Info Consultor – Mutuelle des agents publics : le holà de l'audit interne aux missions de McKinsey

 

Absence de mise en concurrence, absence de négociation tarifaire, absence de contrats signés… Les conditions des onze missions menées par McKinsey entre 2016 et 2018 pour le compte de la mutuelle des agents publics, Intériale, sont vivement critiquées par son audit interne.

08 Juil. 2019 à 09:20
Info Consultor – Mutuelle des agents publics : le holà de l'audit interne aux missions de McKinsey

 

Nous sommes fin 2015. Intériale, aujourd’hui 20e mutuelle française, qui couvrait alors 200 000 agents, est en quête d’un partenariat depuis plusieurs années pour développer son activité – 275 millions d’euros de cotisations encaissées cette année-là et un million d’euros de résultats. En décembre de la même année, la mutuelle de la police, des préfectures et des agents territoriaux choisit Axa.

L’assurance française doit aider la mutuelle, née en 2008 de la fusion de trois mutuelles de la fonction publique, à élargir son offre – limitée à la santé et à la prévoyance – à des polices d’assurance de biens et de personnes et des produits d’épargne.

Pour structurer ce partenariat, son président, Pascal Beaubat – qui a quitté ses fonctions en octobre 2018 –, décide de faire accompagner la mutuelle par des cabinets de conseil externe. Quatre cabinets sont sollicités : PwC, McKinsey, Roland Berger et Advancy – ce dernier s’est finalement désisté.

Quatre cabinets initialement sollicités

Les propositions d’accompagnement de ces cabinets varient entre 150 000 euros de la part de PwC (80 jours/homme) et 250 000 euros de la part de Roland Berger, qui propose de mettre davantage de consultants seniors à la disposition d’Intériale. De son côté, McKinsey – qui n’a souhaité faire aucun commentaire – adresse plusieurs propositions à Intériale pour une mission de douze semaines allant de 409 900 euros (un consultant temps plein et deux seniors à 50 %) à 479 700 euros (deux consultants à temps plein et la supervision de deux seniors à 30 %).

Seuls Roland Berger et McKinsey sont retenus pour des oraux. McKinsey est finalement sélectionné. C’est le début d’une longue collaboration entre la mutuelle et le cabinet de conseil. Côté Intériale, sont décisionnaires Pascal Beaubat, Nicolas Sarkadi, le directeur général qui, lui aussi, en mars 2019, a quitté ses fonctions, et Julien Dolard, directeur de cabinet à la présidence d’Intériale, passé par Mckinsey entre 2005 et 2007 en tant que consultant. Côté McKinsey, Sébastien Lacroix, directeur associé senior à Paris, fut le chef d’orchestre de ces missions pour le cabinet de conseil.

L'audit interne tique 

Au total, McKinsey réalisera onze missions entre 2016 et 2018 pour le compte d’Intériale, pour un montant total réglé de 4,983 millions d’euros. C'est un montant important mais pas totalement surprenant. D’autant moins que les banques et les assurances, secteurs hyper régulés et demandeurs en conseils en tout genre, sont parmi les premiers acheteurs de missions de stratégie.

Sauf que l’audit interne d’Intériale se saisit a posteriori de la série de missions confiées à McKinsey. Un rapport interne final de février 2019, dont Consultor a eu copie, juge que les achats de missions McKinsey par Intériale ont dysfonctionné et « traduisent un non-respect du principe de gestion saine et prudente de la Mutuelle » et « une non-maîtrise de la relation d’affaires avec la prestataire et un défaut de contrôle ».

Sont notamment reprochés les manques de mises en concurrence et de négociation tarifaire de la direction d’Intériale vis-à-vis de McKinsey, la conduite de missions sans contrats signés par les deux parties et le changement important de la part variable de rémunération d’une des onze missions en question.

Par exemple, seule une autre de ces missions fera l’objet d’une mise en concurrence entre McKinsey et un de ses concurrents – One Man Support cette fois-ci. La plateforme de mise en relation avec des consultants en stratégie indépendants se proposait de conduire le « chantier de transformation digitale » d’Intériale pour 192 000 euros sur huit semaines entre avril et juin 2018.

Quand McKinsey proposait une équipe sur douze semaines au tarif de 792 000 euros. McKinsey est retenu dans un souci de continuité.

