Comment conseil interne et cabinets cohabitent-ils ?

 

Les premières structures de conseil interne remontent aux années quatre-vingt, lors de la crise économique. Depuis nombre de grands groupes se sont 'équipés'.

Un phénomène en accélération, car l’argument financier n’est pas le seul atout du conseil interne, qui s’articule parfois étroitement avec les cabinets de stratégie.

 

26 Nov. 2014 à 15:58
Comment conseil interne et cabinets cohabitent-ils ?

 

En novembre 2010, le groupe DCNS a lancé DCNS Universeaty Consulting avec plusieurs objectifs : « Accélérer l’amélioration de la performance, car étant issus d’une organisation étatique, il a fallu nous transformer pour évoluer dans un secteur extrêmement concurrentiel. Et mieux internaliser les nouvelles pratiques afin d’être plus rapides et plus efficaces », note Stéphane Loubère, managing director de DCNS Universeaty Consulting et passé par Gemini consulting notamment. Fort d’une quinzaine de consultants pour 13 700 collaborateurs dans le groupe, la structure se développe au rythme de l’entreprise. « Nous visons une croissance à deux chiffres dans les deux ou trois prochaines années », annonce Stéphane Loubère. Si DCNS Consulting s’est fait une spécialité de des méthodologies lean et de la conduite du changement, le conseil interne offre un large catalogue d’interventions. Efficacité opérationnelle, pilotage de projets complexes et assistance sur les sujets bancaires et réglementaires chez SG Consulting (Société Générale). Projets d’amélioration de la performance, de transformation ainsi que 30 % de formation chez Renault Consulting, qui compte 150 collaborateurs.

Les tarifs compétitifs – de l’ordre de 10 à 30 % moins cher selon les cabinets de stratégie – ne sont pas le seul atout du conseil interne. « L’équipe connaît le groupe, ce qui est d’autant plus important que les métiers sont divers et l’organisation complexe. Appartenir à la même entreprise facilite aussi le dialogue », indique Cédric Oswald (ex Roland Berger), directeur du conseil et de la performance interne d’AREVA. Chez le leader de l’énergie nucléaire, le conseil interne est d’ailleurs systématiquement sollicité en première intention par les directions à la recherche d’un accompagnement. « Si nous pouvons les aider, elles doivent recourir à nos services, sinon elles ont notre accord pour passer un appel d’offres externe », souligne Cédric Oswald.

Les interactions entre structure interne et cabinets sont multiples. L’entité de conseil interne d’un établissement bancaire forme ainsi régulièrement ses équipes avec des cabinets extérieurs. « Nous pouvons aider à identifier la short liste des cabinets en concurrence, participer au processus de sélection, aider au pilotage des consultants externes ou même intervenir en aval pour la mise en œuvre des recommandations », détaille quant à lui Cédric Oswald. Et d’ajouter : « Un cabinet est efficace s’il a face à lui un client». Nombre de consultants internes ont eux-mêmes débuté dans des cabinets. Exception notable : Renault Consulting, qui s’y refuse. « L’ADN de Renault Consulting fait que nos collaborateurs sont avant tout des hommes de métier, qui deviennent consultants », assure Philippe Clogenson. La « professionnalisation » du conseil interne n’est d’ailleurs pas sans conséquence sur le marché du conseil. « Une partie des projets traditionnels (par exemple, des analyses de marché) est aujourd’hui réalisée en interne. De ce fait, la future croissance du marché devrait se concentrer autour de l’accompagnement opérationnel de projets à forts enjeux », observe Bertrand Baret, associé d’EY, responsable adjoint de l’activité conseil.

Même sur les activités que le conseil interne réalise à l’extérieur – 10 % pour DCNS Consulting, 40 % pour Renault Consulting –, la concurrence entre les deux modes de conseil ne semble pas très acérée. « Nous offrons des prestations de conseil à nos propres clients à l’international, leur apportant ainsi du transfert de technologie d’un autre type ou à des PME des bassins d’emploi dans lesquels nous sommes implantés, au nom de la RSE », avance Stéphane Loubère. Dans ce cadre, DCNS intervient lors de missions spécifiques, comme le lean engineering... en partenariat avec de grands cabinets.

