Administrations publiques : un relais de croissance durable, mais pas pour tous les cabinets

En dix ans les administrations sont passées du rang de client occasionnel à celui de partenaire régulier

Si le mariage semble a priori contre-nature, le secteur public émerge pourtant comme un relai de croissance durable pour les cabinets de conseil en stratégie. L'exercice 2011 ne déroge pas à la règle.

Benjamin Polle
08 Jan. 2012 à 17:00
Administrations publiques : un relais de croissance durable, mais pas pour tous les cabinets

Fin décembre, l’administration publique devait représenter 15% du chiffre d’affaires global des cabinets, soit pas loin de 600 millions d’euros, à en croire les 102 cabinets de tailles diverses interrogés par la fédération nationale des cabinets de conseil, Syntec, qui se dit représentative de 60% des entreprises du secteur.

Un tel volume nous montre que les administrations commanditaires sont le troisième plus gros demandeur de prestations de conseil, derrière les services financiers, avec 30% du chiffre d’affaires global, et l’industrie, avec 23%, mais loin devant les secteurs des énergies et de l’environnement, du transport et de la distribution, qui tous plafonnent à moins de 10%.

Dix ans plus tôt, le secteur public faisait plus figure de partenaire occasionnel, avant de croître à son niveau actuel en 2006 puis 2007, à rebours de la plupart des autres secteurs en perte d’allure dans un contexte économique défavorable.

Parmi les causes d’une pareille embellie, la Révision Générale des Politiques Publiques, dite RGPP, joue un rôle moteur. Le grand ménage de printemps au sein des ministères et des administrations avait été initié par le gouvernement en juin 2007. Quatre ans plus tard, le programme a contribué à la suppression de 150 000 postes de fonctionnaires et à des économies de 15 milliards d’euros, selon des chiffres avancés par le gouvernement.

Une rationalisation économique à laquelle les cabinets de conseil ont été associés : « des travaux thématiques ont été confiés à des équipes mixtes d’audit, chacune composée à la fois de membres d’inspections ministérielles et interministérielles – l’un d’entre eux assurant la présidence de l’équipe – et de consultants de cabinets privés d’audit » indiquait ainsi le rapport d’information parlementaire publié sur la RGPP en novembre.

Au total, comme nous l'indique ce rapport, ce sont 100 millions d’euros qui ont été alloués depuis 2007 à des marchés publics de modernisation de l’Etat, dont McKinsey, le Boston Consulting Group et Roland Berger ont été parmi les principaux récipiendaires.

Pourtant, les ministères ou les directions générales en tous genres n’expliquent que pour partie la croissance du secteur. Sur la même période, entre 2008 et 2011, la Caisse des Dépôts, le Pôle Emploi, l’Ademe,la Bibliothèque Nationale de France, l’INA, le CHU de Nancy, les Hospices de Lyon, le Port Autonome de Paris, la CCI de Paris et le Syndicat des Transports d’Île de France, entre autres, ont eux aussi fait appel à des cabinets privés, à en croire les données que nous avons extraites du Bulletin Officiel des Attributions de Marchés Publics (BOAMP).

missions_conseil_en_strategie_secteur_public2

Une multiplication des commandes dont on se félicite du côté de la Direction Générale de la Modernisation de l'Etat (DGME) : "la coopération entre des équipes privées et des équipes de l’administration – que ce soit des inspecteurs ou des fonctionnaires – est gage de crédibilité, de solidité des recommandations" nous indique la direction jointe par Consultor.fr. On vante "la méthodologie" et "la culture de projets" apportés par les cabinets, "tout simplement parce qu’ils ne sont pas parties prenantes de la routine ou des habitudes". Créée au sein du ministère du budget en 2005, la DGME est en charge de la coordination des politiques de modernisation de l'Etat.

Ces prestations concernent aussi bien la définition d’enjeux stratégiques, que des missions d’assistance en ouvrage informatique et de conduite du changement. En trois ans, le Boamp ne recense pas moins d’une soixantaine de contrats, dont les valeurs s’échelonnent entre 50 000 et plusieurs millions d’euros.

Si manne du public il doit y avoir, tous les cabinets n’en tirent pas partie de manière égale. Ainsi, sur la base des données disponibles sur le Boamp, Roland Berger, McKinsey et le Boston Consulting Group tirent leurs épingles du jeu – en nombre de commandes pour le moins – avec près de la moitié des prestations à eux trois.

