Info Consultor — EPR : l'audit « coup de gueule » va à Roland Berger

En septembre, Le Monde révélait que le ministre des Finances Bruno Le Maire et la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne demandaient au PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy de plancher sur la mise en chantier de nouveaux réacteurs.

EDF devait fournir au gouvernement mi-novembre 2019 « un état des lieux de la filière intégrant le retour d'expérience de la construction des premiers EPR », puis, en décembre, « une analyse des capacités de la filière à répondre à l'exécution d'un programme de construction de trois paires de réacteurs sur trois sites distincts, chaque paire étant espacée de quatre ans ». Une décision concernant le mix de production énergétique qui doit se substituer à la fermeture de douze à quatorze réacteurs nucléaires d'ici 2035 n'est censée intervenir qu'en 2021.

Mais furieux de l'explosion des coûts de construction et des retards des EPR de Olkiluoto en Finlande, de Flamanville en France et de Hinkley Point en Angleterre, Bruno Le Maire avait annoncé le dimanche 29 septembre avoir sollicité un audit extérieur. Quelques jours plus tôt, le 23 septembre, onze jours après le courrier adressé à Jean-Bernard Lévy, daté du 12 septembre, les deux mêmes ministères passaient un marché de 407 550 euros avec Roland Berger à Paris.

09 Déc. 2019 à 13:41
Info Consultor — EPR : l'audit « coup de gueule » va à Roland Berger

L'objectif de contre-expertise recherché par les ministères y est transparent. Au terme de sa mission, dont les conclusions devaient être remises à Bruno Le Maire le 31 octobre, le cabinet devait porter une appréciation sur les choix de conception et l'évaluation économique de l'EPR2 réalisés par EDF et par Framatome pour la partie qui le concerne, à partir d'un audit détaillé portant notamment sur la structure de coût de ce projet, s'appuyant sur celle réalisée par EDF, « qui doit être challengée », selon les termes mêmes de l'avis de marché publié le 3 décembre.

Autre objectif de la mission : comprendre les choix de conception de l'EPR2, les risques et les incertitudes méthodologiques pesant sur la structure de coût de ce projet, ainsi que le réalisme et la pertinence des cibles économiques fixées par l'entreprise pour ce nouveau modèle EPR2.

Au final, le cabinet devait remettre un audit en cinq volets :

  • compréhension des choix de conception de l'EPR2 ;
  • audit du modèle de coût retenu par EDF pour l'EPR2 ;
  • analyse des risques et opportunités des changements de choix de conception apportés à l'EPR2 par rapport à l'EPR de Flamanville 3 ;
  • pertinence des cibles de compétitivité de l'EPR2 (en euros/kW) et réalisme des coûts à date ;
  • estimation du coût de l'électricité produite (en euros/MWh) par la technologie EPR2.

Une nouvelle mission qui confirme la forte position de Roland Berger dans le secteur public en France, comme en attestaient encore récemment la mission du cabinet sur l'avenir du stade de France ou sa sélection pour le dépouillement des contributions écrites au Grand Débat national.

Une stratégie que le nouveau patron de Roland Berger en France et en Europe du Sud-Ouest entend poursuivre.

Crédit photo : par Yohann Legrand Prise le 31 janvier 2010 à La Garde-Adhémar, Rhône-Alpes, France CC BY-SA 2.0

2
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (2)

lagloire
19 Oct 2020 à 14:40
ROland Berger a t'il rendu son rapport?

citer

signaler

loulou2
10 Déc 2019 à 15:15
Espérons qu'on ne nous ponde pas une étude à la Ascoval/Altifort !

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

  • Afrique du Sud : McKinsey poursuivi, Bain interdit
    07/10/22

    Les deux cabinets de conseil sont mis en cause (parmi de nombreuses autres entreprises, telles que Bell Pottinger, KPMG, HSBC, SAP) pour des missions effectuées dans le cadre de la « capture de l’État », ainsi qu’ont été nommées les affaires de corruption qui ont gangrené les années au pouvoir de Jacob Zuma (2009-2018).

Super Utilisateur
Monde
2483
Roland Berger
2