Roland Berger : le boss sanctionné après une soirée d’É. Zemmour à son domicile

Olivier de Panafieu a accueilli à son domicile parisien un dîner de levée de fonds en soutien à la campagne d’Éric Zemmour, a révélé Mediapart. Il indique à Consultor qu’il s’agissait de l’organisation d’une soirée de conférence-débat à l’initiative de sa femme sans visée financière. Lundi 24 janvier, le cabinet a annoncé sa suspension. 

Benjamin Polle
21 Jan. 2022 à 18:13
Roland Berger : le boss sanctionné après une soirée d’É. Zemmour à son domicile
Consultor.fr

Mise à jour de l'article le lundi 24 janvier. La direction de Roland Berger Paris a transmis la déclaration suivante à Consultor : « La société Roland Berger a décidé de suspendre Olivier de Panafieu de ses fonctions de Managing Partner avec effet immédiat. Le bureau de Paris sera dirigé par une équipe de Partners, sous l’égide de Laurent Benarousse en tant que Managing Partner. » Laurent Benarousse, l’un des partners secteur public à Paris et patron du bureau de Casablanca, est membre du supervisory board de Roland Berger monde. 

Le couple comptait également parmi les 1 000 invités VIP du premier meeting du candidat à Villepinte en décembre 2021.

Entre mai et novembre 2021, une série de dîners de levée de fonds a été organisée, à Paris mais aussi à l’étranger (Londres, Genève), en faveur de la candidature d’Éric Zemmour à la campagne présidentielle française, a appris Mediapart (voir l’article).

Un de ceux-là, le 9 novembre, est organisé par Valérie et Olivier de Panafieu. Ils convient à leur domicile parisien 30 personnes autour d’Éric Zemmour, selon les informations de Mediapart

À ce même dîner étaient invités des cadres dirigeants de Vinci et Chanel, deux associés d’un grand cabinet d’avocats d’affaires parisien, ou encore l’ex-chanteur du groupe culte des années 1980 Partenaire Particulier, Pierre Beraud-Sudreau.

à lire aussi

02/03/20
de_Panafieu_002

Dans un portrait salé qui lui est consacré par l'hebdomadaire économiqueChallenges annonce qu'Olivier de Panafieu, qui a pris à l’été la direction de la zone France et Europe du Sud-Ouest (il répondait à Consultor peu après en octobre), assumera dans quel­ques semaines des nouvelles fonctions de direction mondiale du cabinet dans un triumvirat qui emmènera l’ensemble des partners mondiaux. Depuis la démission surprise de Charles-Édouard Bouée début juin à Berlin, un groupe de cinq partners avait été installé au management intérimaire de Roland Berger : Stefan Schaible, le CEO délégué, Sascha Haghani, le CEO Allemagne, Autriche et Suisse, Tijo Collot d‘Escury, le managing partner des Pays-Bas, Satoshi Nagashima, le managing partner Japon et, donc, Olivier de Panafieu.

Une conférence-débat plus qu’une levée de fonds ? 

« Mon épouse a eu l’occasion de rencontrer Éric Zemmour quand il n’était qu’écrivain en septembre 2021. C’est dans le cadre de la vente de ce livre qu’elle l’a invité à une conférence-débat, ce que j’ai accepté et dont j’étais plutôt un spectateur », indique-t-il à Consultor. Il précise que la visée première de la soirée, qui comptait 60 invités selon son estimation, était de débattre avec Éric Zemmour et que si des dons ont été faits à cette occasion ce n’était pas l’objectif affiché. 

« J’ai pu participer à de nombreux autres débats de ce type avec des candidats à différentes élections présidentielles ou à la mairie de Paris. Cela permet d’en apprendre beaucoup intellectuellement, de passer le filtre médiatique, pour toucher les candidats en direct. Et j’avais, avant la parution de cette information, décidé d’organiser une soirée-débat du même type avec un candidat de l’autre bord à mon domicile », déclare-t-il, sans vouloir préciser de qui il s’agit.

