Conflit ouvert aux prud’hommes entre Bain et un partner

C’est une information de Bloomberg du 18 mai 2022 : Stéphane Charvériat, un partner du BCG arrivé en septembre 2019 de Bain, poursuit aux prud’hommes son ancien employeur. Une audience s’est tenue le mardi 17 mai. Une décision doit intervenir le 11 juillet. Maj 11 juillet 2022 : renvoi des plaidoiries au 27 octobre 2022. 

Consultor.fr
20 mai. 2022 à 05:00
Conflit ouvert aux prud’hommes entre Bain et un partner
LinkedIn

Stéphane Charvériat estime que Bain lui doit la somme de 2 millions de dollars (1,9 million d’euros) en paiement de salaires (1,2 million d’euros) et bonus différés (0,7 million) que le cabinet refuse de lui payer près de trois ans après qu’il a rejoint en septembre 2019 le bureau parisien du Boston Consulting Group en tant que senior partner pour y intégrer la practice retail au niveau européen.

Un non-paiement dont le partner estime qu’il correspond à une forme de sanction pour être passé à la concurrence. « Une punition cachée », a jugé Rémi Chéroux, l’avocat de Stéphane Charvériat lors d’une audience mardi 17 mai 2022. « Ce que Bain ne supporte pas est que Monsieur Charvériat ait quitté le cabinet pour rejoindre un rival », a aussi déclaré l’avocat.

Lui nier le versement de ces rémunérations légitimerait des tactiques de chantage de la part d’entreprises qui cherchent à dissuader leurs collaborateurs clés de partir à la concurrence, a encore plaidé l’avocat dans des propos qui lui sont attribués par Bloomberg.

à lire aussi

Lors de son embauche au BCG, Stéphane Charvériat arrivait de Bain & Company où il dirigeait l’équipe française du retail et dont il était un consultant depuis 2004 (après avoir collaboré avec Kearney de 1993 à 2004 jusqu’au grade de principal, et chez Roland Berger en 1992 et 1993).

À l’audience, Bain a défendu que, bien que Stéphane Charvériat était salarié de Bain avec un contrat français, ce type de rémunération différée relève d’un contrat séparé assujetti à la législation américaine qui ne peut donc être poursuivi en France.

Frédéric Naquet, l’avocat de Bain, a indiqué que Stéphane Charvériat s’était trompé de cour de justice. « S’il veut cette somme d’argent, il devra aller se battre pour elle dans le Massachusetts », a-t-il déclaré.

Un argument que Stéphane Charvériat et son avocat ont écarté, indiquant qu’aucun document au sujet des rémunérations différées n’avait été signé, qu’aucune clause ne prévoyait un droit de préséance des cours de justice du Massachusetts sur le versement de ces rémunérations et que ces montants, calculés à partir de sa rémunération de partner, devraient être considérés comme une partie de son salaire français et donc assujetti à la loi française.

« Je considère qu’une rémunération différée devrait être soldée le jour du départ de l’entreprise », a déclaré Stéphane Charvériat.

Une autre empoignade rapportée par Bloomberg concerne le versement ou non de 700 000 euros de bonus que Bain conteste, estimant qu’elle est par nature discrétionnaire, et que Stéphane Charvériat juge légitime au titre des six mois travaillés en 2019.

Chez Bain, il avait par exemple conseillé Alexandre Bompard sur l’élaboration de la nouvelle stratégie de Carrefour début 2018. Cette année-là, a-t-il précisé à l’audience, Carrefour a rapporté l’équivalent de 20 millions de dollars (soit environ 19,1 millions d’euros) à Bain. « Stéphane Charvériat demande simplement à ce que son travail soit rémunéré équitablement », a plaidé son avocat Rémi Chéroux.

Pareils cas de conflits entre un cabinet et un ancien partner expérimenté sont rares, mais ils peuvent parfois se produire (relire notre article).

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

  • Belle promo de partners pour Oliver Wyman
    08/11/22

    Oliver Wyman annonce la promotion de 78 partners et directeurs exécutifs pour 2023, dont cinq au bureau de Paris, un record historique pour ce cabinet, filiale de Marsh McLennan.

Benjamin Solano
France
bain, bcg, stephane charvériat, partner, prudhommes, bonus, départ, conflit, litige, procès, tribunal
10631
Bain & Company Boston Consulting Group
Stéphane Charvériat
2022-10-28 12:42:28
0
Non