Gaëlle Ginibrière pour Consultor

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Inflation, énergie, guerre : les consultants au cœur du retournement
    27/01/23

    Depuis un an, la guerre en Ukraine rebat les cartes de l’économie mondiale. Avec un nouvel acteur, l’inflation. Cette conjoncture complexifie la donne pour les entreprises déjà impactées par la pandémie, mais jusque-là soutenues par l’État, et fragilise de nouveaux secteurs. Les cabinets sont dans les starting-blocks « retournement ».

  • L’ambition XXL du nouveau boss d’Oliver Wyman
    25/01/23

    Au terme d’un process de sélection de plusieurs mois, Bruno Despujol a été choisi pour diriger les bureaux de Paris et de Bruxelles d’Oliver Wyman (44 partners, 300 collaborateurs). Il succède à Hanna Moukanas, qui occupait ces fonctions depuis 2015. Ils livrent tous deux à Consultor le bilan des dernières années et les dossiers chauds du moment.

  • Kea et Veltys se rapprochent d'un cran
    17/01/23

    Après Nuova Vista et MySezame acquis à l’automne dernier, Kea & Partners continue son chemin d’investissements tracés dans le plan Darewin 2025 (avec une levée de fonds de 23 millions d’euros).

  • Une nouvelle destination (inconnue) pour Jean-Marc Liduena
    12/01/23

    Après 4 années passées dans la récente branche conseil en strat’ de KPMG, Global Strategy Group (GSG), l’hyperactif Jean-Marc Liduena, un ancien consultant de Bain, de Roland Berger et de Deloitte annonce son départ du groupe KPMG.

  • +40 % : Simon-Kucher fait bondir son partnership
    11/01/23

    C’est une évolution pour le moins rarissime et ambitieuse. Simon-Kucher fait croître d’un coup son partnership de 40 % en ce début 2023. Dans une conjoncture économique plutôt sombre, les leviers de croissance seraient la réponse gagnante pour ce cabinet qui vise le milliard de chiffre d’affaires au niveau mondial en 2027.

  • BCG France : trois départs dans un partnership en croissance
    10/01/23

    Depuis un an et demi, au moins quatre managing directors français ont disparu de l’organigramme : à Paris, Timothy Mandefield, Philippe Plouvier, Philippe David, le dernier en date en novembre, et à Londres, Benoît Macé.

  • PMP : trois partners promus
    04/01/23

    Fin décembre, PMP Strategy a fait croître son partnership en promouvant trois associés au sein de trois practices : Laure Lemaignen (Institutions financières), Jonathan Zelmanovitch (PE) et Lionel Chapelet (Transport et mobilité).

  • Itw du président de PwC : « La scission audit-conseil, qu'apporte-t-elle ? »
    19/12/22

    Alors qu’EY annonce qu’il fera atterrir la colossale séparation de ses activités de conseil et d’audit au premier semestre 2023, les trois autres Big Four (PwC, Deloitte, KPMG) n’en démordent pas : la séparation, très peu pour eux. Patrice Morot, le président France de PwC, et Christophe Desgranges, partner en charge du conseil en stratégie, le réaffirment dans une interview à Consultor.

  • C’est l’heure de la transmission pour Vertone
    16/12/22

    25 ans après sa création, c’est une nouvelle étape à la fois symbolique et de fond que vit Vertone. Son DG-président, Benoît Tesson, co-fondateur avec Pascal Boulnois du cabinet, passe la main de la présidence à Stéphane Martineau, Vertonien depuis 17 ans.

Super Utilisateur
France
DCNS Universeaty Consulting, conseil interne, SG consulting, renault consulting, consultant interne, areva, dcns, in house, internalisation
3303
2022-06-26 16:18:31
0
Non