McKinsey et les opioïdes : le syndrome Lance Armstrong

 

Paiement colossal équivalent à 5 % de son chiffre d’affaires annuel, nouvelles règles de protection contre les conflits d’intérêts dans le secteur public, obligation d’archiver tous les documents de chacune de ses missions : l’accord conclu par McKinsey avec une cinquantaine de procureurs généraux le 4 février est retentissant. Il pourrait avoir des impacts sur ses recrutements.

 

Benjamin Polle
16 Fév. 2021 à 05:00
McKinsey et les opioïdes : le syndrome Lance Armstrong

 

 573,9 millions de dollars en réparation d’une décennie de conseils aux fabricants d’opioïdes, ces antalgiques accusés d’avoir rendu des centaines de milliers d’Américains dépendants  : voilà la substance de l’accord à l’amiable annoncé le 4 février entre McKinsey et 47 procureurs généraux d’États fédéraux des États-Unis, le District de Columbia et cinq autres territoires des États-Unis.

En annonçant cet accord le 4 février (voir sa déclaration ici), Maura Healey, la procureure générale du Massachusetts, tête de pont dans ce dossier, a pointé « la faute de McKinsey » responsable selon elle d’un travail extensif auprès des producteurs d’opiacés dont il a tiré profit.

« Note travail nous a permis de mettre en lumière des schémas marketing qui allaient bien au-delà des premières entreprises que nous avions ciblées dans notre enquête. Au terme de notre travail, il est devenu très clair où nombre de ces schémas marketing trouvaient leur origine : de consultants de McKinsey […]. Pendant ce temps-là, des millions d’Américains sont devenus accrocs, ont fait des overdoses et sont décédés », a-t-elle déclaré.

En quoi McKinsey est mis en cause

Il est reproché à McKinsey d’avoir violé la loi de protection des consommateurs.

Parce qu’il a contribué à la crise des opioïdes aux États-Unis en vendant pendant une décennie des schémas marketing et des services de conseil aux fabricants d’opioïde, notamment Purdue Pharma, Endo Pharmaceuticals, Johnson & Johnson ou Mallinckrodt Pharmaceuticals.

Parce qu’il a poussé à l’augmentation du nombre de visites de représentants commerciaux auprès des plus importants prescripteurs d’opioïdes.

Parce qu’il a ciblé des médecins avec des messages spécifiques pour les convaincre de prescrire plus d’OxyContin (le médicament produit par Purdue Pharma).

Parce qu’il a encouragé plusieurs producteurs d’opioïdes à s’unir pour résister aux régulations de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux qui cherchait à limiter les prescriptions.

Les obligations prévues par l’accord

En réparation de quoi le cabinet s’engage donc à verser 573,9 millions de dollars qui seront reversés à l’ensemble des États (auxquels s'ajoutent deux accords séparés annoncés en même temps un accord avec l'Etat de Washington pour $13.5 millions et un autre avec l'Etat de West Virginia pour $10 millions). Une réparation qui sera versée en plusieurs fois : 478,2 millions de dollars dans un délai de 60 jours après l’accord, puis 23,9 millions de dollars tous les ans pendant quatre ans.

En cause aussi dans l’accord les faits de destruction de documents que deux partners de McKinsey, très liés à ces missions et depuis licenciés, se proposaient par écrit de mettre à exécution.

En effet, après que le rôle de McKinsey auprès de Purdue Pharma a été publiquement établi (relire notre article), le cabinet s’est interrogé sur la conduite qu’il avait à tenir. Dans un mail, le 4 juillet 2018, les deux associés en question – Martin Elling et Arnab Ghatak – se demandent s’il ne serait pas approprié de supprimer tous les documents et e-mails du cabinet en lien avec sa mission auprès de Purdue.

Pour prévenir toute tentative similaire à l’avenir, l’accord contraint McKinsey à l’établissement d’un système d’archivage centralisé sur lequel associés et consultants du cabinet seront tenus de conserver pléthore de documents ayant trait à chacune des missions du cabinet (propositions commerciales, contrats, factures, livrables contractuels…), qui devront être conservés pour une durée minimale de sept ans après les missions. Les mails, leurs pièces jointes et les messages sur les messageries instantanées devront, eux, être conservés pendant cinq ans.

