Français ou anglais : gare à ne pas paumer les clients

 

Coup sur coup, chez Airbus et Renault, deux embrouillaminis linguistiques montrent que l’anglais, présumé évidente langue des affaires de la part des consultants en stratégie, peut irriter les clients. La place est unanime : le sur-mesure est la règle.

 

Pierre-Anthony Canovas
09 Avr. 2021 à 05:00
Français ou anglais : gare à ne pas paumer les clients

 

Conseil en stratégie = anglais bilingue couramment utilisé avec les collègues et avec les clients. Il ne semblait pas y avoir de sujet.

Pourtant, plusieurs actualités récentes font preuve du contraire.

Quand l’anglais fait tiquer les clients

À l’automne 2020, un confidentiel de deux lignes dans le magazine Challenges indiquait que « l’inspection du travail a mis en demeure Stratorg (TrustManagement) mandaté par les élus d’Airbus, de rédiger ses expertises en français ». 

Mi-février 2021, une longue enquête d’une page parue dans Le Monde en remettait une couche. L’article est alors consacré au rôle prépondérant de consultants du Boston Consulting group (BCG) de 2018 à fin 2019 dans le groupe Renault. Un cadre de la régie cité anonymement brocardait de la part des consultants « des montagnes de PowerPoint plein de mots anglais fourre-tout ».

Deux histoires qui n’ont rien à voir – si ce n’est un fort prisme international des entreprises clientes –, mais qui ont un point commun éloquent, celui d’interroger le rapport des consultants à la langue anglaise lorsqu’ils travaillent en France.

Depuis plus d’un quart de siècle, la France n’est-elle pas le pays qui a sa loi « relative à l’emploi de la langue française » ? Cette fameuse loi de 1994 de Jacques Toubon qui vise notamment à assurer la primauté de l’usage de termes francophones face à l’usage croissant d’anglicismes.

Au sein de TrustManagement, partenaire de longue date d’Airbus, on se refuse à commenter le sujet. On souligne, un peu gênés, que « c’est une non-information, qu’il n’y a pas matière à polémiquer ». Idem chez des représentants syndicaux du groupe aéronautique qui minimisent, sans doute soucieux de ne pas attirer la lumière sur ce genre d’affaires.

Si tous les cabinets interrogés par Consultor.fr soulignent en tout cas ne pas avoir connu de différends langagiers avec leurs clients, quel idiome utilisent-ils au quotidien face aux clients ? Quelles règles appliquent-ils ?

Le client est roi

Qu’en est-il côté scène dans les échanges avec les clients ?

« Les dirigeants des grandes entreprises françaises ont des origines, des formations et des parcours de plus en plus internationaux », commente Stéphane Bazoche, qui a pris les fonctions de managing director France de Monitor Deloitte le 1er septembre dernier (relire notre article). 

En d’autres termes, les présentations et recommandations se font souvent en anglais, car les comités exécutifs ont un excellent niveau d’anglais et les entreprises des visées internationales. Pour autant, « le français demeure la norme dans certains secteurs. C’est le cas par exemple pour la banque, le secteur public ou les grandes entreprises avec une composante étatique », ajoute celui qui est passé également par McKinsey et le BCG

L’importance des « ressorts culturels »

Un constat que partage l’associé de PMP Conseil, Philippe Curt, qui œuvre auprès des industries culturelles, logiquement très sensible au respect de la langue de Molière. « Une bonne partie de nos clients est extrêmement sensible à l’utilisation du français, car la langue porte beaucoup d’éléments avec elle », explique-t-il. Le stratège nuance toutefois au regard des différentes practices de son cabinet : « Cela dépend totalement de notre client, il faut parfois jongler. » 

« Les présentations se font quasi exclusivement en langue anglaise », relève pour sa part Olivier Abtan, senior managing director de Publicis Sapient. Pour ce spécialiste de l’industrie du luxe qui a longtemps travaillé au sein du BCG, il est là encore crucial de prendre en compte les différences culturelles afin de mieux faire comprendre les nuances des recommandations stratégiques.

« Les ressorts culturels sont importants, la langue maternelle est quand même essentielle. Il nous arrive donc de faire des “explications de texte” entre les présentations », indique-t-il, évoquant des commentaires oraux en version originale pour être plus précis.

Au sein du bureau parisien du cabinet Oliver Wyman qui revendique une présence mondiale dans trente pays, la philosophie est quasi similaire. « Les études et recommandations que nous produisons pour le compte de nos clients sont en français et/ou en anglais selon la demande spécifique du client, les destinataires internes, les intervenants ou participants aux réunions », nous indique-t-on.

Et d’ajouter : « Nous nous accordons toujours avec les clients sur la langue utilisée pour les délivrables en début de projet et certains peuvent effectivement être traduits à la demande. »

Quand l’anglais devient la langue officielle en interne

Quelques règles et mille souplesses en fonction du client : voilà pour la photographie d’ensemble.

La langue peut en définitive davantage être un sujet d’interrogation en interne, à nouveau, que lors de communications réglées comme les présentations aux clients. Le sujet se pose par exemple chez PMP dans une phase plutôt expansive à l’international.

« On se pose beaucoup de questions sur la langue à utiliser en interne », reconnaît Philippe Curt alors que le cabinet se développe en Afrique du Nord, au Benelux, au Canada, mais surtout à Londres. La société envisage ainsi que la langue du quotidien en interne devienne l’anglais. 

Pierre-Anthony Canovas pour Consultor.fr

 

2
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (2)

Riri
10 Avr 2021 à 00:36
Dans l'absolu, l'anglais est également nuancé, précis (et concis).
L'anglais échangé entre un partner franco-français d'un certain âge et son homologue du CAC40, en revanche...

citer

signaler

Le masque et la plum
09 Avr 2021 à 19:25
La langue française est riche, précise, et nuancée. Voilà qui donne du fil à retordre aux consultants.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Assemblée nationale : à gauche, la séparation de l’audit et du conseil dans le viseur
    02/12/22

    La Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (Nupes) cherchaient à inscrire la mesure dans la loi de finances. 49.3 oblige, elle n’a même pas pu être discutée. Une mesure, parmi d’autres de lutte contre l’évasion fiscale, que le groupe parlementaire voudrait à nouveau pousser au cours de la mandature. Charlotte Leduc, députée LFI/Nupes, qui est à l’origine de cette proposition, répond à Consultor.

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

Super Utilisateur
France
glossaire, vocabulaire, concepts, dictionnaire, renault, thierry bolloré airbus
3609
Boston Consulting Group McKinsey Monitor Deloitte Oliver Wyman PMP Strategy Publicis Sapient Strategy consulting
Olivier Abtan Philippe Curt Stéphane Bazoche
2021-11-01 17:37:35
2
Non