Un rapport publié dans un contexte interne chahuté 

Pas de mise en concurrence pour les autres missions, regrette l’audit interne. « Le président (d’Intériale, NDLR) a ainsi engagé la Mutuelle sans procéder à des consultations pour un coût total (facturé, NDLR) de 5,625 millions d’euros. […]. Cette non-mise en concurrence réduit la capacité de la Mutuelle à évaluer le juste prix à payer et limite sa marge de négociation », écrivent les auditeurs internes, qui estiment également que les règlements de 3,7 millions d’honoraires à McKinsey en 2018 « ont contribué à la dégradation du résultat d’exploitation ».

Interrogée par Consultor, la direction d’Intériale estime que ce document a été établi à des fins internes uniquement, et indique que le recours aux cabinets de conseil en stratégie est récurrent pour la mutuelle sur des thèmes très divers et renvoie, au sujet de ce rapport, à neuf derniers mois très mouvementés en interne.

Absence de mise en concurrence : un secret de polichinelle ?

Que dire de plus ? Les règles de mise en concurrence dans le secteur privé et le secteur public ne sont jamais respectées telles que la théorie pure et parfaite le prévoit : la règle, dont le cas Intériale-McKinsey est la énième démonstration, n'est pas nouvelle, ainsi que Consultor l’a déjà raconté dans ses colonnes.

En attendant, l’objectif d’accroissement de l’activité d’Intériale est, lui, atteint : l’encaissement de cotisations de la mutuelle était de 326 millions d’euros en 2017. Un point qui n’aura sans doute pas échappé à McKinsey.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

Crédit photo : Photo par Arjan Eising Prise le 25 juillet 2010 CC BY-NC 2.0

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

services financiers

  • Le directeur digital de Mars chez CAFPI

    Le chef de la practice digital de Mars & Co, Thomas Chambon, vient d’arriver chez CAFPI, en qualité de responsable de la technologie (CTO). Ce groupe, un des leaders français du courtage en prêt immobilier, est passé sous le contrôle du fonds français BlackFin en 2021 (pour quelque 240 millions d’euros).

  • 10 ans après Bain Paris destination Revolut Asie

    Charles Debonneuil, Bainie durant trois ans à la fin des années 2000, plus de six ans au sein de la plateforme de e-commerce asiatique Lazada, est nommé général manager APAC de la néobanque britannique Revolut.

  • Bain choisi par l’AMF

    Bain & Company a été choisi, parmi les neuf candidats ayant répondu à l’appel d’offres, pour effectuer une mission auprès de l’Autorité des marchés financiers pour réaliser une étude de perception de l’AMF auprès des grands acteurs de la place financière.

  • Et un consultant de plus chez Edenred

    Le Bainie (durant 3 ans) Bertrand Dumazy, PDG d’Edenred, n’hésite pas à faire ses courses dans le panier du conseil en stratégie.

  • Un associé infra passe du BCG à EY-Parthenon

    Quelques jours après le départ pour Oliver Wyman de l’associé dédié au private equity Pierre-Henri Vacher, EY-Parthenon a annoncé l’arrivée de François-Xavier Delenclos en qualité d’associé leader des infrastructures au sein de l'équipe capital-investissement, basée à Londres.

  • La fintech à la mode consulting

    La fintech française, et son lot d’anciens consultants, se porte au mieux.

  • Cryptomonnaies : rendez-vous en terre inconnue

    Bitcoin, ethereum, ripple, litcoin, zcash, dash, stellar…, des noms barbares pour les néophytes, mais de l’or en barre pour les connaisseurs. Le secteur des cryptomonnaies explose depuis quelques années seulement… et ce n’est à priori qu’un début. Pourtant, rares sont les cabinets de conseil en stratégie qui interviennent auprès de ses acteurs. Un monde vierge à décrypter pour les consultants. Oliver Wyman et Eight Advisory font partie de ces cabinets pionniers dans l’univers encore ténébreux des crypto. 

  • Une banque d’affaires pour l’associé de Roland Berger

    Jean-Michel Cagin, associé de Roland Berger depuis 2017, a quitté tout récemment le cabinet pour rejoindre Amala Partners, une banque d’affaires spécialisée dans le conseil en fusions-acquisitions, où il est nommé managing partner. 

  • Lazard Frères Gestion : Christophe Coquema promu directeur des opérations

    Christophe Coquema, 48 ans, six ans dans les services financiers chez McKinsey dans les années 2000, est nommé associé-gérant et COO de Lazard Frères Gestion, l’une des deux filiales du groupe Lazard de gestion d’actifs (avec Lazard Asset Management). 

Super Utilisateur
services financiers
intériale, mckinsey, mutuelle, audit interne, marchés publics, mise en concurrence, appels d'offres, secteur public, assurance, banque
3490
Advancy McKinsey Roland Berger
Sébastien Lacroix
2021-11-01 15:40:08
0
Non