Consultor le portail de référence du conseil en stratégie Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

AdobeStock 294504750 Editorial Use OnlyUne note du Boston Consulting Group – datée du 26 mars et destinée à l'usage interne d'un client – circule sur les réseaux sociaux depuis le début avril et a été reprise par la presse augmentant d’autant la caisse de résonance de son contenu : le cabinet y avance des dates de déconfinement dans vingt pays, dont la France.

Dans l’Hexagone, le BCG anticipe que la sortie de confinement interviendrait entre mi-juin et fin juillet. Sauf qu’Emmanuel Macron a annoncé lundi 13 avril que le déconfinement débuterait le 11 mai.

Même confinés chez eux, le téléphone des partners du Boston Consulting Group a beaucoup sonné ces derniers jours. Nombre de clients appellent, inquiets.

En cause, deux slides datées du 26 mars qui tournent massivement sur les réseaux sociaux. Le cabinet s’y livre à un exercice de projection du nombre quotidien de personnes infectées par le coronavirus et l’évolution probable du nombre de personnes infectées dans vingt pays.

Ce que dit la note du BCG

Le cabinet en infère une date probable de déconfinement à partir des durées observées à Wuhan et dans la province du Hubei, « les seuls confinements de large échelle à avoir été levés ». Les projections sont retentissantes. D’autant plus quand des opinions publiques exaspérées par un enfermement aussi inédit que difficile cherchent désespérément à se mettre sous la dent le moindre indice d’une date de sortie du tunnel du confinement.

Au plus tôt, projette le cabinet, l’Espagne, la Suède, la Norvège sortiraient de confinement la première semaine de juin. Puis suivraient une semaine plus tard les États-Unis, l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et… la France.

Et dans le pire des cas – en fonction du nombre de lits disponibles à l’hôpital, de l’évolution des cas d’infections respiratoires, de la capacité des gouvernements à gérer la crise –, le BCG ne prévoit aucun déconfinement avant la troisième semaine de juin en Suède et, au plus tard, la deuxième semaine de septembre en Inde. En France, le cabinet anticipe une sortie de déconfinement au plus tard la quatrième semaine de juillet.

Entre deux et quatre mois de confinement en plus en France

Soit un considérable allongement de la durée de confinement alors envisagée par les autorités françaises. Le 26 mars, la date de la note, elles n’avaient même pas encore annoncé une première prolongation de quinze jours du confinement instauré le 17 mars.

Le Boston Consulting Group écrit donc noir sur blanc que la durée de confinement sera en France entre deux mois et demi (dans le cas de la deuxième semaine de juin) et quatre mois plus longue que celle officiellement annoncée par les autorités françaises.

Boom médiatique garanti, d’autant plus que la marque du BCG vaut blanc-seing sur la crédibilité des faits avancés. D’abord dans des cercles restreints d’internautes : dès le 3, la slide du BCG concernant la France apparaît sur les réseaux sociaux, sur Twitter notamment ici. 

Écho médiatique

Un des premiers journalistes à l’avoir partagée en France (), François Rauzy, explique à Consultor l’avoir lui-même reçue par un ami via un message privé sur Facebook qui, déjà, renvoyait vers la note dans son intégralité (désactivée depuis).

Puis dans un cercle médiatique beaucoup plus large. Le 7 avril au matin, La Lettre A parle du pessimisme du BCG quant au déconfinement. L'Express, Marianne, Sputnik lui emboîtent le pas le même jour, suscitant des centaines de partages.

Au point d’obliger le cabinet à publier un communiqué non daté (a priori mis en ligne le 11 avril) dans lequel il indique qu’« un document de travail daté de plus d’une semaine, illustrant un scénario de la manière avec laquelle virus covid-19 pourrait évoluer, a circulé sans contexte ni autorisation du BCG ».

À New York, les prévisions du pic de coronavirus signées McKinsey
Début avril, Andrew Cuomo, le gouverneur de l'État de New York, partageait des prévisions de la date à laquelle la population new yorkaise pourrait atteindre un pic de contaminations par le coronavirus. Ces prévisions avaient alors été fournies par McKinsey.

Opération désamorçage

Le cabinet y rappelle toutes les précautions d’usage qui figuraient déjà dans le document initial : l’épidémie de covid-19 évolue très rapidement, les durées de confinement sont sujettes à de nouvelles mesures prises par les gouvernements, ces projections n’ont pas vocation à constituer le point de vue officiel du cabinet ni à se substituer à des recommandations sanitaires ou sécuritaires officielles.

« Ce document n’a pas été envoyé à nos clients et ne constitue pas la position officielle du cabinet. Il s’agissait de scénarios établis pour le compte d’un client qui ont été “outés” », confirme à Consultor Pascal Cotte, senior partner du BCG à Paris.

