Recherche : la carte consulting des universités françaises

Le cabinet CMI a accompagné cinq des quinze universités labellisées fin novembre lors de la première vague de l’appel à projet ExcellenceS, rendue publique par l’État le 30 novembre 2021. Le cabinet est ainsi intervenu auprès des universités de Haute-Alsace, de Bourgogne-Franche-Comté, de Poitiers, de Pau et Gustave-Eiffel.

Barbara Merle
23 Déc. 2021 à 06:00
Recherche : la carte consulting des universités françaises
Université de Poitiers

ExcellenceS, qui s’inscrit dans la quatrième phase du Programme d'investissements d’avenir lancé en 2011, a été initié par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Il va financer à hauteur de 800 millions d’euros les établissements d’enseignement supérieur et de recherche dans leurs projets de transformation innovants en matière de recherche et de formation. Ces quinze universités tout juste labellisées vont ainsi recevoir une enveloppe de plus de 300 millions d'euros pour développer leur propre programme de transformation.

CMI a ainsi conseillé spécifiquement les cinq universités sélectionnées dans la réflexion et l’élaboration de leurs dossiers de candidatures : « De manière générale, il s’agissait d’apporter une réflexion stratégique sur le projet proposé au regard des spécificités de l'université : réponse aux principaux enjeux de l’établissement, positionnement concurrentiel, et au regard de la demande de l’appel à projet, puis d’apporter un conseil sur les actions à financer, sur l’organisation pour le pilotage ad hoc du projet et enfin, selon les besoins, corédiger une partie du dossier », explicite à Consultor Philippe Bassot, partner chez CMI. 

Une mission classique pour le cabinet, qui garde, depuis sa création en 1982, un lien fort avec le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. Son fondateur, Thomas Durand, était un enseignant-chercheur de Centrale-Paris (relire ici).

à lire aussi

27/04/21
27_04_2021_etudiants_universite

 

Les cabinets spécialisés dans le conseil en stratégie auprès des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) se comptent sur les doigts d’une main. Le marché est pourtant porteur et dynamique. Les cabinets interviennent majoritairement auprès de clients du secteur privé : ils conseillent notamment des fonds et groupes d’écoles dans leur stratégie de M&A.

 

Pour l’université de Haute-Alsace, l’une des deux universités alsaciennes avec Strasbourg, une université de taille moyenne, 8 000 étudiants, 500 enseignants et chercheurs, dotée de cinq campus à Mulhouse et à Colmar, le projet était avant tout de « construire la signature scientifique du site », selon les mots de Philippe Bassot. 

Une université qui propose, en effet, une grande diversité de champs d’études : interculturalités, droit, politique et société, gestion, sciences et développement durable, numérique et industrie du futur.

« Il fallait définir ce que serait sa marque, pour mettre en avant l’excellence de la recherche et de la formation de cette université : les matériaux et la lumière. Nous les avons ensuite aidés à faire des choix pour réaliser cette ambition, à savoir les actions intéressantes à mettre en place, avec les lieux dédiés, les équipements partagés, et la recherche associée. » 

La toute récente labellisation ExcellenceS de l’université de Haute-Alsace représente un programme de dix ans doté de 10,7 millions d'euros. « À l’échelle du budget de l’université, ce n‘est pas énorme, mais il faut savoir que 90% des budgets de ces établissements sont contraints, la marge de manœuvre est donc très faible », ajoute l’associé de CMI.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Pour Roland Berger, la manne de la formation professionnelle

    En deux ans, en 2018 et 2019, le cabinet s’est vu confier par le ministère du Travail six missions en lien avec la réforme de la formation professionnelle et la transformation de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), pour un total d’honoraires de 4,6 millions d’euros.

  • Le BCG, arbitre des politiques d’intégration de l’État

    Le cabinet a été mandaté pour le ministère de l’Intérieur de 2019 à 2021 pour évaluer les politiques d’intégration de l’État.

  • Roland Berger et le BCG bien en cour au ministère de la Culture

    Les deux cabinets ont réalisé cinq missions en 2019 et 2020 pour le ministère de la Culture. Leurs honoraires ont atteint 831 000 euros sur cette période.

  • Dix ans de missions gratuites pour l’État

    Le Sénat, dans son rapport sur l’influence des cabinets de conseil privé sur les politiques publiques, a recensé l’ensemble des missions effectuées à titre gracieux par des cabinets de conseil auprès de divers ministères. Consultor recense celles qui ont été effectuées par des cabinets de conseil en stratégie.

  • Nouvelle-Calédonie : quand Beauvau délègue le bilan des accords de Nouméa

    Par deux fois, en 2011 et 2018, un binôme de consultants a été choisi pour faire un état de la mise en œuvre de l’accord politique de 1998. Récit de l’intérieur de cette mission à fort enjeu diplomatique.

  • McKinsey : trois ans pour faire fonctionner les APL

    Deux ans durant, de fin 2018 à fin 2020, McKinsey a été mandaté à trois reprises par le ministère de la Cohésion des territoires pour faire atterrir la réforme de l’aide personnalisée au logement (APL). Elle était voulue par l’exécutif après qu’il avait annoncé tout au début du quinquennat Macron vouloir la faire baisser de 5 euros par mois.

  • Secteur public : l’impact des consultants dans le viseur

    Si les cabinets sont majoritairement bien notés par les administrations acheteuses pour leurs missions dans le service public, les modalités mêmes de cette évaluation sont remises en cause par l’exécutif qui appelle à les muscler. Les consultants, eux, plaident pour une juste prise en compte du caractère volatil de prestations intellectuelles nécessairement évolutives.

  • Cabinets de conseil vend anciens hauts fonctionnaires, parfait état de marche

    C’est un des petits biscuits du rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil : la manière avec laquelle les cabinets peuvent faire de la présence d’anciens hauts fonctionnaires un argument de vente de missions dans le secteur public.

  • État : le Sénat siffle la fin du tout consulting

    Estimant que les dépenses de conseil de l’État et ses opérateurs ont doublé ces cinq dernières années, le Sénat a préconisé 19 mesures d’amélioration en faveur de l’efficacité de ces achats et de leur transparence, dans un rapport rendu public le 17 mars 2022. Roland Berger, McKinsey et BCG comptent parmi les 20 cabinets les plus actifs. Une proposition de loi transpartisane sera déposée dans les prochains mois pour que le Parlement puisse se prononcer sur ces recommandations.

Benjamin Solano
secteur public
université, enseignement supérieur, État, mission, éducation, enseignement
10147
CMI
Philippe Bassot
2021-12-29 08:56:04
0
Non