Sur la loi climat, la parole est au BCG

Mandaté par le ministère de la Transition écologique pour juger de la crédibilité des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le cabinet avait été brocardé de toutes parts pour sa partialité et ses conflits d’intérêts. Au Sénat, le cabinet a vertement défendu son intégrité : « Ce contrat n’a pas été rédigé sous la dictée. »

Consultor.fr
28 Jan. 2022 à 11:16
Sur la loi climat, la parole est au BCG
Illustration Adobe Stock.

Le Boston Consulting Group avait pris une vigoureuse volée de bois vert. Le 10 février 2021 le gouvernement avait rendu public les conclusions que le cabinet avait établi à sa demande. Il s’agissait alors pour le BCG de jauger de la crédibilité des mesures prises depuis le début du quinquennat Macron pour tenir l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici 2030 en France. Un objectif que le BCG avait alors jugé crédible.

« Le potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre visé par l’ensemble des mesures déjà prises au cours du quinquennat et proposées dans le projet de loi Climat et Résilience est globalement à la hauteur de l’objectif de 2030, sous réserve de leur exécution intégrale et volontariste », écrivait alors le cabinet.

Données biaisées, conflits d’intérêts, insuffisances notables… parlementaires, presses et même le conseil d’État avait taclé le cabinet de conseil.

à lire aussi

Interrogé à ce sujet par la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil privé sur les politiques publiques, Jean-Christophe Gard, managing director et senior partner du BCG à Paris, s’est livré à une vibrante défense de la qualité des conclusions du BCG.

Le ministère de la Transition écologique a sollicité le BCG « pour pouvoir comprendre si l’ensemble des mesures qui ont été prises permettaient effectivement de positionner la France sur sa trajectoire de réduction des gaz à effet de serre. Nous sommes intervenus pour construire un modèle dans un temps relativement court, cinq à six semaines, qui visait à faire l’analyse de l’ensemble des mesures prises par l’État pour porter une appréciation sur "effectivement est-ce que ces mesures sont suffisantes pour délivrer l’impact attendu ? Pour délivrer l’engagement de la France ?’" et sur une appréciation sur le niveau de confiance que l’on peut avoir dans la fiabilité de la mise en œuvre », a indiqué Jean-Christophe Gard.

Le partner a également évalué les raisons pour lesquelles le ministère a retenu le BCG et pas un autre cabinet de conseil en stratégie : « Pourquoi sommes-nous intervenus, nous ? Nous avons une expertise très forte, nous considérons que les transformations environnementales sont de même nature et de même amplitude que les transformations technologiques et digitales. Nous investissons beaucoup en savoir-faire, en modèles, en données qui nous permettent de nous poser de façon pertinente sur ces sujets. Voilà la raison pour laquelle nous avons été choisis je pense », a-t-il encore indiqué.

Et sur l’indépendance des conclusions, le partner a défendu l’intégrité des conclusions rendues par son cabinet. « Cette expertise était-elle indépendante ? Ou a-t-elle été, comme on pourrait le penser, conduite sous la dictée ? La marque de fabrique du BCG réside dans une grande indépendance intellectuelle vis-à-vis de nos donneurs d’ordres. C’est notre grande fierté, peut-être même de manière un peu arrogante parfois. Nous disons ce que nous pensons et si ce n’est pas ce que le client a envie d’entendre, nous lui disons de la manière la plus habile et polie possible mais nous le disons. Si nous avons conclu que la France, avec le corpus de mesures qui ont été prises, est en mesure de délivrer sa trajectoire de réduction de gaz à effet de serre, c’est que nous sommes convaincus que c’est le cas. Sinon nous ne l’aurions pas dit. Notre réputation, l’intégrité que nous mettons dans nos recommandations, c’est ce qui fait que nous travaillons auprès de nos clients, c’est pour cela qu’ils viennent nous voir. Ce contrat n’a pas été rédigé sous la dictée. Les faits qui y figurent sont aussi factuels et scientifiques que possible. »

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Pour Roland Berger, la manne de la formation professionnelle

    En deux ans, en 2018 et 2019, le cabinet s’est vu confier par le ministère du Travail six missions en lien avec la réforme de la formation professionnelle et la transformation de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), pour un total d’honoraires de 4,6 millions d’euros.

  • Le BCG, arbitre des politiques d’intégration de l’État

    Le cabinet a été mandaté pour le ministère de l’Intérieur de 2019 à 2021 pour évaluer les politiques d’intégration de l’État.

  • Roland Berger et le BCG bien en cour au ministère de la Culture

    Les deux cabinets ont réalisé cinq missions en 2019 et 2020 pour le ministère de la Culture. Leurs honoraires ont atteint 831 000 euros sur cette période.

  • Dix ans de missions gratuites pour l’État

    Le Sénat, dans son rapport sur l’influence des cabinets de conseil privé sur les politiques publiques, a recensé l’ensemble des missions effectuées à titre gracieux par des cabinets de conseil auprès de divers ministères. Consultor recense celles qui ont été effectuées par des cabinets de conseil en stratégie.

  • Nouvelle-Calédonie : quand Beauvau délègue le bilan des accords de Nouméa

    Par deux fois, en 2011 et 2018, un binôme de consultants a été choisi pour faire un état de la mise en œuvre de l’accord politique de 1998. Récit de l’intérieur de cette mission à fort enjeu diplomatique.

  • McKinsey : trois ans pour faire fonctionner les APL

    Deux ans durant, de fin 2018 à fin 2020, McKinsey a été mandaté à trois reprises par le ministère de la Cohésion des territoires pour faire atterrir la réforme de l’aide personnalisée au logement (APL). Elle était voulue par l’exécutif après qu’il avait annoncé tout au début du quinquennat Macron vouloir la faire baisser de 5 euros par mois.

  • Secteur public : l’impact des consultants dans le viseur

    Si les cabinets sont majoritairement bien notés par les administrations acheteuses pour leurs missions dans le service public, les modalités mêmes de cette évaluation sont remises en cause par l’exécutif qui appelle à les muscler. Les consultants, eux, plaident pour une juste prise en compte du caractère volatil de prestations intellectuelles nécessairement évolutives.

  • Cabinets de conseil vend anciens hauts fonctionnaires, parfait état de marche

    C’est un des petits biscuits du rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil : la manière avec laquelle les cabinets peuvent faire de la présence d’anciens hauts fonctionnaires un argument de vente de missions dans le secteur public.

  • État : le Sénat siffle la fin du tout consulting

    Estimant que les dépenses de conseil de l’État et ses opérateurs ont doublé ces cinq dernières années, le Sénat a préconisé 19 mesures d’amélioration en faveur de l’efficacité de ces achats et de leur transparence, dans un rapport rendu public le 17 mars 2022. Roland Berger, McKinsey et BCG comptent parmi les 20 cabinets les plus actifs. Une proposition de loi transpartisane sera déposée dans les prochains mois pour que le Parlement puisse se prononcer sur ces recommandations.

Benjamin Solano
secteur public
climat, effet de serre, co2, rse, neutralité carbone, développement durable, climeworks
10284
Boston Consulting Group
Jean-Christophe Gard
2022-01-28 10:17:03
0
Non