Cette tendance à la hausse, les cabinets cherchent à la pérenniser. Au niveau de l’Etat, c’est par exemple Syntec en septembre qui y est allé de ses « 49 propositions » pour renforcer la compétitivité de la maison France. Au même moment, Roland Berger proposait ses propres solutions à la crise de la zone euro.

Et ces clins d’œil à répétition des cabinets aux administrations semblent devoir porter leurs fruits : "Rien n’empêchera ce savoir-faire de s’exprimer à nouveau dans les années qui viennent. Il peut même être étendu au secteur hospitalier, aux collectivités locales en y apportant les ajustements qui conviennent" plaide-t-on du côté de la DGME.


Benjamin Polle pour Consultor, portail du conseil en stratégie- 06/01/2012

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • McKinsey : perquisition judiciaire au bureau de Paris
    24/05/22

    Mardi 24 mai, une perquisition judiciaire était en cours au siège du cabinet à Paris. 

  • Cinquième cabinet pour la nouvelle associée énergie de Bain
    23/05/22

    Safia Limousin, 49 ans, vient d’arriver chez Bain & Company en tant qu’associée rattachée à la practice énergie et ressources naturelles. Auparavant chez Kearney depuis 2018, la senior partner était aussi leader monde power & utilities du cabinet et était la 2e femme, après Delphine Bourrilly, à intégrer le partnership en France.

  • Conflit ouvert aux prud’hommes entre Bain et un partner
    20/05/22

    C’est une information de Bloomberg du 18 mai 2022 : Stéphane Charvériat, un partner du BCG arrivé en septembre 2019 de Bain, poursuit aux prud’hommes son ancien employeur. Une audience s’est tenue le mardi 17 mai. Une décision doit intervenir le 11 juillet.

  • Les réserves de la HATVP sur un pantouflage au cabinet d’Olivier Véran
    18/05/22

    Dans une délibération du 3 mai, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu un avis de compatibilité, avec des réserves visant à prévenir tout conflit d’intérêts, sur le recrutement par une entreprise de conseil d’un membre du cabinet du ministre sortant de la Santé Olivier Véran.

  • Le boss du BCG en opération séduction
    13/05/22

    Après la patronne de McKinsey France en décembre dernier, c’est au tour du chef du bureau parisien du Boston Consulting Group, Guillaume Charlin, de s’exprimer dans les colonnes du Figaro (édition du 9 mai).

  • Législatives : quatre anciens consultants en lice
    11/05/22

    Ils sont au moins quatre anciens du sérail du conseil en stratégie à se présenter ou se représenter aux élections législatives de juin prochain, dont trois en Île-de-France. Trois d’entre eux sont des piliers de la macronie et se présentent sous la bannière #Ensemble du triumvirat Macron-Philippe-Bayrou.

  • SKP s’implante en région : nouveau filon de recrutement ?
    10/05/22

    Le bureau français de Simon-Kucher & Partners a décidé de réaliser un bêta test en posant ses valises à Lyon et à Bordeaux. À l’heure de la relocalisation et du télétravail, ces antennes répondent à la fois à un système économique nécessairement plus décentralisé et à de nouvelles opportunités RH, dans un contexte général de recrutement extrêmement tendu.

  • Une associée retail pour Singulier
    10/05/22

    Consultante chez Singulier depuis sa création en 2017, Justine Przyswa, 35 ans, a été promue associée à Paris aux côtés des associés fondateurs, Rémi Pesseguier (ex-McKinsey) et Mathieu Férel, mais aussi de l’associé basé à Londres, Kitson Symes (lui aussi un ancien « Mac »).

  • Destination Toronto pour un associé parisien d’Oliver Wyman
    06/05/22

    Damien Renaudeau, partner parisien des services financiers d’Oliver Wyman depuis 2018, est parti renforcer les troupes du cabinet à Toronto, l’un des 70 bureaux du cabinet dont la maison mère est le groupe US Marsh McLennan. Le Canada et ses trois bureaux, Montréal, Calgary et Toronto (le plus gros), comptent une centaine de consultants.

Super Utilisateur
France
secteur public, étude, cabinet de conseil en stratégie, france, 2008, 2011, mckinsey, bcg, roland berger, DGME
3195
0