McKinsey, Roland Berger et consorts au pouvoir outre-Rhin ?

Le chiffre est très parlant : entre 2005 et 2017, le montant estimatif des dépenses cumulées de conseil émanant du secteur public allemand est passé de 1,1 milliard d'euros à 2,9 milliards d'euros. De quoi faire relativiser les 470 millions d'euros annuels que la Cour des comptes française comptabilisait en 2015 dans quatre ministères (l’économie et les finances, la défense, les services du Premier ministre et l’écologie). Et de quoi aussi se poser plusieurs questions sur les raisons d'une pareille croissance. C'est ce que fait Der Spiegel dans une enquête publiée dans son numéro du 26 janvier 2019 : l'Allemagne assiste-t-elle à une montée d'une « République des consultants » à l'aune de la multiplication des missions confiées à McKinsey,  au Boston Consulting Group ou à Roland Berger ?

Le quotidien allemand rappelle ainsi par le menu plusieurs missions récemment confiées à ces cabinets qui, pour certaines, ont défrayé la chronique. Récemment, Roland Berger a été mandaté pour accompagner la chancellerie d'Angela Merkel dans la définition d'une stratégie allemande en matière d'intelligence artificielle. Un peu plus tôt, en 2018, un rapport de la Cour des comptes allemande pointait le montant très important que le ministère de la Défense allemand avait alloué à des dépenses de conseil, et souvent dans des conditions de transparence contestables. En 2016, une mission a été confiée à McKinsey pour aider l'Office fédéral allemand des migrations à gérer la crise migratoire. Ou encore les 500 millions d'euros engagés d'ici 2022 par le gouvernement fédéral allemand pour la mise en ligne d'un « portail citoyen » : ce dernier doit rendre 575 services publics accessibles en ligne (carte grise automobile, demande de carte d'identité...). De ces 500 millions d'euros, une large partie ira à des prestations de conseil dans l'accompagnement à la mise en place de ce portail. Dont 47 millions d'euros pour McKinsey et sa filiale Orphoz, selon des documents consultés par Der Spiegel.

Ce qui, analyse Der Spiegel, laisse penser que depuis longtemps les cabinets de conseil ne se limitent plus à la bonne gestion d'infrastructures, comme le fonctionnement des péages autoroutiers. Ils sont aussi très actifs dans l'externalisation de missions de services publics, à l'instar de la quatrième réforme du marché de l'emploi – Harz IV – entrée en vigueur en 2005 et à laquelle McKinsey avait lourdement contribué. 

« L'Allemagne est l'ancre des activités européennes de McKinsey en Europe », indique également Kevin Sneader, le nouveau global managing partner de McKinsey. Qui a également annoncé, à l'aune de plusieurs interventions polémiques du cabinet dans le secteur public allemand, que toute mission de ce type devra être validée à l'avenir par un comité ad hoc interne.

Crédit photo : Chancellerie à Berlin. Tobias Nordhausen. Prise le 26 décembre 2017 CC BY 2.0.

29 Jan. 2019 à 06:54
McKinsey, Roland Berger et consorts au pouvoir outre-Rhin ?

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

Super Utilisateur
Monde
service public, mckinsey, roland berger, boston consulting group, ministeres
2218
0