US : de mars à juillet 100 millions de dollars de missions covid pour McKinsey

Entre le déclenchement de la crise sanitaire globale liée à l'épidémie de coronavirus en mars et mi-juillet, McKinsey, aux États-Unis, a signé pour 100 millions de dollars de missions d'accompagnement d'agences fédérales, de gouvernements d'États régionaux ou de villes, ressort-il d'informations révélées et compilées par le site d'enquête en ligne ProPublica. Une pluie de missions dans le secteur public qui arrive au bon moment alors que l'administration des services généraux américaine (GSA), agence qui formalise et audite l’ensemble des contrats fournisseurs passés par les agences publiques fédérales américaines, vient de mettre un terme au méga-contrat à échéances multiples qui la liait à la référence mondiale en stratégie (relire notre article).

28 Juil. 2020 à 03:07
US : de mars à juillet 100 millions de dollars de missions covid pour McKinsey

L'effort philanthropique et commercial entrepris par McKinsey au déclenchement de la crise sanitaire débute en mars, raconte ProPublica. Pour faire passer des notes parfois salées dans un contexte récessionniste, le cabinet met en avant des rabais de 22 à 36 % des honoraires hebdomadaires d'équipes composées d'un engagement manager et d'un ou plusieurs consultants (de 125 000 à 178 000 dollars contre 160 000 à 225 000 dollars aux tarifs en vigueur en 2020).

À cette date, Scott Blackburn, partner de McKinsey à Washington, ancien cadre du département fédéral aux vétérans, prend contact avec une ancienne collègue au sein de ce département, Deb Kramer, secrétaire exécutive des services de santé aux vétérans dont bénéficient neuf millions de vétérans américains.

Du temps de Blackburn au département des vétérans, Scott  Blackburn et Deb Kramer avaient travaillé ensemble à un projet de réorganisation du département, auquel McKinsey avait déjà été associé.

Rapidement, et sans mise en concurrence, les contacts Blackburn-Kramer donnent lieu à la signature d'un contrat de 12 millions de dollars le 20 mars, avec mandat pour passer en revue les services de santé du département des vétérans et la manière de les faire évoluer dans le contexte de la crise sanitaire.

Dix jours plus tard, la Defense Health Agency, l'agence fédérale de santé des armées, signe à son tour et rejoint le contrat du département des vétérans avec McKinsey, qui totalise alors 22,5 millions de dollars, toujours sans mise en concurrence. Puis c'est au tour de l'Air Force, les forces aériennes de l'armée américaine.

Il y eut aussi plusieurs missions pro bono : une équipe dédiée mise sur pied par Jared Kushner, le mari d'Ivanka Trump, la fille de Donald Trump, constituée d'un nombre important de personnes issues du secteur privé, notamment des consultants en stratégie du Boston Consulting Group et de McKinsey and Company pour pallier d'importantes pénuries de matériel médical devant l'afflux extraordinaire de patients atteints par le coronavirus : masques, gants, gel hydroalcoolique, thermomètres... (relire notre article).

Début avril, Andrew Cuomo, le gouverneur de l'État de New York, partageait des prévisions de la date à laquelle la population new-yorkaise pourrait atteindre un pic de contaminations par le coronavirus. Ces prévisions avaient alors été fournies par McKinsey.

D'autres gouvernements d'États régionaux ont eu aussi fait appel à McKinsey : Californie, Illinois, Massachusetts, New Jersey, Tennessee et la Virginie (relire notre article). Des mairies aussi : Atlanta, Chicago, Los Angeles, New Orleans et St.  Louis.

Des contrats qui n'ont pas suscité que des louanges. L'équipe créée par Jared Kushner a été très critiquée outre-Atlantique pour le court-circuit qu'elle établit avec d'autres agences fédérales en charge de la réponse sanitaire à apporter à la crise ou pour sa faible capacité à sécuriser des sources d'approvisionnement en matériel médical, sa faible connaissance des circuits de production et des contraintes réglementaires.

Idem en Floride ou au département des vétérans où selon des sources internes citées par McKinsey les résultats des missions étaient critiqués.

