Consultor le portail de référence du conseil en stratégie Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

L'information apparaît au détour du dernier classement des écoles de commerce du Figaro : McKinsey, le Boston Consulting Group et Bain  constituent les trois plus gros employeurs de HEC cette année. L’école, numéro un du classement du journal, a envoyé vingt-six diplômés au Boston Consulting Group et vingt-cinq chez McKinsey & Company, est-il indiqué dans un article daté du 24 novembre 2020.

Soit au moins 50 diplômés de HEC qui rejoindraient les rangs de ces cabinets après leur diplomation, sur un total de 400 élèves admis après la classe préparatoire dans l'école de Jouy-en-Josas (399 selon le dernier chiffre d'élèves affectés à l'école). Ce seraient 12 % des diplômés qui rejoindraient McKinsey et le BCG, probablement plus en incluant le chiffre de recrutement de Bain & Company qui n'est pas connu.

Ces chiffres sont cohérents avec les chiffres obtenus par Consultor en avril 2018 (relire notre article) : 25 des 110 diplômés de la promo 2016-2017 du master en stratégie de la grande école avaient rejoint un de ces trois cabinets (soit 22 %).

Les chiffres du Figaro comme ceux de Consultor témoignent de l'emprise des plus grands cabinets de conseil en stratégie à la sortie de la plus renommée des écoles de commerce françaises – des talents que les cabinets cherchent d'ailleurs très activement à faire venir à eux.

Dans le classement du Figaro, le BCG compte également parmi les trois premiers employeurs à l'Essec et à l'ESCP — au côté d'EY et Amazon à l'Essec et d'EY et Deloitte à l'ESCP. 

Marc Andre Kamel devant les participants au HBG 2018

Crédit photo : Marc-André Kamel, associé de Bain, devant les participants au HBG 2018. Consultor.fr.

Commentaires   

+1 #7 Nicolas Planchon 17-12-2020 12:05
Suite:

D'une façon générale je pense que ce n'est pas en école que l'on développe des qualités de rigueur, d'abnégation, de curiosité intellectuelle requises pour être bon en conseil. Dès lors ce split en fonction des écoles a de moins en moins de sens compte tenu de la diversification des voies d'entrée dans les écoles.

Aujourd'hui un BBA ESSEC/EDHEC/EML + MSc Bocconi/LBS/wha tever hors de France passe le screening partout, alors qu'un CPGE ECS+Audencia/GE M/Kedge ne passe nulle part, ça me semble problématique aussi bien en termes de "talent pool" que de méritocratie.
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
0 #6 Nicolas Planchon 17-12-2020 12:02
En réponse à "Pour répondre à Mane":

Parce que vous comparez des choses qui ne sont pas comparables avec une segmentation non homogène.
Le choix d'une segmentation "CPGE EC+HEC/ESSEC/ES CP" vs "AST-EDHEC/EM-S cPo-MS" n'est pas pertinent. En réalité vous pourriez même ajouter l'INSEAD au second groupe, ça n'aurait probablement qu'une incidence statistique mineure et vous pourriez en conclure que finalement les profils INSEAD ne sont pas bons pour les cabinets.

Faites une segmentation "CPGE EC+HEC/ESSEC/ES CP" vs "CPGE EC+EDHEC/EM" vs "AST HEC" vs "AST ESSEC/ESCP/EDHE C/EM" vs "MS" vs "ScPo" et vous obtiendrez certainement une image plus fidèle, non ?
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
0 #5 Louise 16-12-2020 09:24
Pourriez-vous mettre le lien de l'article que vous citez?
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+4 #4 Bertrand 08-12-2020 12:10
Ce recrutement complètement endogame est sans doute une erreur, car on se prive de profils atypiques, capables de penser différemment... Ces cabinets, qui prodiguent des "conseils en stratégie" pour changer les choses chez leurs clients, sont au fond frileux et conservateurs. Ils veulent des "petits soldats", qui pensent pareils et qui appliquent au fond les mêmes recettes apprises dans les écoles. Je suis convaincu qu'un docteur en droit par exemple pourrait leur apporter bien plus de chose qu'un diplômé HEC qui a bien appris ses cours...
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+1 #3 Sylvain S. 04-12-2020 12:53
Je suis un ancien client des MBB et cabinets Tier 1. Je dois reconnaitre que dans ces cabinets, les consultants pensent de la même manière, parlent de la même manière et manquent souvent d'originalité. Le manque de diversité (au delà du débat homme/femme) est criant dans un secteur mouvant et où des cabinets ouvrent leurs recrutements à des profils moins traditionnels (école tiers 2, expériences opérationnelles...)
A méditer !
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
0 #2 Pour répondre à Mane 02-12-2020 12:01
Ne parlant que de mon expérience : depuis que je suis dans le métier, je n'ai connu aucun profil "prépa + HEC/ESSEC/ESCP" voir sa période d'essai non confirmée par contre plusieurs fois des profils moins "coeur de cible" (AST, EM/EDHEC, MS, Science Po...).Les cabinets jouent donc la sécurité avec les profils GE / Parisienne.
Elles prennent cependant effectivement le risque de passer à côté d'excellents profils qui peuvent être recrutés (et il y en a !) en ouvrant plus largement la cible... le taux de transformation est cependant plus faible.
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
-12 #1 Mane 01-12-2020 14:57
Les cabinets se perdront dans cet élitisme qui n'a aucun sens. Les profils HEC, ESSEC, etc. n'ont rien à envier à des profils d'écoles plus modestes. C'est un entre soi qui se cultive au détriment de la qualité de service. Certains cabinets ont mieux compris l'importance de la diversité dans le recrutement, et cela commence à porter ses fruits.
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié

Ajouter un Commentaire

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.