Regain de forme des cabinets de conseil en stratégie dans le classement Universum 2012 : Roland Berger entre dans le top 100 en France, McKinsey 2e et Bain 4e aux États-Unis

Dans le top 100 des entreprises préférées pour lesquelles les étudiants à la sortie des grandes écoles souhaiteraient travailler, ingénieurs et managers en herbe donnent à McKinsey, au BCG, à Bain une cote légèrement à la hausse - Roland Berger fait son entrée alors qu'AT Kearney n'est plus classé.

Interview avec Julie Giraud-Avril, manager en charge chez Universum des relations avec les établissements de formation supérieure en Europe (Western Europe University Relations Manager).

Benjamin Polle
19 Oct. 2012 à 02:00
Regain de forme des cabinets de conseil en stratégie dans le classement Universum 2012 : Roland Berger entre dans le top 100 en France, McKinsey 2e et Bain 4e aux États-Unis

Deux enseignements sont à tirer pour les cabinets de conseil en stratégie et en management de la dernière édition du classement Universum, qui classe une centaine des plus grandes entreprises de la planète, en fonction de leur attractivité auprès des étudiants des universités, des grandes écoles de management et d'ingénieurs :

1) Roland Berger, tout comme Capgemini, fait leur entrée dans le classement français qui continue à faire la part belle à McKinsey, au BCG, à Bain et à Accenture, renforçant le sentiment d'un fossé entre le trio mythique MBB et les autres cabinets, quelle que soit la réalité plus nuancée avancée par les clients des consultants eux-mêmes. (Mars, dans le classement Universum, désigne le fabricant de barres chocolatées, et pas le Dominique du même nom bien connu des aficionados de la stratégie, ndlr).

2) Ces quelques marques bénéficient aussi bien dans le classement français que dans le classement mondial d'un regain de notoriété et d'attrait auprès des étudiants, par rapport aux versions antérieures du classement (relayées ici et sur Consultor).

Nous en donnons ci-dessous une synthèse sous forme de tableaux ; sont comparés les classements des seuls cabinets de conseil en stratégie entre 2010 et 2012 au niveau mondial, et 2011 et 2012 pour la France.

Comparatif Universum Monde 2010 - 2012

Comparatif des classements Universum France 2011 et 2012

Hors conseil, des leaders incontestés en France : LVMH pour les étudiants en management et EADS pour les futurs ingénieurs

Les étudiants des grandes écoles de commerce et management ont élu LVMH premier pour la septième année consécutive. Vient ensuite L'Oréal sur la deuxième marche du podium et Apple sur la troisième marche. Le top 5 des employeurs idéaux pour les étudiants des grandes écoles de commerce et management reste inchangé. Google conserve sa quatrième place et Canal + à la cinquième. Ĺes étudiants des grandes écoles d’ingénieurs et IT ont choisi eux EADS comme étant leur employeur idéal pour la huitième année consécutive ; suivi par Google qui prend une place et Thales, en recule d'une place sur un an.

Employeurs idéaux auprès des étudiants en MBA aux États-Unis : les cabinets de conseil en stratégie font particulièrement bonne figure

À noter, le classement Universum des employeurs idéaux tels que définis par un sondage réalisé auprès de 5 748 étudiants, entre décembre 2011 et mars 2012, dans les 72 "meilleurs MBA" (l'expression est d'Universum) outre-Atlantique fait une place de choix aux cabinets de conseil en stratégie : McKinsey talonne en deuxième position Google et Bain & Co est quatrième, puis viennent Accenture (32e), Booz & Co (44e), AT kearney (64e), Monitor Group (dont nous annoncions le possible prochain rachat, 91e).


Julie Giraud-Avril Western Europe University Relations Manager UniversumInterview avec Julie Giraud-Avril, manager en charge des relations avec les établissements de formation supérieure en Europe (Western Europe University Relations Manager).

Consultor (C.) : De quelle manière les classements Universum sont-ils constitués ?

Julie Giraud-Avril (J.G.-A.) : Les sondages sont opérés dans un premier temps dans chacun des 12 pays où nous menons des enquêtes d'opinion. Celles-ci font ensuite l'objet d'une consolidation internationale qui constitue la matière du classement mondial.

C. : Pourquoi se limiter à ces 12 pays et ne pas élargir à un panel plus large des formations supérieures ?

J.G.-A. : Tout simplement parce que ce sont les 12 plus grandes économies. Mais nos enquêtes sont diffusées dans 29 pays.

C. : Fixez-vous des limites aux entreprises qui sont proposées au choix des étudiants ?

J.G.-A. : Oui, nous arrêtons une liste de 130 entreprises en France. Les étudiants indiquent parmi celles-là pour lesquelles ils se verraient idéalement travailler.

C. : On retrouve dans vos classements les plus grandes entreprises, à l'exclusion des autres de taille plus modeste : pourquoi ne pas les incorporer à la liste fournie ?

J.G.-A. : Les classements ont été construits avec les seules entreprises du CAC 40 et les fleurons nationaux de taille comparable qui travaillent sur leur marque employeur...

