« Quand c’est complexe, 23 114 euros » : le prix du conseil à l'UGAP

Trois ans après que l’Union des groupements d'achats publics (UGAP), qui centralise auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, les commandes à des centaines de fournisseurs, avait lancé son premier marché de conseil en stratégie d’une valeur de 12 millions d’euros, son directeur a détaillé au Sénat comment ils sont dépensés.

Benjamin Polle
14 Déc. 2021 à 17:59
« Quand c’est complexe, 23 114 euros » : le prix du conseil à l'UGAP
Adobe Stock

Edward Jossa, le président de l’UGAP était entendu par la commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil auprès de l’État. Or la centrale d’achat arrive justement au terme du premier marché de conseil en stratégie qu’elle avait lancé en 2019 (relire notre article). Son renouvellement, en cours de route (relire notre article), prévoit un doublement du montant qui est alloué à ce segment de conseil en stratégie, qui sera porté à 25 millions d’euros. 

D’où les questions pressantes des quelques sénatrices et sénateurs présents sur la manière avec laquelle ces sommes sont allouées – en clair, le prix auquel les consultants sont payés par la centrale. 

Réponse d’Edward Jossa : « À l’UGAP, nous travaillons avec des unités d’œuvres : ce sont des compétences, un livrable et un délai. Nous avons des unités d’œuvre dans chacun de nos marchés. Elles sont classées entre "simples", "très simples", "moyens" et "complexes" en fonction de la difficulté du sujet. Une unité d’œuvre du marché de conseil en stratégie, par exemple, s’appelle projets stratégiques de restructuration. Quand c’est très simple, son tarif est 1864 euros hors taxes ; quand c’est simple, 3821 euros ; moyen, 11 984 euros ; complexe, 23 114 euros. Les discussions portent sur le nombre d’unités d’œuvres à mobiliser et le degré de complexité. Et notre mission de suivi consiste à s’assurer que les missions soient qualifiées avec un juste degré et que le nombre d'unités d’œuvres est le bon. A la fin, cela fait un forfait. » 

Un forfait plutôt que des taux journaliers moyens tels qu'ils sont facturés habituellement dans le secteur (relire nos articles ici et ) parce que, selon Edward Jossa, « il faut absolument éviter les prix de journée parce que c’est du marchandage ».

« Il y a effectivement eu une période où les cabinets de conseil fonctionnaient en régies et se faisaient facturer des jours-hommes. Il y a longtemps que cette période est révolue. Que ce soit du conseil en stratégie, en organisation, en SI, cela fait très longtemps que les prestations sont forfaitisées », a également expliqué sur ce point Stéphane Morin, directeur adjoint de la direction des achats de l'État, et ancien directeur au sein des activités Gouvernement de Capgemini. 

Les sénatrices et sénateurs étaient également très curieux de la raison pour laquelle la centrale se développait de manière croissante dans les prestations intellectuelles, quand elle ne le faisait pas, ou peu, par le passé.

Un marché de conseil pour répondre à un besoin grandissant

« Nous avons considéré qu’il y avait un besoin. En 2012, l’UGAP a lancé son premier marché de prestations intellectuelles informatiques. Devant le succès de ces marchés de prestations intellectuelles, nous nous sommes lancés dans le conseil en organisation en 2016. Et devant le succès de ce marché, en 2019, nous avons décidé d’allotir pour éviter de trop gros marchés et nous avons divisé ce marché en conseil en organisation, conseil immobilier, conseil financier et conseil en stratégie », a expliqué Edward Jossa.

Avantage numéro un de passer par l’UGAP pour les organisations publiques qui y ont recours : le gain de temps, car sinon « gérer un marché de conseil pour une collectivité territoriale prend six mois. Ce temps est gagné quand on peut aller chercher ce marché sur étagère auprès de l’UGAP ou auprès d’une autre centrale », a plaidé Edward Jossa. 

Résultats : en 2013, l’UGAP allouait 26 millions d’euros à des missions de prestations intellectuelles. Ce chiffre a bondi à 125 millions d’euros en 2015, 207 millions en 2018 et 253 millions en 2020 – dont 50 seulement sur le conseil en stratégie, organisations, finances et immobilier. Dans cet ensemble, le conseil en stratégie reste donc ultra marginal, avec 12 millions d’euros sur quatre ans.

à lire aussi

anthony-choren-lyzap0eubdy-unsplash

L’Union des groupements d'achats publics (UGAP), qui centralise les commandes de centaines de fournisseurs auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, a lancé le 22 octobre 2021 le renouvellement d’un premier marché de conseil en stratégie qu’elle avait attribué une première fois le 6 mars 2019.

Dans les rouages de la sélection des consultants par l’UGAP

Comment l’UGAP choisit-elle les consultants retenus sur ces marchés ? Ce fut également l'une des interrogations de la commission d’enquête sénatoriale. 