Un règlement intérieur écrit devra stipuler le licenciement de tout salarié de la firme qui procéderait à la destruction de quelque document que ce soit.

L’accord prévoit aussi que le cabinet sera à l’avenir tenu de déclarer tout potentiel conflit d’intérêts entre une mission nouvelle pour le compte d’une entité publique américaine, et une précédente mission dont l’objet serait contradictoire.

Dernier point de taille : il est prévu la communication au grand public de toutes les communications effectuées par McKinsey avec Purdue Pharma, Endo Pharmaceuticals, Johnson & Johnson ou Mallinckrodt Pharmaceuticals. Sont également concernés tous les documents ayant trait au travail fait par le cabinet pour ces entreprises – à l’exception de tout ce qui serait couvert par le secret des affaires (brevets par exemple) ou des données personnelles (numéros de carte d’identité par exemple). Et ce dans un délai de neuf mois.

Kevin Sneader, le managing patner mondial de McKinsey, en réaction à la publication de cet accord, a jugé qu’il témoignait que le cabinet a manqué à ses standards. Il rappelait aussi qu’il a été décidé « il y a presque deux ans de mettre un terme à toutes (les) missions en lien avec toute activité liée aux opioïdes et à être une partie de la solution ». « C’est une étape importante pour accepter les conséquences d’un chapitre de l’histoire de notre cabinet dont je ne suis pas fier », a également déclaré Kevin Sneader.

Un accord sans précédent

Voilà pour l’accord, historique à deux égards au moins.

Par ces chiffres d’abord, plutôt vertigineux. L’indemnité que paie McKinsey représente 5,4 % des 10,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires que McKinsey a réalisé en 2018, selon le chiffre de Forbes (McKinsey ne publie pas de résultats annuels, c’est le chiffre le plus récent estimé).

573,9 millions de dollars qui représentent, de manière très approximative, 300 000 dollars pour chacun des 2 000 partners du cabinet dans le monde.

Pareille division peut s’envisager puisque lorsque le cabinet a choisi de rendre les honoraires d’une mission réalisée auprès de la compagnie d’électricité sud-africaine Eskom, il avait été évoqué le partage du remboursement entre les associés du cabinet (cf tableau ci-dessous recensant l'ensemble des accords amiables ou condamnations de McKinsey depuis 2018).

Autre caractère historique de l’accord : son possible impact sur le cabinet. Ce dont témoigne à Consultor Mike Grandinetti, un ancien associate consultant de McKinsey chez qui il collabora très brièvement après un MBA dans les années 1990. Il est désormais un entrepreneur et professeur d’universités américaines d’élite – dans lesquelles McKinsey a ses habitudes de recrutement.

« Clairement, la perception des nouvelles générations d’étudiants plus attentifs aux enjeux de société vis-à-vis de McKinsey est en train d’évoluer. Un peu de la même manière que quand on a découvert les faits de dopage de Lance Armstrong : notre héros chute d’un état de grâce. Il y a d’abord eu Jeffrey Keith Skilling, l’un des plus jeunes partners de l’histoire de McKinsey, qui est devenu le CEO d’Enron et a été tenu responsable de son effondrement. Puis Rajat Gupta, ancien managing partner de McKinsey, condamné pour délit d’initié. Ensuite, le rôle que le cabinet a joué en Afrique du Sud. Et maintenant, cette affaire. Ce que me disent les étudiants est qu’ils ne regardent plus McKinsey comme les diplômés de MBA d'élite de ma génération pouvaient le faire : un objectif professionnel ultime », pousse-t-il.

