Enquête – La crise de gouvernance de Deloitte Consulting impacte Monitor

 

Entre décembre et janvier, trois partners parisiens de Monitor Deloitte ont quitté leurs fonctions. Deux autres pourraient suivre.

 

25 Jan. 2019 à 06:01
Enquête – La crise de gouvernance de Deloitte Consulting impacte Monitor

 

Au total, une dizaine de partners sur les soixante-dix que compte l’ensemble des activités de conseil de Deloitte Consulting en France ont fait de même récemment. Philippe Rémy, ancien partner d'Oliver Wyman et vice-président de Capgemini, prend les rênes de Deloitte Consulting. Stéphan Régnier, qui arrivait lui aussi de Capgemini, n'a occupé les mêmes fonctions que quelques mois début 2018.

Pour le management actuel de Monitor Deloitte, l’épisode ne remet pas en cause la croissance de l’activité de conseil en stratégie et plusieurs arrivées sont en préparation.

Trop c’est trop. Échaudés par la gouvernance de Deloitte Consulting en France qu’ils ont jugée « incompétente », — c’est le terme qu’ils emploient dans un courrier interne adressé à la direction de Deloitte France en mai —, trois des partners de Monitor Deloitte, la marque de stratégie de Deloitte Consulting, ont quitté, en décembre puis en janvier, l’actuelle équipe de douze partners qui s'était constituée au fil du temps après le rachat de Monitor par Deloitte.

La génération Roland Berger s'en va

Jean-Charles Ferreri, Cyril Gay Belan et Grégory Morel étaient simultanément arrivés de Roland Berger en 2014 et 2015. Leur départ s’ajoute à celui de Jean-Marc Liduena, lui aussi ancien partner de Roland Berger et principal de Booz & Company, qui s’était déjà retiré de Monitor Deloitte en 2017 pour occuper d’autres fonctions d’encadrement chez Deloitte Consulting.

Tous les quatre avaient contribué à installer Monitor Deloitte en France. Ce qui paradoxalement a très bien fonctionné : Monitor Deloitte a très largement agrandi ses équipes de consultants dans la capitale française (de quarante en 2010 à quatre-vingts actuellement) ; Monitor Deloitte a su attirer plusieurs principals des marques concurrentes les mieux installées de la place (Bain, BCG…) ; Monitor Deloitte a significativement développé ses prestations hors des activités historiques de Monitor auprès de grands laboratoires pharmaceutiques, notamment dans les services financiers, en s'appuyant pour ce faire sur le vaste univers de métiers de conseil présents chez Deloitte.

Un parcours quasi parfait. Sans une double crise de gouvernance qui, dès 2017, a jeté le doute dans l’esprit de plusieurs partners sur les capacités de développement de Monitor Deloitte au sein de Deloitte Consulting.

La première crise commence en 2017 dans la foulée de la nomination de Sami Rahal (Essec 1990, Insead 1999), pur produit Deloitte où il a fait une grande partie de sa carrière, à la suite d’Alain Pons, en tant que CEO de Deloitte France et Afrique francophone.

Très largement élu par le collège des partners français, ses premières nominations ne sont pas forcément celles espérées. Pour le conseil, il choisit Michel Elmaleh – qui n’a pas répondu aux sollicitations de Consultor – à la place de Didier Taupin qui a été l'artificier de la bonne intégration de Monitor chez Deloitte.

Un camouflet pour certains associés de Deloitte Consulting qui jugeaient plus légitime que la direction du conseil soit confiée à l’un de ceux siégeant au comité de direction du consulting France. L’instance compte cinq à six partners qui représentent l’ensemble des 70 partners, 1 200 consultants et 200 millions d’euros de chiffre d’affaires (dont 18 pour Monitor Deloitte) que compte Deloitte Consulting en France. Soit 15% des 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires que réalise Deloitte en France.

L'épisode Stéphan Régnier provoque une vague de départs

La discorde s’envenime encore davantage quelques mois plus tard. En janvier 2018, Stéphan Régnier, un mathématicien de formation, arrive de Cap Gemini après une première vie chez Peat Marwick Consulting. Il doit seconder Michel Elmaleh à la tête du consulting de Deloitte.

Sauf que le tandem Elmaleh-Régnier ne fait pas long feu : quelques mois après son arrivée, Stéphan Régnier quitte ses fonctions.

La goutte d’eau de trop et une nouvelle marque d'amateurisme pour plusieurs partners. Une quinzaine d'entre eux, dont plusieurs de Monitor Deloitte, qui entretenaient des relations déjà maussades avec Michel Elmaleh, adressent à Sami Rahal en mai, une « déclaration d’incompétence » pour fustiger ce qu’ils estiment être des fautes de Michel Elmaleh. Et font des propositions qui, lorsqu'ils sont reçus par Sami Rahal en juin, restent lettre morte, selon eux. Sami Rahal promet l'arrivée d'un, voire deux, nouveaux managing partners en remplacement de Stéphan Régnier. Des candidats ont été sondés chez Cap Gemini, Accenture et A.T. Kearney.