Une prédominance de McKinsey dans le secteur public américain qui ne vient pas de nulle part. Dans une interview récente à Consultor, Kito de Boer, le co-instigateur de la practice mondiale secteur public du cabinet, expliquait qu'« en ce qui concerne le secteur public, McKinsey était réticent parce que ce secteur était réputé polémique et moins rémunérateur. Pour certains en interne, c’était le signe que nous n’arrivions pas à développer le secteur privé ».

Mais plusieurs séquences ont convaincu du contraire. Comme ce travail conduit par McKinsey sur plusieurs années, de 2008 à 2016 environ, au Pakistan sur le système éducatif de la province du Punjab (100 000 écoles, 5 millions de professeurs) avec son gouverneur Shehbaz Sharif, aujourd’hui figure nationale d’opposition. Au Royaume-Uni aussi, l’ouverture dans les années 1990 du système de santé public anglais, le NHS, à McKinsey et ses confrères, est passée par là.

« Lorsque je suis parti (en 2014, NDLR), le secteur public comptait pour 8 % du chiffre d’affaires de McKinsey. C’est de l’ordre de 20 % aujourd’hui », disait-il encore (relire notre article).

En France, McKinsey est également très introduit dans le secteur public : comme récemment au ministère de la Santé pour pallier certains dysfonctionnements dans la gestion de la crise (relire notre article), ou auprès de la Présidence de la République française dans l’organisation du sommet Tech For Good (relire notre article).

Crédit photo : Martin Sanchez Unsplash

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

  • Nouveau patron mondial pour EY-Parthenon
    23/11/21

    Jeff Wray, responsable stratégie de la région Amériques basé à New-York, vient d’être nommé global leader d’EY-Parthenon. Ancien consultant de Kearney (1999-2004), puis dix ans au BCG, où il a été promu managing director, Jeff Wray est arrivé chez EY-Parthenon en 2014. À ses côtés, John van Rossen, chez EY depuis 2006, partner londonien en charge des transactions et du private equity pour la région Europe de l'Ouest et Maghreb, est lui nommé co-responsable mondial, en charge de l'exécution de la stratégie d'EY NextWave lancée par EY en 2020 – l’engagement du géant de l’audit en faveur d’une croissance durable.

  • CVA ouvre un bureau en Nouvelle-Zélande
    19/11/21

    Corporate Value Associates (CVA) pose un pied au cœur d'Auckland, la capitale néo-zélandaise, pour apporter ses conseils au secteur financier, au secteur énergétique et à la branche des industries primaires (agriculture, extraction de matières primaires, agroforesterie ...). Les recrutements sont en cours.

  • PMP se pose à Londres
    11/11/21

    Après Bruxelles, Casablanca et Montréal, le cabinet PMP, au total près de 150 consultants, ouvre un quatrième bureau à l’international, à Londres, pour, selon la direction, « servir ses clients dans les secteurs des télécommunications, des technologies, de l’énergie, des transports et des services financiers », les secteurs phares du cabinet de bientôt vingt ans d’âge.

  • Après cinq ans chez EY-Parthenon, retour à la case départ pour OC&C Benelux
    08/11/21

    En 2016, les équipes d’OC&C Benelux faisaient sécession et quittaient le navire.

  • Climat : à la COP 26, les contradictions des consultants exposées au grand jour
    05/11/21

    Alors qu’États, entreprises, sociétés civiles sont réunis en Écosse pour la conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique, censée faire avancer des solutions face au réchauffement, les consultants en stratégie sont mis en avant pour leur rôle au premier rang auprès des entreprises et des États – et critiqués pour leurs contradictions.

  • À la fin du T3 2021, Oliver Wyman est à 15 % au-dessus de son niveau de 2019
    01/11/21

    Les résultats trimestriels publiés par Oliver Wyman – via sa maison-mère Marsh McLennan Companies (MMC) – sont un bon baromètre des dynamiques du secteur du conseil en stratégie – actuellement marqué par un très fort rebond à l’instar du reste de l’économie.

  • Pour le rachat de Politico, OC&C épaule Axel Springer
    27/10/21

    Le groupe de médias allemand Axel Springer (Bild, Die Welt, Se Loger) a annoncé le 19 octobre avoir finalisé le rachat à son fondateur Robert Allbritton du site d’information politique Politico, qui a été créé à Washington en 2007.

Monde
mckinsey, covid, coronavirus
2755
McKinsey
0