Moralisation des géants du digital : McKinsey, cheville ouvrière d’Emmanuel Macron

 

Mardi 21 juillet, le cabinet McKinsey a poursuivi le travail engagé auprès de la Présidence de la République française dans l’organisation du sommet Tech For Good, auquel le cabinet assistait déjà en force lors de la première édition en juin 2018 au Palais de l’Élysée (relire notre article).

 

22 Juil. 2020 à 15:03
Moralisation des géants du digital : McKinsey, cheville ouvrière d’Emmanuel Macron

 

Se tenait en effet mardi une visioconférence, à l’invitation du Président de la République, avec des dirigeants des entreprises françaises et internationales de la tech, pour la préparation du prochain sommet Tech For Good qui devait avoir lieu en juin dernier, mais a été reporté bien sûr, crise sanitaire oblige.

Une étape intermédiaire doit se tenir en novembre prochain avant le grand sommet de juin 2021, organisé à la veille du Salon VivaTech, le rendez-vous depuis cinq ans des grands groupes et des start-up du secteur.

Tech For Good a lui été créé il y a deux ans par Emmanuel Macron pour réunir les grands patrons du digital afin de les pousser à s’impliquer officiellement et concrètement dans une démarche plus écoresponsable, à l’heure où les géants du secteur – à l’instar des Gafam – sont très vivement critiqués pour leurs méthodes sans foi ni loi. Et « mettre la technologie au service du bien commun, » comme le rapporte McKinsey dans son post.

Le Président de la République souhaitait à l’occasion de cette réunion virtuelle effectuer un bilan d’étape (comme le révèle Les Échos) avec les dix PDG présidant les cinq groupes de travail thématiques : éducation, futur du travail, diversité, lutte contre les inégalités, environnement.

Chez McKinsey, membre de Tech for Good, ce ne sont pas moins de quatre directeurs associés seniors qui représentaient le cabinet pour cette réunion préparatoire : Kevin Sneader, global managing partner, Pal Erik Sjatil, le managing partner Europe, Homayoun Hatami, managing partner à Paris, Éric Hazan, directeur associé senior, qui avait chapeauté un rapport commandé à McKinsey lors de la deuxième édition de Tech for Good en 2019 et a structuré les travaux sur les grandes thématiques depuis la création du sommet.

« Depuis sa création, McKinsey concourt à l’organisation du sommet par un appui stratégique et méthodologique, ainsi qu’un apport en capital intellectuel que le cabinet a développé sur les différentes thématiques abordées par les participants », confirme le cabinet.

Une collaboration entre McKinsey et l’Élysée qui confirme la proximité entre le chef de l’État et plusieurs consultants en stratégie qui ont soutenu sa campagne. Soutien qui fut poussé pour plusieurs consultants chez McKinsey : ils sont quelques-uns au 90 avenue des Champs-Élysées à avoir participé à des événements d’organisation de la campagne (réunion de réflexion, rédaction d’articles), comme Jean-Christophe Pierron, engagement manager ou Guillaume de Ranieri, partner.

D’autres ont poussé leur engagement un cran plus loin, à l’instar de Karim Tadjeddine, partner en charge du secteur public. Il a par exemple été jusqu’à donner de son temps pour comparer les prestataires possibles pour le développement d’un site Internet pour la campagne (relire notre enquête).

 

Crédit photo : Kevin Sneader lors de la visioconférence du mardi 21 juillet. Présidence de la République.

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Cylad se pose à Munich
    02/12/22

    Dix ans après Hambourg, le cabinet Cylad Consulting ouvre un 2e bureau en Allemagne à Munich, et le 8e dans le monde.

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

  • Afrique du Sud : McKinsey poursuivi, Bain interdit
    07/10/22

    Les deux cabinets de conseil sont mis en cause (parmi de nombreuses autres entreprises, telles que Bell Pottinger, KPMG, HSBC, SAP) pour des missions effectuées dans le cadre de la « capture de l’État », ainsi qu’ont été nommées les affaires de corruption qui ont gangrené les années au pouvoir de Jacob Zuma (2009-2018).

Super Utilisateur
Monde
tech for good, mckinsey, elysee, emmanuel macron
2753
McKinsey
Éric Hazan Guillaume de Raniéri Homayoun Hatami
2021-11-01 17:06:34
0
Non