Premier comité de mission pour Kea

 

En mars dernier, Kea & Partners devenait le premier cabinet européen de conseil en stratégie à adopter la qualité de « société à mission » (relire notre article ici). Un engagement de transformation pour tendre vers une économie souhaitable avec trois leviers : guider ses clients vers une croissance durable, promouvoir l’innovation en matière de transformation responsable auprès de son écosystème et soutenir ses collaborateurs dans l’entrepreneuriat écoresponsable.

 

04 Jan. 2021 à 06:31
Premier comité de mission pour Kea

 

Il y a quelques jours, le cabinet a réuni pour la première fois son comité de mission - une instance qui fait évoluer sa gouvernance et qui se réunira deux fois par an. Il est composé de dix membres, quatre consultants du cabinet, dont bien sûr, le CEO, Arnaud Gangloff, et six experts externes : Bertrand Abauzit, directeur partage de connaissances et cohésion chez Saint-Gobain, Cécile Bassot, VP de Femmes Business Angels, Marine d’Allancé, senior consultant de Kea jusqu’en 2019, corporate engagement officer du WWF, Éric Dupont, directeur du pôle développement durable & transformation supply chain et filières chez Chanel, Rodolphe Durand, professeur à HEC Paris, chaire Joly Family Chair in Purposeful Leadership et Martin Serralta, prospectiviste des organisations à l’Institut des futurs souhaitables.

« Ces experts externes sont un miroir stratégique pour Kea. Ils sont issus de secteurs essentiels pour notre cabinet, comme l’industrie et le luxe, ou acteurs dans des domaines majeurs, tels que l’éducation, l’environnement, et apportent des expertises spécifiques pour nous challenger dans notre cheminement d’entreprise à mission et le respect de nos engagements. Ils connaissent depuis longtemps notre fonctionnement, notre culture, ils ont participé d’une façon ou d’une autre à l’évolution de Kea depuis 20 ans. Ces critical friends sont capables de nous challenger sur la façon dont nous accompagnons nos clients et nos collaborateurs vers l’économie souhaitable », ajoute à Consultor David-Emmanuel Vivot, senior partner en charge de l’Entreprise à mission chez Kea, et membre du comité. Selon lui, les engagements de Kea comme société à mission et, plus largement la loi PACTE, prennent tout leur sens dans ce contexte de crise sanitaire et économique qui induit de fait une transformation profonde et durable de notre économie et de nos sociétés.

À l’occasion de ce premier comité, chacun des membres a été invité à se projeter dans le futur de l’économie souhaitable, avec comme premier objectif, sa définition. « Nous leur avons demandé de partager leur utopie autour de cette économie qui crée du collectif et accélère la prise de conscience des impacts de l’activité humaine sur le monde. Nous avons par exemple échangé sur les enjeux de la réconciliation entre croissance et empreinte environnementale, à la problématique de la concurrence, c’est-à-dire comment recréer une ‘’coopétition’’ - un concept mixant coopération et compétition - au sein de filières pour créer de nouveaux business models. Nous avons également travaillé sur les enjeux de l’éducation et de la diversité pour faire émerger les managers de demain, un moteur de l’intelligence collective. Grâce à cette ouverture de la gouvernance, le comité de mission s’inscrit comme l’instance d’orientation stratégique de Kea. »

 

 

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

Etudiant
04 Jan 2021 à 09:42
Intéressant et inspirant ! Cela fera-t-il des émules ?
A l'heure où la Génération Z arrive sur le marché du travail, il serait intéressant de mentionner un indice de responsabilité dans le classement des cabinets (ou un classement à part) pour donner plus de visibilité aux étudiants : prises de position sur la responsabilité, publications, prise d'engagements type Entreprise à Mission, nature des projets... et à l'inverse des "points négatifs" pour les cabinets faisant face à des polémiques et autres 'scandales' sur leurs actions etc.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • L’ambition nord-américaine de PMP
    27/09/22

     « PMP Strategy accélère sa croissance en Amérique du Nord avec un nouveau bureau à Toronto », vient d’annoncer le cabinet. 

  • Big Four + conseil = je t’aime, moi non plus (le retour)
    22/09/22

    Après qu’EY a annoncé son plan de scission de ses activités d’audit et de conseil, le modèle pluridisciplinaire des géants de l’audit est remis en question. Dans l’immédiat, le marché se prépare à l’arrivée d’un nouveau concurrent.

  • Au Canada, EY Parthenon met la main sur une boutique spécialiste de l’ESG
    16/09/22

    La marque de conseil en stratégie d’EY intègre AFARA, une boutique d’une quinzaine de consultants répartis entre Toronto et Calgary.

  • EY : la scission du conseil et de l’audit entre dans le vif du sujet
    15/09/22

    Quelques jours après l’officialisation à l’échelle mondiale d’un plan de scission des activités d’audit et de conseil, les quelque 350 partners français doivent à présent s’accorder sur les détails de la séparation et ses impacts sur les activités de conseil et de conseil en stratégie : ce qui ne sera pas une mince affaire.

  • Oliver Wyman : un T2 à près de 700 millions de dollars
    15/09/22

    695 millions de dollars. Tel est le niveau d’activité enregistré par Oliver Wyman dans le monde au T2 2022 a fait savoir le cabinet dans les résultats trimestriels publiés par sa maison-mère Marsh McLennan.

  • Guerre des talents : aux US, les MBB sortent le chéquier
    31/08/22

    Dans un marché des talents ultraconcurrentiel, et malgré le retournement de la conjoncture macro-économique, McKinsey, le Boston Consulting Group et Bain (MBB) mettent en œuvre de colossales augmentations de salaire aux États-Unis pour attirer les meilleurs talents.

  • Enquête : ce que 114 000 documents internes disent du « McKinsey way »
    30/08/22

    McKinsey s’était engagé à publier tous les documents internes en lien avec ses missions de conseil réalisées durant quinze ans sur les médicaments antidouleurs (opioïdes) qui ont causé 500 000 morts par overdose en vingt ans aux États-Unis. 114 921 documents internes ont été mis en ligne le 30 juin 2022. Ils dévoilent l’envers du business du scandale sanitaire.

  • La Commission européenne fait son examen de conseil
    16/08/22

    Quelques mois après que le Sénat français a dénoncé l’influence des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques hexagonales, la Cour des comptes de l’Union européenne (ECA) a rendu un rapport pointant les dépenses galopantes de consulting de la Commission européenne – dont celles de conseil en stratégie. François-Roger Cazala, représentant français de l’ECA et rapporteur de ce document, nous en explique les enjeux.

  • Roland Berger de nouveau dans la course aux acquisitions ?
    11/08/22

    Le cabinet vient de racheter Polarixpartner, une société de conseil spécialisée dans la réduction des coûts dans l’industrie. Une première acquisition depuis trois ans.

Super Utilisateur
Monde
rse, société à mission, kea, comité de mission, raison d'être, développement durable
2904
Kea & Partners
Arnaud Gangloff David-Emmanuel Vivot Eric Dupont
2021-11-09 11:11:42
1
Non