EY : les raisons du rapprochement de la stratégie et du consulting

 

Au 1er septembre, une partie des équipes de conseil en transaction est passée sous pavillon EY-Parthenon.

Les équipes de consultants en stratégie sont par ailleurs amenées à collaborer plus étroitement avec les autres équipes d’EY Consulting.

 

Benjamin Polle
10 Sep. 2020 à 05:00
EY : les raisons du rapprochement de la stratégie et du consulting

 

Pendant l'été, une opération de large ampleur de rapprochement entre deux industriels a nécessité des concessions de périmètre.

En coulisse, ces concessions ont été élaborées  avec le concours d’une équipe de consultants en stratégie d’EY-Parthenon d’un genre nouveau. En effet, dans les équipes mobilisées sur cette mission figurent des stratèges et des spécialistes de la transaction, habitués à intervenir sous la marque EY Transactions Advisory Services.

Parthenon, tête chercheuse entre le consulting et les transactions

Ce sont les premiers pas des équipes EY Strategy & Transactions, ou Stratégie et Transactions à la française. La différence peut apparaître mineure, elle est en réalité le fruit d’une réorganisation globale des lignes de services de conseil d’EY. Les 70 000 collaborateurs d’EY Consulting – la marque introduite en France en 2018 et globalisée depuis – sont désormais regroupés en trois pôles. Le business, auquel est rattachée la stratégie, l’IT et les ressources humaines.

Une nouvelle organisation dans laquelle les équipes de conseil en stratégie d’EY-Parthenon sont amenées à mutualiser beaucoup plus leurs ressources avec les autres équipes d’EY Consulting que par le passé.

« EY-Parthenon a vocation à servir de pont entre le monde de la transformation et le monde des transactions, entre le consulting et les transactions », pose Bruno Bousquié, co-head d’EY-Parthenon en France.

Des liens qui, empiriquement, existent déjà chez EY comme chez les autres Big Four qui en font même un des arguments de leur développement dans le conseil en stratégie. Nous constituons, disent-ils en substance, des guichets de conseil à tout faire avec des profils de consultants différents et des tarifs différents. Nous pouvons indifféremment être sollicités sur de l’IT, sur des RH, sur de l’orga, mais aussi sur de la strat.

De même, les liens entre EY-Parthenon et EY Transactions Advisory Services ne sont pas neufs : pour preuve, dès le rachat de Parthenon en 2014, les équipes de stratèges ont d’abord été rattachées aux transactions.

« La nouveauté est que nous avons matérialisé les liens entre stratégie, business consulting et transactions dans la gouvernance », nuance Bruno Bousquié. Depuis le 1er septembre, Bruno Bousquié et Cédric Foray, l’autre co-head d’EY-Parthenon, rendent compte à Bertrand Baret, le tout nouveau patron d’EY Consulting pour la zone Western Europe & Maghreb (WEM). Et du côté de Stratégie et Transactions, le binôme Bousquié-Foray rapporte à Yannick de Kerhor, responsable de la ligne de service en France.

De plus, une partie des équipes de transactions, emmenée par Olivier Sibenaler, un ancien d’Alvarez & Marsal, passe sous la responsabilité managériale d’EY-Parthenon en France. Les équipes Parthenon croissent ainsi de 150 à 185 personnes en France, et de 2 500 à 5 000 personnes dans le monde.

À présent, les services d’accompagnement opérationnel des transactions en France, par exemple dans le cas de carve out sale (cession par une entreprise d’une partie de ses activités) ou lors d’intégrations en aval de transactions, pourront être opérés sous la marque EY-Parthenon.

Un rapprochement à la demande des clients

« Ce rapprochement répond à un besoin exprimé par nos clients. Ils sont de plus en plus favorables à ce que ces activités d’accompagnement des transactions soient déployées sous forme de bundle, et plus un bout par ici et un bout par là. Tout opérer sous marque EY-Parthenon sera plus lisible à l’externe et plus fluide en interne », détaille Bruno Bousquié.

L’attelage Stratégie et Transactions ambitionne de remporter à présent de plus gros deals corporate ou private equity. Là où la seule équipe Parthenon a pu se considérer sous-dimensionnée par rapport à ses plus gros concurrents.

Au-delà des transactions, complète Cédric Foray, « entre lignes de services de conseil chez EY, on se passe déjà le ballon. On doit à présent aller dans le sens d’une collaboration beaucoup plus étroite, on y a tous intérêt. Un exemple est parlant : avant nous n’avions pas de visibilité sur les leads des autres équipes. Certes, on se connaît et on se parle. Désormais, c’est systématisé et généralisé au niveau européen. Rien que cela va beaucoup faciliter les collaborations ».

« Les ordres de grandeur et les objectifs sont que 100 euros de chiffre d’affaires de conseil en stratégie chez EY génèrent 100 euros de chiffre d’affaires en dehors du conseil en stratégie : deux tiers en transformation chez EY Consulting, un tiers en transactions », dit encore Bruno Bousquié.

