Deux ex-consultants se dressent contre Trump

 

Le métier de consultant est un métier de l’ombre. Mais deux anciens de ces hommes de l’ombre, Pete Buttigieg et Mitt Romney, ont bien décidé d’être sous les feux des projecteurs de la vie politique américaine. Ils sont dans deux partis opposés, mais ils ont bel et bien le même seul rival, Donald Trump, dans la course à sa réélection.

 

07 Fév. 2020 à 14:04
Deux ex-consultants se dressent contre Trump
Wikimedia Commons CC BY 2.0.

 

Pete Buttigieg, 38 ans, chez McKinsey entre 2007 et 2011, est l’un des onze candidats démocrates à se présenter aux primaires du parti. Et il vient de faire mentir tous les pronostics lors du premier, et très emblématique, caucus dans l’Iowa. L’outsider de Bernie Sanders et d’Elizabeth Warren, un sondage réalisé fin octobre par le New York Time et Siena College Pool le plaçait 3e avec 18 % d’intentions de vote. Branle-bas de combat après l’élection de lundi dernier. Après avoir été annoncé largement vainqueur, les nouvelles estimations le placent toujours en tête mais au coude-à-coude avec le favori Bernie Sanders loin devant les autres favoris  Elizabeth Warren ou Joe Biden. Cette victoire de l’ancien consultant de McKinsey résonne non seulement comme un camouflet pour son camp, mais pose sans nul doute également nombre de questions au camp républicain et à son chef de file, Donald Trump. Il est jeune, le plus jeune candidat démocrate, cultivé, calme, bon orateur et connaisseur des dossiers, politiquement ancré sur le terrain, ouvertement déclaré gay, et qui a mis l’accent sur le symbole de sa victoire pour les LGBT… et, à la différence de Trump, un ancien engagé militaire ayant passé sept mois en Afghanistan.

Autre farouche opposant au candidat Trump, le sénateur républicain de l’Utah Mitt Romney, un ancien partner de Bain, et candidat « malheureux » en 2012 face à Obama. D’abord silencieux depuis l’élection présidentielle de 2012, il s’est s’avéré par la suite être l’un des opposants républicains les plus résolus au président en place depuis 2016. Une guerre ouverte et violente qui n’a cessé de s’accélérer ces derniers mois. En octobre dernier, Trump tweetait « Mitt Romney n’a jamais su gagner. C’est un cul pompeux qui me combat depuis le début, sauf quand il m’a supplié pour mon approbation pour sa course au Sénat (je le lui ai donné), et quand il m’a supplié être secrétaire d’État (je ne le lui ai pas donné). Il est si mauvais pour les R [républicains] ! » Et ce mercredi, Romney a créé la surprise en votant, seul parmi ses pairs, pour la destitution du président, évoquant « une agression des droits électoraux et de la sécurité nationale ». Une démarche qui va isoler encore un peu plus l’ancien consultant dans son propre camp… alors que Trump est officiellement acquitté par le Sénat américain. 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Haro sur le copier-coller des consultants dans le Golfe
    07/12/22

    Dans les colonnes du Tagesspiegel, le chercheur Dawud Ansari tacle la recette unique déployée selon lui par les cabinets de conseil en stratégie occidentaux pour se mettre les dirigeants des pays dans la poche, avec force honoraires à la clé, au détriment de leur développement économique effectif.

  • Cylad se pose à Munich
    02/12/22

    Dix ans après Hambourg, le cabinet Cylad Consulting ouvre un 2e bureau en Allemagne à Munich, et le 8e dans le monde.

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

Monde
Pete Buttigieg, Mitt Romney, Donald Trump, McKinsey, Bain, Bernie Sanders, Elizabeth Warren, Joe Biden, Obama, élections américaines
2556
Bain & Company McKinsey
2022-06-02 14:19:31
0
Non