La stratégie digitale de VERTONE : sortir le numérique du ghetto

 

Numérique, smartphone, laptop, e-commerce, YouTube, Facebook, Web 2.0… autant de termes qui font désormais partie du quotidien. De la société, mais aussi des entreprises. Le digital est partout et les cabinets de conseil n’échappent pas au tsunami numérique qui bouleverse le business, les métiers, les process. Consultor se penche sur la stratégie numérique des cabinets et présente ici l’exemple de VERTONE.

« Contrairement à d’autres cabinets, nous n’avons pas créé une direction du digital, séparée des autres équipes, affirme Guillaume Dimitri, directeur associé chez Vertone. Tous nos consultants sont formés pour intégrer cette composante dans chacune de leur mission. »

 

09 Oct. 2014 à 07:10
La stratégie digitale de VERTONE : sortir le numérique du ghetto

 

En d’autres termes, le numérique imprègne désormais toutes les strates du business, au point que l’isoler et le confier à un pool d’experts n’a aucun sens. La refonte d’un programme de fidélité, un nouveau concept de magasin, une stratégie de communication, un lancement de produit ou l’optimisation de la relation client : autant de missions différentes qui nécessitent pourtant toutes des outils 2.0.

« Bien sûr, nous réalisons des missions exclusivement digitales, indique Stéphane Martineau, directeur associé du cabinet. Par exemple, depuis plus d’un an, nous accompagnons un acteur majeur de l’énergie dans sa stratégie e-commerce à l’échelle internationale et dans le lancement d’un service très innovant en France de type « Evianchezvous ». Mais dans la majorité des cas, le numérique intervient à tous les niveaux. » Or trop souvent, les entreprises confinent l’ensemble des considérations liées au digital à un seul service. Vertone entend bien faire sortir le numérique de ce ghetto.

Devoir de pédagogie

Une approche qui suppose d’abord une stratégie de ressources humaines ciblée, pour s’assurer que chaque consultant possède un niveau de formation, voire d’expertise, suffisant pour maîtriser le sujet. En l’absence d’une équipe spécialisée et dédiée, tous doivent être en mesure d’intégrer la brique digitale à leurs recommandations. Or tous les consultants n’ont pas la même appétence pour les nouvelles technologies. Même si les plus jeunes recrues des cabinets appartiennent à la génération des digital natives, comprendre les codes et la diversité des outils numériques exige une veille constante, dans un domaine où une année représente une éternité et où l’innovation est en mouvement perpétuel.

Une approche qui suppose aussi un certain degré de pédagogie, estime Guillaume Dimitri : « Le véritable challenge n’est pas de savoir refaire un site Internet pour une entreprise, même s’il s’agit d’une mission importante. L’essentiel est de basculer dans la culture du numérique ». Certaines industries, pourtant, restent réfractaires à cette transformation.

Les consultants endossent presque un rôle de professeurs : inculquer cette culture du numérique, informer sur les changements d’usages, de process et de métiers qu’elle suppose et dont l’impact, contrairement à un site Internet ou une application flambant neufs, est ressenti au quotidien par les salariés. Cette année, Vertone est par exemple intervenu auprès d’une régie de transport et a doté les agents de smartphones pour qu’ils puissent répondre en temps réel aux clients avec des informations plus précises. L’outil numérique ne se conçoit pas comme une fin, mais comme un moyen qui change le métier de l’agent.

Terra incognita

« Même si notre devoir est de transmettre une expérience digitale à nos consultants, nous devons également déclencher la réflexion chez nos clients sur la place qui doit être accordée au numérique », confirme Stéphane Martineau. Ce qui passe par l’acculturation de la direction de l’entreprise (intervention de personnalités, benchmark, ateliers de créativité… ), mais aussi et surtout, par la diffusion d’une culture digitale auprès de tous les collaborateurs de la société à travers plusieurs actions de sensibilisation (concours innovation, formation, séminaire…) et par des actions de communication en direction des salariés pour faire comprendre et accepter les changements organisationnels préconisés par les consultants. Vertone estime posséder là une valeur ajoutée qui fait encore défaut à la plupart des cabinets de conseil du marché français.

