On rembobine : vingt-cinq ans de strat’ dans le rétroviseur

 

« E-business », « la nouvelle économie », « stratégie des systèmes d’information »… exhumer vingt-cinq années de propositions commerciales dans le conseil en stratégie a un côté doucement sépia, et surtout très instructif sur les tendances qui ont marqué le secteur.

Grosso modo : il y eut un avant et un après la bulle internet, un avant et un après le rachat d’A.T. Kearney par la SSII américaine EDS, l’entrée puis la sortie d’Altran chez Arthur D. Little, puis globalement une croissance variable mais constante de leur activité et de leurs effectifs, indépendamment des cycles macroéconomiques.

 

22 Jui. 2018 à 06:06
On rembobine : vingt-cinq ans de strat’ dans le rétroviseur

 

Ainsi, entre 1995 et 2000, le nombre de consultants – dans dix cabinets continûment présents à Paris de 1995 à 2018 – bondit de 188 % pour passer de 401 à 1 155 salariés. Plus qu’un doublement qui ne se reverra pas ensuite quoique les effectifs français ne cesseront de croître. On retrouve mécaniquement cette croissance dans le nombre des associés qui est passé sur la même période de 54 à 119, selon les données du Guide du conseil en management mises à la disposition de Consultor par les Éditions du Management.

Au tournant des années 2000, le chiffre d’affaires du secteur est alors de 300 millions d’euros environ. « Les grands groupes se sont ouverts plus récemment à l’économie mondiale. Et la nouvelle génération de dirigeants, souvent titulaires d’un MBA, est plus intéressée par nos outils. Il y a vingt ans, recourir à un consultant en stratégie était considéré comme un signe de faiblesse, un manque d’imagination, d’intelligence. Nous sommes devenus politiquement corrects », justifiait Olivier Marchal, déjà associé chez Bain, dans les colonnes du Monde en 2006.

18 05 2018 25 ans de sstratégie image graphque illustration

Un bond en avant

Olivier Marchal veut alors croire à un rattrapage du marché français jugé en retard. Ce marché est à cette époque de l’ordre de 1,5 milliard d’euros. Sur les dix sociétés dont les chiffres d’affaires ont été recensés année après année par le Guide du conseil en management, le bond a clairement eu lieu. Les 348 millions d’euros de chiffre d’affaires cumulés de 2005 frôlent les 900 millions d’euros en 2017. Et ce en totale décorrélation avec la crise de 2008.

Sans toutefois crever le plafond du milliard et demi d’euros : selon Consult’in France, l’organisation représentative du secteur, la stratégie pesait en 2016 1,3 milliard d’euros (21 % d’un marché total du conseil de 5,9 milliards d’euros). En tout cas, de nouveaux de leviers de reprise sont identifiés : la restructuration, l’amélioration de la performance ou le private equity. Il faut dire que la période post-éclatement de la bulle internet a été maussade, au point que certains cabinets ont enregistré le seul recul de leur activité à ce moment-là. Fait unique en vingt-cinq ans !

À Paris, Bain revendique alors une croissance de 40 % de son activité par an et passe pour la première fois le cap des 100 consultants. Encore en deçà d’A.T. Kearney. Le sacro-saint MBB n’est pas encore l’alpha et l’oméga de ce marché, comme cela peut être perçu aujourd’hui. Car 1995 marque un tournant décisif pour A.T. Kearney : le cabinet est acheté par la firme de conseil technologique EDS. La même année, ATK embauche 2 000 personnes dans le monde. À Paris, on vit grand train. C’est la grande époque pour le cabinet. Les effectifs culminent à 400 consultants, sans compter les partners et les principals, ce qui fait du cabinet le poids lourd du marché français. Mais patatras, à peine une décennie après, le management reprend son destin en main faute de synergies matérialisées entre conseil en stratégie et prestations de services dans les systèmes d’information. La faute aussi à une guerre larvée entre deux cultures d’entreprise incompatibles. L’emprunt contracté par les associés d’ATK pour cette acquisition est remboursé en dix-huit mois et les comptes du cabinet apuré, mais au prix d’une réduction très brutale des effectifs, à Paris comme ailleurs.

