Advancy, juge de paix d'un virage digital de Geodis

 

Upply, la filiale 100 % digitale du groupe français Geodis, a ouvert en octobre une place de marché qui met directement en relation les transporteurs et les expéditeurs de marchandises. Une transformation tout sauf aisée pour laquelle Upply s’est adjoint les conseils d’Advancy.

19 Nov. 2019 à 05:24
Advancy, juge de paix d'un virage digital de Geodis

 

Au départ, une certitude : l’ubérisation qui gagne petit à petit tous les secteurs d’activité n’a aucune raison d’épargner celui du transport de marchandises. Ainsi, en 2016, alors qu’Uber a fait de la France son deuxième marché européen, le Groupe Geodis lance l'élaboration un plan digital. Boris Pernet, vice-président exécutif de Supply Chain Optimization, une des cinq lignes de métier du groupe, holding de la SNCF dédiée au transport de marchandises et à la logistique, analyse sa ligne de métier et les défis posés par le digital. Dans le cadre de cette réflexion, il identifie un risque important de désintermédiation pour ses activités et propose à ses collègues du Comité de Direction de Géodis une idée pour transformer ce risque en opportunité.

« Il nous semblait évident que notre industrie ne serait jamais à 100 % digitale, mais qu’elle serait fortement impactée par la transformation numérique. La désintermédiation risquait de nous mettre en difficulté si nous ne répondions pas aux nouvelles attentes du marché. » C’est ainsi que naît l’idée de créer une place de marché numérique pour transporteurs et expéditeurs et, plus globalement, tous les acteurs de la supply chain.

Au croisement de la culture data et du monde de la logistique, Upply veut fournir des analyses et des données sur les prix du transport à l’international, et permettre aux acteurs souhaitant acheter et vendre d’entrer en connexion directement sur son site. Numérique, transparence et désintermédiation : à l’époque, l’approche est nouvelle pour le secteur. Elle est le fruit des réflexions des cinq lignes de métier de Geodis (supply chain optimization, freight forwarding, logistique contractuelle, distribution & express et road transport) et de ses fonctions support : « Nous n’avons pas sollicité de cabinet extérieur, car c’est notre cœur de métier de réfléchir aux problématiques de supply chain », explique Boris Pernet, devenu président du directoire d’Upply.

Advancy entre en piste

Mais deux ans s’écoulent, le temps de développer les briques technologiques et de se lancer enfin sur le marché… Une éternité dans le digital ! En novembre 2018, Geodis a donc besoin de rechallenger son business plan. Probable que le contexte macro-économique ait joué aussi dans cette remise à plat : la maison mère doit relever le défi de la concurrence, et le marché de la logistique est en pleine consolidation. En tout cas, cette fois, la décision est prise de faire appel à un conseil extérieur. Quitte à tout remettre en question ? « Le plus grand danger aurait été d’être convaincu de choses qui n’auraient pas été avérées ! » sourit Boris Pernet.

Le nom d’Advancy est arrivé par la SNCF : « Nous connaissons bien les problématiques de logistique de transport, explique Éric de Bettignies, fondateur du cabinet de conseil en stratégie. Nous avions déjà travaillé avec Geodis sur un projet pour le Grand Paris. Et puis on s’était perdu de vue. » La nouvelle mise en contact est réussie. Boris Pernet a besoin d’aller vite et il est convaincu par la relation qui s’installe avec les équipes d’Advancy : « Le choix d’un cabinet tient beaucoup à des questions humaines, à des partages de convictions. Et puis Advancy avait une excellente réputation pour mettre les idées en mouvement ; et la taille du cabinet aussi nous allait bien. Nous nous sentions un client important, face à des personnes réellement intéressées par nos problématiques, qui nous relancent, nous challengent. C’est exactement ce dont nous avions besoin. »

La feuille de route pour Advancy : confronter le plan de développement de la toute nouvelle plateforme de logistique digitale à la réalité du marché. Il fallait réétudier le plan stratégique, vérifier si Upply avait les atouts pour être leader sur le marché, quels étaient sa proposition de valeur, son marqueur différenciant, son modèle de gain de parts de marché… « Entre l’énoncé des premières lignes du projet Upply et le moment où l’on est intervenu, deux start-up (Everoad et Fretlink) s’étaient lancées sur le créneau en France », rappelle Thibault Reinhart, qui a piloté la mission du côté d’Advancy.  