Olivier de Panafieu dit ne pas avoir voulu répondre à Mediapart, jugeant faire l'objet d'un grave raccourci. Il a fait la déclaration suivante au média d’investigation en ligne via son avocat, Olivier Baratelli : « Je ne souhaite pas commenter mon droit individuel et strictement personnel, ni celui de mon épouse, à m’intéresser à la vie civique et démocratique de mon pays. S’il m’est arrivé de participer à divers événements de la vie démocratique pour différents partis, dont des dîners de levée de fonds, je l’ai toujours fait à titre personnel, et je souhaite par ailleurs déclarer que je n’ai aucune responsabilité officielle de près ou de loin dans un état-major de campagne présidentielle ; ni chez M. Zemmour ni chez aucun autre candidat. »

Valérie et Olivier de Panafieu comptaient également parmi les 1 000 invités VIP listés au premier meeting d’Eric Zemmour, le 5 décembre 2021. Il confirme à Consultor y avoir accompagné sa femme qui redoutait les violences qui s’y sont déroulées. « Ma femme y était. Elle avait peur des antifas. Elle m’a demandé de l’accompagner pour la soutenir », précise-t-il. 

Un senior advisor de Roland Berger démissionne dans les 24h quand il devient directeur de campagne d’Éric Zemmour 

Une soirée qui, défend Olivier de Panafieu, n’a rien à voir avec le fait que le directeur de campagne d’Éric Zemmour, Bertrand de la Chesnais, ancien général de l’armée de Terre (à la retraite depuis 2017), a été senior advisor de Roland Berger entre juillet 2018 et octobre dernier (relire notre article). « Il n’y a aucun lien. Nous avions été très surpris des fonctions de directeur de campagne prises par Bertrand de la Chesnais. Il avait aussitôt, dans les 24 heures suivantes, mis fin à ses fonctions de senior advisor au sein de notre cabinet », dit Olivier de Panafieu. 

La soirée aurait-elle pu être organisée avec l’ambition implicite de se positionner auprès d’un candidat et peut-être de favoriser Roland Berger dont les missions dans le secteur public à haut niveau sont très nombreuses (relire notre article) ? Le cabinet a d’ailleurs été entendu mercredi 19 janvier 2022 par la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets privés de conseil sur les politiques publiques.

« Pas du tout, ça ne m’a même jamais traversé l’esprit et c’est complètement inimaginable ! », tonne Olivier de Panafieu, qui rappelle les règles de neutralité politique auxquelles les salariés du cabinet sont tenues par un code de conduite interne explicite sur le sujet. « Roland Berger est distinct de ses employés, a fortiori des femmes de ses employés. Roland Berger a vocation à servir la cité et n’exprime aucune opinion politique », appuie Olivier de Panafieu. 

S’est-il posé la question des possibles conséquences réputationnelles néfastes que pareille soirée pourrait avoir sur le cabinet si elle venait à être connue ? « Non, je ne me le suis pas dit, il est vrai. La soirée avait lieu le soir, dans le cadre de ma vie privée », reconnaît-il. 

À entendre Olivier de Panafieu, la publication de Mediapart n’a pas de conséquences sur les fonctions de direction de la zone France et Europe du Sud-Ouest qu’il a prises à l’été 2019. Même s’il dit « comprendre que ça puisse créer de l’émoi ».

En attendant, il s’est tout de même entretenu sur le sujet avec le collège des partners parisiens du cabinet qui lui ont, selon lui, manifesté leur soutien. « Ils tiennent à ce qu’il n’y ait pas d’amalgame entre la vie privée d’une citoyenne et l’employeur d’un citoyen », rapporte Olivier de Panafieu, qui indique, interrogé sur ce point par Consultor, que la poursuite de son mandat n’est pas du tout en question. 

