Andera prend le relais d’ISAI au capital d’Eleven

C’est un nouveau fonds qui vient d’entrer au capital d’Eleven Strategy. Après ISAI Expansion en 2018, Andera Acto, fonds européen spécialiste des opérations sponsorless (LBO montés sans fonds d’investissement) mise sur le cabinet 100 % dédié au digital, à la data et à l’IA. 

Barbara Merle
26 Avr. 2022 à 15:20
Andera prend le relais d’ISAI au capital d’Eleven
Adobe Stock

Ceci pour accompagner les objectifs de croissance du bureau parisien : doubler de taille d’ici 2025, et continuer à être innovant et performant dans un secteur en permanente mutation, notamment en réalisant des acquisitions.

Un fonds de PE qui entre au capital d’un cabinet de conseil en stratégie. Cela reste encore un cas de figure plutôt rare. Eleven Strategy faisait déjà il y a quatre ans figure d’exception (comme Kea & Partners en 2019, ici) lorsque le fonds ISAI Expansion entrait dans son capital. Les augmentations/réorganisations de capital du secteur passent plutôt par des prêts bancaires ou de l’endettement, comme cela avait été le cas en 2018 lorsque Lloyd’s avait accordé une dette à LEK (relire ici).

Digital et PE, deux secteurs à haut potentiel

Aujourd’hui, le cabinet Eleven profite de la sortie d’ISAI et du départ de l’un de ses associés fondateurs, Bertrand Semaille, pour donner un nouvel élan à son capital. C’est Andera Partners qui a été choisi par la gouvernance du cabinet pour les accompagner. Et pour la première fois de sa propre histoire – de vingt ans –, le fonds européen de PE entre dans un cabinet de conseil en stratégie, via son équipe d’investissement, Andera Acto. Le positionnement d’Eleven, à la croisée des chemins entre digital et PE, n’y est évidemment pas étranger. « Nous profitons à la fois de la très forte croissance de tout ce qui a trait au digital, mais également du fort positionnement d’Eleven en stratégie pure. Ce qui a fait tilt, c’est qu’un tiers de ses capacités correspond à de la réalisation d’audits stratégiques pour des fonds d’investissement. Eleven est très introduit et a acquis une excellente réputation auprès des acteurs du PE », entérine Laurent Fichter, associé d’Andera Acto, qui investit auprès des entreprises de services BtoB (une cinquantaine aujourd’hui). Andera compte cinq autres équipes d’investissements (sciences de la vie, énergies renouvelables, PME, entreprises de 30 M€ à 500 M€ de CA, co-investissement). « Notre équipe a une stratégie très orientée vers des entreprises dont les dirigeants veulent avoir le contrôle du capital. Nous offrons une capacité d’accompagnement pour des opérations de croissance. Dans ce cas, ce n’est pas une augmentation de capital, mais une capacité de renforcement de participation et du schéma d’intéressement », ajuste Laurent Fichter.

En revanche, on ne saura rien ni sur le montant investi par Andera ni sur leur ratio de participation au capital du cabinet. Eleven Strategy fait partie de la majorité des cabinets qui choisissent (légalement) de ne pas rendre leurs comptes publics (relire ici). Seul chiffre public, Andera Acto investit des sommes oscillant entre 5 M€ et 100 M€ pour des small et mid caps.

Quand CMI audite Eleven

Pour ce faire, le fonds de private equity Andera Acto a fait appel à un autre cabinet de conseil en stratégie, CMI, pour réaliser la due dil stratégique, une mission rarissime. « Un cabinet généraliste avec lequel nous travaillons régulièrement. Ils ont mis en avant qu’au-delà de la croissance d’activité, il faisait bon de travailler chez Eleven. Et nous sommes très sensibles et très engagés en termes de qualité de management », argumente Laurent Fichter d’Andera Acto, qui se positionne comme un acteur responsable et engagé dans le domaine du capital-investissement (il a publié son premier rapport « climate & sustainability » en juillet dernier). Aux manettes de cette mission pour le fonds de PE dans la prise de participation d’Eleven, managée par l’associé Nicolas Kandel, pas moins de cinq consultants CMI durant trois semaines en janvier dernier.

