« Notre effort doit être parfaitement équilibré entre nos clients et nos collaborateurs»

Un peu plus de deux ans après son arrivée à la tête d’Accenture Strategy France et Benelux, Fabrice Asvazadourian, qui a préalablement exercé vingt ans chez Oliver Wyman et codirigé pendant trois ans le centre de compétences mondial services financiers de Roland Berger, dresse un état des lieux de l’avancement de sa mission : implanter cette division du géant des services professionnels sur le marché du conseil en stratégie.

12 Sep. 2017 à 00:34
« Notre effort doit être parfaitement équilibré entre nos clients et nos collaborateurs»

Où en est le déploiement d’Accenture Strategy à travers le monde, trois ans après son lancement ?

Fabrice Asvazadourian : Accenture Strategy continue de croître et d’affirmer sa différenciation par rapport aux acteurs traditionnels du conseil en stratégie. La croissance significative de nos ventes en France et au Benelux depuis mon arrivée m’amène à penser que notre approche répond à une vraie attente des dirigeants.

Quelle est la spécificité de l’offre d’Accenture Strategy par rapport à ses concurrents ?

F.A. : Notre ambition n’est pas d’être une copie des cabinets de conseil en stratégie qui existent depuis longtemps. Notre spécificité et notre valeur ajoutée résident dans notre capacité unique d’accompagner des dirigeants dans l’accélération de leur transformation digitale grâce à des équipes hybrides constituées de consultants en stratégie métier, de spécialistes des stratégies technologiques et d’experts fonctionnels pointus.

Cela nous permet d’apporter ainsi une réponse différente : au-delà du cadrage stratégique, nous sommes en mesure de nous engager, avec l’ensemble d’Accenture, dans des délais d’exécution à grande échelle et sur des KPI de succès économique. C’est cette capacité d’engagement et d’impact qui fait notre différence et qui intéresse nos clients, car les cycles réflexion-exécution sont aujourd’hui beaucoup plus courts.

Les dirigeants de grands groupes trouvent que les projets ne se déploient pas assez vite et veulent travailler avec un cabinet partenaire prêt à prendre des engagements et à assumer des responsabilités pour réussir à aller plus vite. Mes clients me disent qu’ils ne manquent pas d’idées, qu’ils ont vu plein de choses intéressantes lors d’expéditions dans la Valley, à Dublin, en Israël ou ailleurs, qu’ils ont fait des expérimentations, des pilotes et autres POC.

Mais au final, l’impact sur leur P&L est peu évident, car il est très compliqué de faire coexister les systèmes IT legacy et les modes de fonctionnement traditionnels avec des façons de travailler agiles dans des groupes de 50 000, 100 000 ou 200 000 collaborateurs. Or, c’est exactement ce qu’Accenture Strategy sait très bien faire pour ses clients. Nous avons l’avantage de pouvoir partager la façon dont Accenture mène sa propre transformation avec ses 400 000 collaborateurs. Cela crédibilise évidemment nos recommandations.

Où en est le développement d’Accenture Strategy sur le marché France-Benelux ?

F.A. : Sur la zone dont je m’occupe, nous comptons aujourd’hui une dizaine de clients dont nous sommes le premier partenaire en transformation digitale, et une quarantaine pour lesquels nous sommes un partenaire significatif sur des pans de leur transformation technologique. Ce sont des clients avec qui nous travaillons dans la durée.

Aussi, quand un client me dit « je vous vois plus comme un business partner que comme un consultant pur », cela me fait plaisir parce que c’est ce que nous voulons être et cela démontre la pertinence de notre positionnement. Nous avons la chance d’avoir la puissance de la marque Accenture et toute la crédibilité qu’elle apporte.

À nous de continuer à faire mieux reconnaître Accenture Strategy et notre approche différente de la stratégie auprès de tous les dirigeants français. Pour ce faire, nous multiplions les initiatives ciblées auprès des conseils d’administration, des comités exécutifs, de futurs dirigeants. En termes de secteurs, nous avons historiquement des industries fortes notamment dans l’automobile et les industries manufacturières, avec une très belle équipe qui était là avant mon arrivée. Nous avons également une présence forte en retail et en biens de grande consommation.

Et depuis deux ans, nous avons fortement dynamisé notre présence dans les services financiers et les secteurs des utilities et ressources naturelles, et nous l’avons renforcée dans les télécommunications et les médias. En outre, nous investissons cette année pour développer notre practice M&A et consolider notre leadership en manufacturing 4.0.

Quelles sont vos perspectives en termes de recrutement pour les mois à venir ?

F.A. : Aujourd’hui, environ 450 consultants interviennent dans ma région France-Benelux et nous avons un plan de recrutement de plus de 150 personnes l’année prochaine, dont un peu plus de la moitié en France. Dans un marché porteur, le recrutement est ma priorité, et je suis lucide sur le fait qu’il nous faut être créatifs pour donner envie à des consultants expérimentés et des managers de nous rejoindre pour accompagner de grands programmes digitaux, avoir des opportunités d’encadrement d’équipe deux fois plus grande, et être au cœur d’un écosystème d’innovation technologique.

Nous devons aussi mieux faire connaître notre façon d’exercer le métier de consultant en stratégie, expliquer ce qu’est la vie au quotidien d’un consultant chez nous et les perspectives que nous offrons en termes d’immersion dans la technologie et de formation.

Que traduit selon vous l’arrivée des Big Four sur le marché du conseil en stratégie ?

F.A. : Je pense que cela traduit une transformation profonde du marché du conseil en stratégie et la concentration inévitable qu’impliquent des niveaux d’investissements croissants pour rester pertinents. Nos clients ne veulent plus seulement d’une petite équipe de gens brillants et agiles, ce n’est plus suffisant, notamment pour les grands groupes qui ont besoin d’être accompagnés de bout en bout sur des initiatives touchant l’ensemble de leur organisation au plan mondial.