Aristo et grande gueule

Olivier de Panafieu a tout du « BCBG d’HEC », comme il était décrit par Challenges dans un portrait salé (relire notre article). Son oncle Guy de Panafieu est l’ancien patron de Bull, et sa femme, Françoise de Panafieu, la femme politique bien connue — par laquelle Olivier de Panafieu peut avoir accès au puissant réseau familial des descendants de Wendel, ces maîtres de forges qui ont donné au pays une série de dirigeants politiques et économiques (lire l'article du Monde du 24 décembre 2019). Jean de Panafieu, son père, est polytechnicien et a fait une carrière d'industriel. Quant à sa mère Béatrice de Panafieu, on ne lui connaît pas d'activité professionnelle mais Olivier de Panafieu indique qu'elle lui a transmis la passion de la chasse à courre.

Olivier de Panafieu, dans un univers du conseil en stratégie connu pour son fort taux de testostérone, est aussi volontiers décrit comme machiste : au point, selon Challenges toujours, qu'un chaperon l’accompagne toujours lors des soirées professionnelles pour éviter qu’il ne dérape.

Son ticket pour le conseil, il l'obtient à la sortie d'HEC. Il décroche son premier job en 1994 chez Kearney (alors A.T. Kearney) en mettant en avant son service militaire en Guyane dans le 3e régiment étranger d’infanterie.

Arrivé au tout début du bureau parisien de Roland Berger, dans un appartement de l’avenue Georges-V, Olivier de Panafieu a participé à la phénoménale croissance du champion européen du conseil. Partner à 35 ans, il a beaucoup œuvré sur la stratégie des géants français de la grande distribution, que ce soit sur le dossier Rallye-Casino, la relance des Galeries Lafayette avec Philippe Houzé au début des années 2000 ou, plus récemment, sur la redéfinition d’un plan pour le groupe Auchan.

À son actif aussi, l’organisation du « grand débat national » ouvert après la crise des « gilets jaunes » et le traitement du million de contributions, parfois écrites à la main. Ou encore le dossier de l’aciérie Ascoval de Saint-Saulve, dans les Hauts-de-France, menacée de fermeture.

« Mon métier est de m’intéresser à mes clients. Je n’affiche aucune opinion politique dans ce cadre et personne ne le fait dans notre cabinet. Il n’y a rien à conclure de cette soirée me concernant », dit-il encore à Consultor.

Si le cabinet avait d'ailleurs un temps envisagé d’éplucher publiquement les propositions économiques des différents candidats à la présidentielle 2022, il a finalement renoncé à le faire. Bien lui en a peut-être pris. 

5
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (5)

Pierre
27 Jan 2022 à 16:48
En France la discrimination en raison des opinions politiques est interdite par la loi.
Peut-être qu'Olivier de Panafieu était difficile à vivre, mais Roland Berger a choisi le plus mauvais motif et le plus mauvais moment pour l'écarter. La loi est claire et ce délit va coûter cher à la firme...

citer

signaler

Lisbonne
26 Jan 2022 à 21:12
La mise à pied dans ce cas précis peut en étonner certains en effet en raison de cette frontière public/privé. L’employeur aurait pu prendre ce genre de précautions peut-être avant, cela me choque plus de lire certaines déclarations de Challenges sur le machisme, les « dérapages » répétitifs que de savoir qu’il soutient X ou Y à la présidentielle…

citer

signaler

Bienvu
26 Jan 2022 à 18:56
Aucun des candidats cités n'a été condamné pour incitation à la haine. On comprend que son employeur' prenne des précautions.

citer

signaler

ancien mili ?
25 Jan 2022 à 10:40
Défense pas très courageuse de Panafieu (pour un ancien militaire^^), il pourrait juste dire ça ne vous regarde pas, je refuse de m'expliquer sinon c'est donner raison au tribunal médiatique. Ca montre en creux la pression qu'il a pu prendre malgré son niveau

citer

signaler

Incroyable
24 Jan 2022 à 19:56
Il aurait fait ça pour Macron ou Pecresse, personne n’aurait rien dit! Sur quelle motif est-il ainsi évincé?