Là où ATK voulait faire jeu égal avec McKinsey et BCG en 2000, le cabinet tombe derrière Bain et Roland Berger en 2010. Ce qui n’est pas sans rappeler la cure d’amincissement d’Arthur D. Little. Pourtant, le plus vieux cabinet du secteur était le 5e player européen en 2002 (derrière McKinsey, A.T. Kearney, Roland Berger et le BCG), avec une part de marché de 7 % selon Les Échos.

Opérations, secteur public... le secteur se diversifie

Dernier enseignement, la diversification qu’a connue le secteur. Trois tendances le montrent : La « descente vers les opérations », à l’instar de L.E.K., pure player de la stratégie dans les années 1990 qui en quelques années a fait des opérations un nouvel axe de travail, avec d’autres. L’ouverture au secteur public, tardive en France comparée au Royaume-Uni. On en voit les premières traces dans l’Hexagone dans les années 2000 lorsque McKinsey travaille sur la fusion de l’Assedic et de l’ANPE. Le Boston Consulting Group est lui mandaté pour évaluer les performances de Chorus, le logiciel interministériel de suivi des dépenses de l’État.

Le renouvellement des sources de recrutement auquel bon an mal an une partie du secteur est obligé de se plier sous le coup de la digitalisation. Enfin, l’histoire ne serait pas complète sans son lot de morts et de nouveau-nés. À cette aune, Roland Berger, avec toutes les difficultés dont Consultor a fait état à plusieurs reprises, connaît en 2002 des croissances de 40 % à Paris en raison d’une faible exposition au commerce électronique puis l’absorption d’une partie des équipes d’A.T. Kearney.

En 2017, après avoir renoncé à se vendre, Roland Berger compte 273 consultants et vingt-sept associés… Qu’il est loin le temps où le cabinet recensait quinze consultants à Paris et un seul associé, un Allemand, Paul Goldschmidt. Mais tous ne se font pas une place à l’Olympe. Mi-août 2017, c’en était fini de l’aventure OC&C commencée par Philippe Kaas à Paris en 1989. Et les conjectures vont bon train sur l’avenir. De nouveaux rachats des Big Four ? Une frange grandissante d’« ubérisation » ? Une dilution progressive de la spécificité du conseil en stratégie ? Les jeux ne sont pas faits.

Par Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

GB
28 Jui 2018 à 10:25
Bonjour Benjamin,
Dans la catégorie des nouveaux-nés, il serait intéressant d'y rajouter Kéa, qui est passé de 0 à 40M€ entre 2001 et 2017...

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Classement

  • Classement Consultor 2022 des cabinets de conseil en stratégie
    19/11/21

    Consultor publie la 10e édition de son classement annuel des cabinets de conseil en stratégie. Dans ce sondage, les étudiants de dernière année scolarisés dans les écoles supérieures de commerce et d'ingénieurs indiquent quels cabinets référencés dans le guide des cabinets de conseil de Consultor ils connaissent le mieux. Et pour lesquels ils travailleraient le plus volontiers. Le périmètre de ce sondage s’élargit : jamais Consultor n’avait classé autant de cabinets, ils sont 27 cette année, avec plusieurs entrants tels que CMI, Eight Advisory, OC&C ou Publicis Sapient.

  • Les consultants dans la pharma : le classement Consultor 2021
    26/05/21

     

    Sanofi, Novartis… les plus grands laboratoires pharmaceutiques comptent parmi les plus gros acheteurs de conseil en stratégie avec des budgets annuels d’achats plus de 100 millions d’euros. Et le marché reste ultra dynamique : à l’instar de Cepton, spécialiste de la pharma, de la biotech et des medical devices, qui table sur + 50 % de croissance en 2021. L’un des plus gros marchés de conseil donc sur lequel nombre de cabinets ont des velléités de développement. Consultor a sondé 183 professionnels dans 26 laboratoires pour recenser les marques de conseil en stratégie qu’ils connaissent le mieux et ce qu’ils pensent des missions achetées. 

