Arabie saoudite : McKinsey aurait permis l'identification de trois opposants sur Twitter

Six mois après un vaste scandale en Afrique du Sud qui a vu McKinsey accusé de participer à un scandale de corruption de grande ampleur, voilà le cabinet à nouveau empêtré dans une affaire qui fait désordre.

Dans une enquête du New York Times que le quotidien a fait paraître sur son site internet le samedi 20 octobre, le journal avance que McKinsey — très actif dans le pays ces dernières années où il s'est agrandi par croissance externe et par de nombreuses embauches dont certaines ont été taxées de népotisme — aurait contribué à l'incarcération d'opposants actifs sur Twitter. 

Dans un document confidentiel de neuf pages, daté de 2015, établi par les consultants de McKinsey, et consulté par le New York Times, le cabinet s'est chargé d'identifier comment la société civile percevait les mesures d'austérité annoncées par les autorités saoudiennes, dans un contexte de baisse des prix du pétrole dont le royaume est tributaire.

Twitter y apparaît comme le média prédominant, loin devant d'autres supports, et le catalyseur d'une perception négative de ces mesures d'austérité. Précisément, toujours selon le New York Times qui cite le document rédigé par McKinsey, trois comptes Twitter sont identifiés comme les principaux relais de cette perception négative : celui de l'écrivain Khalid al-Alkami, celui de l'opposant saoudien domicilié au Canada, Omar Abdulaziz, et un dernier compte anonyme. 

Or, après l'établissement de ce document, Omar Abdulaziz aurait été arrêté ainsi que deux de ses frères, et le compte anonyme fermé. 

Dans une réaction à cette enquête, McKinsey a fait savoir qu'il s'agissait d'un document à usage interne et que le cabinet se disait horrifié à la possibilité même très indirecte qu'il a pu être utilisé à des fins d'arrestation d'opposants. Le cabinet a indiqué conduire une enquête urgente en interne pour déterminer avec qui et comment le document aurait pu être partagé.

Nous ne pouvons nous empêcher de faire le rapprochement avec les péripéties de Monitor en Libye qui avaient coûté très cher à la réputation du cabinet et avaient conduit à la vente à Deloitte. Peu de temps après sa nomination sur fond de scandale sud-africain, voici Kevin Sneader en première ligne face à une nouvelle crise d'image pour le cabinet de conseil.

Note : Consultor a changé le 23 octobre à 15h33 le titre de cet article, initialement publié le lundi 22 octobre.

Crédit photo : visite de Mohammed ben Salman au Pentagone le 16 juin 2016

22 Oct. 2018 à 18:10
Arabie saoudite : McKinsey aurait permis l'identification de trois opposants sur Twitter

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Bain : salve de nouveaux associés, une Française
    13/01/22

    Pour ce début d’année, Bain et Company (63 bureaux dans 38 pays) annonce la promotion de 78 partners dans le monde, dont une à Paris, Audrey Hadida.

  • Publicis Sapient Strategy Consulting : quatrième partner à Paris
    13/01/22

    L’activité de conseil en stratégie de Publicis Sapient vient de promouvoir Mathieu Larroumet au poste de managing director. Une nomination qui vient renforcer son équipe de direction parisienne après l’arrivée de Célia Friedman en fin d’année 2021.

  • PE : un Français roi du monde au BCG
    06/01/22

    Benjamin Entraygues, au BCG Paris depuis 5 ans – il a passé précédemment 17 ans chez Roland Berger –, co-patron du PE du BCG Paris, vient d’être promu responsable monde de sa practice PIPE (Principal Investors & Private Equity).

  • Ça va déménager chez Advancy
    31/12/21

    Le cabinet Advancy va déménager en avril prochain, et ce, pour la troisième fois en sept ans.

  • Quand le conseil en stratégie évalue son impact
    27/12/21

    C’est une première dans le secteur du conseil en stratégie. CO conseil, cabinet non-profit de conseil en stratégie dédié à l'intérêt général et société à mission, fondé par Kea & Partners, Algoé, Colombus et Weave (devenu Onepoint), qui a été rejoint par Mawenzi en mai dernier, vient de faire réaliser une étude de son impact auprès de ses bénéficiaires

  • Comment CVA aide un « LinkedIn-Meetic » de l’insertion à sortir de terre
    27/12/21

    Don, mentorat, contact, aide financière : CVA multiplie les initiatives pour aider la toute jeune plateforme « Un Début de Réseau ». Gratuite pour ses usagers, la plateforme a vocation à mettre en relation des professionnels installés avec des jeunes non-diplômés en recherche de contacts pour doper leur entrée dans la vie active.

  • La patronne de McKinsey France se défend face aux critiques
    20/12/21

    Clarisse Magnin-Mallez, la boss du géant US en France depuis août dernier, a décidé de faire preuve de transparence en s’exprimant dans les colonnes du Figaro du 5 décembre.

  • L.E.K. : les priorités du nouveau patron à Paris
    10/12/21

    17 novembre. C’est la date à laquelle Maxime Julian, un ESCP de 35 ans, pur produit maison où il a gravi à vitesse rapide tous les échelons, est devenu le nouveau patron du bureau de Paris de L.E.K. Il fait part de ses priorités à Consultor.

  • Publicis Sapient : une première managing director en France
    10/12/21

    Celia Friedman, tout juste 40 ans, et près de 14 ans de maison Oliver Wyman (relire ici), arrive chez Publicis Sapient, au sein de l’une des dernières équipes de conseil en stratégie créées à Paris.

Monde
2148
0