Face au « mur fiscal », Rueil-Malmaison lance son premier audit stratégique

La commune des Hauts-de-Seine dirigée par l’ancien ministre (LR) Patrick Ollier clôture prochainement un appel d’offres pour un audit stratégique, une première pour Rueil-Malmaison. Endettée, la ville veut pouvoir se projeter au mieux sur l’ensemble du nouveau mandat.

Rueil-Malmaison espère avoir des « marges de manœuvre » pour les six ans à venir. La petite commune des Hauts-de-Seine a lancé début février un appel d’offres pour une « mission d’accompagnement de la ville dans le cadre de son audit stratégique » qui se termine lundi 22 février 

Pierre-Anthony Canovas
19 Fév. 2021 à 05:02
Face au « mur fiscal », Rueil-Malmaison lance son premier audit stratégique

Il s’agit d’une première pour la commune de l’Ouest parisien -  le dossier de consultation est accessible en suivant ce lien.

« On est face à un mur fiscal »

Si généralement, ce sont les nouveaux maires qui aiment réaliser un audit (relire notre article) pour avoir une photographie réelle de l’état de la commune laissé par leur prédécesseur, tel n’est pas le cas pour l’édile de la ville.

Après avoir été pendant près de neuf ans adjoint au maire (1983-1989 puis 2001-2004), le gaulliste Patrick Ollier, 76 ans, occupe le premier fauteuil depuis cette date et a été réélu cet été. C’est lui qui a décidé de cette initiative avec son premier adjoint François Le Clec'h, qui est chargé de ce dossier.

Le duo a seulement informé le conseil municipal où siège notamment la consultante de Kea & Partners, Fatima El Ouasdi, 26 ans, élue 15e adjointe en charge du numérique (relire notre article).

« Nous voulions avoir un œil extérieur pour nous permettre d’évoluer au mieux pour le mandat à venir », explique à Consultor.fr François Le Clec’h, celui qui fut pendant près de vingt ans le patron de Mercedes-Benz France avant de lâcher les rênes à la fin des années 2000. Le budget de cet appel est relativement modeste – il sera de 120 000 euros maximum –, mais le délai est court.

L’ancien ministre des Relations avec le Parlement à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy (2010-2012) et son premier adjoint à la mairie veulent choisir immédiatement après la clôture le cabinet sélectionné afin que celui-ci commence idéalement dès le 1er mars sa mission. Le rendu des recommandations est attendu quatre mois plus tard.

Objectif : optimisation pour la mandature

L’objectif est d’optimiser au mieux, entre juillet et décembre 2021, la lettre de cadrage pour le budget municipal de l’exercice 2022. Pour la commune de 80 000 habitants, l’enjeu de cet audit est majeur. « Il nous faut approuver l’ensemble des perspectives financières sur le mandat, optimiser les coûts avec notre organisation et enfin réfléchir à la mise en œuvre concrète et l’acceptabilité par la population », poursuit François Le Clec’h.

La ville qui a beaucoup changé ces dernières années évoque aussi les grands changements imposés aux communes au premier rang desquels figurent la suppression totale de la taxe d’habitation d’ici 2023 qui aura un impact direct sur les finances des collectivités locales, leurs revenus, leurs dotations et la péréquation. « Nous sommes face à un mur fiscal », indique le premier adjoint évoquant un « étau qui se resserre ».

Rueil-Malmaison dispose d’un budget de 280 millions d’euros en 2021, mais est endettée à hauteur de 162 millions d’euros. En 2018, la commune était la 18e ville la plus endettée par habitant parmi les villes de plus de 20 000 habitants avec une dette de 2 433 euros par habitant.

Quand Rueil-Malmaison snobe l’offre de l’UGAP

La commune a fait le choix de passer par Maximilien qui est le portail de l’administration numérique en Île-de-France. Ces derniers mois pourtant, d’autres municipalités à travers la France avaient fait le choix de passer par l’Union des groupements d’achats publics (UGAP) (relire notre article).