On va observer une polarisation autour d’acteurs qui auront les capacités d’investir pour être à la pointe de l’innovation et maîtriser les nouvelles capabilities. Les Big Four veulent être présents avec un positionnement spécifique et ils en ont les moyens. De leur côté, il semble que les deux principaux cabinets de stratégie historiques investissent beaucoup pour aller dans cette direction – ce qui me fait penser que nous n’avons pas tout à fait tort avec notre positionnement à l’intersection des métiers et des technologies...

Mais il faut encore voir quelle sera leur capacité à « devenir des industriels » sur un certain nombre de compétences liées à la technologie. Quant aux autres cabinets de conseil en stratégie traditionnels, je ne suis pas sûr qu’ils aient la taille et les moyens nécessaires pour suivre cette évolution. Certains essaient de dépasser le monde des idées et des slides via des partenariats avec des start-up ou autres. Mais ce qui peut fonctionner cahin-caha en phase de POC fonctionne plus difficilement en phase de déploiement à grande échelle.

Sur un plan personnel, quel bilan tirez-vous de cette mission particulière qui vous a été confiée il y a un peu plus de deux ans ?

F.A. : Je suis très fier de la façon dont nous avons réussi à créer l’une des plus belles équipes de la place avec 450 consultants en stratégie à Paris, Bruxelles et Amsterdam. Je pense que les collaborateurs qui nous ont fait confiance depuis le début ou nous ont rejoints doivent également être fiers du chemin parcouru ensemble. En parallèle, notre capacité à engager des dialogues stratégiques avec de grands groupes nous a permis de gagner une véritable reconnaissance auprès de toutes les équipes d’Accenture. C’est un gage d’efficacité accrue.

À titre plus personnel, c’est une nouvelle expérience dans un très grand groupe et j’ai dû apprendre à travailler avec le rythme des résultats trimestriels. J’ai également dû hybrider ma façon de conseiller mes clients pour intégrer pleinement les nouvelles technologies. J’ai bénéficié du reverse mentoring, parfois patient, de jeunes consultants de notre practice Techno Strat.

J’en tire la satisfaction et le plaisir que l’on ressent quand on réussit à sortir de sa zone de confort et se dépasser, même s’il me reste du chemin à parcourir. Je suis aussi content d’avoir réussi à convaincre une dizaine de partners venant d’une demi-douzaine de cabinets de conseil en stratégie de nous rejoindre pour relever notre défi, et de voir qu’ils sont bien intégrés, performants et ravis. Cela montre que notre positionnement est pertinent et attractif, même si Consultor a encore du mal à nous considérer dans son classement annuel, mais ça viendra bien, un jour prochain…

Propos recueillis par Miren Lartigue

5
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (5)

Accenture Strategy
18 Sep 2017 à 18:44
Votre recherche sur Linkedin était vraisemblablement partielle puisqu’une recherche couvrant la France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas de personnes indiquant comme employeur Accenture, Accenture France, Accenture the Netherlands ou Accenture Belgium & Luxemburg et qui mentionnent dans leur profil travailler pour Accenture Strategy donne 438 résultats.

citer

signaler

Factual Answer
13 Sep 2017 à 10:55
Citation en provenance du commentaire précédent de fact check
450 consultants ? étonnant, une simple recherche sur linkedin montre un maximum de 100 profils chez Accenture Strategy en france et en belgique...

Il n'existe pas de page d'employeur Accenture Strategy (page vitrine seulement). On ne peut donc pas mettre Accenture Strategy en tant qu'employeur sur linkedin: La plupart des consultants mettent Accenture seulement.

BTW : le nombre de consultants sur les mailing lists strategy est cohérent avec les chiffres de l'article

citer

signaler

answeranwser
13 Sep 2017 à 09:04
@fact check answer
oui linkedin est une source fiable, surtout sur ce segment de population sur lequel la pénétration linkedin est très élevée (quel consultant n'a pas de linkedin en 2017 ?)

Par ailleurs, quand on fait le même type de recherche pour les autres cabinets, on obtient un ratio bien plus proche de ce qui est annoncé dans les communications corporate. Etonnant non ?

citer

signaler

Fact check answer
12 Sep 2017 à 12:57
C'est bien connu LinkedIn est une source fiable ...

citer

signaler

fact check
12 Sep 2017 à 10:01
450 consultants ? étonnant, une simple recherche sur linkedin montre un maximum de 100 profils chez Accenture Strategy en france et en belgique...

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Assemblée nationale : à gauche, la séparation de l’audit et du conseil dans le viseur
    02/12/22

    La Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (Nupes) cherchaient à inscrire la mesure dans la loi de finances. 49.3 oblige, elle n’a même pas pu être discutée. Une mesure, parmi d’autres de lutte contre l’évasion fiscale, que le groupe parlementaire voudrait à nouveau pousser au cours de la mandature. Charlotte Leduc, députée LFI/Nupes, qui est à l’origine de cette proposition, répond à Consultor.

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

Super Utilisateur
France
Accenture Strategy, accenture, France, Benelux, Fabrice Asvazadourian, Oliver Wyman, services financiers, Roland Berger, Valley, Dublin, Israël, P&L, IT legacy, transformation digitale, automobile, industries manufacturières, retail, grande consommation, services financiers, utilities, ressources naturelles, télécommunications, médias, M&A, manufacturing 4.0, Big Four, capabilities, start-up, POC, Paris, Bruxelles, Amsterdam, interview, managing director
3400
5