Plusieurs autres anciens de la firme montaient aussi au créneau ces derniers jours, dans des termes qui témoignent du sérieux du discrédit jeté sur la firme par cette dernière polémique : « Une claque au visage », a réagi publiquement (sur LinkedIn ici) Christian Malorny, vingt ans chez McKinsey et maintenant patron monde de la practice automobile de Kearney. Il ajoutait : « Après de nombreux scandales, on se dit que ça ne peut pas devenir pire. Mais ça devient pire. Plein de jeunes gens talentueux ont choisi McKinsey en début de carrière du fait de ses valeurs et pour la croyance fondamentale qu’ils œuvraient à un meilleur monde. Et maintenant ? »

De là à ce qu’un effet se fasse significativement ressentir sur le niveau d’activité du cabinet, Mike Grandinetti reste prudent. « Peut-être que quelques entreprises se détourneront, mais la marque McKinsey reste si puissante », dit-il.

Surtout que si Bloomberg voit dans l’accord conclu par McKinsey un signal envoyé à toute l’industrie du conseil sur la responsabilité qu’elle serait amenée à porter pour ses conseils (lire ici), les antécédents d’amendes comparables ne plaident pas pour un recul des entreprises sanctionnées.

Goldman Sachs est un bon exemple : en 2010 la banque d’affaires a payé 550 millions de dollars à la SEC, le gendarme de la Bourse américain, pour avoir trompé les investisseurs dans la crise des subprimes. Dix ans plus tard, en octobre 2020, la banque accepte de payer près de trois milliards de dollars pour mettre un terme à une investigation de la justice américaine sur son rôle dans un scandale de corruption au sein de la 1MDB (First Malaysian Development Bank). A-t-elle pour autant perdu sa position ? Sa renommée ?

En France, un « non-sujet total »

Du moins, en France, McKinsey, quand bien même le cabinet est au pilori dans l’opinion publique pour son rôle auprès du ministère de la Santé dans la campagne de vaccination covid, ne semble pas inquiété dans les réseaux qui pourraient être clients.

Ce dont témoigne Fabrice Le Saché, le porte-parole du Medef, vice-président du mouvement patronal : « McKinsey ? Je n’en ai jamais entendu débattre dans aucune fédération professionnelle. C’est un non-sujet total. »

Benjamin Polle pour Consultor.fr.

  Date  Pays McKinsey : accords amiables et condamnations depuis 2018 Montant
1 Juillet 2018 Afrique du Sud Mission pour le compte de l'énergéticien sud-africain Eskom teintée de corruption (lien vers l'article) 70 M$
2 Avril 2020 Belgique Remboursement d'honoraires à Nethys (lien vers l'article) 8 M$
3 Août 2020  USA Accord amiable pour solder une class action de 33 000 salariés sur la gestion des fonds de pension (lien vers l'article) 40 M$
4 Décembre 2020 Afrique du Sud Irrégularités de contrats sud-africains avec Transnet et South African Airways (SAA) (lien vers l'article) 43 M$
5 Décembre 2020 USA Accords trouvés sur les missions de retournement de McKinsey : Alpha Natural Ressources, Westmoreland Coal… (lien vers l'article) 40 M$
6 Février 2021 USA Accord financier avec 49 États américains dans la « crise des opioïdes »  597 M$
7 Février 2021 Royaume-Uni Condamnation suite à un désaccord locatif à Londres (lien vers l'article) 3 M$
8 Mars 2021 USA

Accord financier avec l'État du Nevada dans la crise des opioïdes »

45 M$
9 Juin 2021 Afrique du Sud Irrégularités de contrats sud-africains avec Transnet et South African Airways (SAA) : McKinsey accepte d'augmenter le remboursement d'honoraires de 43 (voir ci-dessus) à 63 millions de dollars 20 M$
10 Octobre 2022 USA

Accord financier avec plusieurs centaines de collectivités territoriales et districts scolaires sur les opioïdes

Montant non publié
Total : 865 M$

 

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

Jean-Christophe
17 Mar 2021 à 21:59
A propos de l'allusion à Goldman Sachs et sa renommée : En effet, son image est très forte mais justement, fortement négative. Sur le marché on sait que si l'on est sans scrupule et prêt à risquer la prison pour faire fortune dans la banque, alors Goldman Sachs es le bon endroit pour travailler.