Et une première pour CMI qui a dû auditer un cabinet concurrent, notamment sur le PE qui représente le tiers de l’activité d’Eleven. Un exercice d’équilibriste pour le moins complexe. « Si le contexte était en effet particulier, nous avons abordé ce projet comme un autre. Avec un avantage, de bien connaitre l’activité de private equity. Quant aux sujets digital et data science, que nous connaissions moins, nous les avons travaillés classiquement », reconnaît Romain Girard de CMI. « Eleven a vraiment joué le jeu en nous partageant tous les documents et les P&L nécessaires, sans pour autant bien sûr rentrer dans le secret des dieux. Mais au final, nous nous reconnaissons assez bien dans leur modèle, et nous avons apporté avant tout de la valeur ajoutée à notre client Andera », amende l’un des consultants de CMI, Romain Girard, principal.

Clap de fin avec ISAI

L’entrée du fonds PE Andera marque ainsi une nouvelle étape dans l’histoire d’Eleven Strategy qui remonte à 2008. Le cabinet de conseil en stratégie avait alors d’emblée misé sur des secteurs encore émergents : le digital d’abord, puis la data science et l’intelligence artificielle (l’IA). En 2018, Eleven avait donc une première fois ouvert son capital au fonds d’investissement ISAI Expansion qui a suivi le cabinet durant ces quatre années. « ISAI était arrivé au bout de sa fenêtre d’investissement qui courait jusqu’en 2023. Ce fonds a décidé d’en sortir afin de se tourner vers d’autres investissements. Et cela tombait aussi à un bon moment pour nous », commente Stevan Urien. Le renouvellement du partnership avait aussi été préparé : le départ – il devient senior advisor – de l’associé Bertrand Semaille, acté en mars dernier, et la promotion de Pietro Turati comme associé (relire ici).

Quatorze années après sa création, Eleven connait des taux de croissance renouvelés (+19 % par an en moyenne) qui nécessitent de revoir son organisation et son offre pour les années à venir. Et ce, dans le secteur du digital qui devient un facteur majeur de la transformation des entreprises. Eleven accompagne également les fonds dans leurs acquisitions sur des actifs tech-core ou tech-enabled (due diligence commerciales, mais aussi data). « Il y a toujours plus d’intelligence artificielle aujourd’hui. Et des secteurs qui s’ouvrent, comme le smart building, les NFT, le métaverse, et sur lesquels il faut être performant et qui remettent en cause les business models. Cela veut dire que nous devons nous renouveler en permanence pour rester dans la vague de l’innovation, » souligne Stevan Urien, l’un des partners parisiens. Comme l’avait déjà souligné à Consultor en 2018 l’ex-associé et cofondateur d’Eleven, Bertrand Semaille, « la stratégie digitale est devenue la stratégie tout court » (relire ici).

Andera : un nouveau souffle

Un turn-over capitalistique opportun pour Eleven. « Andera nous a fait la meilleure proposition pour atteindre nos objectifs d’associer de nouvelles respirations capitalistiques tout en conservant une grande indépendance. Cette opération sponsorless (LBO) permet d’associer au capital de nouveaux cadres, tout en offrant une liquidité à ISAI Expansion et à Bertrand Semaille, l’un des fondateurs historiques ; les associés restent en majorité », notifie Stevan Urien.

Mais quel est le rôle de ce fonds qui est minoritaire ? Un partenariat assez transparent : éclairer Eleven sur des aspects financiers internes et l’épauler sur d’autres projets capitalistiques. Avec comme piliers : croissance organique et croissance externe. « Notre partenariat est suffisamment ouvert pour nous aider à nous développer aussi bien en termes de build-ups que de croissance organique, notamment avec l’arrivée de nouveaux talents et les associer à l’actionnariat. Nous comptons recruter une quinzaine de consultants dans un large éventail de séniorité, classiquement beaucoup de juniors, et quelques consultants très seniors en fonction des opportunités. Nous sommes positionnés sur un marché [digital – ndlr] à forte traction. Quand on voit tout ce que l’on ne fait pas et que l’on pourrait faire, il y a de la place pour grandir », annonce Stevan Urien. « Nous avons un gage de croissance pérenne. Nous sommes très confiants en l’avenir. À travers notre regard industriel du PE, nous sommes avec Eleven sur des segments, liés aux technologies, qui tirent très fort », assure lui aussi Laurent Fichter, associé d’Andera Acto.

Croissance organique et externe

Le plan d’Eleven, aujourd’hui fort de 55 consultants (à forte connotation tech, data science, IA) : atteindre une taille critique de 100 à 150 consultants en France et en Europe d’ici 2025. Et une fine alchimie à cultiver entre tech et business. « Nous nous devons d’attirer des profils multidisciplinaires avec une bonne capacité à intervenir sur des sujets très larges à implication business et tech, » confirme l’associé.