Sur l’origine de la fuite, no comment du cabinet. « Quand on fait des travaux qui n’ont pas vocation à être publiés, mais qui le sont, on a pour politique de ne pas communiquer et de continuer à protéger la confidentialité des échanges avec nos clients », explique encore l’associé.

En attendant, le cabinet s’est évertué à colmater la fuite. Opération désamorçage donc, dans plusieurs médias. À l’instar de 20 Minutes dans un article du 8 avril dans lequel une source au sein du BCG explique également que les éléments présentés dans cette note n’ont qu’une valeur « d’hypothèses de travail (et non de prévisions) qui permettent aux entreprises de construire des stratégies d’adaptation dans des contextes de fortes incertitudes ». « Faut-il croire l’étude du BCG ? » s’interrogent de concert Le Point et RTL.

Peu de chances que le rétropédalage ait autant d’écho que la note initiale, d’autant moins qu’entre-temps l’étude dans son intégralité a été répliquée à plusieurs reprises (ici et notamment).

Emmanuel Macron annonce le début du déconfinement le 11 mai

Car lundi 13 avril, Emmanuel Macron annonce que le début du déconfinement pourrait intervenir à compter du 11 mai. Ce qui a valu au BCG quelques moqueries en ligne. « Fin du confinement le 11 mai. Un commentaire ou des bons de réduction de la part du BCG ? », a réagi Stéphane Distinguin, le patron de Fabernovel, suscitant des likes aussi de partners dans des cabinets concurrents. Joint par Consultor, il ne souhaitait pas faire de commentaire supplémentaire, indiquant seulement avoir été surpris de cette publication de la part du BCG.

« Quand des consultants, très respectables, se mettent à prédire ce qui va se passer d’ici un trimestre ou deux, je commence à me faire du souci pour notre profession. S’ils peuvent prédire l’avenir, tout particulièrement dans ces temps très incertains, ils feraient mieux d’investir sur les marchés », a également tancé Paul-André Rabate.

Pour le managing partner de Corporate Value Associate, cette note du BCG – quand bien même sa publication n’est pas volontaire – illustre une culture grandissante du « publish or perish ». « J’en reçois dix fois plus de la part de McKinsey. Les associés de cabinets passent leur temps à faire des études. Faire des scénarios pour le compte de clients, très bien. Mais dire que tel scénario est plus probable qu’un autre, c’est criminel. C’est d’autant plus criminel dans le contexte actuel où habituer l’opinion à l’idée d’une date de déconfinement peut potentiellement tuer des gens. On ne parle pas de la perte d’un milliard d’euros », indique-t-il à Consultor.

Si le soufflé retombait doucement cette semaine, le feu n’était pas complètement éteint. Lundi, peu avant l’allocution d’Emmanuel Macron, Tourmag, le journal des professionnels du tourisme, prédisait que l’allongement au 11 mai du confinement que s’apprêtait à annoncer le Président de la République serait peut-être à nouveau étendu. Argument massu à l'appui : le rapport « fuité » du BCG.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

Commentaires   

0 #4 Who Knows The Future 17-04-2020 07:57
Le document a été effectivement communiqué massivement.

A noter le disclaimer en début de présentation (slide 4)... cette précaution ne était bien légère quand des slides spécifiques sont naturellement réutilisés sans ce préambule : "This is a work-in-progres s scenario model of a highly dynamic situation. The modelling depends on a number of assumptions, which may or may not be supported to varying extents in your geography. The results are scenarios for consideration, not BCG forecasts
about the future"
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+9 #3 model 16-04-2020 14:44
le doc est assez pauvre anyway
copié collé mécanique du cas hubei jusqu'à la planète mars
et 15 pages de disclaimer pour enrober...
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+8 #2 Boule de cristal 16-04-2020 12:51
Le document a été clairement diffusé massivement aux clients du cabinet. Il porte d’ailleurs les signes distinctifs d’une telle diffusion. Donc la défense consistant à dire que c’était un doc privé pour un client qui a fuité , est un gros mensonge. Amusant sachant que de nombreux clients ont en effet diffusé ce document aux autres cabinets. Et en effet tout le monde sur la place de Paris a été surpris de voir que les capacités analytiques des consultants du BCG mises à profit pour produire des prédictions hasardeuses sur des donnés médicales ...
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+5 #1 StephV 15-04-2020 23:08
Deux remarques :
- Généralement sur ce genre de "prédiction" les cabinets proposent plusieurs scénarii plus ou moins fantaisistes, ce qui ici aurait pu permettre au BCG de prévoir un déconfinement situé entre mai et août suivant les scénarios (donc moins de chance de se tromper) ;
- Je suis un peu surpris que le cabinet n'ait pas fourni son analyse en "note blanche" (aucun logo, template neutre) pour justement éviter le problème de la fuite (mais j'avoue ne pas connaître leur pratique à ce sujet).
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié

Ajouter un Commentaire

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.