Info Consultor — EPR : l'audit « coup de gueule » va à Roland Berger

En septembre, Le Monde révélait que le ministre des Finances Bruno Le Maire et la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne demandaient au PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy de plancher sur la mise en chantier de nouveaux réacteurs.

EDF devait fournir au gouvernement mi-novembre 2019 « un état des lieux de la filière intégrant le retour d'expérience de la construction des premiers EPR », puis, en décembre, « une analyse des capacités de la filière à répondre à l'exécution d'un programme de construction de trois paires de réacteurs sur trois sites distincts, chaque paire étant espacée de quatre ans ». Une décision concernant le mix de production énergétique qui doit se substituer à la fermeture de douze à quatorze réacteurs nucléaires d'ici 2035 n'est censée intervenir qu'en 2021.

Mais furieux de l'explosion des coûts de construction et des retards des EPR de Olkiluoto en Finlande, de Flamanville en France et de Hinkley Point en Angleterre, Bruno Le Maire avait annoncé le dimanche 29 septembre avoir sollicité un audit extérieur. Quelques jours plus tôt, le 23 septembre, onze jours après le courrier adressé à Jean-Bernard Lévy, daté du 12 septembre, les deux mêmes ministères passaient un marché de 407 550 euros avec Roland Berger à Paris.

09 Déc. 2019 à 12:12
Info Consultor — EPR : l'audit « coup de gueule » va à Roland Berger

L'objectif de contre-expertise recherché par les ministères y est transparent. Au terme de sa mission, dont les conclusions devaient être remises à Bruno Le Maire le 31 octobre, le cabinet devait porter une appréciation sur les choix de conception et l'évaluation économique de l'EPR2 réalisés par EDF et par Framatome pour la partie qui le concerne, à partir d'un audit détaillé portant notamment sur la structure de coût de ce projet, s'appuyant sur celle réalisée par EDF, « qui doit être challengée », selon les termes mêmes de l'avis de marché publié le 3 décembre.

Autre objectif de la mission : comprendre les choix de conception de l'EPR2, les risques et les incertitudes méthodologiques pesant sur la structure de coût de ce projet, ainsi que le réalisme et la pertinence des cibles économiques fixées par l'entreprise pour ce nouveau modèle EPR2.

Au final, le cabinet devait remettre un audit en cinq volets :

  • compréhension des choix de conception de l'EPR2 ;
  • audit du modèle de coût retenu par EDF pour l'EPR2 ;
  • analyse des risques et opportunités des changements de choix de conception apportés à l'EPR2 par rapport à l'EPR de Flamanville 3 ;
  • pertinence des cibles de compétitivité de l'EPR2 (en euros/kW) et réalisme des coûts à date ;
  • estimation du coût de l'électricité produite (en euros/MWh) par la technologie EPR2.

Une nouvelle mission qui confirme la forte position de Roland Berger dans le secteur public en France, comme en attestaient encore récemment la mission du cabinet sur l'avenir du stade de France ou sa sélection pour le dépouillement des contributions écrites au Grand Débat national.

Une stratégie que le nouveau patron de Roland Berger en France et en Europe du Sud-Ouest entend poursuivre.

Crédit photo : par Yohann Legrand Prise le 31 janvier 2010 à La Garde-Adhémar, Rhône-Alpes, France CC BY-SA 2.0

2
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (2)

lagloire
19 Oct 2020 à 12:40
ROland Berger a t'il rendu son rapport?

citer

signaler

loulou2
10 Déc 2019 à 02:15
Espérons qu'on ne nous ponde pas une étude à la Ascoval/Altifort !

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

  • Nouveau patron mondial pour EY-Parthenon
    23/11/21

    Jeff Wray, responsable stratégie de la région Amériques basé à New-York, vient d’être nommé global leader d’EY-Parthenon. Ancien consultant de Kearney (1999-2004), puis dix ans au BCG, où il a été promu managing director, Jeff Wray est arrivé chez EY-Parthenon en 2014. À ses côtés, John van Rossen, chez EY depuis 2006, partner londonien en charge des transactions et du private equity pour la région Europe de l'Ouest et Maghreb, est lui nommé co-responsable mondial, en charge de l'exécution de la stratégie d'EY NextWave lancée par EY en 2020 – l’engagement du géant de l’audit en faveur d’une croissance durable.

  • CVA ouvre un bureau en Nouvelle-Zélande
    19/11/21

    Corporate Value Associates (CVA) pose un pied au cœur d'Auckland, la capitale néo-zélandaise, pour apporter ses conseils au secteur financier, au secteur énergétique et à la branche des industries primaires (agriculture, extraction de matières primaires, agroforesterie ...). Les recrutements sont en cours.

  • PMP se pose à Londres
    11/11/21

    Après Bruxelles, Casablanca et Montréal, le cabinet PMP, au total près de 150 consultants, ouvre un quatrième bureau à l’international, à Londres, pour, selon la direction, « servir ses clients dans les secteurs des télécommunications, des technologies, de l’énergie, des transports et des services financiers », les secteurs phares du cabinet de bientôt vingt ans d’âge.

  • Après cinq ans chez EY-Parthenon, retour à la case départ pour OC&C Benelux
    08/11/21

    En 2016, les équipes d’OC&C Benelux faisaient sécession et quittaient le navire.

  • Climat : à la COP 26, les contradictions des consultants exposées au grand jour
    05/11/21

    Alors qu’États, entreprises, sociétés civiles sont réunis en Écosse pour la conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique, censée faire avancer des solutions face au réchauffement, les consultants en stratégie sont mis en avant pour leur rôle au premier rang auprès des entreprises et des États – et critiqués pour leurs contradictions.

  • À la fin du T3 2021, Oliver Wyman est à 15 % au-dessus de son niveau de 2019
    01/11/21

    Les résultats trimestriels publiés par Oliver Wyman – via sa maison-mère Marsh McLennan Companies (MMC) – sont un bon baromètre des dynamiques du secteur du conseil en stratégie – actuellement marqué par un très fort rebond à l’instar du reste de l’économie.

  • Pour le rachat de Politico, OC&C épaule Axel Springer
    27/10/21

    Le groupe de médias allemand Axel Springer (Bild, Die Welt, Se Loger) a annoncé le 19 octobre avoir finalisé le rachat à son fondateur Robert Allbritton du site d’information politique Politico, qui a été créé à Washington en 2007.

Monde
2483
Roland Berger
2