Arabie saoudite : McKinsey aurait permis l'identification de trois opposants sur Twitter

Six mois après un vaste scandale en Afrique du Sud qui a vu McKinsey accusé de participer à un scandale de corruption de grande ampleur, voilà le cabinet à nouveau empêtré dans une affaire qui fait désordre.

Dans une enquête du New York Times que le quotidien a fait paraître sur son site internet le samedi 20 octobre, le journal avance que McKinsey — très actif dans le pays ces dernières années où il s'est agrandi par croissance externe et par de nombreuses embauches dont certaines ont été taxées de népotisme — aurait contribué à l'incarcération d'opposants actifs sur Twitter. 

Dans un document confidentiel de neuf pages, daté de 2015, établi par les consultants de McKinsey, et consulté par le New York Times, le cabinet s'est chargé d'identifier comment la société civile percevait les mesures d'austérité annoncées par les autorités saoudiennes, dans un contexte de baisse des prix du pétrole dont le royaume est tributaire.

Twitter y apparaît comme le média prédominant, loin devant d'autres supports, et le catalyseur d'une perception négative de ces mesures d'austérité. Précisément, toujours selon le New York Times qui cite le document rédigé par McKinsey, trois comptes Twitter sont identifiés comme les principaux relais de cette perception négative : celui de l'écrivain Khalid al-Alkami, celui de l'opposant saoudien domicilié au Canada, Omar Abdulaziz, et un dernier compte anonyme. 

Or, après l'établissement de ce document, Omar Abdulaziz aurait été arrêté ainsi que deux de ses frères, et le compte anonyme fermé. 

Dans une réaction à cette enquête, McKinsey a fait savoir qu'il s'agissait d'un document à usage interne et que le cabinet se disait horrifié à la possibilité même très indirecte qu'il a pu être utilisé à des fins d'arrestation d'opposants. Le cabinet a indiqué conduire une enquête urgente en interne pour déterminer avec qui et comment le document aurait pu être partagé.

Nous ne pouvons nous empêcher de faire le rapprochement avec les péripéties de Monitor en Libye qui avaient coûté très cher à la réputation du cabinet et avaient conduit à la vente à Deloitte. Peu de temps après sa nomination sur fond de scandale sud-africain, voici Kevin Sneader en première ligne face à une nouvelle crise d'image pour le cabinet de conseil.

Note : Consultor a changé le 23 octobre à 15h33 le titre de cet article, initialement publié le lundi 22 octobre.

Crédit photo : visite de Mohammed ben Salman au Pentagone le 16 juin 2016

22 Oct. 2018 à 16:10
Arabie saoudite : McKinsey aurait permis l'identification de trois opposants sur Twitter

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

  • Nouveau patron mondial pour EY-Parthenon
    23/11/21

    Jeff Wray, responsable stratégie de la région Amériques basé à New-York, vient d’être nommé global leader d’EY-Parthenon. Ancien consultant de Kearney (1999-2004), puis dix ans au BCG, où il a été promu managing director, Jeff Wray est arrivé chez EY-Parthenon en 2014. À ses côtés, John van Rossen, chez EY depuis 2006, partner londonien en charge des transactions et du private equity pour la région Europe de l'Ouest et Maghreb, est lui nommé co-responsable mondial, en charge de l'exécution de la stratégie d'EY NextWave lancée par EY en 2020 – l’engagement du géant de l’audit en faveur d’une croissance durable.

  • CVA ouvre un bureau en Nouvelle-Zélande
    19/11/21

    Corporate Value Associates (CVA) pose un pied au cœur d'Auckland, la capitale néo-zélandaise, pour apporter ses conseils au secteur financier, au secteur énergétique et à la branche des industries primaires (agriculture, extraction de matières primaires, agroforesterie ...). Les recrutements sont en cours.

  • PMP se pose à Londres
    11/11/21

    Après Bruxelles, Casablanca et Montréal, le cabinet PMP, au total près de 150 consultants, ouvre un quatrième bureau à l’international, à Londres, pour, selon la direction, « servir ses clients dans les secteurs des télécommunications, des technologies, de l’énergie, des transports et des services financiers », les secteurs phares du cabinet de bientôt vingt ans d’âge.

  • Après cinq ans chez EY-Parthenon, retour à la case départ pour OC&C Benelux
    08/11/21

    En 2016, les équipes d’OC&C Benelux faisaient sécession et quittaient le navire.

  • Climat : à la COP 26, les contradictions des consultants exposées au grand jour
    05/11/21

    Alors qu’États, entreprises, sociétés civiles sont réunis en Écosse pour la conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique, censée faire avancer des solutions face au réchauffement, les consultants en stratégie sont mis en avant pour leur rôle au premier rang auprès des entreprises et des États – et critiqués pour leurs contradictions.

  • À la fin du T3 2021, Oliver Wyman est à 15 % au-dessus de son niveau de 2019
    01/11/21

    Les résultats trimestriels publiés par Oliver Wyman – via sa maison-mère Marsh McLennan Companies (MMC) – sont un bon baromètre des dynamiques du secteur du conseil en stratégie – actuellement marqué par un très fort rebond à l’instar du reste de l’économie.

  • Pour le rachat de Politico, OC&C épaule Axel Springer
    27/10/21

    Le groupe de médias allemand Axel Springer (Bild, Die Welt, Se Loger) a annoncé le 19 octobre avoir finalisé le rachat à son fondateur Robert Allbritton du site d’information politique Politico, qui a été créé à Washington en 2007.

Monde
2148
0