Le PNF enquête sur les liens entre McKinsey et Emmanuel Macron

« Favoritisme » et « tenue non conforme de comptes de campagne » : tels sont les chefs d’inculpation qui pourraient être retenus contre le président de la République et le cabinet McKinsey.

Florence Loeve
24 Nov. 2022 à 19:29
Le PNF enquête sur les liens entre McKinsey et Emmanuel Macron

Trois juges d’instruction du parquet national financier (PNF) ont été désignés pour enquêter sur les liens entre le cabinet américain McKinsey et Emmanuel Macron. C’est d’abord Le Parisien qui a révélé l’information le 24 novembre. Quelques heures après la publication de l’article, le PNF a publié un communiqué précisant les procédures pénales en cours. Le procureur de la République financier, Jean-François Bohnert, y déclare avoir ouvert deux informations judiciaires, à la suite de plusieurs plaintes d’élus et d’associations.

La première information judiciaire, ouverte le 20 octobre, concerne des chefs de « tenue non conforme des comptes de campagne et minoration d’éléments comptables dans un compte de campagne ». Elle porte sur les conditions d’intervention de cabinets de conseil dans les campagnes électorales d’Emmanuel Macron en 2017 et en 2022. L’une des questions, selon le Parisien, est donc de savoir si des cabinets de conseil, dont McKinsey, ont travaillé pour le candidat sans que ces missions ne soient comptabilisées correctement dans les dépenses de campagne.

à lire aussi

28/01/22
25012022emmanuelmacron

Karim Tadjeddine, qui était entendu par le Sénat, a jugé que cela avait été « une erreur » d’utiliser son mail professionnel en soutien à la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, tout en indiquant que c’est le droit le plus strict des consultants d’avoir des engagements politiques dans leur vie privée.

La seconde information judiciaire, ouverte le lendemain, se concentre sur des chefs de « favoritisme » et « recel de favoritisme ». Ce qui pose une autre question : certains contrats publics ont-ils été attribués à McKinsey aux dépens d’une mise en concurrence réelle ? L’un des trois juges qui planchera sur ces sujets n’est autre que le célèbre magistrat Serge Tournaire. Ce dernier a traité, entre autres, les affaires Bygmalion et Fillon.

Ces nouvelles enquêtes s’ajoutent par ailleurs à la procédure ouverte fin mars pour blanchiment aggravé de fraude fiscale, visant McKinsey. Dans ce cadre, le bureau français du cabinet, situé sur les Champs-Élysées, avait été perquisitionné en mai. Cette procédure faisait elle-même suite au rapport de la commission d’enquête du Sénat sur l’influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques, publié mi-mars.

L’ex président de la commission, Arnaud Bazin (LR) et l’ancienne rapporteure Eliane Assassi (communiste) ont à leur tour répondu aux révélations du Parisien le 24 novembre. Dans leur communiqué joint, ils déclarent que « toutes ces affaires ont un point commun : le manque de transparence de l’Etat dans ses relations avec les cabinets de conseil, qui jouent pourtant un rôle déterminant dans les politiques publiques. »

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Pays de la Loire : CMI acteur du projet régional de santé de l'ARS

    Le cabinet CMI Stratégie est le nouveau co-attributaire du dernier marché de conseil de l’Agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire.

  • Le chantre du consulting souverain

    Deux ans durant, Alexandre Medvedowsky a fait feu de tout bois sur les potentiels effets délétères du poids des cabinets de conseil internationaux au sommet de l’État. Au même moment, le groupe d’intelligence économique auquel il appartient a remporté un important marché de conseil pour l’État – sans que lui ne fasse aucun lien. Consultor brosse son portrait.

  • Plan de relance tricolore : la mystérieuse évaluation de Roland Berger

    Un nouveau pavé dans la mare « secteur public » pour la sphère consulting. Où il est question cette fois de l’omniprésence des cabinets de conseil dans l’élaboration du plan de relance voté en décembre 2020 par les dirigeants de l’ensemble des pays de l’Union européenne, le Parlement européen et la Commission européenne, afin d’aider les gouvernements à réparer les dommages économiques et sociaux causés par la pandémie.

  • « Cinq heures de travail par livrable » : sur la transparence, l’État cale

    Interrogée par Consultor, une source gouvernementale explique qu’il faudrait une quinzaine d’années à l’exécutif pour publier le contenu des missions réalisées pour la seule année 2021, à raison de 5 heures par livrable. Un manque de transparence récurrent qui exaspère l’ancien président de la commission d’enquête sénatoriale, Arnaud Bazin, que nous avons également interrogé.

  • Secteur public : coup de froid sur le conseil en stratégie

    Six mois après que le Sénat a appelé à ce que le gouvernement publie un état des lieux régulier annexé au budget de l’État sur ses dépenses de conseil, voilà la chambre haute du Parlement exaucée dans une annexe au projet de loi de finances pour 2023 publiée le 10 octobre dernier.

  • Planification écologique : un senior partner du BCG arrive à Matignon

    C’est une info de Politico : Frédérik Jobert, qui avait débuté sa carrière au bureau du BCG à Paris en 2005, et dont il était devenu partner en 2014, puis senior partner en 2021, rejoint le secrétariat général à la planification écologique de la Première ministre.

  • Comment Matignon a verrouillé le marché de conseil du second quinquennat Macron

    C’est un fait. La consultation de la DITP sur le conséquent marché de prestations de conseil auprès du secteur public met un cadre plus strict à l’activité des consultants. Elle a été lancée avec 6 mois de retard de concert aux engagements du ministre Stanislas Guérini. La DITP, via son secrétaire général Jean-Michel de Guerdavid, a accepté d’en préciser les grandes lignes à Consultor.

  • Avant la loi anti - « consultocratie » au Sénat, la filière défend sa charte

    Syntec Conseil, le syndicat pro du secteur, vient de se doter d’une charte des bonnes pratiques déontologiques des interventions de conseil auprès du secteur public. Télescopage des agendas.

  • Canada : il faut sauver le soldat Québec

    Le cabinet McKinsey a effectué une copieuse mission état des lieux et de préconisations pour le ministère de l’Économie et de l’Innovation canadien. Le sujet : la situation du Québec qui souffre de son retard (économique et social) face à la province limitrophe, l’Ontario, la deuxième en termes de surface après le Québec, mais la plus peuplée (38,3 % de la population canadienne).

Hervé Hubert
secteur public
enquête, PNF, favoritisme, macron, politique, LREM, en marche, mckinsey, président de la république, politique
12149
McKinsey
2022-11-25 09:54:39
0
Non