US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey

Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

Consultor
23 Nov. 2021 à 12:48
US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
Securities and Exchange Commission, SEC, Building Washington, DC. Adobe Stock.

« MIO n’a pas raisonnablement mis en place des réglementations internes et des procédures pour adresser le rôle dual des consultants de McKinsey qui étaient engagés dans des les décisions d’investissement du fonds », écrit la SEC dans un communiqué de presse rendu public vendredi 19 novembre 2021.

Dans un cas en particulier sur lequel la commission ne donne aucun détail, la SEC fait état d’un risque créé par un des partners de la firme. Ce dernier aurait pu influencer la réorganisation d’une entreprise en redressement d’une manière qui favoriserait le MIO (le cabinet a parallèlement accepté de régler une amende de 15 millions de dollars au sujet de trois dossiers de retournements d'entreprises en difficulté pour lesquels McKinsey avait été mandaté et pour lesquels le cabinet est suspecté de ne pas avoir respecté les strictes règles déclaratives prévues par la justice américaine). 

à lire aussi

16/02/21
McKInsey_opioides_dilemme_moral

 

Paiement colossal équivalent à 5 % de son chiffre d’affaires annuel, nouvelles règles de protection contre les conflits d’intérêts dans le secteur public, obligation d’archiver tous les documents de chacune de ses missions : l’accord conclu par McKinsey avec une cinquantaine de procureurs généraux le 4 février est retentissant. Il pourrait avoir des impacts sur ses recrutements.

 

La SEC rappelle dans son communiqué que le fonds investit des centaines de millions de dollars au capital d’entreprises qui sont simultanément conseillées par les consultants de McKinsey.

Le MIO n’a pas confirmé et infirmé la conclusion mais s’est dit « heureux d’avoir pu solutionner cette affaire en lien avec la conception et la mise en œuvre de ses réglementations et procédures internes ». Et le fonds a ajouté dans une déclaration citée par le Financial Times que « la décision de la SEC n’a identifié aucun mésusage d’informations non publiques de la part de MIO ou de McKinsey », ajoutant que « les mesures décidées ces dernières années pour renforcer nos réglementations et procédures internes nous mettent en ligne avec les meilleures pratiques de marché ». Et de citer par exemple la composition du board du MIO composé exclusivement de directeurs indépendants.

Son existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016. Son board était alors composé d’actuels senior partners du cabinet et il gérait de l’ordre de neuf milliards de dollars d’avoirs. Le quotidien financier avait révélé que le fonds, qui employait alors 80 salariés à travers le monde, gérait pour moitié des avoirs appartement directement aux partners de McKinsey. Ce qui voulait dire que lorsqu'un associé conseillait un client, ses intérêts propres étaient directement en jeux, puisqu'une partie de son argent avait alors potentiellement été investie par MIO dans ce même client ou chez un concurrent.

À plusieurs reprises, la question de l’indépendance du fonds vis-à-vis des activités de conseil de McKinsey a été posée. Comme lorsque MIO avait pris en 2014 des participations directes au capital de l’entreprise pharmaceutique Valeant dont d’anciens de la firme avaient pris la tête à leur sortie du conseil avant qu’ils ne doivent lâcher les rênes ayant été mis en cause pour une politique de prix des médicaments jugée gravement contraire à l’intérêt général (relire notre article).

De même, à Porto Rico, en 2018, quand le cabinet conseillait les autorités sur la manière de réduire leurs dettes alors que le MIO était parallèlement créditeur de l’île caribéenne (relire notre article). En 2020, le fonds était mis en cause pour les bénéfices indus dont il aurait pu profiter sur la gestion des fonds pension de McKinsey obligeant le cabinet à verser 40 millions de dollars à 33 000 plaignants (relire notre article https://www.consultor.fr/articles/mckinsey-accepte-de-verser-40-m-a-33-000-salaries).

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Haro sur le copier-coller des consultants dans le Golfe
    07/12/22

    Dans les colonnes du Tagesspiegel, le chercheur Dawud Ansari tacle la recette unique déployée selon lui par les cabinets de conseil en stratégie occidentaux pour se mettre les dirigeants des pays dans la poche, avec force honoraires à la clé, au détriment de leur développement économique effectif.

  • Cylad se pose à Munich
    02/12/22

    Dix ans après Hambourg, le cabinet Cylad Consulting ouvre un 2e bureau en Allemagne à Munich, et le 8e dans le monde.

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

Benjamin Polle
Monde
mckinsey, mio, sec, mio partners, conflit d'intérêts, amende, McKinsey Investment Office
10034
McKinsey
2021-11-22 21:54:03
0
Non