Mais le divorce avec une partie des partners est consommé et plusieurs chasseurs de tête, informés de la situation, font affluer les propositions. En quelques mois, trois partners de Monitor Deloitte et une dizaine de partners de Deloitte Consulting quittent la société. Certains départs sont déjà connus : Cyrille Mallaret (parti en décembre chez Accenture) ou Jean-Luc Taborin (qui en octobre faisait son arrivée à la pharma chez Roland Berger). Mais d’autres, plus nombreux, sont également intervenus au niveau des partners comme à des niveaux hiérarchiques inférieurs.

La complémentarité des offres de conseil en question

Le deuxième volet de la crise de gouvernance est plus interne à Monitor Deloitte. Pour les partners partants, la place laissée à la diversification hors pharmacie, la spécialité historique de Monitor, n’était pas clairement assumée et la particularité d’une prestation de conseil en stratégie griffée Monitor (nombre de consultants par partners, les tarifs journaliers) au sein de Deloitte Consulting insuffisamment défendue.

Côté Thomas Croisier, le managing partner de Monitor Deloitte, ces départs sont davantage à mettre au crédit de projets personnels. « Évidemment, c'est désagréable. Il est triste de voir partir des gens avec qui on a construit quelque chose depuis quatre ou cinq ans », dit-il à Consultor.

Tout en défendant que la croissance de l’activité de la business unit "Stratégie" opérée sous la marque Monitor, parmi la quinzaine de business units de Deloitte Consulting, restera à un rythme de croissance compris entre 30 et 50 % pour l’exercice en cours (de juin à mai).

En ce sens, plusieurs arrivées seraient en préparation pour pallier ces départs, à l’instar de Alexandre Kuzmanovic, un director venu de Mars & Co en juin.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

18
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (18)

insider
01 Mar 2019 à 09:03
Morel également chez kpmg

citer

signaler

Batman
04 Fév 2019 à 23:28
Citation en provenance du commentaire précédent de Pinailleur
Ce que j'avais retenu, Monitor à Paris, c'était 10 Associés, pas 12, quatre seniors (TMT-Digital, Pharma, Finance, Private Equity) et six Associés (2 TMT-Digital, Consumer Goods, 2 Pharma, 1 Finance). 2 grosses-têtes sont parties, si j'ai bien compris, Grégory Morel et 2 autres ?

Et un Oil & Gas ;)

citer

signaler

Pinailleur bis
31 Jan 2019 à 19:54
Clarification : 5 Partners partis, 2 seniors, Ferreri et Gay Belan, et 3 autres dont Morel.

citer

signaler

Victime Anonyme
31 Jan 2019 à 00:44
Félicitations pour votre article.

citer

signaler

Grrrrr
30 Jan 2019 à 23:21
Citation en provenance du commentaire précédent de Pinailleur
Ce que j'avais retenu, Monitor à Paris, c'était 10 Associés, pas 12, quatre seniors (TMT-Digital, Pharma, Finance, Private Equity) et six Associés (2 TMT-Digital, Consumer Goods, 2 Pharma, 1 Finance). 2 grosses-têtes sont parties, si j'ai bien compris, Grégory Morel et 2 autres ?
Faux. Morel pas senior. Aucune grosse tête partie. Juste des associés juniors trop ambitieux mais pas assez vendeurs !

citer

signaler

Pinailleur
30 Jan 2019 à 20:00
Ce que j'avais retenu, Monitor à Paris, c'était 10 Associés, pas 12, quatre seniors (TMT-Digital, Pharma, Finance, Private Equity) et six Associés (2 TMT-Digital, Consumer Goods, 2 Pharma, 1 Finance). 2 grosses-têtes sont parties, si j'ai bien compris, Grégory Morel et 2 autres ?

citer

signaler

Vieux sage
30 Jan 2019 à 17:35
Très bonne idée.
Dans les big-4, la strat. présente de très belles synergies : compétences digitales accessibles, passations commerciales entre métiers, offres combinées, couverture mondiale, flux de transactions, etc...
Mais : gérer des modèles super différents de delivery tout en les respectant dans leurs spécificités (modèle de recrutement, d'encadrement, rémunérations, TJM...), ca demande beaucoup d'intelligence métier et humaine, et, forcément, ca dépend beaucoup de la gouvernance et des big-boss ...
La strat. est donc super compatible, et super synergique, mais il faut gérer correctement !

citer

signaler

Big 4 et Conseil ?
30 Jan 2019 à 16:39
Bonjour,
Je pense qu'il serait intéressant de consacrer un dossier plus global sur le retour des Big 4 dans le conseil, leurs stratégies respectives et les résultats à ce stade.
Je comprends que c'est compliqué aussi chez un autre Big 4...