Ne pas confondre image forte et image fortement positive. Et en effet, à continuer à ce rythme, McKinsey pourrait connaître le destin d'Arthur Andersen. Ce qui serait du pain béni pour la concurrence

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • L’atout santé du nouveau partner d’EY-Parthenon
    02/02/23

    EY-Parthenon vient d’annoncer l’arrivée d’un nouveau partner au sein des équipes Strategy Health Science & Wellness. Il s’agit de Harold Smith, ex-L.E.K. Japon et Chicago, associé leader de la practice santé d’Emerton depuis 2019.

  • « Du conseil en stratégie pour 100 % de notre activité. Pas 10 % »
    01/02/23

    Estin & Co, marque historique du conseil en stratégie français, fêtera ses 30 ans en 2027. Son fondateur éponyme, Jean Estin, figure du patronat français, livre sa vision d’un demi-siècle de conseil en stratégie. Il répond aux questions de Consultor.

  • Partners : Bain met les bouchées doubles
    30/01/23

    Deux arrivées récentes de partners au féminin, Katherine Dixon et Nathalie Wouters-Rémy – une ancienne diplomate experte en énergie et une ancienne CEO de grande entreprise –, s’ajoutent à quatre promotions : Pierre-Antoine Bodin, Guillaume Tobler, Alexis de Meaux et Yannick Thiry.

  • Inflation, énergie, guerre : les consultants au cœur du retournement
    27/01/23

    Depuis un an, la guerre en Ukraine rebat les cartes de l’économie mondiale. Avec un nouvel acteur, l’inflation. Cette conjoncture complexifie la donne pour les entreprises déjà impactées par la pandémie, mais jusque-là soutenues par l’État, et fragilise de nouveaux secteurs. Les cabinets sont dans les starting-blocks « retournement ».

  • L’ambition XXL du nouveau boss d’Oliver Wyman
    25/01/23

    Au terme d’un process de sélection de plusieurs mois, Bruno Despujol a été choisi pour diriger les bureaux de Paris et de Bruxelles d’Oliver Wyman (44 partners, 300 collaborateurs). Il succède à Hanna Moukanas, qui occupait ces fonctions depuis 2015. Ils livrent tous deux à Consultor le bilan des dernières années et les dossiers chauds du moment.

  • Kea et Veltys se rapprochent d'un cran
    17/01/23

    Après Nuova Vista et MySezame acquis à l’automne dernier, Kea & Partners continue son chemin d’investissements tracés dans le plan Darewin 2025 (avec une levée de fonds de 23 millions d’euros).

  • Une nouvelle destination (inconnue) pour Jean-Marc Liduena
    12/01/23

    Après 4 années passées dans la récente branche conseil en strat’ de KPMG, Global Strategy Group (GSG), l’hyperactif Jean-Marc Liduena, un ancien consultant de Bain, de Roland Berger et de Deloitte annonce son départ du groupe KPMG.

  • +40 % : Simon-Kucher fait bondir son partnership
    11/01/23

    C’est une évolution pour le moins rarissime et ambitieuse. Simon-Kucher fait croître d’un coup son partnership de 40 % en ce début 2023. Dans une conjoncture économique plutôt sombre, les leviers de croissance seraient la réponse gagnante pour ce cabinet qui vise le milliard de chiffre d’affaires au niveau mondial en 2027.

  • BCG France : trois départs dans un partnership en croissance
    10/01/23

    Depuis un an et demi, au moins quatre managing directors français ont disparu de l’organigramme : à Paris, Timothy Mandefield, Philippe Plouvier, Philippe David, le dernier en date en novembre, et à Londres, Benoît Macé.

Super Utilisateur
France
opioides, opiaces, McKinsey, Maura Healey, Martin Elling, Arnab Ghatak, Kevin Sneader, Mike Grandinetti, Lance Armstrong, Jeffrey Keith Skilling, Christian Malorny, Fabrice Le Saché, scandale, ethique, litige, justice, McKinsey, santé, pharmacie, ethique, bonne conduite, scandale, valeurs, déontologie, affaire, enquête, bad buzz, justice, transaction
3598
McKinsey
2022-11-07 11:40:44
1
Non