US : exit le méga-contrat de McKinsey avec les services généraux du gouvernement

Mauvaise nouvelle pour McKinsey and Company US. L'administration des services généraux américaine (GSA), agence qui formalise et audite l’ensemble des contrats fournisseurs passés par les agences publiques fédérales américaines, vient de mettre un terme au contrat à échéances multiples qui la liait à la référence mondiale en stratégie.

26 mai. 2020 à 11:05
US : exit le méga-contrat de McKinsey avec les services généraux du gouvernement

Cette rupture de contrat majeur est une première pour l'administration US depuis 2012 lorsqu'elle avait remercié le géant du logiciel, Oracle, sur un contrat avant son terme. Cette nouvelle décision « couperet » s'inscrit dans un contexte de négociations, qui durent depuis un an, sur le renouvellement du contrat entre McKinsey et l'État américain, et qui n'ont pas abouti, le cabinet refusant de revoir ses tarifs à la baisse.

Les relations sont particulièrement tendues entre les deux parties depuis juillet 2019 lorsqu'un audit « choc » (nous relations cet audit ici) de l'inspection interne de la GSA révélait que le cabinet surévaluait ses prix de 10 % par rapport aux tarifs de base proposés.

Les tarifs de McKinsey n'entreraient par ailleurs pas dans le cadre légal de ce type de missions, défini soit en taux horaire, soit en forfait fixe par tâche. Le cabinet les aurait établis sur la base de coûts hebdomadaires par équipe, sans pour autant définir le nombre de collaborateurs par équipe, le nombre d'heures effectuées par chacun d'entre eux ni leurs tâches dédiées.

Il était aussi reproché au cabinet de ne pas avoir communiqué les données nécessaires à l'audit de l’inspection de la GSA. Il notait également les procédés plus que douteux d'un directeur de division du Federal Acquisition Service (FAS), un des départements de la GSA, dans la gestion du dernier renouvellement du contrat en 2016.

Suite à l'annonce de la rupture du contrat, un porte-parole de la GSA vient de déclarer que l'agence a été contrainte de prendre ces mesures radicales contre McKinsey qui s'est montré incapable de renégocier ses prix à la baisse sur les contrats en cours malgré de nombreuses tentatives.

Selon les données de l'administration US, McKinsey aurait réalisé 173 millions de dollars de contrats via la GSA en 2019 et près de 500 millions de dollars depuis 2016. McKinsey, via son porte-parole, a tenu à relativiser cette décision : « Nous avons tenté de démontrer notre bonne foi et nous sommes en désaccord sur l'évaluation des services de l'administration. Nous continuerons néanmoins de servir le secteur public américain. Nous assurons la qualité de notre service et la valeur qu'il offre au secteur public. L'année dernière, cela représentait plus de quinze agences et ministères fédéraux, et plus de vingt-cinq États. » 

Un discours officiel qui se veut rassurant, mais qui ne se traduit pas dans les résultats d'activité du cabinet. Depuis le 3trimestre 2019, le CA de McKinsey à la GSA s'écroule littéralement : il est passé de 55,6 M$ au T2 à 16,6 M$ au T3, et moins de 14 M$ au T4 (contre 66 M$ au T4 en 2018). Et ce n'est pas 2020 qui a fait remonter la pente : moins de 23 M$ au total entre janvier et avril...

Qui est le grand gagnant de la disgrâce de McKinsey au sein de l'administration US ? Le BCG ? Certainement, le Boston Consulting Group est déjà dans la place. Un contrat le lie à la GSA de 2009-2024 pour des services de conseil intégrés...

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

  • Nouveau patron mondial pour EY-Parthenon
    23/11/21

    Jeff Wray, responsable stratégie de la région Amériques basé à New-York, vient d’être nommé global leader d’EY-Parthenon. Ancien consultant de Kearney (1999-2004), puis dix ans au BCG, où il a été promu managing director, Jeff Wray est arrivé chez EY-Parthenon en 2014. À ses côtés, John van Rossen, chez EY depuis 2006, partner londonien en charge des transactions et du private equity pour la région Europe de l'Ouest et Maghreb, est lui nommé co-responsable mondial, en charge de l'exécution de la stratégie d'EY NextWave lancée par EY en 2020 – l’engagement du géant de l’audit en faveur d’une croissance durable.

  • CVA ouvre un bureau en Nouvelle-Zélande
    19/11/21

    Corporate Value Associates (CVA) pose un pied au cœur d'Auckland, la capitale néo-zélandaise, pour apporter ses conseils au secteur financier, au secteur énergétique et à la branche des industries primaires (agriculture, extraction de matières primaires, agroforesterie ...). Les recrutements sont en cours.

  • PMP se pose à Londres
    11/11/21

    Après Bruxelles, Casablanca et Montréal, le cabinet PMP, au total près de 150 consultants, ouvre un quatrième bureau à l’international, à Londres, pour, selon la direction, « servir ses clients dans les secteurs des télécommunications, des technologies, de l’énergie, des transports et des services financiers », les secteurs phares du cabinet de bientôt vingt ans d’âge.

  • Après cinq ans chez EY-Parthenon, retour à la case départ pour OC&C Benelux
    08/11/21

    En 2016, les équipes d’OC&C Benelux faisaient sécession et quittaient le navire.

  • Climat : à la COP 26, les contradictions des consultants exposées au grand jour
    05/11/21

    Alors qu’États, entreprises, sociétés civiles sont réunis en Écosse pour la conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique, censée faire avancer des solutions face au réchauffement, les consultants en stratégie sont mis en avant pour leur rôle au premier rang auprès des entreprises et des États – et critiqués pour leurs contradictions.

  • À la fin du T3 2021, Oliver Wyman est à 15 % au-dessus de son niveau de 2019
    01/11/21

    Les résultats trimestriels publiés par Oliver Wyman – via sa maison-mère Marsh McLennan Companies (MMC) – sont un bon baromètre des dynamiques du secteur du conseil en stratégie – actuellement marqué par un très fort rebond à l’instar du reste de l’économie.

  • Pour le rachat de Politico, OC&C épaule Axel Springer
    27/10/21

    Le groupe de médias allemand Axel Springer (Bild, Die Welt, Se Loger) a annoncé le 19 octobre avoir finalisé le rachat à son fondateur Robert Allbritton du site d’information politique Politico, qui a été créé à Washington en 2007.

Monde
mckinsey, secteur public
2684
Boston Consulting Group McKinsey
0