Par exemple dans le service public, une des trois principales practices d’EY-Parthenon (voir les dernières missions ici, ici et), « le lien avec le consulting est fondamental », complète Bruno Bousquié.

Le standing de la stratégie mis en danger ?

Ces mutualisations plurielles sont censées générer de la croissance supplémentaire au global pour EY Consulting. Au détriment du standing des équipes de stratégie ? Réponse par la négative des principaux intéressés : « Les profils sont différents. Mais le mariage avec les transactions était possible du fait de taux journaliers moyens proches. Le standard reste 300 000 euros par an et par consultant de chiffre d’affaires. » Une excellence de principe qui restera à confirmer à l’usage.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

Crédit photo : November 25, 2018 San Jose/CA/USA - EY logo next to the entrance to their offices in downtown San Jose, south San Francisco bay area.

 

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

Attention
10 Sep 2020 à 10:36
Effectivement, un risque non négligeable côté marque employeur avec des étudiants qui recherchent souvent i) une practice pure "strat" et ii) une marque prestigieuse, visible et claire sur le marché, synonyme d'employabilité

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • McKinsey : perquisition judiciaire au bureau de Paris
    24/05/22

    Mardi 24 mai, une perquisition judiciaire était en cours au siège du cabinet à Paris. 

  • Cinquième cabinet pour la nouvelle associée énergie de Bain
    23/05/22

    Safia Limousin, 49 ans, vient d’arriver chez Bain & Company en tant qu’associée rattachée à la practice énergie et ressources naturelles. Auparavant chez Kearney depuis 2018, la senior partner était aussi leader monde power & utilities du cabinet et était la 2e femme, après Delphine Bourrilly, à intégrer le partnership en France.

  • Conflit ouvert aux prud’hommes entre Bain et un partner
    20/05/22

    C’est une information de Bloomberg du 18 mai 2022 : Stéphane Charvériat, un partner du BCG arrivé en septembre 2019 de Bain, poursuit aux prud’hommes son ancien employeur. Une audience s’est tenue le mardi 17 mai. Une décision doit intervenir le 11 juillet.

  • Les réserves de la HATVP sur un pantouflage au cabinet d’Olivier Véran
    18/05/22

    Dans une délibération du 3 mai, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu un avis de compatibilité, avec des réserves visant à prévenir tout conflit d’intérêts, sur le recrutement par une entreprise de conseil d’un membre du cabinet du ministre sortant de la Santé Olivier Véran.

  • Le boss du BCG en opération séduction
    13/05/22

    Après la patronne de McKinsey France en décembre dernier, c’est au tour du chef du bureau parisien du Boston Consulting Group, Guillaume Charlin, de s’exprimer dans les colonnes du Figaro (édition du 9 mai).

  • Législatives : quatre anciens consultants en lice
    11/05/22

    Ils sont au moins quatre anciens du sérail du conseil en stratégie à se présenter ou se représenter aux élections législatives de juin prochain, dont trois en Île-de-France. Trois d’entre eux sont des piliers de la macronie et se présentent sous la bannière #Ensemble du triumvirat Macron-Philippe-Bayrou.

  • SKP s’implante en région : nouveau filon de recrutement ?
    10/05/22

    Le bureau français de Simon-Kucher & Partners a décidé de réaliser un bêta test en posant ses valises à Lyon et à Bordeaux. À l’heure de la relocalisation et du télétravail, ces antennes répondent à la fois à un système économique nécessairement plus décentralisé et à de nouvelles opportunités RH, dans un contexte général de recrutement extrêmement tendu.

  • Une associée retail pour Singulier
    10/05/22

    Consultante chez Singulier depuis sa création en 2017, Justine Przyswa, 35 ans, a été promue associée à Paris aux côtés des associés fondateurs, Rémi Pesseguier (ex-McKinsey) et Mathieu Férel, mais aussi de l’associé basé à Londres, Kitson Symes (lui aussi un ancien « Mac »).

  • Destination Toronto pour un associé parisien d’Oliver Wyman
    06/05/22

    Damien Renaudeau, partner parisien des services financiers d’Oliver Wyman depuis 2018, est parti renforcer les troupes du cabinet à Toronto, l’un des 70 bureaux du cabinet dont la maison mère est le groupe US Marsh McLennan. Le Canada et ses trois bureaux, Montréal, Calgary et Toronto (le plus gros), comptent une centaine de consultants.

Super Utilisateur
France
big four, ey, parthenon, Bruno Bousquié, Cédrix Foray, Bertand Baret, John Van Rossen, Olivier Sibenaler, ernst & young, audit
3567
EY Parthenon
Bruno Bousquié Cédric Foray Olivier Sibenaler
2021-10-31 09:56:33
1
Non