Le cabinet a découpé la mission en trois étapes : d’abord comprendre le plan stratégique d’origine, s’imprégner de ses hypothèses de croissance et de volumes, faire la revue de l’existant ; ensuite, challenger le potentiel sur le marché, réaliser le benchmark des autres modèles de plateformes, comprendre les attentes des clients d’Upply, déduire les facteurs clés de succès ; enfin mettre à jour le plan stratégique.

« Nous avons vraiment travaillé dans un mode de coconstruction avec les équipes d’Upply. Et nous avons passé beaucoup, beaucoup d’entretiens, comme à chaque fois. C’est notre approche chez Advancy. Nous avons parlé à toute la structure dirigeante d’Upply, ensuite à des experts du marché et d’autres plateformes, via nos réseaux de connaissances. Sans oublier un important travail de revue de presse. Nous commencions à voir une histoire se dessiner. Et nous avons itéré là-dessus », explique Thibault Reinhart.

« Il faut le savoir, mais ça prend beaucoup de temps de travailler avec un cabinet extérieur ! »

La mission aura duré huit semaines en continu et mobilisé une équipe composée d’un chef de projet, Thibault Reinhart, d’un senior consultant, Pierre-Loup Lelasseux, et d’un consultant, Kader Diallo. En plus de deux partners : Éric de Bettignies, en relation directe avec Boris Pernet, et Sébastien Revel, partner, expert en logistique.

Du côté d’Upply, il a également fallu impliquer les équipes : « Nous avons posé des gens en miroir pour que le cabinet puisse s’approprier le travail. Pour certains ateliers, nous avions jusqu’à douze personnes présentes. Il faut le savoir, mais ça prend beaucoup de temps de travailler avec un cabinet extérieur ! » confie Boris Pernet.

Au final, l’intervention d’Advancy a fait bouger Upply sur la stratégie de lancement. « On a pivoté sur la manière d’aller sur le marché. On avait un plan plus agressif à l’origine. Nous avions pris, par exemple, un angle “multimodal” pour adresser tout de suite tous les moyens de transport. De même, nous voulions que la plateforme soit multigéographique. Mais au vu des tailles de marché et des coûts associés à la tactique, on a décidé de se focaliser d’abord sur le transport routier, et de démarrer par la France. Ensuite viendront les États-Unis », précise Boris Pernet avant de conclure : « Nous avons gagné en maturité. Nous avons été plus vite à nous rendre compte des choses parce qu’on a croisé notre expérience avec d’autres. »

Du côté d’Advancy, on confirme qu’il a fallu aller chercher des comparables dans d’autres secteurs pour contourner la difficulté de travailler sur un marché émergeant. Si des concurrents d’Upply existaient désormais, ils n’en restaient pas moins jeunes et n’offraient pas le recul nécessaire pour valider des modèles : « Nous avons dû dépasser l’approche théorique, trouver des exemples concrets et tangibles pour fournir les bons arguments aux équipes d’Upply. Pour cela, nous avons adopté une approche ouverte, en allant voir des industries comme le marché des VTC, de l’hôtellerie avec Booking, ou encore de la livraison à domicile », confie Thibault Reinhart.

La mission aura sans doute autant appris à Geodis-Upply qu’au cabinet de conseil, qui peut désormais se targuer d’une expertise en matière de transformation digitale de la supply chain. Un sujet qui préoccupe de plus en plus de clients industriels.

