Conseil interne de l’État : mais de quoi Gabriel Attal parle-t-il ?

Vendredi 18 février, interrogé sur BFMTV sur le recours aux cabinets de conseil par l’État, le porte-parole du gouvernement a indiqué que l’exécutif réfléchissait à la création d’« une forme de cabinet de conseil de l’État en interne ». Chose qui existe depuis 15 ans.

Consultor.fr
22 Fév. 2022 à 06:00
Conseil interne de l’État : mais de quoi Gabriel Attal parle-t-il ?
Wikimedia

« Les cabinets doivent être sollicités dès lors que ce sont des compétences qu’on ne trouve pas au sein de l’État. Et d’ailleurs on veut développer aussi une forme de cabinet de conseil de l’État en interne qui peut venir en appui aux administrations », a expliqué Gabriel Attal.

Une déclaration qui peut surprendre tant le développement des prestations de cabinets de conseil en stratégie dans le secteur public en France s’est accompagné de directions dédiées qui, au sein de l’administration, se chargeaient à la fois d’acheter des missions à l’extérieur et de recruter des consultants en interne. 

Ce fut d’abord, sous Nicolas Sarkozy, le rôle de la direction générale de la modernisation de l’État (DGME). Elle est alors confiée à un X-Ponts, François-Daniel Migeon, fondateur de Thomas More Partners, qui a multiplié les allers-retours entre le public et le privé, notamment chez McKinsey. Il est d’ailleurs formel lorsqu’il répond à Consultor en 2015 (relire notre interview) : principalement composée de fonctionnaires à son arrivée en 2007, la direction compte au bout d’un an presque autant de consultants que de fonctionnaires. Pour lui, la DGME joue le rôle d’un cabinet de conseil interne à l’État. 

Depuis, les étiquettes ont changé, le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP) a succédé à la DGME sous François Hollande, avant de devenir la Direction interministérielle de la transformation publique (DITP) sous Emmanuel Macron, mais la réalité demeure la même. 

Ainsi de la DITP, au 20, avenue Ségur, dans le VIIe arrondissement de Paris, là où tous les services du Premier ministre sont réunis. L'unité est composée de 25 personnes, dont deux tiers de contractuels qui sont souvent recrutés dans des cabinets de conseil en stratégie ou en management. Ils jouent eux aussi le rôle de cabinet de conseil interne à l’État et interviennent pour le top 500 de l’administration : les directeurs généraux au sein des ministères, les directeurs de cabinets ou les directeurs généraux d’opérateurs (relire notre article)

Un rôle que le délégué général de la DITP a rappelé en décembre à la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques. 

Par ailleurs, devant cette même commission, Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, indiquait devant cette même commission que les dépenses de conseil allaient baisser de 15 % et que des postes supplémentaires allaient être créés à la DITP, et plus largement dans l’ensemble de l’administration, avec l’objectif de faire moins appel aux consultants externes. 

« L'une des dispositions de la loi de finances pour 2022 vise à réinternaliser les compétences au sein de l'administration. La DITP bénéficiera ainsi de 10 équivalents temps plein (ETP) supplémentaires, ce qui permettra de diminuer le recours aux prestations extérieures et de réaliser une économie d'un million d'euros », indiquait la ministre au Sénat. 

Et elle ajoutait que « l'évolution du positionnement des inspections générales, dont le statut a été rénové via la réforme de la haute fonction publique, sera en outre mise à profit pour réinternaliser les missions de réflexion stratégique et d'organisation. Les inspections bénéficieront de possibilités de recrutement plus ouvertes encore pour attirer des profils jeunes ou expérimentés en matière de conseil et d'évaluation. La complémentarité des inspections générales avec la DITP et les administrations pourra se concrétiser dans le cadre de missions mixtes ».

Dans ce contexte, l’annonce de Gabriel Attal paraît peu compréhensible.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Pour Roland Berger, la manne de la formation professionnelle

    En deux ans, en 2018 et 2019, le cabinet s’est vu confier par le ministère du Travail six missions en lien avec la réforme de la formation professionnelle et la transformation de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), pour un total d’honoraires de 4,6 millions d’euros.

  • Le BCG, arbitre des politiques d’intégration de l’État

    Le cabinet a été mandaté pour le ministère de l’Intérieur de 2019 à 2021 pour évaluer les politiques d’intégration de l’État.

  • Roland Berger et le BCG bien en cour au ministère de la Culture

    Les deux cabinets ont réalisé cinq missions en 2019 et 2020 pour le ministère de la Culture. Leurs honoraires ont atteint 831 000 euros sur cette période.

  • Dix ans de missions gratuites pour l’État

    Le Sénat, dans son rapport sur l’influence des cabinets de conseil privé sur les politiques publiques, a recensé l’ensemble des missions effectuées à titre gracieux par des cabinets de conseil auprès de divers ministères. Consultor recense celles qui ont été effectuées par des cabinets de conseil en stratégie.

  • Nouvelle-Calédonie : quand Beauvau délègue le bilan des accords de Nouméa

    Par deux fois, en 2011 et 2018, un binôme de consultants a été choisi pour faire un état de la mise en œuvre de l’accord politique de 1998. Récit de l’intérieur de cette mission à fort enjeu diplomatique.

  • McKinsey : trois ans pour faire fonctionner les APL

    Deux ans durant, de fin 2018 à fin 2020, McKinsey a été mandaté à trois reprises par le ministère de la Cohésion des territoires pour faire atterrir la réforme de l’aide personnalisée au logement (APL). Elle était voulue par l’exécutif après qu’il avait annoncé tout au début du quinquennat Macron vouloir la faire baisser de 5 euros par mois.

  • Secteur public : l’impact des consultants dans le viseur

    Si les cabinets sont majoritairement bien notés par les administrations acheteuses pour leurs missions dans le service public, les modalités mêmes de cette évaluation sont remises en cause par l’exécutif qui appelle à les muscler. Les consultants, eux, plaident pour une juste prise en compte du caractère volatil de prestations intellectuelles nécessairement évolutives.

  • Cabinets de conseil vend anciens hauts fonctionnaires, parfait état de marche

    C’est un des petits biscuits du rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil : la manière avec laquelle les cabinets peuvent faire de la présence d’anciens hauts fonctionnaires un argument de vente de missions dans le secteur public.

  • État : le Sénat siffle la fin du tout consulting

    Estimant que les dépenses de conseil de l’État et ses opérateurs ont doublé ces cinq dernières années, le Sénat a préconisé 19 mesures d’amélioration en faveur de l’efficacité de ces achats et de leur transparence, dans un rapport rendu public le 17 mars 2022. Roland Berger, McKinsey et BCG comptent parmi les 20 cabinets les plus actifs. Une proposition de loi transpartisane sera déposée dans les prochains mois pour que le Parlement puisse se prononcer sur ces recommandations.

Benjamin Solano
secteur public
secteur public, etat, gouvernement, premier ministre, castex, gabriel attal
10373
Boston Consulting Group McKinsey Roland Berger
2022-04-20 14:30:24
0
Non