C. : Marque employeur ? Pouvez-vous rappeler à nos lecteurs de quoi il s'agit ?

J.G.-A. : La marque employeur est le corollaire de la marque produit pour la consommation. Par exemple : Heineken en tant que marque produit désigne l'attrait de la marque Heineken auprès des consommateurs qui la préféreront à d'autres brasseurs. La marque employeur s'applique non plus aux consommateurs mais aux employés : elle désigne l'attrait de la marque Heineken par rapport à d'autres employeurs susceptibles eux aussi d'embaucher de jeunes diplômés.

C. : Pourquoi seules quelques marques d'entreprises de conseil en stratégie et en management apparaissent dans vos classements, alors même que quelques autres, Oliver Wyman et Booz & Co au niveau mondial par exemple,  bénéficient d'une même notoriété spontanée auprès des étudiants ?

J.G.-A. : Nous nous concentrons sur les grands leaders, si d'autres entreprises, que nous mettons pour le moment dans la catégorie des challengers, venaient à se hisser au même rang que les cabinets qui apparaissent à l'heure actuelle dans les classements, nous les intégrerions.

C. : De quelle façon commercialisez-vous ces classements ?

J.G.-A. : Les employeurs achètent nos études parce qu'elles leur permettent de se positionner par rapport à tous leurs concurrents dans le recrutement des étudiants. Nos études constituent un benchmark précieux de l'image qu'elles renvoient.

C. : Le caractère commercial de l'étude, par la revente des classements et les listes limitées d'entreprises fournies aux étudiants, ne biaise-il pas les résultats ? Ces listes ne seraient-elles pas très différentes en sondage libre ?

J.G.-A. : Les étudiants n’ont pas cet aspect à l’esprit quand ils répondent á l’enquête, celle-ci est anonyme. Dès lors, ils répondent librement. Enfin, les étudiants peuvent ajouter librement cinq noms d'entreprise.

Par Benjamin Polle pour Consultor, portail du conseil en stratégie-19/10/2012

Autres articles en relation :

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • L’atout santé du nouveau partner d’EY-Parthenon
    02/02/23

    EY-Parthenon vient d’annoncer l’arrivée d’un nouveau partner au sein des équipes Strategy Health Science & Wellness. Il s’agit de Harold Smith, ex-L.E.K. Japon et Chicago, associé leader de la practice santé d’Emerton depuis 2019.

  • « Du conseil en stratégie pour 100 % de notre activité. Pas 10 % »
    01/02/23

    Estin & Co, marque historique du conseil en stratégie français, fêtera ses 30 ans en 2027. Son fondateur éponyme, Jean Estin, figure du patronat français, livre sa vision d’un demi-siècle de conseil en stratégie. Il répond aux questions de Consultor.

  • Partners : Bain met les bouchées doubles
    30/01/23

    Deux arrivées récentes de partners au féminin, Katherine Dixon et Nathalie Wouters-Rémy – une ancienne diplomate experte en énergie et une ancienne CEO de grande entreprise –, s’ajoutent à quatre promotions : Pierre-Antoine Bodin, Guillaume Tobler, Alexis de Meaux et Yannick Thiry.

  • Inflation, énergie, guerre : les consultants au cœur du retournement
    27/01/23

    Depuis un an, la guerre en Ukraine rebat les cartes de l’économie mondiale. Avec un nouvel acteur, l’inflation. Cette conjoncture complexifie la donne pour les entreprises déjà impactées par la pandémie, mais jusque-là soutenues par l’État, et fragilise de nouveaux secteurs. Les cabinets sont dans les starting-blocks « retournement ».

  • L’ambition XXL du nouveau boss d’Oliver Wyman
    25/01/23

    Au terme d’un process de sélection de plusieurs mois, Bruno Despujol a été choisi pour diriger les bureaux de Paris et de Bruxelles d’Oliver Wyman (44 partners, 300 collaborateurs). Il succède à Hanna Moukanas, qui occupait ces fonctions depuis 2015. Ils livrent tous deux à Consultor le bilan des dernières années et les dossiers chauds du moment.

  • Kea et Veltys se rapprochent d'un cran
    17/01/23

    Après Nuova Vista et MySezame acquis à l’automne dernier, Kea & Partners continue son chemin d’investissements tracés dans le plan Darewin 2025 (avec une levée de fonds de 23 millions d’euros).

  • Une nouvelle destination (inconnue) pour Jean-Marc Liduena
    12/01/23

    Après 4 années passées dans la récente branche conseil en strat’ de KPMG, Global Strategy Group (GSG), l’hyperactif Jean-Marc Liduena, un ancien consultant de Bain, de Roland Berger et de Deloitte annonce son départ du groupe KPMG.

  • +40 % : Simon-Kucher fait bondir son partnership
    11/01/23

    C’est une évolution pour le moins rarissime et ambitieuse. Simon-Kucher fait croître d’un coup son partnership de 40 % en ce début 2023. Dans une conjoncture économique plutôt sombre, les leviers de croissance seraient la réponse gagnante pour ce cabinet qui vise le milliard de chiffre d’affaires au niveau mondial en 2027.

  • BCG France : trois départs dans un partnership en croissance
    10/01/23

    Depuis un an et demi, au moins quatre managing directors français ont disparu de l’organigramme : à Paris, Timothy Mandefield, Philippe Plouvier, Philippe David, le dernier en date en novembre, et à Londres, Benoît Macé.

Super Utilisateur
France
universum, top 100, employeurs, classement, france, monde, etats-unis, mckinsey, bcg, bain, roland berger, capgemini, accenture, at kearney
3228
0