Attractivité du conseil : les trois points à retenir du dernier classement Universum

Le bureau français du groupe suédois Universum, qui s’est fait une spécialité de jauger l’attractivité des marques d’entreprises, publie mardi la dernière mouture de son classement établi d’après les réponses de personnes actuellement en poste et issues de formations supérieures en management ou d’ingénieur.

28 Sep. 2017 à 20:01
Attractivité du conseil : les trois points à retenir du dernier classement Universum

Interrogés via les réseaux d’anciens, ce sont 12 000 cadres qui se sont pliés à un questionnaire fouillé sur l’entreprise idéale pour laquelle ils se verraient travailler. Parmi les critères de choix qui leur étaient proposés : « les cinq employeurs pour lesquels vous vous verriez travailler », « l’entreprise la plus prestigieuse à vos yeux », « l’entreprise qui vous apportera un haut niveau de responsabilité »...

Ce dernier classement s’ajoute aux évaluations annuelles réalisées par Universum depuis une dizaine d’années en France auprès des étudiants, et depuis trois ans auprès des personnes en poste. Ces données montrent que le conseil, notamment le conseil en stratégie, n’est pas un secteur particulièrement prioritaire.

Le conseil déclassé une fois entré sur le marché de l’emploi

Pour les professionnels actuellement en poste après une formation initiale dans le domaine du management, le conseil en stratégie et en management est systématiquement classé après la grande consommation, l’agroalimentaire, l’énergie, les services publics ou les services informatiques… Tout du moins, les consultants ont davantage la cote que les banques. C’est déjà ça !

Et, anecdote amusante, c’est exactement l’inverse pour ceux qui n’ont pas encore commencé à travailler. Ainsi, depuis 2008, les étudiants sondés par Universum classent systématiquement le conseil en management et en stratégie – vu depuis les bancs des ESC – en moyenne dans le top 30 des sociétés pour lesquelles ils aimeraient travailler. Quand la grande consommation, la banque, l’énergie et les services publics tombent en dessous du top 50, voire pire. La dure réalité de la vie ferait-elle changer d’avis certains ?

Un dada de commerciaux

Autre enseignement, les cabinets de conseil en stratégie sont nettement moins prisés des profils d’ingénieurs, qu’ils soient en fonction ou en formation. Ces derniers font apparaître le Boston Consulting Group, McKinsey, EY, Accenture, Capgemini à compter de la 40e place. Alors que côté commerciaux, ils parviennent parfois aux portes du top 10.

Des données peu éloquentes pour comparer les cabinets

Enfin, les données fournies par Universum ne permettent pas de noter de véritables tendances d’un cabinet à l’autre. Tout du moins, elles mettent en regard l’évolution de l’attractivité de l’audit, du conseil en management et du conseil en stratégie, professions voisines amenées à se rapprocher aux dires de certains. Ou, pour d’autres, à confondre des secteurs dont l’activité et les recrutements n’ont rien de commun. Et c’est bien l’audit qui voit les progressions les plus spectaculaires auprès des professionnels en cours de carrière.

« Le classement Ingénieurs [les professionnels déjà en poste, NDLR] est marqué par une hausse des secteurs de l’audit [...]. Ces entreprises, qui attirent beaucoup de jeunes diplômés de l’univers IT, ont monté de manière remarquable dans les classements : EY, premier des “Big Four” se classe 63e et gagne 10 places, tout comme Deloitte (qui est désormais 68e). PwC gagne 15 places et KPMG 14 », note Universum.

D’ailleurs, les apprentis businessmen vont même jusqu’à placer EY devant le BCG et McKinsey. Peut-être l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée joue-t-il un rôle dans ce choix : pour les professionnels dont les réponses ont été publiées mardi, cet équilibre reste le premier objectif de carrière, pour femmes et hommes confondus.

 Benjamin Polle pour Consultor.fr

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

  • Belle promo de partners pour Oliver Wyman
    08/11/22

    Oliver Wyman annonce la promotion de 78 partners et directeurs exécutifs pour 2023, dont cinq au bureau de Paris, un record historique pour ce cabinet, filiale de Marsh McLennan.

Super Utilisateur
France
bien être, vie privée, femmes, mckinsey, bcg, universum, classement
3404
0