Roland Berger perd face à un associé licencié en 2014

C’est une nouvelle affaire à rebondissements entre le cabinet et un ancien consultant qui prend fin après six années de procédure. 

23 Aoû. 2021 à 06:00
Roland Berger perd face à un associé licencié en 2014

La cour d’appel de Paris vient ainsi de statuer en faveur du plaignant, associé du bureau parisien de Roland Berger en  mars 2010 (date de démarrage de la période de prescription), alors que le conseil des prud’hommes, saisi dès 2015, l’avait débouté de l’ensemble de ses demandes et condamné aux dépens en 2018 (lien vers la décision de juin 2021 sur Doctrine).

L’ancien collaborateur de Roland Berger, huit ans de maison, embauché en 2006 comme directeur d’études senior, avait été licencié en 2014. Contestant le bien-fondé de ce licenciement, il avait emmené son ancien cabinet de conseil en justice et demandait des compensations financières de nature salariale et indemnitaire. Après avoir été débouté, l’ex-consultant avait décidé d’interjeter en appel de ce jugement.

C’était donc à la cour d’appel de Paris de rendre son avis, un avis en grande partie contradictoire au jugement des prud’hommes. Il condamne Roland Berger à verser plus de 273 000 euros à son ancien collaborateur, dont 146 000 euros « à titre de dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse » – l’ex-consultant en demandait 225 000 – (plus les dépends de première instance et d’appel). L’ex-consultant est cependant débouté sur ses demandes au titre du travail dissimulé, de rappel de salaires antérieurs à 2010, mais également de plusieurs bonus. 

La décision détaille ainsi la mécanique de rémunération salariale des associés qui est augmentée de bonus : bonus MBO, « lié aux résultats de l’entreprise et à la contribution individuelle des collaborateurs », un super bonus SBO, « lié à l’atteinte d’un niveau de profitabilité cumulé minimum (avant impôts et transfer pricing) par les bureaux de Paris, Bruxelles et Casablanca »de rétention FLIP (french long term incentive plan), « sur le fondement d’un accord collectif visant à rémunérer la performance pérenne des bureaux de Paris et Bruxelles » (supprimé en 2012). 

En juillet 2020, McKinsey avait gagné un autre marathon judiciaire face à un ancien directeur associé depuis son licenciement en 2013 ! (Relire ici.)

2
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (2)

consultor2308
23 Aoû 2021 à 10:41
Merci pour l'avoir signalé c'est corrigé

citer

signaler

remarque
23 Aoû 2021 à 10:00
Le lien vers doctrine.fr pointe vers Gmail

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

Super Utilisateur
France
Roland Berger, cour d'appel, justice, prud’hommes
9671
Roland Berger McKinsey
2021-11-05 17:18:19
2
Non