Arabie saoudite : McKinsey aurait permis l'identification de trois opposants sur Twitter

Six mois après un vaste scandale en Afrique du Sud qui a vu McKinsey accusé de participer à un scandale de corruption de grande ampleur, voilà le cabinet à nouveau empêtré dans une affaire qui fait désordre.

Dans une enquête du New York Times que le quotidien a fait paraître sur son site internet le samedi 20 octobre, le journal avance que McKinsey — très actif dans le pays ces dernières années où il s'est agrandi par croissance externe et par de nombreuses embauches dont certaines ont été taxées de népotisme — aurait contribué à l'incarcération d'opposants actifs sur Twitter. 

Dans un document confidentiel de neuf pages, daté de 2015, établi par les consultants de McKinsey, et consulté par le New York Times, le cabinet s'est chargé d'identifier comment la société civile percevait les mesures d'austérité annoncées par les autorités saoudiennes, dans un contexte de baisse des prix du pétrole dont le royaume est tributaire.

Twitter y apparaît comme le média prédominant, loin devant d'autres supports, et le catalyseur d'une perception négative de ces mesures d'austérité. Précisément, toujours selon le New York Times qui cite le document rédigé par McKinsey, trois comptes Twitter sont identifiés comme les principaux relais de cette perception négative : celui de l'écrivain Khalid al-Alkami, celui de l'opposant saoudien domicilié au Canada, Omar Abdulaziz, et un dernier compte anonyme. 

Or, après l'établissement de ce document, Omar Abdulaziz aurait été arrêté ainsi que deux de ses frères, et le compte anonyme fermé. 

Dans une réaction à cette enquête, McKinsey a fait savoir qu'il s'agissait d'un document à usage interne et que le cabinet se disait horrifié à la possibilité même très indirecte qu'il a pu être utilisé à des fins d'arrestation d'opposants. Le cabinet a indiqué conduire une enquête urgente en interne pour déterminer avec qui et comment le document aurait pu être partagé.

Nous ne pouvons nous empêcher de faire le rapprochement avec les péripéties de Monitor en Libye qui avaient coûté très cher à la réputation du cabinet et avaient conduit à la vente à Deloitte. Peu de temps après sa nomination sur fond de scandale sud-africain, voici Kevin Sneader en première ligne face à une nouvelle crise d'image pour le cabinet de conseil.

Note : Consultor a changé le 23 octobre à 15h33 le titre de cet article, initialement publié le lundi 22 octobre.

Crédit photo : visite de Mohammed ben Salman au Pentagone le 16 juin 2016

22 Oct. 2018 à 18:10
Arabie saoudite : McKinsey aurait permis l'identification de trois opposants sur Twitter

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Bain rattrapé par le bourbier sud-africain
    17/01/22

    En 2018, Bain avait cherché par tous les moyens à faire taire la vive polémique concernant une mission de conseil de deux ans et de neuf millions d’euros que le cabinet avait obtenue en 2015 pour la South African Revenue Service (SARS), l’agence de perception des revenus de l’État sud-africain. 

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

Super Utilisateur
Monde
2148
0