Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants

Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

Consultor
21 Déc. 2021 à 13:00
Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
Atlanta GA, USA - March 30, 2013: The CDC Headquarters in Atlanta, Georgia. The Centers for Disease Control and Prevention is a leading national public health institute of the United States. Adobe Stock.

Leur rôle (relire notre article) : aider les autorités à instaurer des dépistages massifs, optimiser l’approvisionnement en masques, respirateurs et gels hydroalcooliques, mettre en place des outils de suivi ou encore, depuis le printemps 2021, mener la campagne de vaccination.

Seulement voilà, alors que le pays vient de dépasser, mardi 14 décembre 2021, les 800.000 morts – soit le bilan officiel le plus élevé au monde – les critiques fusent : les millions de dollars dépensés ont-ils été utiles ?

D’après le Washington Post, ce soutien du privé n’a démontré que peu de résultats concrets durant les premiers mois de la campagne de vaccination. Le contrat passé entre les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) –  les agences fédérales de santé aux États-Unis – et le Boston Consulting Group (BCG) pour piloter la planification de la distribution et de l’administration des vaccins, signé à 4,9 millions de dollars en septembre 2020 et prolongé pour 4,7 millions de dollars en mars 2021, n’a pas eu d’effets visibles. Ainsi, en février 2012, les deux tiers des Américains n’étaient pas satisfaits de la stratégie vaccinale du pays (sondage Gallup). Idem en Californie, l'État qui a été le plus loin dans la sous-traitance de la crise sanitaire au privé. Les contrats passés avec la compagnie d’assurance Blue Shield of California (15 millions de dollars) et McKinsey (13 millions de dollars) « n’ont pas tenu leurs promesses », dénoncent des responsables de l’État et des experts en santé publique. L’objectif était notamment d’aider à vacciner les minorités éloignées de l’accès aux soins. Mais début décembre, les disparités vaccinales ne s’étaient toujours pas résorbées avec 62,5 % des Blancs éligibles complètement vaccinés, contre 51,4 % des Noirs et 52,7 % des Hispaniques (données de l’État de Californie).

à lire aussi

Certains critiques avancent par ailleurs un manque de transparence dans l’attribution de tels contrats à plusieurs millions de dollars sans appel d’offres, ainsi que des problèmes d’organisation et de répartition des rôles sur le terrain entre cabinets et autorités de santé.

D’autres soulignent que cette aide du privé a aussi contribué à masquer les faiblesses du système de santé publique des États, pointant les meilleurs résultats obtenus par des États comme le Vermont, le Colorado et le Nouveau-Mexique qui n’ont pas eu recours à des soutiens extérieurs et dépensent plus dans la santé publique que leurs voisins. 

Du côté des cabinets, en revanche, le discours diffère. Le porte-parole de McKinsey, Neil Grace, a déclaré au Washington Post : « notre travail a aidé les décideurs des États à évaluer rapidement les facteurs clés ayant un impact sur la distribution efficace des vaccins », estimant avoir contribué à sauver des vies en soutenant des fonctionnaires dépassés. 

Ces dix dernières années, le budget des CDC a diminué de 10 % et son budget pour la préparation nationale et locale en matière d’urgence de santé publique a été réduit d’un tiers entre 2003 et 2019 (rapport Trust for America’s Health).

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Les impôts australiens et marocains de McKinsey (eux aussi) dans le viseur
    25/05/22

    Après que le parlement français a jugé anormal le niveau des impôts payés par McKinsey, en Australie et au Maroc, la fiscalité du cabinet apparaît également très en deçà des taux moyens.

  • Recrutement : le BCG s’affiche en long et en large dans les rues allemandes
    17/05/22

    Dans une campagne de recrutement lancée il y a trois ans, le BCG passe outre-Rhin un nouveau cap avec de volumineux billboards affichés dans quatre villes allemandes.

  • Pourquoi les cabinets de conseil rachètent à tout-va
    13/05/22

    Expansion internationale, intégration de compétences recherchées : les rachats de cabinets ont tous les avantages. Ces dernières années, les opérations de fusions-acquisitions ont été nombreuses dans l’univers du conseil en stratégie, et tous les cabinets ou presque s’y adonnent. Ne serait-ce que depuis le début de la crise sanitaire, Consultor a recensé pas moins de 27 rachats (de janvier 2020 à avril 2022 par les cabinets du guide de Consultor.fr) dans des secteurs comme les télécommunications, la transformation digitale, la data science ou encore la supply chain et la stratégie pure. Une tendance qui devrait se poursuivre, dans un climat de course effrénée à la croissance.

  • Espagne : McKinsey rachète un spécialiste de Salesforce
    09/05/22

    Les acquisitions se poursuivent chez la firme, qui vient d’annoncer sa toute dernière opération : le rachat de S4G Consulting, une société de conseil basée à Madrid, premier partenaire en Espagne de Salesforce. Objectif de l’opération : mieux aider ses clients à accroître leurs performances commerciales.

  • Young Global Leaders : la French family s’agrandit
    05/05/22

    Anne-Laure Malauzat, partner de Bain & Company aux Émirats arabes unis, responsable régionale de l’impact social et de la diversité, de l’équité et de l’inclusion (DEI), entre dans le cercle fermé des Young Global Leaders (YGL) 2022. Elle est la seule française retenue cette année à ce titre.

  • Bon démarrage en 2022 pour Oliver Wyman
    29/04/22

    Après une année 2021 exceptionnelle, le cabinet de conseil démarre l’année 2022 avec un chiffre d’affaires en hausse de 17 %, soit 667 millions de dollars sur la période janvier-mars 2022.

  • EY-Parthenon rachète QS-2, une société de conseil en technologies
    19/04/22

    Spécialisée dans le conseil scientifique et technologique (biotechnologies, intelligence artificielle), en ingénierie et en analyse avancée, l’entreprise américaine Quantitative Scientific Solutions (QS-2) a rejoint EY-Parthenon, qui renforce ainsi ses compétences en matière de conseil en technologies, ce qui devrait l’aider à mieux conseiller les entreprises dans leurs investissements dans les technologies émergentes.

  • Oliver Wyman reprend les activités de Booz Allen au Moyen-Orient
    08/04/22

    Nouvelle opération de croissance externe pour Oliver Wyman : après avoir mis la main sur Huron aux États unis et Azure Consulting en Australie, le cabinet de conseil renforce cette fois sa position au Moyen-Orient, où il est présent depuis 2005.

  • Un 7e bureau pour Cylad
    06/04/22

    C’est un deuxième bureau en Suisse, à Genève, que le cabinet Cylad vient d’ouvrir, après celui de Zurich (Pfäffikon SZ) en Suisse alémanique.

Benjamin Solano
Monde
Etats-Unis, USA, Covid, santé, mission
10141
Boston Consulting Group McKinsey
2021-12-29 08:58:49
0
Non