Ce développement ne va, en revanche, pas forcément passer par l’ouverture de bureaux labélisés Eleven à l’international. « 60 % de nos missions ont déjà un impact à l’échelle mondiale, que ce soit au travers des marchés déjà adressés par nos clients ou d’enjeux stratégiques sur de nouveaux marchés. L’ouverture de bureaux à l’international ne nous parait pas être une absolue nécessité. Nous avons eu des velléités, mais les occasions ne se sont pas transformées », assure Stevan Urien. Et de compléter : « Mais nous avons un cœur de plan stratégique très clair à ce sujet. Nous allons être en capacité de développer des upsides, et Andera va nous accompagner sur certaines possibilités de façon opportuniste. »

Effectivement, Eleven et Andera auraient d’ores et déjà identifié des cibles d’acquisition en amont pour 2022. Eleven Strategy pourrait donc rapidement allonger la liste déjà bien fournie des acquisitions des cabinets de conseil en stratégie. Pas moins de huit déjà (sur le périmètre suivi par Consultor) depuis le début de cette année (ici).

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • McKinsey : perquisition judiciaire au bureau de Paris
    24/05/22

    Mardi 24 mai, une perquisition judiciaire était en cours au siège du cabinet à Paris. 

  • Cinquième cabinet pour la nouvelle associée énergie de Bain
    23/05/22

    Safia Limousin, 49 ans, vient d’arriver chez Bain & Company en tant qu’associée rattachée à la practice énergie et ressources naturelles. Auparavant chez Kearney depuis 2018, la senior partner était aussi leader monde power & utilities du cabinet et était la 2e femme, après Delphine Bourrilly, à intégrer le partnership en France.

  • Conflit ouvert aux prud’hommes entre Bain et un partner
    20/05/22

    C’est une information de Bloomberg du 18 mai 2022 : Stéphane Charvériat, un partner du BCG arrivé en septembre 2019 de Bain, poursuit aux prud’hommes son ancien employeur. Une audience s’est tenue le mardi 17 mai. Une décision doit intervenir le 11 juillet.

  • Les réserves de la HATVP sur un pantouflage au cabinet d’Olivier Véran
    18/05/22

    Dans une délibération du 3 mai, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu un avis de compatibilité, avec des réserves visant à prévenir tout conflit d’intérêts, sur le recrutement par une entreprise de conseil d’un membre du cabinet du ministre sortant de la Santé Olivier Véran.

  • Le boss du BCG en opération séduction
    13/05/22

    Après la patronne de McKinsey France en décembre dernier, c’est au tour du chef du bureau parisien du Boston Consulting Group, Guillaume Charlin, de s’exprimer dans les colonnes du Figaro (édition du 9 mai).

  • Législatives : quatre anciens consultants en lice
    11/05/22

    Ils sont au moins quatre anciens du sérail du conseil en stratégie à se présenter ou se représenter aux élections législatives de juin prochain, dont trois en Île-de-France. Trois d’entre eux sont des piliers de la macronie et se présentent sous la bannière #Ensemble du triumvirat Macron-Philippe-Bayrou.

  • SKP s’implante en région : nouveau filon de recrutement ?
    10/05/22

    Le bureau français de Simon-Kucher & Partners a décidé de réaliser un bêta test en posant ses valises à Lyon et à Bordeaux. À l’heure de la relocalisation et du télétravail, ces antennes répondent à la fois à un système économique nécessairement plus décentralisé et à de nouvelles opportunités RH, dans un contexte général de recrutement extrêmement tendu.

  • Une associée retail pour Singulier
    10/05/22

    Consultante chez Singulier depuis sa création en 2017, Justine Przyswa, 35 ans, a été promue associée à Paris aux côtés des associés fondateurs, Rémi Pesseguier (ex-McKinsey) et Mathieu Férel, mais aussi de l’associé basé à Londres, Kitson Symes (lui aussi un ancien « Mac »).

  • Destination Toronto pour un associé parisien d’Oliver Wyman
    06/05/22

    Damien Renaudeau, partner parisien des services financiers d’Oliver Wyman depuis 2018, est parti renforcer les troupes du cabinet à Toronto, l’un des 70 bureaux du cabinet dont la maison mère est le groupe US Marsh McLennan. Le Canada et ses trois bureaux, Montréal, Calgary et Toronto (le plus gros), comptent une centaine de consultants.

France
isai, andera, eleven, bertrand semaille, Laurent Fichter, Nicolas Kandel, due diligence, levée de fonds, capital, actionnariat, cabinet de conseil, Stevan Urien, eleven
10588
eleven
2022-04-27 05:18:13
0
Non