Afrique du Sud : démission précipitée du Monsieur anti-scandale de Bain

 

Athol Williams, maître de conférences à l'université de Cape Town, un ancien consultant chez Bain & Company dont il fut partner (de 1996 à 2010), claque la porte de Bain. Il avait été nommé en mai comme partner à Johannesburg pour superviser l'enquête interne conduite par Bain après que le cabinet a été mis en cause dans le dysfonctionnement de l’agence de perception des revenus de l’État, South African Revenue Service (SARS), où Bain avait conduit une mission de restructuration en 2015.

Il avait précédemment travaillé avec Bain (depuis septembre 2018), dans un premier temps pour donner son opinion sur l'indépendance et la pertinence de l'enquête interne, puis en tant qu'advisor pour l'élaboration du plan de redressement de Bain.

 

30 Oct. 2019 à 05:14
Afrique du Sud : démission précipitée du Monsieur anti-scandale de Bain

 

Athol Williams a démissionné le jeudi 17 octobre, se jugeant mis sous pression et estimant dans la presse sud-africaine que le cabinet ne faisait pas tout l'exercice de transparence requis. Il a toutefois indiqué dans un communiqué ultérieur ne pas avoir d'éléments en sa possession indiquant que Bain ait voulu nuire à SARS.

Les allégations rapportées dans la presse sud-africaine ont été ensuite contestées par Bain. Le cabinet a déclaré que Athol Williams avait fait connaître en interne son intention de partir dès le mois d'août pour pouvoir se concentrer sur ses recherches universitaires.

Par ailleurs, Bain dit avoir communiqué l'ensemble des informations à sa disposition au sujet de sa mission chez SARS et être allé au terme de l'enquête interne qui conclut que le cabinet n'avait « aucune motivation, financière ou autre, à nuire à SARS ».

Tom Moyane, le directeur de l’agence de perception des revenus de l’État, South African Revenue Service (SARS), avait été remercié par le nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa en mars 2018, à l’aune d’écarts très importants entre les prévisions de l’agence et ses recettes effectives. Une enquête avait été ouverte en mai pour déterminer les raisons de ces écarts. C’est au cours de cette enquête que le rôle de Bain dans la réforme de SARS a été remis en cause par plusieurs des cadres de l’agence.

Cette commission d'enquête reproche notamment à Bain d'avoir contribué à la mutation chaotique de 200 managers seniors, à la fermeture d'unité de SARS et à l'affaiblissement général des performances de l'agence.

En septembre 2018, le cabinet américain avait fait savoir que les honoraires de 164 millions de rands (9,2 millions d'euros) perçus lors de cette mission conduite en 2015 seraient intégralement remboursés à l'Afrique du Sud. Par ailleurs, Vittorio Massone, le managing partner de Bain en Afrique du Sud, avait été dans un premier temps relevé de la gestion quotidienne des opérations du bureau de Johannesburg, tout en demeurant un partner du cabinet.

Bain et Vittorio Massone se sont séparés définitivement en novembre 2018.

En juillet 2019, Norman Mbazima, anciennement président délégué du géant minier britannique AngloAmerican – poste dont il a démissionné lorsqu'il a pris son rôle de chairman du conseil de surveillance Bain Africa  –, a été nommé à la tête d'un conseil de surveillance pour l'Afrique créé par Bain.

 

Crédit photo : Athol Williams in Oxford, UK, 2017 CC BY-SA 4.0

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Haro sur le copier-coller des consultants dans le Golfe
    07/12/22

    Dans les colonnes du Tagesspiegel, le chercheur Dawud Ansari tacle la recette unique déployée selon lui par les cabinets de conseil en stratégie occidentaux pour se mettre les dirigeants des pays dans la poche, avec force honoraires à la clé, au détriment de leur développement économique effectif.

  • Cylad se pose à Munich
    02/12/22

    Dix ans après Hambourg, le cabinet Cylad Consulting ouvre un 2e bureau en Allemagne à Munich, et le 8e dans le monde.

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

Super Utilisateur
Monde
athol williams, afrique du sud, sars, scandale
2446
Bain & Company
2022-01-17 09:39:20
0
Non