Afrique du Sud : Bain cherche à éteindre l'incendie

Bain n'aura pas tardé à agir quelques semaines après que ses services rendus en 2015 à l’agence sud-africaine de perception des revenus de l’État ont été mis publiquement en cause.

13 Sep. 2018 à 16:51
Afrique du Sud : Bain cherche à éteindre l'incendie

Lundi, le cabinet américain a fait savoir que les honoraires de 164 millions de rands (9,2 millions d'euros) perçus lors de cette mission conduite en 2015 seraient intégralement remboursés à l'Afrique du Sud. Par ailleurs, Vittorio Massone, le managing partner de Bain en Afrique du Sud, a été relevé de la gestion quotidienne des opérations quotidiennes du bureau de Johannesbourg, tout en demeurant un partner du cabinet, a fait savoir le cabinet. Il y est remplacé par Tiaan Moolman, un autre associé du cabinet en Afrique du Sud. Enfin, Bain a mandaté Baker McKenzie pour conduire une investigation externe et a constitué un comité interne, censé lui aussi passer en revue de manière indépendante le fil des événements.

à lire aussi

30/08/18
consultor-img-defaut

Tom Moyane, le directeur de l’agence de perception des revenus de l’État, South African Revenue Service (SARS), avait été remercié par le nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa en mars 2018, à l’aune d’écarts très importants entre les prévisions de l’agence et ses recettes effectives. Une enquête avait été ouverte en mai pour déterminer les raisons de ces écarts. C’est au cours de cette enquête que le rôle de Bain dans la réforme de SARS a été remis en cause par plusieurs des cadres de l’agence. Ils jugent qu’à l’occasion d’une mission conduite par la société de conseil américaine au sein de SARS, ses conclusions étaient inexactes et ses recommandations finalement inappliquées. Bain témoignera devant la commission d’enquête ces jeudi et vendredi, selon les informations de Reuters et du site sud-africain Fin24.


Les mésaventures de Bain en Afrique du Sud sont très comparables aux accusations portées contre McKinsey. Le cabinet est lui aussi voué aux gémonies pour avoir assuré une prestation pour le compte du groupe électrique national Eskom, en partenariat avec un prestataire local accusé de corruption sous l’ancien président sud-africain Jacob Zuma. Car Bain admet désormais à demi-mot dans les colonnes du New York Times qu'il aurait pu servir de pion pour couvrir les pratiques fiscales litigieuses de l'ancien président et que l'ensemble de sa prestation au sein de l'agence a été défectueuse.

Tom Moyane, le directeur de l’agence de perception des revenus de l’État, South African Revenue Service (SARS), avait été remercié par le nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa en mars 2018, à l’aune d’écarts très importants entre les prévisions de l’agence et ses recettes effectives. Une enquête avait été ouverte en mai 2018 pour déterminer les raisons de ces écarts. C’est au cours de cette enquête que le rôle de Bain dans la réforme de SARS a été remis en cause par plusieurs des cadres de l’agence. Ils jugent qu’à l’occasion d’une mission conduite par la société de conseil américaine au sein de SARS, ses conclusions étaient inexactes et ses recommandations finalement inappliquées. C'est devant cette commission que Vittorio Massone a témoigné la semaine dernière et avec laquelle il devra continuer à collaborer.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

  • Afrique du Sud : McKinsey poursuivi, Bain interdit
    07/10/22

    Les deux cabinets de conseil sont mis en cause (parmi de nombreuses autres entreprises, telles que Bell Pottinger, KPMG, HSBC, SAP) pour des missions effectuées dans le cadre de la « capture de l’État », ainsi qu’ont été nommées les affaires de corruption qui ont gangrené les années au pouvoir de Jacob Zuma (2009-2018).

  • L’ambition nord-américaine de PMP
    27/09/22

     « PMP Strategy accélère sa croissance en Amérique du Nord avec un nouveau bureau à Toronto », vient d’annoncer le cabinet. 

Super Utilisateur
Monde
scandale, eskom, afrique du sud, sars, bain
2118
2022-08-10 08:36:51
0
Non