Achat de conseil et TJM

En finir avec le diktat des « TJM » ?

Le taux journalier moyen (TJM) a longtemps été l’unique juge de paix pour refléter la valeur ajoutée liée à la  prestation de conseil. Indicateur simple à comprendre par tous, il n'est que la partie émergée d’un cabinet de conseil.

Consultor
19 Avr. 2011 à 16:40
Achat de conseil et TJM

Cependant tout comme les sites internet des cabinets, qui ont tous eu tendance à faire du Mckinsey-like en décrétant toute boutique comme capable d’aller « de la stratégie à la mise en œuvre »,  les TJM déclarés à qui veut bien les entendre, sont régulièrement largement gonflés.


Un indice malléable…

Il faut dire qu’il y a de multiples manières de "tripatouiller" la réalité :

  • ne parler que du taux journalier des consultants facturés, sans prendre en compte les consultants en inter-contrats ou les consultants « gratuits »
  • ne donner que des taux avant remise de volume annuelle, voire avant négo 
  • intégrer les forfaits de frais (comme cela est régulièrement imposé dans les missions en services publics).

Ce jeu de dupes est renforcé par la tendance de certains acheteurs à ne constituer leur panel de consultation qu’au regard de cet unique critère. On comprend alors l’intérêt de tous les cabinets à entretenir le doute.

… trop simpliste pour représenter l’offre actuelle de conseil

Depuis une dizaine d’années, les lignes du conseil ont énormément bougé : disparition des cabinets liés à l’audit, doublement voire triplement de la taille des cabinets de conseil de DG, foisonnement des cabinets de spécialité (opérations, conseil métier, etc.), réapparition des cabinets liés à l’audit (sous la houlette fallacieuse d’ « advisory » ), … de sorte qu’aujourd’hui chacun peut laisser entendre qu’il est consultable sur la totalité du spectre d’une problématique, du très amont au très aval.

Il semble malgré tout  y avoir aujourd’hui un fort intérêt, pour les acheteurs de conseil comme pour les cabinets, à sortir du raisonnement par case (les principales : 2500€ la journée, 1500, 1000…). En triplant de taille en une décennie, le BCG a mécaniquement élargi son spectre d’intervention pour aujourd’hui réaliser un grand nombre de missions d’organisation (dans le cadre de projets post-fusion par exemple). McKinsey s’est fait une énorme réputation en lean-manufacturing (métier complexe, mais pas exactement en ligne avec l’image de stratège de croissance qu’on se fait de la maison de Chicago). Accenture fait de tout, et notamment du BPO, on pourra du coup y trouver d’excellente ressources en stratégie, malgré son image de mega-intégrateur.

Challenger les consultants de catégories ou des cases différentes, c’est décloisonner le marché en permettant à de jeunes sociétés - moins chères et souvent incarnées - de croitre et d’innover. C’est aussi permettre la reconfiguration d’un marché sur lequel les gaps de facturation entre BCG et Capgemini Consulting peuvent laisser dubitatifs. C’est aussi permettre de considérer des approches diverses, avec une conception de l’output très différente. Il faut souvent pour cela convaincre le donneur d’ordre interne que son consultant habituel n’est pas l’unique solution à tous ses problèmes. L’argument du portefeuille pourrait se révéler efficace.

 

Consultor, portail du conseil en stratégie - 19/04/2011

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Assemblée nationale : à gauche, la séparation de l’audit et du conseil dans le viseur
    02/12/22

    La Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (Nupes) cherchaient à inscrire la mesure dans la loi de finances. 49.3 oblige, elle n’a même pas pu être discutée. Une mesure, parmi d’autres de lutte contre l’évasion fiscale, que le groupe parlementaire voudrait à nouveau pousser au cours de la mandature. Charlotte Leduc, députée LFI/Nupes, qui est à l’origine de cette proposition, répond à Consultor.

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

Super Utilisateur
France
tjm, achats, acheteur, tjm, négocier, achat, règles
3174
0