Dix chargés d’affaires, qui viennent d’Entreprises de services numériques (ESN) ou de l’informatique, et une personne seulement du conseil immobilier, ont pour charge de choisir les cabinets de conseil retenus sur ces marchés puis de les mettre en relation avec les clients qui ont un besoin. Ils sont aussi accessoirement responsables de vérifier que ce qui est proposé par le consultant est raisonnable par rapport au sujet à adresser : « les consultants peuvent parfois forcer sur les unités d’œuvres à mobiliser », a indiqué Edward Jossa. 

Cependant, il indique que « les litiges dans le domaine du conseil sont extrêmement rares » et que parmi ceux qui recourent à ces marchés de conseil, 90% des clients sont satisfaits. Pour les 10% restants, des retours critiques seraient adressés et les quelques entreprises incriminées pourraient se voir retirer tout ou partie de l’activité sur des marchés suivants, a déclaré en substance Edward Jossa, sans donner d’exemple.

Autres sources d’inquiétudes des parlementaires : la souveraineté et la protection des données sensibles auxquelles auraient accès les consultants dans le cadre de leurs missions. « L’immense majorité des entreprises qui répondent à ces appels d’offres sont des sociétés françaises ou des filiales françaises, et les consultants français », a répondu Edward Jossa sur la souveraineté. 

Quant à la protection des données sensibles, il a rappelé la somme des règles prescrites par l’UGAP dans ses marchés-cadres : RGPD, non-débauchage des consultants par les administrations consultants (relire notre article sur ces consultants qui partent travailler chez le client), clause qui prévoit qu’un fournisseur ne doit pas avoir de lien qui porte atteinte à son impartialité, clause de propriété intellectuelle qui prévoit que les travaux de conseil sont la propriété exclusive du bénéficiaire… 

Edward Jossa a cependant appelé les parlementaires à un principe de réalité sur ce qui fait une partie de la valeur des consultants et de leur prix : « la capacité inégalée des cabinets à s’enrichir de l’ensemble des missions qu’ils conduisent ».

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Pour Roland Berger, la manne de la formation professionnelle

    En deux ans, en 2018 et 2019, le cabinet s’est vu confier par le ministère du Travail six missions en lien avec la réforme de la formation professionnelle et la transformation de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), pour un total d’honoraires de 4,6 millions d’euros.

  • Le BCG, arbitre des politiques d’intégration de l’État

    Le cabinet a été mandaté pour le ministère de l’Intérieur de 2019 à 2021 pour évaluer les politiques d’intégration de l’État.

  • Roland Berger et le BCG bien en cour au ministère de la Culture

    Les deux cabinets ont réalisé cinq missions en 2019 et 2020 pour le ministère de la Culture. Leurs honoraires ont atteint 831 000 euros sur cette période.

  • Dix ans de missions gratuites pour l’État

    Le Sénat, dans son rapport sur l’influence des cabinets de conseil privé sur les politiques publiques, a recensé l’ensemble des missions effectuées à titre gracieux par des cabinets de conseil auprès de divers ministères. Consultor recense celles qui ont été effectuées par des cabinets de conseil en stratégie.

  • Nouvelle-Calédonie : quand Beauvau délègue le bilan des accords de Nouméa

    Par deux fois, en 2011 et 2018, un binôme de consultants a été choisi pour faire un état de la mise en œuvre de l’accord politique de 1998. Récit de l’intérieur de cette mission à fort enjeu diplomatique.

  • McKinsey : trois ans pour faire fonctionner les APL

    Deux ans durant, de fin 2018 à fin 2020, McKinsey a été mandaté à trois reprises par le ministère de la Cohésion des territoires pour faire atterrir la réforme de l’aide personnalisée au logement (APL). Elle était voulue par l’exécutif après qu’il avait annoncé tout au début du quinquennat Macron vouloir la faire baisser de 5 euros par mois.

  • Secteur public : l’impact des consultants dans le viseur

    Si les cabinets sont majoritairement bien notés par les administrations acheteuses pour leurs missions dans le service public, les modalités mêmes de cette évaluation sont remises en cause par l’exécutif qui appelle à les muscler. Les consultants, eux, plaident pour une juste prise en compte du caractère volatil de prestations intellectuelles nécessairement évolutives.

  • Cabinets de conseil vend anciens hauts fonctionnaires, parfait état de marche

    C’est un des petits biscuits du rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil : la manière avec laquelle les cabinets peuvent faire de la présence d’anciens hauts fonctionnaires un argument de vente de missions dans le secteur public.

  • État : le Sénat siffle la fin du tout consulting

    Estimant que les dépenses de conseil de l’État et ses opérateurs ont doublé ces cinq dernières années, le Sénat a préconisé 19 mesures d’amélioration en faveur de l’efficacité de ces achats et de leur transparence, dans un rapport rendu public le 17 mars 2022. Roland Berger, McKinsey et BCG comptent parmi les 20 cabinets les plus actifs. Une proposition de loi transpartisane sera déposée dans les prochains mois pour que le Parlement puisse se prononcer sur ces recommandations.

Benjamin Solano
secteur public
ugap, état, centrale d'achat, commission d'enquête, sénat, secteur public, groupement
10128
2021-12-29 09:13:37
0
Non