Comment Publicis veut se faire une place dans le conseil en stratégie

 

Au sein des équipes de Sapient, l’agence rachetée à grands frais aux États-Unis en 2014, Publicis a mis sur pied en 2019 une business unit de conseil en stratégie qui pioche les talents chez la concurrence et entend à présent vite grossir.

À Paris, un tandem d’associés recrutés au Boston Consulting Group et chez Roland Berger mène la barque.

 

Benjamin Polle
13 Nov. 2020 à 05:00
Comment Publicis veut se faire une place dans le conseil en stratégie

 

« À fond les ballons. » Moins d’un an après être arrivé (relire notre article), le 6 janvier, chez Publicis, Olivier Abtan, l’ancien senior partner du Boston Consulting Group et de Roland Berger, ne mâche pas ses mots sur le rythme auquel le troisième groupe de communication mondial entend se positionner dans le conseil en stratégie. Avec un véhicule clair pour ce faire : Publicis Sapient, la marque née du rachat en 2014 du groupe américain Sapient. Sapient est un groupe actif dans la publicité, le marketing et le conseil en transformation digitale créée en 1990 à Boston qui comptait au moment du rachat par Publicis 13 000 collaborateurs dans le monde.

Un binôme de partners à Paris

C’est au sein des équipes de Publicis Sapient, qui compte désormais 20 000 collaborateurs dans le monde, dont 250 en France, qu’une équipe de conseil en stratégie a été mise sur pied voilà deux ans. « La business unit conseil en stratégie de Publicis Sapient est passée de 0 à 200 dans le monde (Publicis Sapient a des entités aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Inde, en France, en Italie, dans les Émirats arabes unis, en Allemagne, au Canada, en Chine, NDLR) en deux ans », appuie Olivier Abtan.

À ses côtés à Paris pour déployer la marque en France, Thierry Quesnel, un centralien tout comme Olivier Abtan (relire notre article sur la cote des centraliens dans la stratégie).

Thierry Quesnel est archi capé dans le conseil en stratégie où il a successivement occupé des fonctions de consultant, de directeur à senior partner chez Kearney, Bain et Roland Berger. Lui aussi, en janvier, rejoignait Publicis Sapient à Paris (relire notre article).

Moins de douze mois après son lancement en France, le tandem d’associés se veut très optimiste sur son potentiel de marché. Avec plusieurs arguments à l’appui.

Les arguments que Publicis fait valoir

D’abord, les moyens que Publicis déploie pour accentuer son profil et ses compétences de conseil, dans un contexte de dépenses publicitaires mondiales baissières, de fortes croissances de Facebook et d’Alphabet en tant que colosses de la publicité en ligne, mais aussi de concurrences grandissantes des géants du conseil, tels qu’Accenture, qui multiplient les rachats d’agences digitales, de création, de design ou de marketing.

Pour y répondre, en mars 2018, moins d’un an après avoir succédé à Maurice Lévy à la présidence du directoire de Publicis, Arthur Sadoun faisait déjà du conseil, lors de la présentation de sa stratégie 2018-2020, un des principaux leviers d’obtention de revenus additionnels, avec la volonté de repositionner le groupe sur le marché de la transformation numérique, plus large que le seul marché de la publicité.

Une ambition qui passe nécessairement par des recrutements. Lors de la publication de ses résultats début février, Arthur Sadoun, le président du directoire de Publicis, indiquait que le groupe avait en 2019 investi 100 millions d’euros dans le recrutement de talents en provenance de cabinets de conseil pour muscler ses propres équipes consulting.

C’est cette enveloppe qui a permis de faire venir Olivier Abtan, Thierry Quesnel, mais aussi Thierry Elmalem, un partner de McKinsey, cabinet avec lequel il a collaboré pendant dix-sept ans, qui a rejoint Publicis Sapient à Londres en janvier 2019.

Plus bas dans la pyramide, on retrouve des profils de Bain ou d’Advancy. Pour l’heure, ces profils issus de la concurrence composent le bataillon strat’ – encore modeste – de Publicis Sapient à Paris. De nombreux autres doivent suivre. Du moins les vannes du recrutement sont grandes ouvertes.

Autre motif d’enthousiasme : la turbine à business Publicis. « La qualité des relations du groupe Publicis avec les CEOs, en France et dans le monde, est inégalée. C’est un atout différenciant qui nous apporte de nombreuses opportunités de développement », appuie Olivier Abtan. Thierry Quesnel se félicite aussi que, hormis quelques sceptiques, l’immense majorité des clients approchés à ce jour ont montré de la franche curiosité pour le développement de Publicis dans le conseil en stratégie. 

Les premières missions sont au rendez-vous, principalement pour l’instant dans les secteurs de spécialisation du tandem d’associés parisiens.

Des clients ont été servis à ce jour notamment dans le retail, la grande conso, les loisirs, le luxe et les services financiers, à l’instar de la refonte du e-commerce mondial d’un groupe sur cinquante marques et cent pays à laquelle travaille le cabinet naissant.

