US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey

Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

Consultor
23 Nov. 2021 à 12:48
US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
Securities and Exchange Commission, SEC, Building Washington, DC. Adobe Stock.

« MIO n’a pas raisonnablement mis en place des réglementations internes et des procédures pour adresser le rôle dual des consultants de McKinsey qui étaient engagés dans des les décisions d’investissement du fonds », écrit la SEC dans un communiqué de presse rendu public vendredi 19 novembre 2021.

Dans un cas en particulier sur lequel la commission ne donne aucun détail, la SEC fait état d’un risque créé par un des partners de la firme. Ce dernier aurait pu influencer la réorganisation d’une entreprise en redressement d’une manière qui favoriserait le MIO (le cabinet a parallèlement accepté de régler une amende de 15 millions de dollars au sujet de trois dossiers de retournements d'entreprises en difficulté pour lesquels McKinsey avait été mandaté et pour lesquels le cabinet est suspecté de ne pas avoir respecté les strictes règles déclaratives prévues par la justice américaine). 

à lire aussi

16/02/21
McKInsey_opioides_dilemme_moral

Paiement colossal équivalent à 5 % de son chiffre d’affaires annuel, nouvelles règles de protection contre les conflits d’intérêts dans le secteur public, obligation d’archiver tous les documents de chacune de ses missions : l’accord conclu par McKinsey avec une cinquantaine de procureurs généraux le 4 février est retentissant. Il pourrait avoir des impacts sur ses recrutements.

La SEC rappelle dans son communiqué que le fonds investit des centaines de millions de dollars au capital d’entreprises qui sont simultanément conseillées par les consultants de McKinsey.

Le MIO n’a pas confirmé et infirmé la conclusion mais s’est dit « heureux d’avoir pu solutionner cette affaire en lien avec la conception et la mise en œuvre de ses réglementations et procédures internes ». Et le fonds a ajouté dans une déclaration citée par le Financial Times que « la décision de la SEC n’a identifié aucun mésusage d’informations non publiques de la part de MIO ou de McKinsey », ajoutant que « les mesures décidées ces dernières années pour renforcer nos réglementations et procédures internes nous mettent en ligne avec les meilleures pratiques de marché ». Et de citer par exemple la composition du board du MIO composé exclusivement de directeurs indépendants.

Son existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016. Son board était alors composé d’actuels senior partners du cabinet et il gérait de l’ordre de neuf milliards de dollars d’avoirs. Le quotidien financier avait révélé que le fonds, qui employait alors 80 salariés à travers le monde, gérait pour moitié des avoirs appartement directement aux partners de McKinsey. Ce qui voulait dire que lorsqu'un associé conseillait un client, ses intérêts propres étaient directement en jeux, puisqu'une partie de son argent avait alors potentiellement été investie par MIO dans ce même client ou chez un concurrent.

À plusieurs reprises, la question de l’indépendance du fonds vis-à-vis des activités de conseil de McKinsey a été posée. Comme lorsque MIO avait pris en 2014 des participations directes au capital de l’entreprise pharmaceutique Valeant dont d’anciens de la firme avaient pris la tête à leur sortie du conseil avant qu’ils ne doivent lâcher les rênes ayant été mis en cause pour une politique de prix des médicaments jugée gravement contraire à l’intérêt général (relire notre article).

De même, à Porto Rico, en 2018, quand le cabinet conseillait les autorités sur la manière de réduire leurs dettes alors que le MIO était parallèlement créditeur de l’île caribéenne (relire notre article). En 2020, le fonds était mis en cause pour les bénéfices indus dont il aurait pu profiter sur la gestion des fonds pension de McKinsey obligeant le cabinet à verser 40 millions de dollars à 33 000 plaignants (relire notre article https://www.consultor.fr/articles/mckinsey-accepte-de-verser-40-m-a-33-000-salaries).

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Les impôts australiens et marocains de McKinsey (eux aussi) dans le viseur
    25/05/22

    Après que le parlement français a jugé anormal le niveau des impôts payés par McKinsey, en Australie et au Maroc, la fiscalité du cabinet apparaît également très en deçà des taux moyens.

  • Recrutement : le BCG s’affiche en long et en large dans les rues allemandes
    17/05/22

    Dans une campagne de recrutement lancée il y a trois ans, le BCG passe outre-Rhin un nouveau cap avec de volumineux billboards affichés dans quatre villes allemandes.

  • Pourquoi les cabinets de conseil rachètent à tout-va
    13/05/22

    Expansion internationale, intégration de compétences recherchées : les rachats de cabinets ont tous les avantages. Ces dernières années, les opérations de fusions-acquisitions ont été nombreuses dans l’univers du conseil en stratégie, et tous les cabinets ou presque s’y adonnent. Ne serait-ce que depuis le début de la crise sanitaire, Consultor a recensé pas moins de 27 rachats (de janvier 2020 à avril 2022 par les cabinets du guide de Consultor.fr) dans des secteurs comme les télécommunications, la transformation digitale, la data science ou encore la supply chain et la stratégie pure. Une tendance qui devrait se poursuivre, dans un climat de course effrénée à la croissance.

  • Espagne : McKinsey rachète un spécialiste de Salesforce
    09/05/22

    Les acquisitions se poursuivent chez la firme, qui vient d’annoncer sa toute dernière opération : le rachat de S4G Consulting, une société de conseil basée à Madrid, premier partenaire en Espagne de Salesforce. Objectif de l’opération : mieux aider ses clients à accroître leurs performances commerciales.

  • Young Global Leaders : la French family s’agrandit
    05/05/22

    Anne-Laure Malauzat, partner de Bain & Company aux Émirats arabes unis, responsable régionale de l’impact social et de la diversité, de l’équité et de l’inclusion (DEI), entre dans le cercle fermé des Young Global Leaders (YGL) 2022. Elle est la seule française retenue cette année à ce titre.

  • Bon démarrage en 2022 pour Oliver Wyman
    29/04/22

    Après une année 2021 exceptionnelle, le cabinet de conseil démarre l’année 2022 avec un chiffre d’affaires en hausse de 17 %, soit 667 millions de dollars sur la période janvier-mars 2022.

  • EY-Parthenon rachète QS-2, une société de conseil en technologies
    19/04/22

    Spécialisée dans le conseil scientifique et technologique (biotechnologies, intelligence artificielle), en ingénierie et en analyse avancée, l’entreprise américaine Quantitative Scientific Solutions (QS-2) a rejoint EY-Parthenon, qui renforce ainsi ses compétences en matière de conseil en technologies, ce qui devrait l’aider à mieux conseiller les entreprises dans leurs investissements dans les technologies émergentes.

  • Oliver Wyman reprend les activités de Booz Allen au Moyen-Orient
    08/04/22

    Nouvelle opération de croissance externe pour Oliver Wyman : après avoir mis la main sur Huron aux États unis et Azure Consulting en Australie, le cabinet de conseil renforce cette fois sa position au Moyen-Orient, où il est présent depuis 2005.

  • Un 7e bureau pour Cylad
    06/04/22

    C’est un deuxième bureau en Suisse, à Genève, que le cabinet Cylad vient d’ouvrir, après celui de Zurich (Pfäffikon SZ) en Suisse alémanique.

Benjamin Polle
Monde
mckinsey, mio, sec, mio partners, conflit d'intérêts, amende, McKinsey Investment Office
10034
McKinsey
2021-11-22 21:54:03
0
Non