Moralisation des géants du digital : McKinsey, cheville ouvrière d’Emmanuel Macron

 

Mardi 21 juillet, le cabinet McKinsey a poursuivi le travail engagé auprès de la Présidence de la République française dans l’organisation du sommet Tech For Good, auquel le cabinet assistait déjà en force lors de la première édition en juin 2018 au Palais de l’Élysée (relire notre article).

 

22 Juil. 2020 à 15:07
Moralisation des géants du digital : McKinsey, cheville ouvrière d’Emmanuel Macron

 

Se tenait en effet mardi une visioconférence, à l’invitation du Président de la République, avec des dirigeants des entreprises françaises et internationales de la tech, pour la préparation du prochain sommet Tech For Good qui devait avoir lieu en juin dernier, mais a été reporté bien sûr, crise sanitaire oblige.

Une étape intermédiaire doit se tenir en novembre prochain avant le grand sommet de juin 2021, organisé à la veille du Salon VivaTech, le rendez-vous depuis cinq ans des grands groupes et des start-up du secteur.

Tech For Good a lui été créé il y a deux ans par Emmanuel Macron pour réunir les grands patrons du digital afin de les pousser à s’impliquer officiellement et concrètement dans une démarche plus écoresponsable, à l’heure où les géants du secteur – à l’instar des Gafam – sont très vivement critiqués pour leurs méthodes sans foi ni loi. Et « mettre la technologie au service du bien commun, » comme le rapporte McKinsey dans son post.

Le Président de la République souhaitait à l’occasion de cette réunion virtuelle effectuer un bilan d’étape (comme le révèle Les Échos) avec les dix PDG présidant les cinq groupes de travail thématiques : éducation, futur du travail, diversité, lutte contre les inégalités, environnement.

Chez McKinsey, membre de Tech for Good, ce ne sont pas moins de quatre directeurs associés seniors qui représentaient le cabinet pour cette réunion préparatoire : Kevin Sneader, global managing partner, Pal Erik Sjatil, le managing partner Europe, Homayoun Hatami, managing partner à Paris, Éric Hazan, directeur associé senior, qui avait chapeauté un rapport commandé à McKinsey lors de la deuxième édition de Tech for Good en 2019 et a structuré les travaux sur les grandes thématiques depuis la création du sommet.

« Depuis sa création, McKinsey concourt à l’organisation du sommet par un appui stratégique et méthodologique, ainsi qu’un apport en capital intellectuel que le cabinet a développé sur les différentes thématiques abordées par les participants », confirme le cabinet.

Une collaboration entre McKinsey et l’Élysée qui confirme la proximité entre le chef de l’État et plusieurs consultants en stratégie qui ont soutenu sa campagne. Soutien qui fut poussé pour plusieurs consultants chez McKinsey : ils sont quelques-uns au 90 avenue des Champs-Élysées à avoir participé à des événements d’organisation de la campagne (réunion de réflexion, rédaction d’articles), comme Jean-Christophe Pierron, engagement manager ou Guillaume de Ranieri, partner.

D’autres ont poussé leur engagement un cran plus loin, à l’instar de Karim Tadjeddine, partner en charge du secteur public. Il a par exemple été jusqu’à donner de son temps pour comparer les prestataires possibles pour le développement d’un site Internet pour la campagne (relire notre enquête).

 

Crédit photo : Kevin Sneader lors de la visioconférence du mardi 21 juillet. Présidence de la République.

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

  • Nouveau patron mondial pour EY-Parthenon
    23/11/21

    Jeff Wray, responsable stratégie de la région Amériques basé à New-York, vient d’être nommé global leader d’EY-Parthenon. Ancien consultant de Kearney (1999-2004), puis dix ans au BCG, où il a été promu managing director, Jeff Wray est arrivé chez EY-Parthenon en 2014. À ses côtés, John van Rossen, chez EY depuis 2006, partner londonien en charge des transactions et du private equity pour la région Europe de l'Ouest et Maghreb, est lui nommé co-responsable mondial, en charge de l'exécution de la stratégie d'EY NextWave lancée par EY en 2020 – l’engagement du géant de l’audit en faveur d’une croissance durable.

Monde
tech for good, mckinsey, elysee, emmanuel macron
2753
McKinsey
Éric Hazan Guillaume de Raniéri Homayoun Hatami Karim Tadjeddine
2021-11-01 17:06:34
0
Non