Attractivité du conseil : les trois points à retenir du dernier classement Universum

Le bureau français du groupe suédois Universum, qui s’est fait une spécialité de jauger l’attractivité des marques d’entreprises, publie mardi la dernière mouture de son classement établi d’après les réponses de personnes actuellement en poste et issues de formations supérieures en management ou d’ingénieur.

28 Sep. 2017 à 20:01
Attractivité du conseil : les trois points à retenir du dernier classement Universum

Interrogés via les réseaux d’anciens, ce sont 12 000 cadres qui se sont pliés à un questionnaire fouillé sur l’entreprise idéale pour laquelle ils se verraient travailler. Parmi les critères de choix qui leur étaient proposés : « les cinq employeurs pour lesquels vous vous verriez travailler », « l’entreprise la plus prestigieuse à vos yeux », « l’entreprise qui vous apportera un haut niveau de responsabilité »...

Ce dernier classement s’ajoute aux évaluations annuelles réalisées par Universum depuis une dizaine d’années en France auprès des étudiants, et depuis trois ans auprès des personnes en poste. Ces données montrent que le conseil, notamment le conseil en stratégie, n’est pas un secteur particulièrement prioritaire.

Le conseil déclassé une fois entré sur le marché de l’emploi

Pour les professionnels actuellement en poste après une formation initiale dans le domaine du management, le conseil en stratégie et en management est systématiquement classé après la grande consommation, l’agroalimentaire, l’énergie, les services publics ou les services informatiques… Tout du moins, les consultants ont davantage la cote que les banques. C’est déjà ça !

Et, anecdote amusante, c’est exactement l’inverse pour ceux qui n’ont pas encore commencé à travailler. Ainsi, depuis 2008, les étudiants sondés par Universum classent systématiquement le conseil en management et en stratégie – vu depuis les bancs des ESC – en moyenne dans le top 30 des sociétés pour lesquelles ils aimeraient travailler. Quand la grande consommation, la banque, l’énergie et les services publics tombent en dessous du top 50, voire pire. La dure réalité de la vie ferait-elle changer d’avis certains ?

Un dada de commerciaux

Autre enseignement, les cabinets de conseil en stratégie sont nettement moins prisés des profils d’ingénieurs, qu’ils soient en fonction ou en formation. Ces derniers font apparaître le Boston Consulting Group, McKinsey, EY, Accenture, Capgemini à compter de la 40e place. Alors que côté commerciaux, ils parviennent parfois aux portes du top 10.

Des données peu éloquentes pour comparer les cabinets

Enfin, les données fournies par Universum ne permettent pas de noter de véritables tendances d’un cabinet à l’autre. Tout du moins, elles mettent en regard l’évolution de l’attractivité de l’audit, du conseil en management et du conseil en stratégie, professions voisines amenées à se rapprocher aux dires de certains. Ou, pour d’autres, à confondre des secteurs dont l’activité et les recrutements n’ont rien de commun. Et c’est bien l’audit qui voit les progressions les plus spectaculaires auprès des professionnels en cours de carrière.

« Le classement Ingénieurs [les professionnels déjà en poste, NDLR] est marqué par une hausse des secteurs de l’audit [...]. Ces entreprises, qui attirent beaucoup de jeunes diplômés de l’univers IT, ont monté de manière remarquable dans les classements : EY, premier des “Big Four” se classe 63e et gagne 10 places, tout comme Deloitte (qui est désormais 68e). PwC gagne 15 places et KPMG 14 », note Universum.

D’ailleurs, les apprentis businessmen vont même jusqu’à placer EY devant le BCG et McKinsey. Peut-être l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée joue-t-il un rôle dans ce choix : pour les professionnels dont les réponses ont été publiées mardi, cet équilibre reste le premier objectif de carrière, pour femmes et hommes confondus.

 Benjamin Polle pour Consultor.fr

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • McKinsey : perquisition judiciaire au bureau de Paris
    24/05/22

    Mardi 24 mai, une perquisition judiciaire était en cours au siège du cabinet à Paris. 

  • Cinquième cabinet pour la nouvelle associée énergie de Bain
    23/05/22

    Safia Limousin, 49 ans, vient d’arriver chez Bain & Company en tant qu’associée rattachée à la practice énergie et ressources naturelles. Auparavant chez Kearney depuis 2018, la senior partner était aussi leader monde power & utilities du cabinet et était la 2e femme, après Delphine Bourrilly, à intégrer le partnership en France.

  • Conflit ouvert aux prud’hommes entre Bain et un partner
    20/05/22

    C’est une information de Bloomberg du 18 mai 2022 : Stéphane Charvériat, un partner du BCG arrivé en septembre 2019 de Bain, poursuit aux prud’hommes son ancien employeur. Une audience s’est tenue le mardi 17 mai. Une décision doit intervenir le 11 juillet.

  • Les réserves de la HATVP sur un pantouflage au cabinet d’Olivier Véran
    18/05/22

    Dans une délibération du 3 mai, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu un avis de compatibilité, avec des réserves visant à prévenir tout conflit d’intérêts, sur le recrutement par une entreprise de conseil d’un membre du cabinet du ministre sortant de la Santé Olivier Véran.

  • Le boss du BCG en opération séduction
    13/05/22

    Après la patronne de McKinsey France en décembre dernier, c’est au tour du chef du bureau parisien du Boston Consulting Group, Guillaume Charlin, de s’exprimer dans les colonnes du Figaro (édition du 9 mai).

  • Législatives : quatre anciens consultants en lice
    11/05/22

    Ils sont au moins quatre anciens du sérail du conseil en stratégie à se présenter ou se représenter aux élections législatives de juin prochain, dont trois en Île-de-France. Trois d’entre eux sont des piliers de la macronie et se présentent sous la bannière #Ensemble du triumvirat Macron-Philippe-Bayrou.

  • SKP s’implante en région : nouveau filon de recrutement ?
    10/05/22

    Le bureau français de Simon-Kucher & Partners a décidé de réaliser un bêta test en posant ses valises à Lyon et à Bordeaux. À l’heure de la relocalisation et du télétravail, ces antennes répondent à la fois à un système économique nécessairement plus décentralisé et à de nouvelles opportunités RH, dans un contexte général de recrutement extrêmement tendu.

  • Une associée retail pour Singulier
    10/05/22

    Consultante chez Singulier depuis sa création en 2017, Justine Przyswa, 35 ans, a été promue associée à Paris aux côtés des associés fondateurs, Rémi Pesseguier (ex-McKinsey) et Mathieu Férel, mais aussi de l’associé basé à Londres, Kitson Symes (lui aussi un ancien « Mac »).

  • Destination Toronto pour un associé parisien d’Oliver Wyman
    06/05/22

    Damien Renaudeau, partner parisien des services financiers d’Oliver Wyman depuis 2018, est parti renforcer les troupes du cabinet à Toronto, l’un des 70 bureaux du cabinet dont la maison mère est le groupe US Marsh McLennan. Le Canada et ses trois bureaux, Montréal, Calgary et Toronto (le plus gros), comptent une centaine de consultants.

Super Utilisateur
France
bien être, vie privée, femmes, mckinsey, bcg, universum, classement
3404
0