Kearney : dans les coulisses de la philanthropie fait maison

Pour permettre à ses consultant(e)s de combiner développement professionnel et personnel, Kearney a mis en place un programme diversifié de missions solidaires entrant dans le cadre de sa politique de développement durable.

Sur la base du volontariat, les consultants mettent ainsi pendant quelques mois leurs compétences au service d’organisations à impact social, souvent des associations, avant de reprendre leur activité au sein du cabinet de conseil en stratégie.

Emmanuelle Rosse
17 Nov. 2020 à 16:11
Kearney : dans les coulisses de la philanthropie fait maison

Laure Hellich, jeune consultante chez Kearney à Paris, a contribué à l’instauration de ce programme, au côté de Pei Yun Teng, la Social Impact global director de Kearney, et y a participé – avec son lot de déceptions et d’enseignements. Elle nous en dit un peu plus.

Les consultants sont des citoyens avides de sens comme les autres, serait-on tenté de souligner en préambule à la présentation du programme de missions à impact social (Social Impact externship program) initié fin 2018 et lancé début 2019 par Kearney à destination de ses collaborateurs.

Le principe est de permettre aux volontaires intéressés par cette démarche de mobiliser leurs talents et compétences spécifiques (stratégie et management des organisations, gestion des enjeux économiques, etc.) au service d’un projet à impact social. Une dizaine de consultants de Kearney a pour l'heure participé à ce programme.

Laure Hellich, consultante chez Kearney depuis trois ans, fait partie de ces volontaires qui ont apporté leur pierre à l’édifice. Pendant ses années d’étude à Sciences Po et à Columbia, qui l’amènent à voyager (Royaume-Uni, États-Unis, Italie), pour le plus grand plaisir de cette globe-trotteuse, elle apporte son concours à l’association 180 Degrees Consulting qui fournit des services de conseil à des organisations à impact social.

À la Columbia University de New York, elle épaule ainsi une association faisant du soutien scolaire dans une école du quartier de Harlem puis s’investit auprès d’une start-up sociale en Afrique du Sud. « C’est une thématique qui m’a toujours intéressée, explique Laure Hellich, et chez Kearney, je me suis impliquée assez rapidement sur ces sujets. »

« Nous avons été victimes de notre succès »

Compte tenu de son appétence pour ces enjeux, quand elle arrive chez Kearney, où elle a fait par ailleurs son stage de fin d’études, on lui propose de rejoindre l’équipe RSE Monde chargée entre autres de mettre en musique le Social Impact externship program au sein de l’entreprise. Pendant trois mois, entre estimation de l’empreinte carbone et enquêtes RSE, Laure s’y investit sur le volet formalisation et déploiement.

« Au départ, c’était censé être un pilote, mais nous avons été en quelque sorte victimes de notre succès et le programme a été ouvert à l’ensemble des consultant(e)s du groupe », précise-t-elle. La participation au programme se fait sur une base de volontariat. Le consultant doit au préalable valider sa disponibilité avec son bureau ainsi que le staffing et le service RH, avant de motiver sa candidature auprès de l’équipe globale en charge du programme. Il s’agit ensuite de postuler directement auprès de l’organisation choisie et d’affiner avec elle le contenu et le timing de la mission. Les consultants peuvent être amenés à accompagner un panel assez large d’organisations pendant ces missions d’une durée de trois mois.

Citons, par exemple, Epic Collective (Malaisie) qui construit des logements pour les personnes les plus démunies et dans laquelle Laure Hellich a travaillé pendant trois mois (voir paragraphe suivant), Libertate Empresa Social de Inclusion pour l’inclusion sociale des personnes handicapées (Argentine), Red Argentina de Municipios frente al Cambio Climetico – RAMCC, qui rassemble des villes luttant contre le changement climatique (Argentine), Streetlights School qui agit pour un meilleur accès à l’éducation (Afrique du Sud), SNEHA – Society for Nutrition Education and Health Action, association qui œuvre en faveur des femmes démunies sur le plan de l’alimentation, de l’éducation et de la santé (Inde).

À Paris, Kearney a également mis en place une association loi 1901 (ATKare), créée en juillet 2019, qui permet aux consultants de s’engager dans des missions à impact social. Laure Hellich en est la cofondatrice et la trésorière. L'association a été créée pour donner un cadre formel à l'engagement de certains consultants sur ces sujets sociaux, et la visibilité à leurs actions au sein du bureau de Paris.

Direction la Malaisie

Quant à sa propre mission, Laure Hellich l’a menée auprès d’Epic Collective. Cette entreprise du secteur social, créée en 2010, a pour mission d’aider les individus à transformer leurs communautés et leur environnement par la formation et la mobilisation de volontaires.

Détail pratique : pour effectuer cette mission, elle prend un congé sabbatique de trois mois pendant lequel certains de ses frais (loyer, alimentation, etc.) sont pris en charge par Kearney. C’est ainsi que fin 2019, Laure descend de l’avion à Kuala Lumpur pour mener une mission de conseil bénévole auprès d’Epic Collective. L’organisation est alors engagée dans un projet de construction de logement pour les populations aborigènes de Malaisie.

Elle pense commencer à travailler sur un business plan et se retrouve à devoir se consacrer à la rédaction d’un document célébrant le 10e anniversaire de l’initiative, avant de mettre la main à la pâte, casque vissé sur la tête, en participant à un chantier de construction.

