USA : Les cabinets de conseil empêchés d’embaucher des « cerveaux » étrangers

 

Coup dur pour les cabinets de conseil aux US. Le président Donald Trump a décidé le 22 juin dernier de geler les cartes vertes et certains visas de travail jusqu’au début de l’année prochaine. Et ce, au nom de la lutte contre le chômage, dans un pays qui compte désormais quelque 40 millions de demandeurs d’emploi. Un ratio qui n’avait plus été atteint depuis la Grande Dépression suite au krach de 1929.

 

30 Jui. 2020 à 13:00
USA : Les cabinets de conseil empêchés d’embaucher des « cerveaux » étrangers

 

Il y a deux mois déjà, Donald Trump avait suspendu l’obtention des précieuses Green Cards, mais il n’avait pas alors touché aux visas de travail temporaires. Un durcissement drastique donc pour les étrangers qui souhaitent travailler sur le territoire américain et les entreprises américaines qui attirent des « cerveaux » du monde entier. Cela empêcherait, selon un haut responsable de l’administration Trump, interrogé par Le Monde, de laisser entrer 525 000 travailleurs potentiels étrangers et de réserver ces emplois aux nationaux. Cela touche en particulier les visas H1-B, un visa destiné aux immigrants diplômés au minimum d’un bachelor (équivalent d’une licence dans le barème européen) s’installant aux États-Unis pour affaires, dont les cabinets de conseil sont très friands pour recruter les candidats les plus qualifiés.

L’été dernier, l’administration Trump avait déjà complexifié le processus de délivrance et pointé du doigt les gros consommateurs de ce type de visas, et ce, en rendant publics leurs noms, comme nous le relations dans cet article : Infosys, Accenture, et dans une bien moindre mesure, McKinsey, le Boston Consulting Group ou Bain étaient ainsi signalés comme étant des « sponsors » importants de visas H1-B.

Sur toute l’année 2019, d’après le site très officiel de l’OFLC, Office of Foreign Labor Certification, le BCG a obtenu 484 de ces sésames, McKinsey 419, Bain 78, Kearney 59 et Roland Berger 12 pour des profils très variés : consultants, développeurs, designers, mais également une proportion importante de data scientists. Le salaire moyen, tout profil confondu recruté par les cabinets de conseil, est de l’ordre de 140 000 $. 

Ces statistiques publiques de l’OFLC concernant l’ensemble des demandes de visas sont très détaillées. On peut, en effet, pour chaque cabinet de conseil, connaître le volume de demandes et pour chaque demande le bureau de destination, l’intitulé du poste, le salaire… Bref, une vraie mine d’informations sur les recrues étrangères des cabinets de conseil aux États-Unis.

 

 

 

Crédit photo : Megan Eaves Prise le 26 mars 2010 CC BY-SA 2.0

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Les impôts australiens et marocains de McKinsey (eux aussi) dans le viseur
    25/05/22

    Après que le parlement français a jugé anormal le niveau des impôts payés par McKinsey, en Australie et au Maroc, la fiscalité du cabinet apparaît également très en deçà des taux moyens.

  • Recrutement : le BCG s’affiche en long et en large dans les rues allemandes
    17/05/22

    Dans une campagne de recrutement lancée il y a trois ans, le BCG passe outre-Rhin un nouveau cap avec de volumineux billboards affichés dans quatre villes allemandes.

  • Pourquoi les cabinets de conseil rachètent à tout-va
    13/05/22

    Expansion internationale, intégration de compétences recherchées : les rachats de cabinets ont tous les avantages. Ces dernières années, les opérations de fusions-acquisitions ont été nombreuses dans l’univers du conseil en stratégie, et tous les cabinets ou presque s’y adonnent. Ne serait-ce que depuis le début de la crise sanitaire, Consultor a recensé pas moins de 27 rachats (de janvier 2020 à avril 2022 par les cabinets du guide de Consultor.fr) dans des secteurs comme les télécommunications, la transformation digitale, la data science ou encore la supply chain et la stratégie pure. Une tendance qui devrait se poursuivre, dans un climat de course effrénée à la croissance.

  • Espagne : McKinsey rachète un spécialiste de Salesforce
    09/05/22

    Les acquisitions se poursuivent chez la firme, qui vient d’annoncer sa toute dernière opération : le rachat de S4G Consulting, une société de conseil basée à Madrid, premier partenaire en Espagne de Salesforce. Objectif de l’opération : mieux aider ses clients à accroître leurs performances commerciales.

  • Young Global Leaders : la French family s’agrandit
    05/05/22

    Anne-Laure Malauzat, partner de Bain & Company aux Émirats arabes unis, responsable régionale de l’impact social et de la diversité, de l’équité et de l’inclusion (DEI), entre dans le cercle fermé des Young Global Leaders (YGL) 2022. Elle est la seule française retenue cette année à ce titre.

  • Bon démarrage en 2022 pour Oliver Wyman
    29/04/22

    Après une année 2021 exceptionnelle, le cabinet de conseil démarre l’année 2022 avec un chiffre d’affaires en hausse de 17 %, soit 667 millions de dollars sur la période janvier-mars 2022.

  • EY-Parthenon rachète QS-2, une société de conseil en technologies
    19/04/22

    Spécialisée dans le conseil scientifique et technologique (biotechnologies, intelligence artificielle), en ingénierie et en analyse avancée, l’entreprise américaine Quantitative Scientific Solutions (QS-2) a rejoint EY-Parthenon, qui renforce ainsi ses compétences en matière de conseil en technologies, ce qui devrait l’aider à mieux conseiller les entreprises dans leurs investissements dans les technologies émergentes.

  • Oliver Wyman reprend les activités de Booz Allen au Moyen-Orient
    08/04/22

    Nouvelle opération de croissance externe pour Oliver Wyman : après avoir mis la main sur Huron aux États unis et Azure Consulting en Australie, le cabinet de conseil renforce cette fois sa position au Moyen-Orient, où il est présent depuis 2005.

  • Un 7e bureau pour Cylad
    06/04/22

    C’est un deuxième bureau en Suisse, à Genève, que le cabinet Cylad vient d’ouvrir, après celui de Zurich (Pfäffikon SZ) en Suisse alémanique.

Super Utilisateur
Monde
visa H-1B, visa, usa, recrutement, Etats-Unis, Donald Trump, McKinsey, BCG, Bain, Kearney, Roland Berger
2728
Bain & Company Boston Consulting Group McKinsey Roland Berger
Éric Bach
2021-10-31 21:31:10
0
Non