre du cabinet du ministre sortant de la Santé Olivier Véran.

  • Le boss du BCG en opération séduction
    13/05/22

    Après la patronne de McKinsey France en décembre dernier, c’est au tour du chef du bureau parisien du Boston Consulting Group, Guillaume Charlin, de s’exprimer dans les colonnes du Figaro (édition du 9 mai).

  • Législatives : quatre anciens consultants en lice
    11/05/22

    Ils sont au moins quatre anciens du sérail du conseil en stratégie à se présenter ou se représenter aux élections législatives de juin prochain, dont trois en Île-de-France. Trois d’entre eux sont des piliers de la macronie et se présentent sous la bannière #Ensemble du triumvirat Macron-Philippe-Bayrou.

  • SKP s’implante en région : nouveau filon de recrutement ?
    10/05/22

    Le bureau français de Simon-Kucher & Partners a décidé de réaliser un bêta test en posant ses valises à Lyon et à Bordeaux. À l’heure de la relocalisation et du télétravail, ces antennes répondent à la fois à un système économique nécessairement plus décentralisé et à de nouvelles opportunités RH, dans un contexte général de recrutement extrêmement tendu.

  • Une associée retail pour Singulier
    10/05/22

    Consultante chez Singulier depuis sa création en 2017, Justine Przyswa, 35 ans, a été promue associée à Paris aux côtés des associés fondateurs, Rémi Pesseguier (ex-McKinsey) et Mathieu Férel, mais aussi de l’associé basé à Londres, Kitson Symes (lui aussi un ancien « Mac »).

  • Destination Toronto pour un associé parisien d’Oliver Wyman
    06/05/22

    Damien Renaudeau, partner parisien des services financiers d’Oliver Wyman depuis 2018, est parti renforcer les troupes du cabinet à Toronto, l’un des 70 bureaux du cabinet dont la maison mère est le groupe US Marsh McLennan. Le Canada et ses trois bureaux, Montréal, Calgary et Toronto (le plus gros), comptent une centaine de consultants.

Super Utilisateur
France
Roland Berger, Benjamin Entraygues, Michel Jacob, Charles-Édouard Bouée, Anne Bioulac, Olivier de Panafieu, bureau de paris
3406
Benjamin Entraygues Emmanuel Austruy Eric Kirstetter Michel Jacob Olivier de Panafieu Philippe Plouvier Philippe Removille Stéphane Blanchard Victor Marçais
2021-11-09 19:45:59
33
Non