Un peu loin du premier objectif prévu, certes, mais l’expérience est formatrice pour elle sur bien des plans. Surtout que dix jours après son retour en France, le déclenchement de la crise sanitaire l’oblige au confinement. Elle doit alors à nouveau travailler le sens de l’adaptation, tout comme elle avait dû le faire en Malaisie.

« Si j’avais des conseils à donner aux candidat(e)s qui veulent tenter cette expérience, ce serait certainement de bien se renseigner sur la nature exacte de la mission, sur la structure d’accueil, de rester ouvert d’esprit et agile, une fois sur place. Une fois rentré au bureau, il est important de prendre le temps de se poser et de faire le point sur cette expérience, sur ce qu’elle a apporté humainement et professionnellement », préconise Laure Hellich.

Du côté de Kearney, on ne cache pas que le déploiement de ce programme vise aussi à répondre à l’appétence des nouvelles générations de recrues particulièrement attentives à cette démarche citoyenne qui leur permet de combiner développement personnel et professionnel.

« C’est un programme que nous avons monté d’abord et surtout afin de répondre toujours mieux aux aspirations de nos consultant(e)s », dit Nicolas Bienvenu, directeur communication et marketing France. Et d’ajouter que le programme est aussi « un atout pour la marque employeur, c’est évident ».

Emmanuelle Rosse pour Consultor.fr

Crédit photo : Epic Malaisie et portrait de Laure Hellich.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Manuel de survie

  • Expertises : le pour et le contre du tout-plateforme

    Depuis une dizaine d’années, des plateformes d’intermédiation agrègent des milliers d’experts. Les consultants y ont abondamment recours, en particulier dans le domaine du private equity. Enquête. 

  • Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

    Nommée en août dernier comme directrice générale de McKinsey France, Clarisse Magnin-Mallez, 45 ans, première femme à la tête du géant du conseil en France, fait du bien-être de ses salariés-parents l’une de ses priorités.

  • La vie de stratège en BD – Épisode 4 : classe affaires

    Avec la reprise de l’activité de conseil post-covid, quoique le télétravail restera une composante importante, les déplacements chez les clients vont reprendre de plus belle. Si les capitales du business font rêver, Paris, Londres ou New York, la réalité des missions chez les clients peut être un soupçon moins exotique. Nouvel épisode de notre BD sur le conseil en stratégie, Consultix.

  • Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

    Dix ans de maison, des expériences préalables dans l’industrie, peu d’entrepreneuriat : voilà quelques-uns des traits caractéristiques du parcours type des partners des cabinets de conseil en stratégie. Avec quelques exceptions notables.

    Découvrez les résultats de l’étude de Wit Associés pour Consultor.

  • 300 clients, 700 copils, 5 déménagements : 30 ans de consulting

     

    Quarante-quatre ans de carrière, trente-cinq de conseil en stratégie, dont vingt-cinq passés sous le label Kearney dont il est devenu un associé énergie et pricing : Laurent Dumarest a vu s’enchaîner les révolutions technologiques et s’est frotté aux clients et aux projets les plus inattendus. Jeune retraité, il n’en a pourtant pas fini avec le conseil, au contraire.

  • Avocat et consultant : la difficile équation

    Ce sont des profils plutôt atypiques au sein des cabinets de conseil en stratégie. Certains avocats choisissent la strat’ plutôt que le barreau. Ils y sont recherchés, non pas pour leur connaissance du droit, mais pour leurs qualités personnelles, d’éloquence ou de rigueur. Les avocats-consultants Rémi Philippe, senior consultant chez Kea & Partners, et Grégoire de Vogüé, ex du BCG et d’Ares & Co, avocat chez Taj, donnent leur point de vue.

  • La vie de stratège en BD — Épisode 2 : l'homme pressé

    À peine arrivé dans l’un des cabinets les plus réputés de la place, le partner caricaturé par notre dessinateur Léo est déjà démarché par un chasseur de têtes pour rejoindre un cabinet concurrent – une proposition qui ne se refuse pas. Même s’il arrive à certains consultants de cumuler trois, quatre ou cinq cabinets au cours de leur carrière, toute ressemblance avec des personnes réelles ne serait que fortuite !

  • Covéa, SNCF, Total : ces DG catapultés partners

     

    Pour répondre à des objectifs de croissance ou d’expertise, les cabinets n’hésitent pas à faire entrer des profils seniors directement en tant que partners, quand bien même ils n’ont aucune expérience antérieure dans le conseil.

    Attention aux conditions d’adaptation requises : toutes les greffes ne prennent pas.

  • L.E.K., Bain : comment le CEO de Webhelp a fait ses classes dans la stratégie

     

    Il a fait de sa start-up, créée en 2000, l’une des rares licornes françaises.

    Olivier Duha, 51 ans, s’imaginait explorateur lorsqu’il était enfant, a été consultant chez L.E.K. Consulting puis Bain & Company, avant de devenir un entrepreneur à succès. Il est le CEO cofondateur de Webhelp.

Manuel de survie
environnement, Kearney, pro bono, philanthropie, Laura Hellich, Nicolas Bienvenu, développement durable, mécenat, mission pro bono, rse, engagement rh
9232
Kearney
2021-09-29 18:25:23
0