EY-Parthenon « prend du poids » en Australie

Après l’Américain Bulger Partners, les filiales françaises, allemandes et du Benelux d’OC&C Strategy Consultants, entre 2017 et 2018 (cf liste des acquisitions réalisées par des cabinets de conseil depuis 2017), EY vient de renforcer son positionnement international à l’autre bout du globe, en Australie, en rachetant Port Jackson Partners. EY-Parthenon (5 000 collaborateurs, 45 bureaux dans 29 pays) est déjà présent en Australie, dans trois bureaux à Brisbane, Melbourne et Sydney.

12 mai. 2020 à 13:00
EY-Parthenon « prend du poids » en Australie

Le prix d’achat est estimé à un minimum de 50 M$, selon les calculs de l’Australian Financial Review. Un achat qui intervient alors que les bureaux australiens d’EY-Parthenon, en pleine crise du covid-19, ont dû réduire sur place les heures de travail et les salaires de leurs collaborateurs de 20 %, les partners verront eux leurs salaires baisser de 25 % pour cette année 2020.

Basé à Sydney, Port Jackson Partners est un cabinet de conseil en strat fondé en 1991 par deux anciens directors de McKinsey & Company, Terrey Arcus et Fred Hilmer, qui compte aujourd’hui trente-huit collaborateurs, dont cinq partners.

D’après son managing director, Byron Pirola, deux autres grands cabinets de conseil – dont les noms sont tenus secrets – étaient également sur les rangs pour racheter Port Jackson Partners. Le choix d’EY-Parthenon s’est, selon lui, avant tout porté « après plusieurs mois de débats en interne », sur l’organisation spécifique d’EY avec son entité stratégie dédiée et sa spécificité en due diligence, « un fit culturel » au regard de « l’inadéquation de vision et de personnes » avec les deux autres cabinets en lice.

Pour l’instant, l'équipe de Port Jackson Partners restera séparée sur le plan opérationnel, mais travaillera en étroite collaboration avec la division actuelle de l'équipe australienne d’EY-Parthenon, composée de cinq partners et d’une trentaine de consultants.

Port Jackson Partners sera rebaptisé EY Port Jackson Partners, et Byron Pirola restera à la barre.

EY-Parthenon se dote ainsi d’un atout de poids pour renforcer sa place sur le continent australien. Avec une équipe de près de 100 partners et consultants en Australie, EY-Parthenon avait déjà considérablement accru sa part de marché. Il représenterait environ 15 % du secteur australien du conseil (6 milliards de dollars de CA). Une stratégie pour rivaliser avec les leaders en Australie, McKinsey & Company, le Boston Consulting Group, et Bain & Company.

Des questions se posent d’emblée sur la façon dont EY-Parthenon va pouvoir intégrer ce cabinet australien, avec une identité forte et déjà bien implanté sur le marché, à l’instar de Bain et son acquisition de Qvartz, fin 2019, le 3e plus gros cabinet de conseil de la zone scandinave, que nous relations ici.

Bureau de Port Jackson Partners à Sydney – Crédit : Greenpoint Construction Group

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

  • Afrique du Sud : McKinsey poursuivi, Bain interdit
    07/10/22

    Les deux cabinets de conseil sont mis en cause (parmi de nombreuses autres entreprises, telles que Bell Pottinger, KPMG, HSBC, SAP) pour des missions effectuées dans le cadre de la « capture de l’État », ainsi qu’ont été nommées les affaires de corruption qui ont gangrené les années au pouvoir de Jacob Zuma (2009-2018).

  • L’ambition nord-américaine de PMP
    27/09/22

     « PMP Strategy accélère sa croissance en Amérique du Nord avec un nouveau bureau à Toronto », vient d’annoncer le cabinet. 

  • Big Four + conseil = je t’aime, moi non plus (le retour)
    22/09/22

    Après qu’EY a annoncé son plan de scission de ses activités d’audit et de conseil, le modèle pluridisciplinaire des géants de l’audit est remis en question. Dans l’immédiat, le marché se prépare à l’arrivée d’un nouveau concurrent.

  • Au Canada, EY Parthenon met la main sur une boutique spécialiste de l’ESG
    16/09/22

    La marque de conseil en stratégie d’EY intègre AFARA, une boutique d’une quinzaine de consultants répartis entre Toronto et Calgary.

  • EY : la scission du conseil et de l’audit entre dans le vif du sujet
    15/09/22

    Quelques jours après l’officialisation à l’échelle mondiale d’un plan de scission des activités d’audit et de conseil, les quelque 350 partners français doivent à présent s’accorder sur les détails de la séparation et ses impacts sur les activités de conseil et de conseil en stratégie : ce qui ne sera pas une mince affaire.

  • Oliver Wyman : un T2 à près de 700 millions de dollars
    15/09/22

    695 millions de dollars. Tel est le niveau d’activité enregistré par Oliver Wyman dans le monde au T2 2022 a fait savoir le cabinet dans les résultats trimestriels publiés par sa maison-mère Marsh McLennan.

  • Guerre des talents : aux US, les MBB sortent le chéquier
    31/08/22

    Dans un marché des talents ultraconcurrentiel, et malgré le retournement de la conjoncture macro-économique, McKinsey, le Boston Consulting Group et Bain (MBB) mettent en œuvre de colossales augmentations de salaire aux États-Unis pour attirer les meilleurs talents.

  • Enquête : ce que 114 000 documents internes disent du « McKinsey way »
    30/08/22

    McKinsey s’était engagé à publier tous les documents internes en lien avec ses missions de conseil réalisées durant quinze ans sur les médicaments antidouleurs (opioïdes) qui ont causé 500 000 morts par overdose en vingt ans aux États-Unis. 114 921 documents internes ont été mis en ligne le 30 juin 2022. Ils dévoilent l’envers du business du scandale sanitaire.

Super Utilisateur
Monde
EY-Parthenon, McKinsey, Terrey Arcus, Fred Hilmer, Byron Pirola, acquisition, fusion, australie, sydney
2668
McKinsey EY Parthenon
0