citer

signaler

Excalibur Alumni
30 Jan 2019 à 06:11
Monitor début 2014 au rachat, c'était plutôt 15 consultants, 100% secteur Santé. Fin 2018, c'était environ 90, 20-25M€ CA, et un vrai mix d'activités. Gros risque de "retour aux sources" si on croit Consultor. Ce qui montre que ces structures entrepreuneuriales même dans des Big-4 tiennent en fait juste à des personnes clés. Ca reste un métier d'hommes et de femmes, ce qui est quasi rassurant...

citer

signaler

anonyme
30 Jan 2019 à 00:49
Gai Belan et Liduena chez kpmg

citer

signaler

anonyme
30 Jan 2019 à 00:48
arrivés chez KPMG (source interne)

citer

signaler

Johny Feel Good
28 Jan 2019 à 22:45
Citation en provenance du commentaire précédent de Lolilol
Aux dernières nouvelles, un groupe de partners et de seniors iraient chez KPMG.

citer

signaler

Allias
28 Jan 2019 à 19:56
Une vague non Monitor chez KPMG, une vagounette Monitor chez RB. Le mercato est en effet chargé chez Deloitte Consulting cette année.

citer

signaler

Disruptive Johnny
25 Jan 2019 à 13:22
Les gens se faisaient chier à attendre la dernière saison de game of thrones alors ils ont fait un remake chez Deloitte.

citer

signaler

Tao
25 Jan 2019 à 13:09
L'un des trois serait chez RB

citer

signaler

Lolilol
25 Jan 2019 à 11:11
Aux dernières nouvelles, un groupe de partners et de seniors iraient chez KPMG.

citer

signaler

Tonio
25 Jan 2019 à 10:08
On ne parle pas assez des équipes qui pâtissent fortement de cette situation nauséabonde. Les plus malins s'en vont ...

citer

signaler

DjibrilConsulting
25 Jan 2019 à 09:57
Beaucoup de départs, souvent groupés, ou vont-ils donc ? non vraiment personne ne sait ...

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Ares : départ d’un cofondateur
    21/01/22

    Le cofondateur-associé d’Ares & Co, Antoine Desjars, a quitté son cabinet pour KPMG France, où il est responsable du secteur advisory bank. KPMG, un cabinet français membre du réseau KPMG, est l’un des leaders de l'audit, du conseil et de l’expertise comptable (plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020, +3,4% par rapport à 2019).

  • JO : Quand McKinsey conseillait Paris 2024
    19/01/22

    En amont de la désignation de Paris en tant que ville-hôte des Jeux Olympiques 2024, le cabinet de conseil a épaulé la capitale française.

  • SKP Paris : deux associés promus à Paris
    18/01/22

    Chez Simon-Kucher & Partners Paris, la gouvernance s’agrandit.

  • Thomas Delano promu partner au BCG
    18/01/22

    Thomas Delano, principal au Boston Consulting Group Paris depuis 2016, consultant « maison » (au BCG depuis 2012), y est promu partner/managing director. Avec cette promotion, le collège des partners du BCG à Paris passe à 75 personnes, selon le décompte de Consultor.

  • Bain : salve de nouveaux associés, une Française
    13/01/22

    Pour ce début d’année, Bain et Company (63 bureaux dans 38 pays) annonce la promotion de 78 partners dans le monde, dont une à Paris, Audrey Hadida.

  • Publicis Sapient Strategy Consulting : quatrième partner à Paris
    13/01/22

    L’activité de conseil en stratégie de Publicis Sapient vient de promouvoir Mathieu Larroumet au poste de managing director. Une nomination qui vient renforcer son équipe de direction parisienne après l’arrivée de Célia Friedman en fin d’année 2021.

  • PE : un Français roi du monde au BCG
    06/01/22

    Benjamin Entraygues, au BCG Paris depuis 5 ans – il a passé précédemment 17 ans chez Roland Berger –, co-patron du PE du BCG Paris, vient d’être promu responsable monde de sa practice PIPE (Principal Investors & Private Equity).

  • Ça va déménager chez Advancy
    31/12/21

    Le cabinet Advancy va déménager en avril prochain, et ce, pour la troisième fois en sept ans.

  • Quand le conseil en stratégie évalue son impact
    27/12/21

    C’est une première dans le secteur du conseil en stratégie. CO conseil, cabinet non-profit de conseil en stratégie dédié à l'intérêt général et société à mission, fondé par Kea & Partners, Algoé, Colombus et Weave (devenu Onepoint), qui a été rejoint par Mawenzi en mai dernier, vient de faire réaliser une étude de son impact auprès de ses bénéficiaires

Super Utilisateur
France
OC&C, Parthenon Group, Philippe Kaas, Henri-Thierry Toutounji, David De Matteis, Philippe Pruneau, Pascal Ansart, strategy&, pwc, ey, kpmg, audit, mazars, auditeurs, conseil, conseil en stratégie, strategy consulting, eric mouchous, deloitte, monitor, rachat, m&a, départs groupés, mouvements
3473
Thomas Croisier Cyril Gay Belan Grégory Morel Jean Marc Liduena Jean-Charles Ferreri
2021-11-03 20:07:53
18
Non