     

  • Universum : les « MBB » à leur plus fort niveau d’attractivité en dix ans
    21/04/21

    Universum publie son classement annuel des employeurs les plus attractifs aux yeux des étudiants hexagonaux.

    36 076 étudiants ont cette année été sondés (dont 20 471 dans des écoles de commerce, 13 744 dans les écoles d’ingénieurs, dans un panel de 169 écoles au global). McKinsey, Boston Consulting Group et Bain poursuivent la dynamique haussière de 2020 du côté des étudiants d’écoles de commerce – en revanche ils reculent dans les écoles d’ingénieurs. Un grand perdant : Roland Berger, qui sort de la liste des entreprises sondées faute d’y avoir suffisamment progressé ces dernières années.

  • Écarts de rémunération : le consulting bon élève en 2021
    23/03/21

     

    + 5 points ! Telle est la hausse moyenne enregistrée par les 13 cabinets de conseil en stratégie référencés par Consultor qui ont publié leur index de l’égalité professionnelle au 1er mars 2021. Avec une note moyenne de 88/100, contre 83/100 en mars 2020, ces entreprises font mieux que la moyenne nationale (85/100).

     

  • Vault 2021 : top 7 inchangé en Europe, McKinsey bousculé aux US
    02/02/21

    L’éditeur new-yorkais de classements annuels par sondage sur les milieux du conseil, de la banque, du droit, vient de publier les éditions européennes (top 25) et étatsuniennes (top 50) de son classement annuel des cabinets de conseil en stratégie et management.


  • Partners : que de turnover !
    26/01/21

     

    85 élections et 45 départs : tels sont les 130 mouvements intervenus dans les dix cabinets de conseil en stratégie du guide de Consultor dont l’effectif est de dix partners au moins. Ces mouvements ont eu lieu entre janvier 2019 et janvier 2021. Ces chiffres témoignent de la croissance du marché du conseil en stratégie malgré la crise et le rythme auquel les associé.e.s passent la main. Notre étude à découvrir.

     

  • Classement Consultor 2020 des cabinets de conseil en stratégie
    30/10/20

     

     

    Une première post-déclenchement de la crise sanitaire de covid 19. Entre le 3 août et le 18 septembre, 496 répondants (316 hommes et 180 femmes) dans sept grandes écoles (HEC, ESSEC, ESCP, Polytechnique, Ponts et Chaussées, Mines, Centrale Paris) ont indiqué quels cabinets parmi vingt-quatre entreprises de conseil en stratégie ils connaissent le mieux et celles pour lesquelles ils voudraient travailler en priorité.

     

  • Parité : le conseil régresse et publie des index de l'égalité sous la moyenne
    02/07/20

     

    Le conseil reste très masculin, et perd même du terrain alors que les précédentes éditions faisaient état de très faibles progrès. Les premiers index de l'égalité rendus obligatoires par la loi sont sous la moyenne nationale.

    Tels sont les éléments qui ressortent du 6baromètre Consultor de la parité dans le conseil en stratégie.

     

  • Classement Universum 2020 : regain d’amour pour le conseil
    17/06/20

    Après plusieurs années de baisse, les quelques entreprises de conseil en stratégie qui figurent dans le classement Universum rebondissent cette année.

    Reste à savoir si cette attractivité retrouvée est partie pour durer alors que le secteur est à l’arrêt et a gelé ses embauches : le sondage, publié mercredi 17 juin, a été bouclé avant le début du confinement.

Classement
A.T. Kearney, Arthur D. Little, Bain, McKinsey, guide du conseil en management, editions du management, jean baptiste hugot
3855
Olivier Marchal
2021-10-30 16:15:12
1
Non