La piscine illégale d’un associé fait la une de Sud-Ouest

Le senior partner de McKinsey Londres, Dieter Kiewell, allemand d’origine, avait décidé de faire fi des réglementations urbanistiques françaises. Et ce, dans une zone particulièrement protégée : la presqu’ile du Cap Ferret.

Consultor.fr
09 Aoû. 2022 à 05:00
La piscine illégale d’un associé fait la une de Sud-Ouest
Olivier Aumage CC-BY-SA-2.0-fr.

Associé de la SCI Pimpam avec son épouse entrepreneuse Antje Kiewell, sur leur résidence secondaire de Lège-Cap-Ferret, le leader monde de la practice commerce BtoB de McKinsey, vient d’être condamné pour la 2e fois en trois ans par les tribunaux français pour construction illégale (sur une zone devenue inconstructible) en pointe de la presqu’ile, concernée par la loi Littoral (de 1986) relative aux conditions d’aménagement, de protection et de mise en valeur du littoral.

En cette période estivale, le jugement a fait la une de Sud-Ouest le 4 août avant d’être repris sur plusieurs médias généralistes (Capital, Le Figaro) qui ont titré sur l’appartenance à McKinsey du consultant, en résonance avec la forte notoriété du cabinet acquise auprès du grand public pendant la campagne présidentielle.

Premier épisode en 2019, lorsque le couple procède, sans permis de construire ni déclaration préalable, à des travaux d’ampleur – en décaissant une partie de la précieuse dune – sur leur parcelle de près de 1000 m2 : une piscine de 21 m2, une dalle de béton, et un mur en parpaings… Les Kiewell sont alors condamnés pour « violation du PLU et du plan de prévention des risques littoraux et poursuite de travaux malgré un arrêté d’interruption », à une amende de 100 000 euros, et à l’obligation de procéder aux travaux nécessaires de remise en état des lieux (et de reboucher leur piscine donc).

Deuxième épisode en 2021, lorsque de nouveaux contrôles établissent l’existence d’une terrasse en bois coulissante recouvrant désormais la piscine, et, cerise sur le gâteau, l’apparition d’un pool house couvert de tuiles de 24 m2. Nouveau procès-verbal et nouvelle joute avec la justice française. À l’audience récente, la codirectrice de la SCI a choisi comme défense son propre « attachement de 19 ans au bassin d’Arcachon où elle pratique l’aviron », mais aussi le fait que, selon elle, « le projet pouvait être considéré comme une protection des dunes », comme le relate Sud-Ouest dans son édition du 4 août. La terrasse serait destinée à « sécuriser la piscine » ; le pool house érigé pour « cacher le mur à son voisin ». L’ancienne responsable monde des parfums fins de Procter & Gamble, fondatrice de trois entreprises, assure par-là même ignorer les règles d’urbanisme en vigueur… Une défense jugée peu convaincante par le président du tribunal qui a rejeté les soi-disant vertus protectrices, mais qui a plutôt pointé « un carnage environnemental » et « un mépris de la loi ». Selon Sud-Ouest toujours, la SCI a fait appel de la condamnation.

Cela fait plutôt tache pour Dieter Kiewell, diplômé de l’université Justus-Liebig de Gießen en 1991 (il a débuté chez Procter & Gamble) puis de Harvard en 1996, chez McKinsey depuis, qui assure la responsabilité de responsable du recrutement pour la Grande-Bretagne. Et ce alors que le cabinet, comme les autres acteurs du secteur, essaie de se construire une image vertueuse en matière de développement durable, notamment pour attirer les candidats.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

Benjamin Solano
France
vie privée, associé, mckinsey, tribunal, Dieter Kiewell
10800
McKinsey
2022-08-08 08:59:06
0
Non