Staffing croisé

Des missions pour lesquelles les équipes de conseil en stratégie de Publicis Sapient peuvent au besoin faire appel aux autres associés et consultants en stratégie au Royaume-Uni et aux États-Unis où les équipes sont pour l’heure le plus étoffées. Et au-delà encore aux autres équipes de Publicis Sapient, des consultants en management, des designers, des data scientists (dont les profils sont très demandés dans le conseil en stratégie, relire notre article), des spécialistes de l’expérience client, des codeurs…

Des staffing croisés sont décidés au cas par cas. « 100% des missions embarquent consultants en stratégie et profils Sapient diversifiés. Un tiers des missions restent à très forte dominante conseil en stratégie, et similaires à ce que font les grands cabinets traditionnels », détaille Olivier Abtan.

Au-delà encore, Publicis Sapient ne s’interdit pas de collaborer aussi avec l’une ou l’autre de la galaxie d’agences du groupe Publicis. Besoin d’une analyse poussée de retour sur investissement d’une campagne médias ? Pourquoi ne pas se tourner vers Performics, l’agence maison rachetée à Google en 2008 ? Une mission dans la santé ? Pourquoi ne pas se faire épauler par Publicis Health ? Besoin d’injecter un sujet de comportement des consommateurs dans une mission ? Il n’y a qu’à toquer chez Epsilon, le mastodonte des CRM, plus grosse acquisition de l’histoire de Publicis intervenue en 2019. Autant de synergies a priori simples sur le papier dont l'expérience a prouvé dans d'autres groupes qu'elles sont un défi.

« Avec ces équipes-là, associant des consultants expérimentés en stratégie avec de vrais experts de la tech et de vrais pros de l’expérience client, nous faisons de la transformation digitale une réalité, depuis des réflexions stratégiques CEO et Comex jusqu’à la production effective de solutions, des plateformes CRM, des infrastructures technologiques ou encore des algorithmes d’intelligence artificielle », veut croire Thierry Quesnel.

Malgré la très forte concurrence, multiplier l’activité par deux tous les ans

Sujet sur lequel Publicis n’est absolument pas seul : McKinsey a sa marque Digital, le BCG a développé une pluie de marques telles que Gamma, pour les data analytics, Platinion, pour tous les sujets technologiques, BCG Digital Ventures, studio d’incubation et d’innovation, Bain fait fleurir un écosystème digital (visionner à nouveau notre reportage), on en passe !

Publicis Sapient ne se laisse pas impressionner et assure pouvoir se démarquer. Même si par ailleurs tout n’est pas rose.

Car le conseil en stratégie de Publicis Sapient s’est lancé au pire moment, en janvier 2020, quelques semaines avant le déclenchement de la crise sanitaire et du premier confinement. A fortiori, développer une nouvelle activité au sein d’un groupe de la taille de Publicis a des airs de numéro d’équilibriste vis-à-vis des marques et des activités préexistantes. « Il faut trouver les bons points d’accroche », confirme Olivier Abtan. Ce qui ne va pas non plus sans lourdeurs dans un environnement autrement plus chargé en process que dans des cabinets classiques, tout au plus de quelques milliers de collaborateurs à travers le monde.

Des obstacles surmontables, à en croire le binôme Abtan-Quesnel, qui reste très résolu : « Nous allons doubler de taille tous les ans. »

Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

M. Fraté
13 Nov 2020 à 17:45
Très intéressant, reste à savoir s'ils sauront sortir de sujets apparemment très digitaux et toucher les Directions Générales avec de "vrais sujets strat" i.e. si des clients viennent les voir d'abord comme cabinet de conseil avant de les voir comme agence de pub - com'...
Si c'est le cas la force de la marque et du réseau peuvent donner lieu à une belle aventure.
Sinon on restera sur une énième branche de Publicis sur un marché de niche.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

  • Belle promo de partners pour Oliver Wyman
    08/11/22

    Oliver Wyman annonce la promotion de 78 partners et directeurs exécutifs pour 2023, dont cinq au bureau de Paris, un record historique pour ce cabinet, filiale de Marsh McLennan.

  • Nouveau départ intra-muros pour EY-Parthenon
    08/11/22

    La team parisienne d’EY-Parthenon a décidé de prendre un nouvel envol. Cinq ans après la création du bureau français, les équipes de la branche strat’ d’EY, jusque-là basées au sein du QG du Big Four à la Défense, ont investi de tout nouveaux locaux, au 46 rue Saint-Lazare, entre La Trinité et Notre-Dame de Lorette.

Super Utilisateur
France
publicis, publicis sapient, transformation digitale, accenture, cap gemini, olivier abtan, Thierry Quesnel, publicité, lancement, activité, diversification, design, communication
3577
Advancy Bain & Company Boston Consulting Group McKinsey Publicis Sapient Strategy consulting Roland Berger
Olivier Abtan Thierry Quesnel
2021-10-31 22:36:21
1
Non