Planification écologique : un senior partner du BCG arrive à Matignon

C’est une info de Politico : Frédérik Jobert, qui avait débuté sa carrière au bureau du BCG à Paris en 2005, et dont il était devenu partner en 2014, puis senior partner en 2021, rejoint le secrétariat général à la planification écologique de la Première ministre.

Consultor
11 Oct. 2022 à 17:58
Planification écologique : un senior partner du BCG arrive à Matignon
Source : Linkedin

Frédérik Jobert est diplômé de HEC (2005). Il a par ailleurs une certification en sciences du climat de l’université de Chicago (2020). Il était membre des centres d’expertises opérations et énergie du BCG.

L’histoire ne dit pas si Frédérik Jobert a participé à l’étude d’impact commandé par l’État au BCG sur l’« Évaluation d’impact des mesures prises depuis 2017 sur la réduction des gaz à effet de serre en France à horizon 2030 » — dont la teneur avait suscité l’ire de la classe politique et de l’opinion (relire nos articles ici et ).

Le BCG était par ailleurs un des détenteurs du précédent marché-cadre de transformation de l’action publique (2018-2022), dont le renouvellement est en cours (avec de nouvelles règles annoncées par le gouvernement).

Une relation régulière du BCG avec l’État qui pose la question des liens qu’un ex-partner pourrait entretenir avec son ancien employeur.

Le cas de figure est du moins prévu. Depuis le 1er février 2020, la Haute Autorité à la transparence de la vie publique (HATVP) examine tout projet de nomination d’un conseiller ministériel, d’un collaborateur du président de la République, d’un directeur d’administration centrale ou d’un directeur général des services ayant exercé une activité privée lucrative au cours des trois dernières années (ainsi que le rappelait Didier Migaud, le président de la HATVP devant la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil sur les politiques publiques).

Les personnes concernées doivent alors adresser une déclaration d’intérêts à la HATVP, ainsi qu’une déclaration de situation patrimoniale. Charge à la Haute Autorité d’apprécier ensuite le risque de conflit d’intérêts au regard des missions qui sont confiées au fonctionnaire.

Si ce risque est avéré, l’autorité peut préconiser des mesures pour faire cesser le conflit, qui peuvent être des mesures de déport, la publicité de l’intérêt ou la présence d’un tiers lors des rencontres transversales auxquelles l’ancien employeur pourrait participer.

Pour faire respecter ces obligations, la Haute Autorité dispose d’un pouvoir d’injonction auprès des agents concernés. Cette injonction peut être rendue publique. Le fait de ne pas y déférer est puni d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende.

Mais de nombreux agents publics n’entrant pas dans le champ de contrôle de la Haute Autorité, ils doivent alors adresser une déclaration d’intérêts à leur supérieur hiérarchique. Pour ceux-ci, c’est donc à l’administration qu’il revient d’opérer l’analyse du risque de conflit d’intérêts, en s’appuyant sur la doctrine de la HATVP, indiquait encore Didier Migaud.

à lire aussi

31012022hatvp

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique contrôle la reconversion de nos hauts fonctionnaires. Depuis le 1er février 2020, elle a ainsi examiné la situation de 264 agents publics dont sept seulement – un haut fonctionnaire est récemment passé du Trésor au BCG – ont rejoint des cabinets de conseil en stratégie.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Le PNF enquête sur les liens entre McKinsey et Emmanuel Macron

    « Favoritisme » et « tenue non conforme de comptes de campagne » : tels sont les chefs d’inculpation qui pourraient être retenus contre le président de la République et le cabinet McKinsey.

  • Pays de la Loire : CMI acteur du projet régional de santé de l'ARS

    Le cabinet CMI Stratégie est le nouveau co-attributaire du dernier marché de conseil de l’Agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire.

  • Le chantre du consulting souverain

    Deux ans durant, Alexandre Medvedowsky a fait feu de tout bois sur les potentiels effets délétères du poids des cabinets de conseil internationaux au sommet de l’État. Au même moment, le groupe d’intelligence économique auquel il appartient a remporté un important marché de conseil pour l’État – sans que lui ne fasse aucun lien. Consultor brosse son portrait.

  • Plan de relance tricolore : la mystérieuse évaluation de Roland Berger

    Un nouveau pavé dans la mare « secteur public » pour la sphère consulting. Où il est question cette fois de l’omniprésence des cabinets de conseil dans l’élaboration du plan de relance voté en décembre 2020 par les dirigeants de l’ensemble des pays de l’Union européenne, le Parlement européen et la Commission européenne, afin d’aider les gouvernements à réparer les dommages économiques et sociaux causés par la pandémie.

  • « Cinq heures de travail par livrable » : sur la transparence, l’État cale

    Interrogée par Consultor, une source gouvernementale explique qu’il faudrait une quinzaine d’années à l’exécutif pour publier le contenu des missions réalisées pour la seule année 2021, à raison de 5 heures par livrable. Un manque de transparence récurrent qui exaspère l’ancien président de la commission d’enquête sénatoriale, Arnaud Bazin, que nous avons également interrogé.

  • Secteur public : coup de froid sur le conseil en stratégie

    Six mois après que le Sénat a appelé à ce que le gouvernement publie un état des lieux régulier annexé au budget de l’État sur ses dépenses de conseil, voilà la chambre haute du Parlement exaucée dans une annexe au projet de loi de finances pour 2023 publiée le 10 octobre dernier.

  • Comment Matignon a verrouillé le marché de conseil du second quinquennat Macron

    C’est un fait. La consultation de la DITP sur le conséquent marché de prestations de conseil auprès du secteur public met un cadre plus strict à l’activité des consultants. Elle a été lancée avec 6 mois de retard de concert aux engagements du ministre Stanislas Guérini. La DITP, via son secrétaire général Jean-Michel de Guerdavid, a accepté d’en préciser les grandes lignes à Consultor.

  • Avant la loi anti - « consultocratie » au Sénat, la filière défend sa charte

    Syntec Conseil, le syndicat pro du secteur, vient de se doter d’une charte des bonnes pratiques déontologiques des interventions de conseil auprès du secteur public. Télescopage des agendas.

  • Canada : il faut sauver le soldat Québec

    Le cabinet McKinsey a effectué une copieuse mission état des lieux et de préconisations pour le ministère de l’Économie et de l’Innovation canadien. Le sujet : la situation du Québec qui souffre de son retard (économique et social) face à la province limitrophe, l’Ontario, la deuxième en termes de surface après le Québec, mais la plus peuplée (38,3 % de la population canadienne).

Adeline
secteur public
BCG, associé, premier ministre, cabinet ministériel secteur public, frederik jobert, mouvement, alumni, nomination
12012
Boston Consulting Group
2022-11-01 15:30:54
0
Non