L’institution qui centralise depuis 1968 les commandes de centaines de fournisseurs auprès des ministères ou des collectivités territoriales avait proposé pour la première fois en 2019 un marché étiqueté conseil en stratégie d’une valeur de 12 millions d’euros et qui courait pour une durée de quatre ans. D’après nos informations, la commune n’a pas souhaité passer par l’UGAP du fait d’une commission d’intermédiaire (de l'ordre de 15%) un peu trop importante.

Pierre-Anthony Canovas pour Consultor.fr

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Vente en ligne : McKinsey dessine la stratégie de l’UGAP 

    Pour répondre à la concurrence des GAFA, la centrale d’achat qui centralise auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, les commandes à des centaines de fournisseurs, a fait appel au cabinet de conseil pour élaborer une stratégie de vente en ligne. 

  • Recherche : la carte consulting des universités françaises

    Le cabinet CMI a accompagné cinq des quinze universités labellisées fin novembre lors de la première vague de l’appel à projet ExcellenceS, rendue publique par l’État le 30 novembre 2021. Le cabinet est ainsi intervenu auprès des universités de Haute-Alsace, de Bourgogne-Franche-Comté, de Poitiers, de Pau et Gustave-Eiffel.

  • Achats de conseil de l'État : des bonnes pratiques à portée de main

    Michel Grévoul, le directeur du service des achats de l’État, et Edward Jossa, le président de l’UGAP, étaient entendus par la commission d’enquête du Sénat le 8 décembre 2021.

  • « Quand c’est complexe, 23 114 euros » : le prix du conseil à l'UGAP

    Trois ans après que l’Union des groupements d'achats publics (UGAP), qui centralise auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, les commandes à des centaines de fournisseurs, avait lancé son premier marché de conseil en stratégie d’une valeur de 12 millions d’euros, son directeur a détaillé au Sénat comment ils sont dépensés.

  • Au Sénat, l'explosion des dépenses de conseil en question

    Jeudi 2 décembre, la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques démarrait ses travaux. Elle se donne pour objectif de faire la lumière sur un sujet devenu grand public après que plusieurs cabinets de conseil sont intervenus auprès du gouvernement dans le cadre de la gestion de la pandémie.

  • UK : la pandémie fait flamber les dépenses de conseil de l’État

    Bataille de chiffres, mais une tendance claire : le gouvernement britannique a fortement fait augmenter ses achats de missions de consulting pour l’aider à mettre en œuvre sa réponse à la pandémie de covid-19. Selon les chiffres agrégés par le spécialiste de la dépense publique britannique Tussell, et cités le 24 octobre 2021 par le Financial Times, 2,5 milliards de livres sterling auraient été allouées par le gouvernement central britannique et ses agences sur l’exercice 2020-2021, deux fois plus que les 1,2 milliard comptabilisés par Tussell sur l’exercice antérieur, en 2019-2020.

  • Ministère de la culture : Roland Berger planche sur les bibliothèques

    Le cabinet Roland Berger vient d’être missionné par le ministère de la Culture pour une vaste étude sur les achats de livres imprimés non scolaires par les gestionnaires publics de bibliothèques (plus de 16 000 bibliothèques publiques en France).

  • Secteur public : l’UGAP double la mise sur le conseil en stratégie

    L’Union des groupements d'achats publics (UGAP), qui centralise les commandes de centaines de fournisseurs auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, a lancé le 22 octobre 2021 le renouvellement d’un premier marché de conseil en stratégie qu’elle avait attribué une première fois le 6 mars 2019.

  • Secteur public : les objectifs de la commission d’enquête du Sénat

    Les cabinets de conseil privés pèsent-ils trop sur les décisions politiques publiques françaises ? Telle est la question centrale lâchée par le groupe communiste (CRCE) du Sénat qui vient de lancer une commission d’enquête, dont Éliane Assassi, sa présidente, sénatrice PCF de Seine-Saint-Denis, est la rapporteuse.

secteur public
mairies, mairie, secteur public, service public, Etat, Patrick Ollier, François Le Clec'h, Fatima El Ouasdi, Nicolas Sarkozy, Kea & Partners, municipalité, UGAP
3597
Kea & Partners
2021-08-23 20:24:29
0