Premier comité de mission pour Kea

 

En mars dernier, Kea & Partners devenait le premier cabinet européen de conseil en stratégie à adopter la qualité de « société à mission » (relire notre article ici). Un engagement de transformation pour tendre vers une économie souhaitable avec trois leviers : guider ses clients vers une croissance durable, promouvoir l’innovation en matière de transformation responsable auprès de son écosystème et soutenir ses collaborateurs dans l’entrepreneuriat écoresponsable.

 

04 Jan. 2021 à 06:01
Premier comité de mission pour Kea

 

Il y a quelques jours, le cabinet a réuni pour la première fois son comité de mission - une instance qui fait évoluer sa gouvernance et qui se réunira deux fois par an. Il est composé de dix membres, quatre consultants du cabinet, dont bien sûr, le CEO, Arnaud Gangloff, et six experts externes : Bertrand Abauzit, directeur partage de connaissances et cohésion chez Saint-Gobain, Cécile Bassot, VP de Femmes Business Angels, Marine d’Allancé, senior consultant de Kea jusqu’en 2019, corporate engagement officer du WWF, Éric Dupont, directeur du pôle développement durable & transformation supply chain et filières chez Chanel, Rodolphe Durand, professeur à HEC Paris, chaire Joly Family Chair in Purposeful Leadership et Martin Serralta, prospectiviste des organisations à l’Institut des futurs souhaitables.

« Ces experts externes sont un miroir stratégique pour Kea. Ils sont issus de secteurs essentiels pour notre cabinet, comme l’industrie et le luxe, ou acteurs dans des domaines majeurs, tels que l’éducation, l’environnement, et apportent des expertises spécifiques pour nous challenger dans notre cheminement d’entreprise à mission et le respect de nos engagements. Ils connaissent depuis longtemps notre fonctionnement, notre culture, ils ont participé d’une façon ou d’une autre à l’évolution de Kea depuis 20 ans. Ces critical friends sont capables de nous challenger sur la façon dont nous accompagnons nos clients et nos collaborateurs vers l’économie souhaitable », ajoute à Consultor David-Emmanuel Vivot, senior partner en charge de l’Entreprise à mission chez Kea, et membre du comité. Selon lui, les engagements de Kea comme société à mission et, plus largement la loi PACTE, prennent tout leur sens dans ce contexte de crise sanitaire et économique qui induit de fait une transformation profonde et durable de notre économie et de nos sociétés.

À l’occasion de ce premier comité, chacun des membres a été invité à se projeter dans le futur de l’économie souhaitable, avec comme premier objectif, sa définition. « Nous leur avons demandé de partager leur utopie autour de cette économie qui crée du collectif et accélère la prise de conscience des impacts de l’activité humaine sur le monde. Nous avons par exemple échangé sur les enjeux de la réconciliation entre croissance et empreinte environnementale, à la problématique de la concurrence, c’est-à-dire comment recréer une ‘’coopétition’’ - un concept mixant coopération et compétition - au sein de filières pour créer de nouveaux business models. Nous avons également travaillé sur les enjeux de l’éducation et de la diversité pour faire émerger les managers de demain, un moteur de l’intelligence collective. Grâce à cette ouverture de la gouvernance, le comité de mission s’inscrit comme l’instance d’orientation stratégique de Kea. »

 

 

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

Etudiant
04 Jan 2021 à 09:42
Intéressant et inspirant ! Cela fera-t-il des émules ?
A l'heure où la Génération Z arrive sur le marché du travail, il serait intéressant de mentionner un indice de responsabilité dans le classement des cabinets (ou un classement à part) pour donner plus de visibilité aux étudiants : prises de position sur la responsabilité, publications, prise d'engagements type Entreprise à Mission, nature des projets... et à l'inverse des "points négatifs" pour les cabinets faisant face à des polémiques et autres 'scandales' sur leurs actions etc.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

  • Nouveau patron mondial pour EY-Parthenon
    23/11/21

    Jeff Wray, responsable stratégie de la région Amériques basé à New-York, vient d’être nommé global leader d’EY-Parthenon. Ancien consultant de Kearney (1999-2004), puis dix ans au BCG, où il a été promu managing director, Jeff Wray est arrivé chez EY-Parthenon en 2014. À ses côtés, John van Rossen, chez EY depuis 2006, partner londonien en charge des transactions et du private equity pour la région Europe de l'Ouest et Maghreb, est lui nommé co-responsable mondial, en charge de l'exécution de la stratégie d'EY NextWave lancée par EY en 2020 – l’engagement du géant de l’audit en faveur d’une croissance durable.

Monde
rse, société à mission, kea, comité de mission, raison d'être, développement durable
2904
Kea & Partners
Arnaud Gangloff David-Emmanuel Vivot Eric Dupont
2021-11-09 11:11:42
1
Non