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • L’atout santé du nouveau partner d’EY-Parthenon
    02/02/23

    EY-Parthenon vient d’annoncer l’arrivée d’un nouveau partner au sein des équipes Strategy Health Science & Wellness. Il s’agit de Harold Smith, ex-L.E.K. Japon et Chicago, associé leader de la practice santé d’Emerton depuis 2019.

  • « Du conseil en stratégie pour 100 % de notre activité. Pas 10 % »
    01/02/23

    Estin & Co, marque historique du conseil en stratégie français, fêtera ses 30 ans en 2027. Son fondateur éponyme, Jean Estin, figure du patronat français, livre sa vision d’un demi-siècle de conseil en stratégie. Il répond aux questions de Consultor.

  • Partners : Bain met les bouchées doubles
    30/01/23

    Deux arrivées récentes de partners au féminin, Katherine Dixon et Nathalie Wouters-Rémy – une ancienne diplomate experte en énergie et une ancienne CEO de grande entreprise –, s’ajoutent à quatre promotions : Pierre-Antoine Bodin, Guillaume Tobler, Alexis de Meaux et Yannick Thiry.

  • Inflation, énergie, guerre : les consultants au cœur du retournement
    27/01/23

    Depuis un an, la guerre en Ukraine rebat les cartes de l’économie mondiale. Avec un nouvel acteur, l’inflation. Cette conjoncture complexifie la donne pour les entreprises déjà impactées par la pandémie, mais jusque-là soutenues par l’État, et fragilise de nouveaux secteurs. Les cabinets sont dans les starting-blocks « retournement ».

  • L’ambition XXL du nouveau boss d’Oliver Wyman
    25/01/23

    Au terme d’un process de sélection de plusieurs mois, Bruno Despujol a été choisi pour diriger les bureaux de Paris et de Bruxelles d’Oliver Wyman (44 partners, 300 collaborateurs). Il succède à Hanna Moukanas, qui occupait ces fonctions depuis 2015. Ils livrent tous deux à Consultor le bilan des dernières années et les dossiers chauds du moment.

  • Kea et Veltys se rapprochent d'un cran
    17/01/23

    Après Nuova Vista et MySezame acquis à l’automne dernier, Kea & Partners continue son chemin d’investissements tracés dans le plan Darewin 2025 (avec une levée de fonds de 23 millions d’euros).

  • Une nouvelle destination (inconnue) pour Jean-Marc Liduena
    12/01/23

    Après 4 années passées dans la récente branche conseil en strat’ de KPMG, Global Strategy Group (GSG), l’hyperactif Jean-Marc Liduena, un ancien consultant de Bain, de Roland Berger et de Deloitte annonce son départ du groupe KPMG.

  • +40 % : Simon-Kucher fait bondir son partnership
    11/01/23

    C’est une évolution pour le moins rarissime et ambitieuse. Simon-Kucher fait croître d’un coup son partnership de 40 % en ce début 2023. Dans une conjoncture économique plutôt sombre, les leviers de croissance seraient la réponse gagnante pour ce cabinet qui vise le milliard de chiffre d’affaires au niveau mondial en 2027.

  • BCG France : trois départs dans un partnership en croissance
    10/01/23

    Depuis un an et demi, au moins quatre managing directors français ont disparu de l’organigramme : à Paris, Timothy Mandefield, Philippe Plouvier, Philippe David, le dernier en date en novembre, et à Londres, Benoît Macé.

Benjamin Solano
France
olivier de panafieu, panafieu, bioulac, roland berger, charles edouard bouee, Axelle Lemaire, ascoval, grand debat, managing partner, portrait, entretien
10244
Roland Berger
Olivier de Panafieu
2022-04-20 16:13:20
5
Non