Coopératives agricoles : Terrena fait appel à Kea pour se dessiner un futur

 

Kea & Partners a travaillé aux côtés de Terrena, coopérative d’agriculteurs du Grand Ouest de la France, dans le cadre de son projet Terrena 2030 lancé il y a quelques jours. Un projet de vision stratégique à dix ans en réponse aux enjeux de transformation de la filière alimentaire.

05 Juil. 2021 à 05:07
Coopératives agricoles : Terrena fait appel à Kea pour se dessiner un futur

 

Ce plan passe notamment par un objectif de baisser le recours aux pesticides et de soja importé, vise davantage de bien-être animal (fin de l’élevage en cage des poules, interdiction de la castration des porcs) et de bio (augmenter de 35 000 ha les surfaces cultivées sans pesticides et sans engrais de synthèse), un renforcement des synergies entre cultures et élevages ou un accroissement de la performance économique et organisationnelle.

Autant d’objectifs qui collent bien avec l’impact social que Kea entend avoir depuis que le cabinet est devenu une entreprise à mission – souhaitant même augmenter la voilure sur ce point dans le cadre d’une campagne de croissance externe (relire notre article).

Christophe Burtin, senior partner food & retail (voir ici), a chapeauté l’équipe de consultants intervenue sur cette mission. Des missions de conseil en stratégie auprès des coopératives agricoles qui sont plutôt rares (relire notre article ici).

Terrena connaît depuis quelques années un léger tassement de son volume d’activité (4,8 milliards d’euros en 2018 et 2019, 4,7 milliards d’euros en 2020). Elle était notamment devenue en 2016 l’actionnaire majoritaire du volailler Doux, en proie à de graves difficultés financières. Une prise de participation qui avait plongé Terrena dans plusieurs années de pertes. Doux avait, lui, été placé en liquidation judiciaire en 2018 et repris en partie par LDC et le Saoudien Al, Terrena restant actionnaire.

Terrena couvre une partie amont de la production auprès des agriculteurs sur les grandes cultures, le maraîchage, la filière viticole, la nutrition animale, et en aval de la production dans la distribution sous des marques telles que La Nouvelle Agriculture, Père Dodu, Nature de France, Sourires de Campagne ou Ackerman.

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

grande consommation - luxe

  • Champagne ! pour l’ancien consultant du BCG

    C’est un ancien BCGer, Manuel Reman, qui vient d’être nommé président de la Maison Krug par un autre consultant en stratégie du Boston Consulting Group, Philippe Schaus (de 1990 à 1992), le PDG de Moët Hennessy depuis cinq ans – un groupe de l’empire LVMH.

  • OC&C et la chocolaterie

    OC&C conseille le fonds US Platinum Equity et l’une des entreprises européennes de son portefeuille, Biscuit International (spécialisée dans la production de biscuits de marque distributeur, cookies, gaufres au miel, gâteaux nappés… ) sur la due diligence stratégique pour l’acquisition de son homologue néerlandais Continental Bakeries (dont Goldman Sachs Asset Management est l’actionnaire majoritaire).

  • Tea time pour OC&C chez Unilever

    Le groupe de grande consommation Unilever vient de céder sa division thés, qui inclut sa marque amirale Lipton, pour 4,5 milliards d'euros au fonds CVC Capital Partners.

  • Du conseil à la reprise d’un château à Saint-Émilion

    Antoine Carteyron change radicalement de métier et de secteur pour reprendre, avec son frère Étienne, le domaine viticole familial, Château Penin à Saint-Émilion (50 ha, 300 000 bouteilles par an).

  • La sandale fait des émules

    À peine arrivée comme consultante junior chez McKinsey – elle a intégré le cabinet en octobre dernier à la suite de son diplôme de l’Emlyon Business School –, Marie Chachuat vient de lancer une marque de sandales, Ilios. Des sandales « à la mode crétoise ».

  • SEB : un nouveau DG issu de Mars & Co

    Le manager avait quitté Mars & Coen 2007 pour rejoindre le groupe SEB en tant que directeur du développement stratégique.

  • Enquête – Danone : l’atout McKinsey d’Emmanuel Faber n’aura pas suffi

    L’information sort lundi 15 mars 2021 dans les colonnes du JDD, au lendemain de l’éviction d’Emmanuel Faber de ses fonctions de PDG de Danone. Pour échafauder un vaste plan de réorganisation du groupe, auquel il travaillait depuis des mois, le désormais ex-PDG s’est adjoint les services de McKinsey. Le détail peut paraître anecdotique, dans les faits il l’est un peu moins.

  • Le PDG de Danone fait les frais de sa stratégie inspirée par McKinsey

    Selon les informations du Journal du Dimanche, parmi les causes du départ d’Emmanuel Faber de la tête de Danone, figure l’adoption de son plan « Local First », présenté en novembre 2020. Un plan auquel le nouveau président du groupe Gilles Schnepp a publiquement apporté son soutien dans une lettre aux actionnaires le 17 mars.

  • Une ancienne Oliver Wyman CEO de The Kooples

    Un an après le lancement de Bra Révolution, une communauté de femmes du secteur de la lingerie (relire ici), et quelques semaines après celui de son enseigne de lingerie, AnaShaf, Marie Schott vient d’être nommée CEO de la marque The Kooples. Elle remplace à ce poste l’ancien VP Europe de Louis Vuitton et PDG d’Aigle, Romain Guinier, CEO de The Kooples depuis mai 2019.

Super Utilisateur
grande consommation - luxe
Terrena, coopérative agricole, alimentaire
3129
Kea & Partners
Christophe Burtin
2021-11-09 11:18:31
0
Non