Delphine Sabattier

Crédit photo : Geodis StQuentinFallavier 92 Nicolas Dartiailh

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

Sylvain Fajnzyn
19 Nov 2019 à 18:46
C'est passionnant ! Bravo pour avoir osé une vraie démarche intrapreunariale.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

transports - tourisme

  • Un avenir sur les rails pour la partner d’Oliver Wyman

    Partner chez Oliver Wyman depuis deux ans et demi, l’experte ferroviaire Gwendoline Cazenave retourne dans son secteur de prédilection en prenant la tête, le 1er octobre prochain, d’Eurostar Group.

  • Enquête – Air France, l’autre bastion du BCG

    Renault, Sanofi… le Boston Consulting Group est le cabinet de conseil en stratégie référent de plusieurs grandes entreprises françaises. Chez Air France, la décision récente de Ben Smith, le directeur général d’Air France-KLM, de travailler à la nouvelle stratégie du groupe avec le BCG témoigne d’une prépondérance vieille de 20 ans.

  • Redécollage d’Air France-KLM : le BCG en copilote

    La compagnie aérienne prépare un nouveau plan stratégique baptisé « New Horizon » sur lequel a travaillé le Boston Consulting Group. Pas encore dévoilé officiellement, des bribes sont sorties dans la presse, laissant entrevoir qu’après deux années compliquées par la pandémie, Air France-KLM était prêt à rebondir.

  • Le Grand Paris Express fait l’impasse sur McKinsey

    McKinsey, en trio avec EY et Eurogroup Consulting, avait été choisi le 14 juillet 2020 par la Société du Grand Paris, qui est le maître d'ouvrage du projet du Grand Paris Express (GPE), pour l'accompagner « dans les domaines de gestion et de management de l'ensemble des activités du GPE »

  • Supply chain : les leviers pour répondre aux pénuries

    S’il est un sujet que la pandémie a particulièrement mis en exergue, c’est bien la rupture des chaînes d’approvisionnement. Certains experts pointent du doigt son modèle pilote, le lean, qui aurait montré à cette occasion des limites insoupçonnées.

  • Loisirs : face à Airbnb & co, l’État avance ses pions

    En juin dernier, le président Macron annonçait un vaste plan de reconquête du secteur du tourisme, qui a subi le tsunami covidien.

    L’un de ses piliers, Alentour, une plateforme touristique de proximité, officiellement lancée il y a quelques jours. À la manœuvre pour sa préfiguration et sa mise en place, le cabinet PMP>, sur le dossier depuis le printemps, à la demande de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). Une mission à la fois classique pour ce cabinet pour qui ce secteur représente une part significative de son activité, et à la fois unique, dans un contexte économique et politique hors-norme.

  • PMP aide à fibrer le Tunnel sous la Manche

    Une mission unique en son genre pour le cabinet Performance Management Partner.

  • Le Puy du Fou choisit un DG formé chez McKinsey

    Olivier Strebelle, ancien « Mac » (de 2004 à 2014), passe de l’univers de l’impression 3D à celui du spectacle et de la reconstitution historique en étant nommé DG du Puy du Fou. Créé en 1989 par l’homme politique vendéen Philippe de Villiers, le Puy du Fou, présidé depuis 2004 par l’un de ses fils, Nicolas, est aujourd’hui le deuxième plus grand parc d’attractions français avec 2,3 millions de visiteurs par an (hors crise covid-19), après Disneyland Paris, première destination touristique d’Europe (9,8 millions de visiteurs par an).

  • Pour leur présidence, les Belambra Clubs piochent à nouveau chez Roland Berger

    L’expert en tourisme et loisirs, Alexis Gardy, a quitté Roland Berger après vingt ans de conseil en stratégie pour rejoindre Belambra Clubs en tant que président.

Super Utilisateur
transports - tourisme
advancy, geodis, digital, geodis, supply chain, Upply, Geodis, Boris Pernet, Thibault Reinhart, Eric de Bettignies, Sébastien Revel, Pierre-Loup Lelasseux, Kader Diallo
3505
Advancy
Éric de Bettignies
2021-10-30 11:32:09
1
Non