D’autant plus que le cabinet ne s’en tient pas aux traditionnelles missions de conseil et intervient également sur la mise en œuvre des stratégies, dans le lancement et l’optimisation des actifs digitaux. « Parce que nous réalisons régulièrement de nouveaux sites et de nouvelles applications ou que nous refondons l’existant, nous sommes capables de concevoir des stratégies réalistes et concrètes, soutient Guillaume Dimitri. Nous ne possédons pas de programmeurs ou de graphistes en interne, mais nous savons comme interagir avec ces professions pour atteindre le but fixé. » 

Quelques années plus tôt, ces missions auraient été confiées à l’équipe dédiée au digital. Aujourd’hui, elles sont assurées par des consultants aux profils différents. C’était le cas pour un grand groupe de télévision qui, accompagné par Vertone, a été l’un des premiers acteurs à créer et à animer une chaîne YouTube. Alors que le site de partage de vidéos était, à l’époque, une terra incognita pour les acteurs de l’audiovisuel.

Lisa Melia pour Consultor

 

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

KAMAL GAKHAR
13 Oct 2014 à 18:46
Si Vertone veut profiter d'expansion digitale afin d'améliorer le CA d'une part et consolider sa part de marché de l'autre, ce serait bien d'avoir des consultants qui ont chaqu'un un profil mixe c.a.d technique plus business. Avec l'arrivé de Big Data dans le sein de business d'ici prochaines années, c'est plus valorisant pour une société comme Vertone.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Ares : départ d’un cofondateur
    21/01/22

    Le cofondateur-associé d’Ares & Co, Antoine Desjars, a quitté son cabinet pour KPMG France, où il est responsable du secteur advisory bank. KPMG, un cabinet français membre du réseau KPMG, est l’un des leaders de l'audit, du conseil et de l’expertise comptable (plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020, +3,4% par rapport à 2019).

  • JO : Quand McKinsey conseillait Paris 2024
    19/01/22

    En amont de la désignation de Paris en tant que ville-hôte des Jeux Olympiques 2024, le cabinet de conseil a épaulé la capitale française.

  • SKP Paris : deux associés promus à Paris
    18/01/22

    Chez Simon-Kucher & Partners Paris, la gouvernance s’agrandit.

  • Thomas Delano promu partner au BCG
    18/01/22

    Thomas Delano, principal au Boston Consulting Group Paris depuis 2016, consultant « maison » (au BCG depuis 2012), y est promu partner/managing director. Avec cette promotion, le collège des partners du BCG à Paris passe à 75 personnes, selon le décompte de Consultor.

  • Bain : salve de nouveaux associés, une Française
    13/01/22

    Pour ce début d’année, Bain et Company (63 bureaux dans 38 pays) annonce la promotion de 78 partners dans le monde, dont une à Paris, Audrey Hadida.

  • Publicis Sapient Strategy Consulting : quatrième partner à Paris
    13/01/22

    L’activité de conseil en stratégie de Publicis Sapient vient de promouvoir Mathieu Larroumet au poste de managing director. Une nomination qui vient renforcer son équipe de direction parisienne après l’arrivée de Célia Friedman en fin d’année 2021.

  • PE : un Français roi du monde au BCG
    06/01/22

    Benjamin Entraygues, au BCG Paris depuis 5 ans – il a passé précédemment 17 ans chez Roland Berger –, co-patron du PE du BCG Paris, vient d’être promu responsable monde de sa practice PIPE (Principal Investors & Private Equity).

  • Ça va déménager chez Advancy
    31/12/21

    Le cabinet Advancy va déménager en avril prochain, et ce, pour la troisième fois en sept ans.

  • Quand le conseil en stratégie évalue son impact
    27/12/21

    C’est une première dans le secteur du conseil en stratégie. CO conseil, cabinet non-profit de conseil en stratégie dédié à l'intérêt général et société à mission, fondé par Kea & Partners, Algoé, Colombus et Weave (devenu Onepoint), qui a été rejoint par Mawenzi en mai dernier, vient de faire réaliser une étude de son impact auprès de ses bénéficiaires

Super Utilisateur
France
vertone, digital, numérique, youtube, conseil, stratégie digitale, google, laptop, facebook, web, ecommerce, guillaume dimitri, stephane martineau;
3297
Stéphane Martineau
2021-10-31 23:17:39
1
Non